Archives quotidiennes : 30 juin 2011

-R- « ROBERTINS » : Autre nom des Fontevristes.

196 -ENSEIGNEMENTS PAÏENS AUX 11e ET 12e SIÈCLES.

Comme un édifice brave facilement l’injure du temps s’il repose sur de solides fondements, c’est aussi dans les jours de combat la grande préoccupation de l’Eglise d’assurer par des mœurs pures la rectitude et la vigueur de l’esprit. Pour agir plus efficacement contre les ennemis du dehors, elle se réforme elle-même , elle se   elle suscite dans son sein des élans de sainteté qui puissent contrebalancer les élans de perversité.

  L’ordre moral vient ainsi appuyer l’ordre métaphysique. C’est ainsi qu’au 11e et au 12e siècle des ordres religieux, les Chartreux (en 1084), les Cisterciens (en 1098), les Robertins de Fontevrauld (1106), les chanoines de Grandmont (1076), de S. Victor (1112), de Prémontré (1119-1121), comme aussi les Clunistes réformés (v. 940) concourent très efficacement à sauver la chrétienté par leurs pratiques austères. 

http://www.archive.org/stream/annalesdephilos32labegoog/annalesdephilos32labegoog_djvu.txt

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-G- LES GISANTS DE FONTEVRAUD, offerts par trois fois (1810-1816-1866) par la France à l’Angleterre !

Quatre des six statues funéraires des Plantagenêts disposées sous le mausolée échappent à la tourmente révolutionnaire et aux réutilisations comme matériaux de construction lors des travaux d’aménagement de l’ancienne abbaye. En 1810, ils « gisent là parmi les décombres », dans l’abbatiale.

Quelques années plus tard (1816), l’Anglais Stothard  suggère leur translation à l’abbaye de Westminster.

…. .

C’est compter sans l’indignation des Angevins : le préfet de Maine-et-Loire s’oppose à cet enlèvement et réclame au directeur de la prison un emplacement plus convenable

Une seconde réclamation intervient deux ans plus tard, suivie de la part du préfet d’une réponse tout aussi ferme que la précédente. .

En 1866, un article, dans la Pall Mall Gazette propose à nouveau le transport des Plantagenêts à Westminster. À peu de temps de l’exposition universelle il peut être souhaitable de ménager l’opinion anglaise et Napoléon III offre les statues à la reine  d’Angleterre Victoria

Il se heurte aussitôt à une levée de boucliers (1866-1867) qui le place en situation délicate, dont il sera délivré par la reine Victoria qui le dégage de sa promesse.

…..

Retrouvez l’ensemble des analyses  ci-dessus en activant le lien ci-dessous:

https://docs.google.com/viewer?a=v&q=cache:_pgsEONMdugJ:www.editionsgaud.com/download/ex_fontevraud.pdf+www.editionsgaud.com/download/ex_fontevraud.pdf&hl=fr&gl=fr&pid=bl&srcid=ADGEEShDXWxD1CfrjkZAcz4MjwBnb2E_uidxLCScss4eDX5FF86XHoiOhjntt701qFJGPhRe9MeZN72lF3XFgjPfRNTEMZtxMeI2m4Je-aXrXigjB4bxSGiZuvs_cnV7XaW5a5P6IHYH&sig=AHIEtbQVtDDeYYHFoMnWQoMU799FF-Uhcg

 

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye