Le vignoble tourangeau cher aux fontevristes en partie ravagé par le gel

Chinon, Bourgueil et Saint-Nicolas de Bourgueil ont été durement affectés par de fortes gelées dans la nuit de mardi à mercredi. Elles sont «paradoxalement dues à un effet du réchauffement climatique», soulignent les professionnels.

PUBLICITÉ

Une gelée historique a gravement endommagé les vignobles d’Indre-et-Loire et plus particulièrement les appellationsChinon, Bourgueil et Saint Nicolas de Bourgueil la nuit du mardi 26 avril au mercredi 27 avril. «Au moins la moitié de la récolte est perdue, se désole Guillaume Lapaque, directeur des associations viticoles d’Indre-et-Loire et de la Sarthe. C’est assez clairement une gelée historique, de l’ordre de celle de 1994, et peut-être de 1991».

Ces années-là, «presque la totalité de la récolte avait été perdue sur ces trois appellations», se souvient le responsable professionnel. Dans le détail, tout l’ouest de l’Indre-et-Loire a été touché par des gelées dites «noires» par opposition aux gelées «blanches» formées par le givre sur la végétation et synonymes de températures proches de zéro.

Dans le cas présent, les gelées ont atteint -3 à -4°C, avec des pointes à -6°, au pire moment du stade végétatif de la vigne. Elle est actuellement en plein débourrage, c’est-à-dire à la période d’ouverture des bourgeons, «un moment extrêmement critique», selon Guillaume Lapaque.

Réchauffement climatique

Contrairement à ce que l’on pourrait penser «cela est paradoxalement dû à un effet du réchauffement climatique: les hivers doux avancent la date du débourrage, tandis que les gelées tardives ont toujours lieu à la même époque», précise-t-il.

Économiquement, les pertes risquent d’être lourdes notamment pour le Chinon, la plus importante appellation avec 2.360 hectares. «Outre la perte de la moitié du chiffre d’affaires pour les exploitations, nous risquons de perdre des parts de marché qui seront très difficiles à regagner», anticipe-t-il. D’autant que cette perte intervient après plusieurs années de petites récoltes, et les vignerons n’ont plus de stock.

En revanche l’est de l’Indre-et-Loire ainsi que le vignoble de la vallée du Cher semblent avoir été épargnés. «La catastrophe a été évitée de justesse», souligne Michel Badier, de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher. «Je suis étonné du peu de dégâts constatés pour le moment», complète Bruno Denis, un viticulteur de l’appellation Touraine-Chenonceaux établi à Mareuil-sur-Cher dans le Loir-et-Cher.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/27/20002-20160427ARTFIG00350-une-gelee-historique-affecte-des-vignobles-de-renom.php

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Cérémonial de l’Ordre de Fontevraud

1655580_573951952739590_7973777624367639351_o

Poster un commentaire

par | 8 avril 2016 · 10:14

Anniversaire. 6 avril 1191. Mort de Richard Coeur de Lion à Châlus (8723

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_de_Richard_Cœur_de_Lion#/

http://www.richardcoeurdelion.fr/mythe_realite.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 87, Plantagenêts

En 2008. Réedition de deux ouvrages sur Fontevraud. Ils sont peut-être encore en vente?

  • FONTEVRAUD, son histoire, ses monuments

par L.-A. BOSSEBOEUF

  • L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD

aux XVIIe et XVIIIe siècles

par Patricia LUSSEAU

 

FEUILLE PÉRIODIQUE D’INFORMATION – N°672 – 23 juin 2008

http://www.histoire-locale.fr/Modules/Journaux/pdf/23062008.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Aliénor d’Aquitaine « personnage hautement sulfureux dans l’inconscient collectif »

CES FEMMES QUI ONT FAIT L’HISTOIRE…Aliénor d’Aquitaine

Publié le 9 Novembre 2014

La plus piquante des reines de France est Occitane. Petite fille de Guillaume IX, Duc d’Aquitaine et de Gascogne, premier troubadour connu, et Languedocienne par sa grand-mère Philipp(e)a comtesse de Toulouse, Aliénor aurait donc voulu prétendre à ce Comté ; mais non, dans toute sa grandeur, mon intrigante préférée fut tour à tour reine de France puis d’Angleterre, personnage hautement sulfureux dans l’inconscient collectif

http://adelaisetjasmine.over-blog.com/2014/11/ces-femmes-qui-ont-fait-l-histoire-alienor-d-aquitaine.html

 

Poster un commentaire

Classé dans Plantagenêts

Chapelle d’un ancien prieuré fontevriste à La Poraire (Chiché) (79350)

Chapelle de La Poraire (Chiché) (79350)

L’ancien prieuré fontevriste de la Poraire fut fondé dans le premier tiers du 12ème siècle.

Vue aérienne permettant la localisation :

http://www.monumentum.fr/chapelle-poraire-pa79000041.html

Extrait d’une carte permettant la localisation :

https://monuments.guide/p/pa79000041-chapelle-de-la-poraire.html

Et aussi :

http://patrimoine-de-france.com/deux-sevres/chiche/prieure-de-fontevristes-25.php

7- ouest 2009

<—————————-

http://sauvegardeartfrancais.fr/chiche-chapelle-saint-nicolas-de-la-poraire/

 

Base Mérimée : PA79000041

Base Mérimée – Monuments historiques

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/merimee_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=PA79000041

Base Mérimée -Peinture murale :

http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palsri_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_1=REF&VALUE_1=IM79000115

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 79

L’article « Fontevraud » dans l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert.

(Géographie et Histoire monastique) Font-Evraud, et suivant Ménage, Fontévaux, Font-Ebraldi, est un bourg en Anjou à trois lieues de Saumur. Long. 17. 41. 54. lat. 47. 10. 47.

Ce bourg n’est cependant connu que par une célèbre abbaye de filles, chef d’ordre érigée par le bienheureux Robert d’Arbrissel, né en 1047, et mort en 1117, personnage trop singulier, pour ne pas rappeler dans cette occasion un petit mot de sa mémoire et de l’ordre qu’il fonda.

Après avoir fixé ses tabernacles à la forêt de Fontevraud, il prit l’emploi de prédicateur ambulant, et parcourut nuds-piés les provinces du royaume, afin d’exhorter principalement à la pénitence les femmes débauchées, et les attirer dans son cloitre de Marie-Magdeleine. Il y réussit merveilleusement, fit en ce genre de grandes conversions, et entr’autres celle de toutes les filles de joie qu’il trouva dans un lieu de débauche à Rouen, où il était entré pour y annoncer la parole de vie. On sait encore qu’il persuada à la reine Bertrade, si connue dans l’histoire, de prendre l’habit de Fontevraud, et qu’il eut le bonheur d’établir son ordre par toute la France.

Le pape Paschal II. le mit sous la protection du saint siège en 1106, le confirma par une bulle en 1113, et ses successeurs lui ont accordé de magnifiques privilèges. Robert d’Arbrissel en conféra quelques temps avant sa mort le généralat à une dame nommée Pétronille de Chemillé ; mais il ne se contenta pas seulement de vouloir que son ordre put tomber en quenouille, il voulut de plus qu’il y tombât toujours, et que toujours une femme succédât à une autre femme dans la dignité de chef de l’ordre, commandant également aux religieux comme aux religieuses.

Il n’y a rien sans-doute de plus singulier dans le monde monastique, que de voir tout un grand ordre composé des deux sexes, reconnaitre une femme pour son général, c’est néanmoins ce que font les moines et les nones de Fontevraud, en vertu de l’institut du fondateur. Ses volontés ont été exécutées, et même avec un éclat surprenant ; car parmi les trente-quatre ou trente-cinq abbesses qui ont succédé jusqu’à ce jour (1756) à l’heureuse Pétronille de Chemillé, on compte quatorze princesses, et dans ce nombre, cinq de la maison de Bourbon.

L’ordre de Fontevraud est divisé en quatre provinces, qui sont celles de France, d’Aquittaine, d’Auvergne, et de Bretagne. Il y a quinze prieurés dans la première, quatorze dans la seconde, quinze dans la troisième, et treize dans la quatrième. C’est sur cet ordre, si l’on veut satisfaire pleinement sa curiosité, qu’il faut lire Sainte-Marthe dans le IV. vol. du Gallia christiana, et surtout l’ouvrage du P. de la Mainferme, religieux de Fontevraud, intitulé Clypeus ordinis Fontebraldensis. Le premier volume fut imprimé en 1684, le second en 1688, le troisième en 1692 ; et il faut joindre à cette lecture, celle de l’article de Fontevraud dans la dernière édition du Dictionnaire de Bayle. (D.J.)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

Joelle Gautier-Ernoul de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de Fontevraud publie Fontevraud insolite (Domaine de Mestré)

mestre

La grange aux dîmes fontevristes  du domaine de Mestré . Illustration extraite de l’ouvrage de l’Association pour la Sauvegarde du Patrimoine de Fontevraud : « Fontevraud insolite » p. 42 et 43 . Edité en 2015 . 104 pages.

558440_large

La grange dimière est incluse dans le premier bâtiment , celui qui est situé derrière le tas de bottes de paille.

Benoit et Marie Amélie de COURCY

Le Domaine de Mestré  49590 FONTEVRAUD L’ABBAYE, Anjou

02 41 51 72 32

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

16 mars 2016. Au final l’Abbaye de Fontevraud n’accueillera pas de réfugiés/migrants.

Moins de demandes pour la France

Aujourd’hui, on le sait : il n’y aura pas de nouveaux venus, alors que le maire de Saumur avait bon espoir. Non du fait de la ville de Saumur, toujours partante et ayant déjà prévu des logements vacants, mais du fait d’un flux migratoire bien moindre en France qu’attendu et d’une demande d’exils largement inférieure à l’Allemagne ou encore l’Angleterre.
Même déception pour l’Abbaye de Fontevraud qui avait annoncé à la mi-septembre* se positionner pour accueillir une famille de réfugiés. Pour le Président du Conseil d’Administration d’alors, le Président de Région Jacques Auxiette, il s’agissait d’un geste de solidarité, souhaitant que l’Abbaye soit « fidèle à sa vocation d’ouverture et d’hospitalité » . Au final, cela ne sera pas non plus.

Article du 16 mars 2016

En savoir plus sur :  http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=29670#8X9gWPg64rIJ8x4i.99

* https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2015/09/18/refugies-labbaye-de-fontevraud-accueille-une-famille-de-refugies/

1 commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

De quelques rapports entre les Maladreries, Aumôneries et Maison-Dieu et l’Ordre de Fontevraud

Maladreries, aumôneries et maisons-Dieu en Pays de Retz

La corporation des Gueux

Lorsque Robert d’Arbrissel fonda les abbayes de Fontevrault ( NDLRB. »Les » ?) au début du Xll° siècle avec un recrutement de plus en plus aristocratique, il voulut pourtant voir « l’abbaye-mère et les prieurés disposer d’une infirmerie, d’une aumônerie et de locaux pour les lépreux »

Saint-Jacques de Pirmil *, un carrefour important

http://www.infobretagne.com/nantes-prieure-pirmil.htm

Beaucoup d’hôtelleries ont en effet remplacé les Maisons-Dieu à partir du XVII° siècle. Quant aux Fontevristes du Val de Morière ( NDLRB. Implantation qui doit  correspondre au Prieuré de Touvois -44650-), elles accueillaient les femmes.

http://www.shpr.fr/?Maladreries-aumoneries-et-maisons

Poster un commentaire

Classé dans Département 44