Archives mensuelles : mai 2011

-J- MOURIR COMME UNE RELIGIEUSE FONTEVRISTE. TEL FUT LE DERNIER VŒU – EXAUCE- DE JEANNE, FILLE DE LA REINE ALIENOR D’AQUITAINE A ROUEN EN JUILLET 1199.

« En mai 1199, Aliénor a été rejointe  à Niort par sa fille Jeanne née en 1165  de son mariage avec Henri II  . Cette infortunée , veuve de Guillaume II, roi de Sicile, enceinte  pour la seconde fois des œuvres  de son époux, le comte de Toulouse Raymond VI, se retrouve trahie  par les siens et abandonnée par son époux,

Exténuée. Recrue de fatigue, sa mère l’envoie se reposer à Fontevraud, Fontevraud où elle avait d’ailleurs été  elevée.

Puis les deux femmes  prennent  ensemble le chemin de la Normandie. A peine est-elle arrivée  à Rouen  que Jeanne  voit sa santé décliner.  Se sentant  sur le point de mourir, elle demande à revêtir la bure des religieuses fontevristes. Le 11 juillet,  la reine Aliénor  lui ferme les yeux… Jeanne avait trente-quatre ans »                                                                                                                                                                                                                 La dame de Fontevrault. Chapitre XX de l’ouvrage de Philippe Delorme. Histoire des reines de France . Aliénor d’Aquitaine 2001 p. 273.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 76, Département 79

– C – TROIS FILLES DE LA FAMILLE (PERUSE) des CARS (87230) EMPRUNTENT LA VOIE RELIGIEUSE FONTEVRISTE A LENCLOÎTRE (86140) EN 14 ANS.

Les registres des noviciats, professions et sépultures, du prieuré royal fontevriste de Lencloître font état de la prise de voile à 18 ans (née en 1738) de Louise Marguerite Anne (la cadette) le 26/10/1756 mais ne comportent aucune profession de religieuse, les années suivantes, en ce qui la concerne. En conséquence, il apparaît que la période de noviciat resta sans suite.

Il faut encore relever que l’entrée en noviciat de  cette Louise Marguerite Anne eut lieu le même jour que la profession de foi de sa soeur ainée Louise Marguerite Anne, laquelle était entrée en noviciat le 02/09/1755.

Les deux soeurs, portant le même prénom, étaient au prieuré royal. Trois ans séparaient les deux soeurs, l’une étant née en 1735 et l’autre en 1738. Toutefois le phénomène d’entraînement de vocation de l’aînée fut sans effet sur la cadette, laquelle ne fit ensuite aucune profession de religieuse.

Marguerite Julie  des CARS  du prieuré de Fontevrault, née en 1774, novice en 1769 et  qui  fit profession solennelle en 1770

Origine des armes de la famille des Cars ci-dessous:

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blason_ville_fr_Les-Cars_(Haute-Vienne).svg


  « De gueules au pal de vair » http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Blason_ville_fr_Les-Cars_(Haute-Vienne).svg

En revanche, la benjamine Marguerite Julie des Cars, née en 1744, fit son noviciat 13 ans plus tard en le 17 janvier 1769, et profession l’année suivante en 1770, dans le même prieuré royal de Lencloître.

http://descars.free.fr/bioreloa.htm

L’absence d’acte de décés la concernant indique qu’elle était encore vivante lors de l’expulsion des Dames religieuses en 1792. elle était alors âgée de 48 ans.

On ne trouve ensuite plus aucune trace en ce qui la concerne.

http://descars.free.fr/biorelm.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 86, Département 87

-C- COLLOQUE: ROBERT D’ARBRISSEL ET LA VIE RELIGIEUSE DANS L’OUEST DE LA FRANCE

Rédacteur en chef.  Jacques Dalarun.

Robert d’Arbrissel  et la vie religieuse dans l’Ouest de la France (2004)

Auteur Pierre Toubert                                                                                 Collection : Disciplina monastica                                                            Editeurs: Turnhout Brepols Publishers

 Résumé

Ce colloque a joué d’un double registre thématique: tandis qu’une part des communications était centrée sur la singularité de Fontevraud au moment de sa fondation, les autres élargissaient le champ de vision aux dimensions d’une chrétienté alors en plein bouillonnement réformateur. Le cas de Fontevraud doit également être saisi en perspective des évolutions de l’institution monastique dans la longue durée: à partir de la seconde moitié du viiie siècle, la Regula Benedicti règne quasiment sans partage sur le monachisme franc; dès le xe siècle, cet ordre «carolingienottonien», au moment même où il s’organise en puissants réseaux tel Cluny, est l’objet d’une contestation exprimée par un retour vers l’expérience érémitique. La fondation de Robert d’Arbrissel s’inscrit dans cette logique. Elle s’en détache aussi par la place qui y est donnée aux femmes, sa monumentalité, sa liaison au plus haut pouvoir politique et sa résistance initiale au mouvement général de cléricalisation du monachisme.

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-I- AUTRES IMPLANTATION FONTEVRISTES

Lieu-dit Aire, commune de Quinssaines (03380)-Diocèse de Bourges

« Deux pages détachées d’un Cartulaire de la fin de XVème siècle donnent une singulière description d’une petite chapelle d’un simple hameau. Le texte est du 7 octobre 1463.

Dans la grange et métairie d’Aires, près Montluçon, en la paroisse de Quinssaines, au diocèse de Bourges, il y a une belle chapelle. Cette chapelle est couverte de tuiles et le pignon dans lequel est ménagée l’entrée est décoré d’une palme. Il y a une cloche bonne et suffisante. Item, deux missels dont l’un est muni de notes de musique, un calice de plomb ainsi que les vêtements et ornements sacerdotaux. Item, autour de ladite chapelle il y a six feux de. Il y a l’un dans l’autre un total de onze bâtiments dont une grange presque neuve, un cimetière autour de la chapelle, toute la franchise étant entourée de fossés ».
Le lieu-dit Aire, dépendait du prieuré d’Orsan, en Berry, qui fut l’un des premiers, si ce n’est le premier de l’ordre fontevriste ».

Biblio.

http://www.an1000.org/forum/707_0-petite-chapelle-fontevriste.html

Briéres-les-Séllés (91150) -Diocèse de Chartres-

aurait été le  siège  d’un petit prieuré  de femmes de l’Abbaye de Fontevrault  dès le 12 e siècle. Peut –être aussi, cette terre de Brières  n’a-t’elle été   qu’un simple bénéfice pour cette abbaye ?

Il est  envisageable  de penser in fine qu’il existait en ce lieu un Prieuré-Cure situé prés de l’église  et sans doute dans l’espace immédiatement au Nord.

Biblio.

Frédéric Gatineau. Corpus  historique Etampois

Brière –les-Scéllés  de A à Z.  Toponymie Brioline

Poster un commentaire

Classé dans Département 03, Département 18

-F- PRIEURE FONTEVRISTE DE FONGRAVE (47260)

Prieuré fontevriste de Fontgrave, commune de  Fongrave (47260) Lot –et-Garonne

Le village de Fongrave est établi sur la rive droite du Lot, auprés  d un prieuré de religieuses de Fontevrault fondé au Moyen Age, probablement au 12e siècle.

Pris d’ assaut en 1586 par les Protestants, menés par Geoffroy de Vivant (1543-1592), son  église priorale est  ravagée  de sorte  que   les éléments bâtis les plus anciens conservés ne sont pas antérieurs à la fin du 16e siècle.

Cette ancienne chapelle du XVIe siècle , église paroissiale Notre-Dame puis Saint-Léger, renferme le plus beau retable en bois sculpté de l’Agenais. Son tableau central  donne  à voir une Adoration des mages peinte  en 1649 par « un peintre de Toulouse » d’après une estampe, d’ un tableau de Rubens peint en 1618-1620 (aujourd’ hui aux musées royaux des Beaux-Arts de Bruxelles).

Ce qui fait  l’intérêt de ce tableau  pour le Dictionnaire  de l’Ordre monastique de Fontevraud, ce sont des ajouts à la représentation classique

– Une religieuse fontevriste orante au centre qui  pourrait être la prieure commanditaire du retable, Françoise de Campet (mais le halo lumineux autour de sa tête paraît plutôt désigner une sainte),

– un moine en robe noire agenouillé en bas à gauche (Robert d’Arbrissel ?).

Monclar. Référence Palissy IM47002817

Origine de l’image representant des gites ruraux  aménagés dans le Prieuré :

http://www.tourisme-villeneuvois.fr/votre-sejour/hebergements/locations-de-vacances/123892-gite-de-la-mairie-de-fongrave

Poster un commentaire

Classé dans * Belgique, Département 47

-R- PRIEURE FONTEVRISTE DE RELAY. PONT-DE RUAN (37200)

Relay (Vers 1107) au diocèse de Tours(37 Azay-le-Rideau). Att. au XVIIe siècle.

Maison d’hôte à 3 km de Saché, 8 km d’Azay-le-Rideau, et 10 km de Villandry.
http://prieure-de-relay.wifeo.com
Plan d’accés http://prieure-de-relay.wifeo.com/comment-y-venir.php

Cartulaire du prieuré de Relay
http://www.cn-telma.fr/cartulR/producteur1844/

Propriétaires : Stéphane et Béatrice du Mesnil du Buisson. Ce sanctuaire du XIIe siècle, a été créé par Robert d’Arbrissel vers 1106-1108. Son église, Notre-Dame de Relay sera consacrée en 1192, par une bulle du pape Calixte II. Connaissant des problèmes financiers, le prieuré sera fermé par ordre du Roi, en 1758. Parmi les bâtiments subsistant aujourd’hui et inscrits à l’inventaire des Sites : l’église Notre Dame de Relay, le monumental portail d’entrée et le pigeonnier.
http://tours.onvasortir.com/prieure-de-relay-quot-rdv-de-arts-quot-90581.html

D’autres photos  grâce au lien ci-dessous:

http://www.panoramio.com/photo/5174618

Jeanne de Brisson était Prieure en 1513.

http://collections.geneanet.org/ouvrages/index.php?action=showdoc&livre_id=31052&page=297&book_type=livre&rech=texier&country=FRA&region=CEN&subregion=F37&tk=be30c0a2cd8e31b0

Poster un commentaire

Classé dans Département 37

-P- PANCARTE DE L’ABBAYE NOTRE-DAME-DE-FONTEVRAUD

Nom : Abbaye Notre-Dame de Fontevraud

Autre forme du nom : ou Fontevrault

Localisation

Fontevraud-l’Abbaye, cant. Saumur-Sud, arr. Saumur, Maine-et-Loire, Pays de la Loire (France)

Bibliographie

Fleury, Paul de éd., « Pancarte sous forme authentique contenant diverses donations faites à l’abbaye de Fontevraud au commencement du XIIe siècle publiée d’après l’original du Palais des Archives », Bulletin de la Société des antiquaires de l’Ouest », t. 11, 1865-1867, p. 29-32..

Coordonnées Scientifiques  de la  notice

« Pancarte de l’abbaye Notre-Dame de Fontevraud [1] »,

in cartulR – Répertoire des cartulaires médiévaux et modernes, Paul Bertrand, dir. Orléans : Institut de Recherche et d’Histoire des Textes, 2006. (Ædilis, Publications scientifiques, 3).

[En ligne]

http://www.cn-telma.fr/cartulR/entite2688

Que  faut-il entendre par « Pancarte » ?

Pancarte

Documents de plus grande taille que la moyenne contenant un rassemblement d’actes ou de notices sur un même parchemin. Il recouvre des réalités diverses qu’il n’est pas toujours aisé de distinguer : notices récapitulatives de droits et de biens non authentifiées, chartes complexes regroupant plusieurs actes, actes de tradition destinées à authentifier des regroupements de courtes notices n’ayant jamais donné lieu à la rédaction d’actes complets, ou encore sortes de cartulaires-dossiers constitués pour la conduite d’une affaire déterminée (on les désigne alors sous les noms de « pancarte », « pré-cartulaire »).

http://www.cn-telma.fr/cartulR/glossaire/

Voir aussi :p. 252 du document auquel conduit le lien ci-dessous :

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1997_num_155_1_450867?_Prescripts_Search_tabs1=standard&

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-V- VISITEURS DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD

– Cantien HUE, Recteur de l’université de Paris, 

  né en 1442 . Prieur du Prieuré fontevriste de l’Encloître  en Gironde  en 1485.

Visiteur , encore en 1501, de l’ordre de Fontevraud

Mort le 4 avril 1502 et inhumé  dans une des chapelles  de l’église  fontevriste des Filles -Dieu de Paris , église démolie en 1798.

Son épitaphe a été heureusement  conservée :

Ci –Gist 

Cantien Hûe, digne de mention

Du monde,  de la chair, du diable

Ayant  victoire, de louable

Et celeste  conversation ;

    Lequel,an mil cinq cent et deux,

    De Saint Ambroise, jour  et feste,

    Sexagénai ret vertueux

     Rend l’esprit, eléve l’ateste*.

* Comprendre que c’est un de ses anciens élèves qui l’atteste.

http://www.corpusetampois.com/cle-16-1502epitaphedecantienhue.html

– Le RP Dom Gabriel de Sainte-Marie, Prieur  claustral des  Religieux du monastère  des pères bénédictins anglais  de Saint Malo,  ayant été  nommé  Visiteur de l’Ordre de Fontevrault  dés l’année 1619  et en suite appelé pour prêcher  dans l’église cathédrale Notre-Dame de Paris . Il fut fait évêque d’Archidal  à la sollicitation de Madame Marie de Lorraine , Abbesse de Chelles  qui affectionnait beaucoup ce Révérend  Père  à cause de ses grandes qualités et de son rare mérite.

http://www.infobretagne.com/saintmalo-monastere-saintbenoit.htm

Guillaume Richer de Monthéard, abbé de Saint Vincent du Mans en 1614, député aux états généraux  de 1614 et visiteur de l’Ordre de Fontevraud.

– Dans une lettre autographe  signé « L. de France » , Jeanne–Baptiste de Bourbon s’adresse au visiteur de la province d’Auvergne au sujet du conflit entre la prieure de Brioude  et le confesseur du prieuré : elle lui donne le pouvoir de régler  ce litige.

– Archives départementales de la Haute-Vienne. Relations avec l’ordre de Fontevrault

24 H 1   Registre des procès-verbaux des visites du prieuré de Boubon prés Cussac  établis par les visiteurs de l’ordre de Fontevrault pour la province de Bretagne. 1653-1788

Registre sur papier, non folioté, couverture cartonnée couverte de papier. Des feuillets manquent au début du registre et le premier procès-verbal a été ultérieurement relié. Chaque procès-verbal est scellé soit d’un timbre sec, soit du petit ou du grand sceau de l’ordre de Fontevrault.

http://www.archives-hautevienne.com/inventaires/inventaire_detail_popup.php4?idInventaire=790

– Au prieuré de Jourcey (Rhône), le compte -rendu de la visite faite  en 1489  par Jean Moreau, prieur de Saint-Laurent- de -Fontevraud  et  visiteur de l’Ordre  dévoile un prieuré  en bien mauvais état , materiel comme spirituel.  Il demande au  Prieur  de défendre les droits financiers de son Prieuré.

Bibliographie.

Les hommes et la terre en Forez à la fin du Moyen-âge: la seigneurie rurale … Par Claude Colombet-Lasseigne.p. 335.

Poster un commentaire

Classé dans Département 35, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 69, Département 72, Département 75, Département 77, Département 86, Département 87

-S- SCULPTURES ROMANES DE l’EGLISE SAINTE-MARIE DU GRAND-MOUTIER

Biblio.  générale.

Marie-Thérèse Camus, Elisabeth Carpentier, Jean-François Amelot. La sculpture romane du Poitou , Volume 2 :Le temps des chefs-d’oeuvre . Editions Picard 2009. p. 471 à 479.

* * *

 – Samson dans les sculptures de l’église abbatiale  du Grand Moutier  p. 50

– Deux  anges  courbés. Celui à la gauche du Christ  tenant la mandorle  dans laquelle trône le Sauveur tenant un livre fermé. L’ange de droite porte un livre semblable   Nef de l’église abbatiale  du Grand Moutier.p. 92, 273. Illustration 76 &  85 p.  93 & 101.

–  Dans les enchevêtrements de feuillages sculptés  de la nef de l’église abbatiale  du Grand Moutier  se glisse  la représentation  du retour auprès de Tobie , aveugle, de son fils , accompagné de son chien ( une des nombreuses représentations d’animaux) ,  qui va le guérir grâce à une fiole remplie de fiel qu’il tient  dans la main droite. (Tb 5-12).. p. 56 &  p 206. Illustration 208 p. 205. Voir aussi  l’illustration 535  à gauche en  haut de la page  473

Le père de Tobie le jeune vêtu d’une draperie à l’antique   est  assis  sur un siège aux  bras sculptés en forme  de tête de lion .Idem. p.  253 illustration 31 p.55. Derrière lui, une arcade en plein cintre flanquée d’un tour  évoquant  une maison de maître en pierre  p. 279 . Illustration p.31 précitée.

–  Cycle marial ( dormition, assomption et  accueil  au Ciel  par  Jésus ) sculpté  s’étirant sur plusieurs châpiteaux de la nef de l’église abbatiale  du Grand Moutier p. 117 ,228  . Illustration 105 p. 118 & 233 p. 228

– Deux apôtres, probablement Jean et Pierre . Illustration 106  p. 1189

– Représentation unique  dans la  sculpture romane poitevine  de l’archange Raphaël  p. 119 et  plus fréquente de l’archange Michel luttant  contre le dragon. Châpiteau de  Eglise abbatiale  du Grand Moutier Illustration 114 p. 122  tout en désignant deux  élus, l’un portant une palme et l’autre un petit livre ouvert. Illustration 115 p. 122

– Un homme  armé d’un grand couteau  essaye de se dégager des monstres  qui l’étouffent. Eglise abbatiale  du Grand Moutier p. 256. Illusttration  272 p. 256

– Aigle sculpté à Fontevraud . Eglise abbatiale  du Grand Moutier p. 294.

– Griffon  incarnant la puissance divine  à Fontevraud . Eglise abbatiale  du Grand Moutier. p.308.

–  Châpiteaux  de la nef  de l’église abbatiale  du Grand Moutier sur lesquels s’affrontent et se tordent  des oiseaux et  des animaux  fantastiques  dont les corps se terminent  en feuillages épanouis.p.308. p. 311.

– Feuilles sculptées  emboîtées les unes dans les autres, droites ou retournées  formant une suite dans  le déambulatoire et à la croisée de la nef et du transept p. 335.

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-B- PRIEURE FONTEVRISTE DE BOULAUR (32450)

Prieuré de Boulaur (32450) au diocèse d’Auch.

Province  fontevriste  de Gascogne.

L’Abbaye ( prieuré, peut-être plutôt?) Sainte Marie de Boulaur fut fondée en 1142 par Pétronille de Chemillé, abbesse de Fontevraud, l’archevêque d’Auch (32000) et Sanche Ier, né  vers 1045 , comte d’Astarac (32140?). Elle dépendait de l’abbaye de Fontevraud. La première abbesse de Boulaur fut Longuebrune, veuve du comte d’Astarac, qui à la mort de son mari avait décidé d’entrer dans les ordres.

Le monastère tire son nom du latin Bonus Locus, le Bon Lieu, et a donné son nom au village de Boulaur qui s’appelait auparavant Saint Germier, du nom d’un évêque de Toulouse qui évangélisa la région.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Boulaur

L’église, romane dans sa base, comprend trois travées de voûtes gothiques et deux travées Renaissance. Des fresques du XIVe siècle couvrent les voûtes du chœur et de la travée suivante. À l’intérieur, le cloître est du XVIIe siècle et abrite la statue d’une Vierge à l’Enfant datée fin XIIIe siècle – début XIVe siècle, retrouvée sous un carrelage et baptisée la « Belle Dame » de Boulaur. L’aile Est date de la fin du XIIIe siècle, avec une construction de briques et pierres alternées, remaniée au XVIIe siècle.

http://www.boulaur.org/abbaye-cistercienne-sainte-marie-de-boulaur/index.php?option=com_content&view=article&id=64&Itemid=18

Les religieuses de Sainte-Marie de Fontevrault  de Boulaur, se sont exilées à Vera de Navarra (Espagne).

Là elles ont publié deux  volumes d’une histoire de l’Ordre de Fontevrault  (1100-1908).

FONTEVRAULT. Histoire de l’ordre de Fontevrault (1100-1908) par les religieuses de Ste-Marie de Fontevrault de Boulaur (Gers) éxilées à Vera de Navarra (Esp.).
Auch, 1911-13
2 vol. in-8 br., front., pl.                                                                              Première partie: vie de Robert d’Abrissel.                                                Deuxième partie: les trente-six abbesses qui ont gouverné l’ordre de Fontevrault (1115-1792).

 * L’un intitulé les 36 abbesses de l’Ordre de Fontevrault.                                   

* L’autre intitulé « Histoire des  trois prieurés de Boulaur, Chemillé , Brioude »

Ces deux  volumes appartiennent à la Bibliothêque  du Prytanée militaire de La Flèche.

Poster un commentaire

Classé dans * Espagne, Département 32