Archives quotidiennes : 10 juin 2011

-R- REGLE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD ( Premières approches)

L’abbaye fut fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel qui établit sa communauté, relevant initialement de la règle bénédictine, sur un site au confluant des régions d’Anjou, de Touraine et du Poitou. Il y fondera un nouvel ordre fontevriste respectant les règles de chasteté, d’obéissance, de silence et de pauvreté.

L’abbaye fut fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel qui établit sa communauté, relevant initialement de la règle bénédictine, sur un site au confluant des régions d’Anjou, de Touraine et du Poitou.

Il y fondera un nouvel ordre fontevriste respectant les règles de chasteté, d’obéissance, de silence et de pauvreté.

http://coins-du-monde.over-blog.com/categorie-11699037.html

Frontispice de la Règle de l’Ordre

Patricia Lusseau

zoom

Frontispice de la Régle de l’Ordre de Madame Jeanne-Baptiste de Bourbon, ed. Antoine Vitray, F. Poitty, 1642, gravure, Angers, Archives départementales de Maine-et-Loire, © Archives départementales de Maine-et-Loire.

Ce frontispice gravé par F. Poitty se trouve dans la Règle de l’Ordre imprimée, en 1642, chez A. Vitray, à la demande de Jeanne-Baptiste de Bourbon, après qu’elle ait mis fin au conflit avec les religieux.

Cette règle, approuvée par les papes Sixte IV (1471-1484) et Clément VII (1523-1534), comporte deux parties, l’une de 74 chapitres pour les religieuses, suivant la règle de saint Benoît, et l’autre de 16 chapitres pour les religieux suivant celle de saint Augustin. Elle organise dans tous les détails la vie des Fontevristes, au spirituel comme au temporel. Les devoirs évoqués concernent ceux de la religieuse envers Dieu, les autres moniales et la religion. Dans cette règle, les trois mesures imposées par la réformation sont observées, à savoir le rôle majeur de la grille dans l’église abbatiale lors des principales cérémonies, la clôture et la vie en commun. De plus, les religieux sont totalement soumis au pouvoir de l’abbesse et de la prieure. La règle désormais écrite et imprimée, donc sans appel, empêche toute nouvelle velléité de révolte.

La gravure rappelle les fondements de l’ordre, en se référant aux dernières paroles du Christ sur la croix qui s’adresse, à la Vierge en disant « Mère voici ton fils » et à saint Jean, « Voici ta mère ». De cette manière, il confie saint Jean à sa propre mère et les abbesses justifient ainsi leur autorité sur les religieux de l’ordre. Sans doute pour renforcer le poids de ces paroles et de cette soumission, le graveur fait pencher la tête du Christ non pas vers la Vierge mais vers saint Jean qui dit au religieux de l’imiter. Ce religieux figure à fois le fondateur Robert d’Arbrissel, et Jean Lardier, prieur de Saint-Jean de l’Habit, en tant que son représentant à cette période. Les deux personnages contemporains, l’abbesse et le prieur, sont en parallèle des personnages bibliques. Le prieur tient avec l’abbesse la règle de l’ordre. Il s’adresse aux religieux, représentés derrière les moniales et l’abbesse, pour les inciter à obéir à leur mère et à se mettre sous sa totale autorité spirituelle, évoquée par la crosse abbatiale. Les armoiries de Jeanne-Baptiste de Bourbon, avec la couronne de France, officialisent aussi cette scène des origines de l’ordre. Les paroles gravées dans ce frontispice ont la forme de phylactères fréquemment utilisés dans l’iconographie religieuse chrétienne.

http://musea.univ-angers.fr/rubriques/elements/popup/popup_esp.php?ref_notice=515

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-R- DES RESISTANTS INTERNES A FONTEVRAUD DANS L’ABBAYE-BAGNE (1940-1944)

Base Questions > 2002

Valorisation de l’action résistante et patriotique dans le projet de musée existant pour l’ancienne abbaye de Fontevraud

12 ème législature

Question écrite n° 04305 de  Mme Marie-Claude Beaudeau  (Val-d’Oise – CRC)

publiée dans le JO Sénat du 28/11/2002 – page 2841

Mme Marie-Claude Beaudeau rappelle à M. le secrétaire d’Etat aux anciens combattants la question écrite n° 38331 du 7 février 2002, page 339, restée sans réponse à ce jour. Elle attire à nouveau son attention sur la conservation de la mémoire des héros de la Résistance incarcérés dans l’ancienne abbaye de Fontevraud (Maine-et-Loire).

A une question qu’elle avait posée le 12 novembre 1998 à son prédécesseur, celui-ci l’avait assurée, dans sa réponse publiée au Journal officiel du 11 décembre 1999, qu’il s’agissait d’un sujet sensible auquel il était attaché et qu’il serait disposé à soutenir toute initiative afin de concrétiser le souvenir de cette période tragique de l’histoire. Elle lui fait savoir qu’il existe désormais des recherches avancées sur l’histoire du bagne qui a fonctionné à l’abbaye de Fontevraud durant 160 ans et qui a fermé en 1963. Elle lui demande de lui faire savoir s’il ne conviendrait pas d’intégrer au projet de musée existant une partie importante consacrée à la Résistance. L’abbaye de Fontevraud était devenue un bagne anti-Français de 1940 à 1943 où ont été exécutés plusieurs dizaines de résistants.

Elle lui demande de lui faire connaître les mesures qu’il envisage pour que le musée valorise l’action résistante et patriotique de toute une période, faisant partie intégrante de la mémoire et du patrimoine de l’abbaye de Fontevraud, mais aussi de la France.

 Réponse du Secrétariat d’Etat aux anciens combattants

 publiée dans le JO Sénat du 17/04/2003 – page 1315

Propriété de l’Etat, l’ancienne abbaye royale de Fontevraud, mise à la disposition de la région des Pays de la Loire par convention, abrite le Centre culturel de l’Ouest (CCO) qui est chargé, notamment, de l’animation et de l’organisation des visites.

L’Etat assure un important programme de travaux de restauration et d’entretien auquel, depuis 1975, il a consacré plus de 3 500 000 euros. S’y ajoutent d’indispensables opérations d’aménagement au titre desquelles il était notamment prévu de créer un espace d’exposition. A la suite d’importants désordres causés par les eaux pluviales et face à la nécessité de réaliser des travaux d’urgence et de sécurité représentant un coût important, l’aménagement de l’espace du musée a dû être différé.

En conséquence, le lieu qui devrait permettre de présenter l’histoire carcérale de Fontevraud de 1804 à 1965, ne pourra pas être disponible avant plusieurs années.

Cependant, une solution palliative a été mise en oeuvre. Ainsi, dans la  » Cour des geôles « , à proximité de l’entrée, une exposition récemment mise en place informe les visiteurs du passé carcéral de l’abbaye en présentant des éléments de la vie quotidienne des prisonniers (effets vestimentaires, objets, …) et honore la mémoire des martyrs de la Résistance emprisonnés et fusillés à Fontevraud. Sont notamment présentés, dans une vitrine, un émouvant texte de Mme Jackie Le Galleu-Tallouarn,  » Mon premier parloir « , dans lequel elle décrit sa visite rendue en février 1942 à son mari emprisonné pour faits de Résistance, l’état nominatif, établi le 13 juillet 1945, des résistants fusillés par les Allemands – six en février 1942 et quatre en décembre 1942 – ainsi que la reproduction de graffitis relevés dans les cellules. Est également affiché, dans une cellule, un extrait du texte de Louis Breton,  » Ces hommes qui ne reculaient pas devant la mort… « , tiré de Mes bagnes de la Loire au Danube, qui retrace la souffrance des résistants emprisonnés à Fontevraud .

http://www.senat.fr/questions/base/2002/qSEQ021104305.html

http://www.tierslivre.net/krnk/spip.php?article744

La plaque  commémorative  ci-dessus a été posée le  12 mars 2005.

———-

Roger POITEVIN.

Abbaye-Bagne de Fontevraud, 1940-1944, des Résistants dans une ancienne Abbaye.

Préface de Bertrand MÉNARD.

Édite par l’AFMD 49 en septembre 2009.  230 pages. Photographies en couleurs.

Prix : 15 Euros. Port : 3€.

Commander à :AFMD 49   3 rue des Fauvettes. 49070 BEAUCOUZE

Abbaye-bagne de Fontevraud 1940-1944

Éditions AFMD 49, 2009

Le livre s’ouvre sur une évocation des circonstances historiques qui conduisirent à l’installation d’une Prison centrale dans l’Abbaye de Fontevraud, à la suite de la suppression des bagnes coloniaux, …

Des plans suivis de photographies permettent ensuite de visualiser les lieux. Puis l’auteur décrit l’arrivée du détenu, son installation dans les « cages à poules », la vie quotidienne, les travaux obligatoires dans les ateliers de chaises, de confection et de filature, la discipline, le personnel carcéral, les punitions, la nourriture, l’hygiène, le repos, le courrier.

….

La seconde partie de l’ouvrage est constituée d’un appareil statistique concernant les détenus de droit commun et politiques (dates de naissances, professions, motifs de condamnations, etc.).

La troisième partie du livre est constituée  de témoignages de Déportés qui ont connu l’internement à Fontevraud

http://philippepoisson-hotmail.com.over-blog.com/article-abbaye-bagne-de-fontevraud-1940-1944-73358647.html


Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye