Archives mensuelles : septembre 2011

-S- SITE DU PRIEURE SAINT JEAN DE l’HABIT. Actuel cimetière de la commune dominant l’abbaye.

  Les  ifs que  vous apercevez au second plan jalonnent  l’allée interne  au cimetiére qui, après un angle droit , conduit , notamment à la tombe de M. l’Abbé Pohu, dernier  curé du bourg de Fontevraud et dernier aumônier  de la centrale , tombe situé non loin de l’endroit où a été pris cette photo.

   Derrière  la  forêt  au second  plan commence le plateau dominant Candes -Saint -Martin, plateau surplombant lui-même le  confluent de la Loire et de la Vienne.
http://fondation-patrimoine.org/fr/pays-de-la-loire-18/tous-les-projets-851/detail-murs-d-enceinte-et-calvaire-du-cimetiere-des-detenus-3380

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-M- PRIEURE FONTEVRISTE DE MOMERES (65360)

Momères, canton de Laloubère , au diocèse de Tarbes

Le nom de  Moméres  est  peut-être dérivé (?) de Los croca-michetas (les croque miches) : il y avait à Momères un couvent de dames de l’ordre de Fontevrault, qui faisaient, une fois par semaine, une distribution de miches de pain aux indigents : de là le sobriquet de « croque-miches ».                         http://arcizacadour.free.fr/mairie/article.php3?id_article=3

FRANCEZ (Jean), Le prieuré des dames de Fontevrault à Momères, Tarbes 1971  http://sabadie.chez.com/DEAbiblio.htm

Le moulin des dames de Moméres  de l’ordre de Fontevraud établi sur un des canaux traversant la ville de Tarbes, et dérivant de l’Adour)   était alloué  depuis 1602 en sous-ferme  à la ville. Il sera  racheté  à la Révolution en tant  que  bien national par le prêtre  Louis Bellegarde, toujours pour produire de la farine,   puis il passera  dans les propriétés  du baron de Clarac . Faute d’entretien il s’écroule en 1908.

Le magazine de la mairie de Tarbes. Mars-juin 2011 . N° 150 p.18  http://www.tarbes.fr/fichier_kiosque/91_mag_mars_internet_modif.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-P- TROIS PORTRAITS D’ABBESSES DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD CONSERVES EN L’ABBAYE ROYALE.

– Portrait de Gabrielle de Rochechouart de Mortemart, 32e abbesse de Fontevrault (1645-1704)  , dite « la reine des Abbesses ». 3e quart 17e siècle

Pour  voir ce portrait, activez  le lien suivant:  https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/lordre-monastique-de-fontevraud/                   Puis  gagnez le paragraphe intitulé :                                                                                                                                          IV. Les Abbesses de l’Ordre                                                                                                                                                             et  consultez l’analyse consacrée à « Gabrielle ».

– Portrait de Mme Marie-Louise de Thimbronne de Valence, 35e  abbesse de Fontevrault (1753-1765 ).  2e moitié 18e siècle

– Portrait de Mme Julie-Gilette- de Pardaillan  d’Antin, 36 e abbesse de Fontevrault, (1765-1792) . 2e moitié 18e siècle                                                                                                                                                                                    Pour  voir ce portrait, activez  le lien suivant:  https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/lordre-monastique-de-fontevraud/                   Puis  gagnez le paragraphe intitulé :                                                                                                                                          IV. Les Abbesses de l’Ordre                                                                                                                                                             et  consultez l’analyse consacrée à « Julie « .

La  description de ces trois  oeuvres provenant  du château de Dénée  (49190 ?)  peut être retrouvée grâce  à la base de  données Palissy du Ministère de la Culture

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-F- PHOTO DU BÂTIMENT ABRITANT LE CAPTAGE DE LA FONTAINE SAINT ROBERT, Prieuré de la Madeleine

Pour trouver la photo, activer le lien suivant  :  https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/labbaye-royale-de-fontevraud-2/                                                                                                   et  chercher le paragraphe VI                                                                                            Le prieuré  Sainte Marie-Madeleine                                                                puis  le sous-paragraphe :                                                                                                 – La fontaine Saint-Robert sise dans le prieuré de la Madeleine.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-T- ANALYSE TECHNIQUE, avec quatre photos, des DEGRADATIONS QUE PEUT CONNAÎTRE LE TUFFEAU

«Tendre comme la pierre»

Monuments en tuffeau. Guide pour la restauration et l’entretien.                                                                                                                                                                                                Ouvrage collectif sous la direction de Michel RAUTUREAU, Université d’Orléans

3. LA NATURE DES DÉGRADATIONS DES PIERRES EN OEUVRE

3.1. EFFETS MÉCANIQUES ET PHYSIQUES SUR LA PIERRE

            3.1.1. Action des contraintes mécaniques

             3.1.2. Action de la température

 3.2. DÉGRADATIONS DE NATURE CHIMIQUE:

a/ La pierre évolue par elle-même

b/ Actions chimiques des agents extérieurs :

3.2.1. Effets de l’eau

a/ Action directe de l’eau :

(4) (Photo) Altération par dégradation pulvérulente du tuffeau de l’abbaye de Fontevraud

(cloître Sainte Marie, Grand-Moûtier).

(5) (Photo)  Altérations en plaques du tuffeau de l’Abbaye de Fontevraud.

b/ Agents extérieurs à la pierre et à l’eau

Figure 9 : (Photo) colorations dues à l’émergence d’oxyde de fer venant de l’intérieur de la pierre

Figure 10 : illustration de la progression par diffusion de l’oxyde de fer dans le tuffeau

(même origine) (Fontevraud, St Lazare, Nov. 1985)

http://www.culture.gouv.fr/culture/conservation/fr/preventi/tuffeau/chapitre_032.htm

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-O- Où l’on voit ANTOINETTE D’ORLEANS- LONGUEVILLE, GRANDE VICAIRE de l’Ordre de Fontevraud, TENTER DE S’EVADER NUITAMMENT DE L’ABBAYE ROYALE

La chère et vieille tante d’Antoinette, Eléonore de Bourbon, abbesse de Fontevraud. Celle-ci ne voudrait pas mourir sans avoir vu nommer après elle une princesse de son sang, afin que cet empire monastique de 150 prieurés, vrai patrimoine héréditaire, ne sorte pas de la maison de Bourbon. La nièce qu’elle désire c’est Antoinette, dont elle a entendu vanter la réputation, et qui lui paraît apte à réformer au moins l’abbaye chef-d’ordre. Que cette nièce soit religieuse feuillantine à Toulouse ne présente pour Madame de Fontevraud aucun obstacle, vu les dispositions du nouveau pape Paul V.                                                                               …

Paul V, (informé du refus  en cours  d’Antoinette)  réputé bon juriste, a très bien vu la force des arguments avancés, comme le montre la teneur du bref expédié de Rome le 4 juin 1605 ; aussi ménage-t-il à la dame feuillantine une porte de sortie ; au lieu de la coadjutorerie, qui implique la succession automatique, il propose à  Antoinette la fonction de Grande Vicaire, et ce pour la durée d’un an, à titre d’essai. Si vraiment elle ne peut s’adapter, elle pourra revenir dans son monastère. Et pour bien montrer qu’elle demeure cistercienne, elle sera autorisée à conserver l’habit blanc, de même que les trois auxiliaires qui l’accompagneront, sa secrétaire, son confesseur et son chapelain.

(Pour autant) Les grandes dames qui peuplent Fontevraud se révoltent à l’idée de changer de vie ; elles ont d’ailleurs une autre candidate, aimable à souhait, dix-huit ans, la dernière fille du duc de Guise assassiné à Blois, Renée de Lorraine, élevée dans la maison. Pour couper court à toute contestation, Madame Eléonore l’expédie, le 23 septembre 1605, en Languedoc, dans un riche prieuré, assortissant ce départ d’importantes donations personnelles. La place est nette. Ce coup de force, qui n’annonce rien de bon, renforce l’opinion d’Antoinette qu’il ne faut pas bouger.                                                                                                         ….

Exaspérés, les Bourbons se font alors plus pressants, et obtiennent de Paul V qu’il rédige un nouveau bref où il use cette fois de l’arme absolue, l’excommunication en cas de résistance.  Cette fois, il faut partir, mais Antoinette promet de revenir au bout d’un an.                                                                         ….                                                                                                         Comme on ne lui permit pas, une délégation des Feuillants de Toulouse réussit  en novembre 1606,à parvenir jusqu’à la Grande Vicaire de Fontevraud, lui remontrant qu’elle était en état de désobéissance vis-à-vis de son Ordre, puisque l’année était écoulée et qu’elle n’était pas rentrée à Toulouse. Se plairait-elle dans les honneurs de sa fonction ? Pourtant, la situation était claire, et les dames feuillantines l’avaient réélue comme prieure pour l’année 1607.                                                                                          Madame d’Orléans n’hésite pas un instant : elle prépare une évasion nocturne grâce à quelques-unes de celles qui ne rêvaient que de son départ et fait avertir sa cousine lyonnaise, Mme de La Part-Dieu, de lui amener une voiture en un lieu proche de Fontevraud. Mais au  moment de franchir la dernière porte, Antoinette trahie est arrêtée. S’ensuivent séquestration et interrogatoires relatifs à ses complices, puis enfermement de sûreté jusqu’au retour d’un émissaire ,M. Gautier,  qui aussitôt avait pris le chemin de Rome. Il revient à Pâques 1607 avec une bulle annulant les  brefs antérieurs, et constituant Antoinette coadjutrice … et non plus seulement Grande  vicaire, de sa tante.

(à suivre)

Micheline Cuénin                                                                      ANTOINETTE D’ORLÉANS-LONGUEVILLE, PRINCESSE HÉROÏQUE ET REBELLE                                                                        Mémoires 2004 de l’Académie d’Orléans (Agriculture, Sciences, Belles -Lettres  et Arts) . VI e série . Tome 14) p. 29 à 40.    www.lacado.fr/files/memoires_2004.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-L- PRIEURE FONTEVRISTE de LA BIGNOTIERE ou LA BIGORLIERE (79240)

BEAULIEU-SOUS–PARTHENAY (79420)

Vestige du prieuré fontevriste  de La Bignotière  ou Bigorlière avec sa métairie XVIIe.

Pendant la révolution, le prieuré est  scindé en lots, vendus séparément en 1796, ce  qui entraînera sa  disparition ainsi que celle de la majeure partie de ses archives.

L’église romane Saint Jean (NDLRB.  de l’Habit?), en forme de cella, est dotée  d’un clocher peigne à deux étages. Ella avait  brûlé en 1944 dans un incendie volontaire  déclenché par les troupes allemandes.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-L- DES LEGITIMISTES EMPRISONNES DANS UN QUARTIER POLITIQUE SPECIFIQUE DE l’ABBAYE-BAGNE DE FONTEVRAUD (1834).

La  circulaire de Thiers  du 7 août 1834  relative au traitement plus  favorable qu’il y a lieu de réserver aux prisonniers politiques par rapport aux prisonniers de droit commun a vocation à s’appliquer  à l’ensemble des prisons françaises… Toutefois en désignant expressément  deux d’entre elles dans sa  circulaire,  Fontevraud et Clairvaux, , Thiers en fait  non pas des prisons politiques  stricto sensu, mais des prisons  de droit  commun pourvus  des deux  quartiers politiques  les plus importants du royaume : la  première, Fontevraud  parcequ’elle est la prison attitrée des légitimistes, la seconde, Clairvaux,  parce qu’elle est celle qui accueille le plus de républicains..
C’est à compter de cette  circulaire, précisément ,  qu’il fut décidé d’y instituer   un quartier politique   mÊme si des légitimistes y avaient  déjà  été emprisonnés sans  distinction d’enfermement  auparavant.                                                                                                                                     ….

Laurent  Boscher. Histoire des prisonniers politiques , 1792-1848: le châtiment des vaincus p. 326, 327.                                                                                                                       Paris . L’Harmattan 2008.

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-O- Antoinette d’ORLEANS-LONGUEVILLE (1572-1618), transférée des FEUILLANTINES DE TOULOUSE à L’ABBAYE DE FONTEVRAUD sous peine … d’EXCOMMUNICATION!

Prestigieuse ascendance que celle d’Antoinette  puisque sa mère   est cousine germaine d ‘Eléonore de Bourbon Abbesse de Fontevraud et d’Antoine de Bourbon père  d’Henri IV.  Jeune veuve , et mère  de deux  fils, son  mari ayant été  tué en tentant de prendre d’assaut le Mont Saint Michel. Aprés avoir rmis en ordre  les affaires de son mari, Antoinette entre le 23 octobre 1599  chez les Feuillantines à Toulouse .Le 31 octobre elle reçut  l’ Habit et le nom de Soeur Antoinette de Sainte Scholastique, elle a 27 ans. En 1604 elle est élue Prieure à l unanimité.                                                                                                                                                                                  Hélas ce  bonheur tout  spirituel n’allait pas durer. Aprés les désastres des guerres de religion la situation est grave dans l »Ordre de Fontevraud. L’Abbesse Èléonore de Bourbon, tante du Roi Henri IV  » de rétablir l’observance d’abord en ce qui concerne la vie commune mais déjà  elle sent le besoin d une aide. Elle pense alors à sa nièce toute jeune  prieure  des  Feuillantines de Toulouse qui n’envisage d’ailleurs pas deles quitter.                                                                                                                                                       L’Abbesse  Eléonore de Bourbon sollicite alors  du Pape un Bref qui, sous peine d ‘excommunication, ordonne à Madame d’ Orléans de sortir des Feuillantines pour se rendre à Fontevraud ayant le choix de devenir Grande Vicaire de l’Abbesse ( ce qui se passsa)  pendant un an ou d ‘exercer la charge de coadjutrice tout en gardant l’habit des Feuillantines. Madame d »Orléans arrive à  Fontevraud le 25 octobre 1606 et s’efforcera, mais en vain, son charisme étant autre, et les opoositions à son action étant fortes, de réformer l’Ordre

Après la mort de l’Abbesse Eléonore de Bourbon en 1611, Madame d’Orléans refuse de prendre la succession et se retire au prieuré fontevriste  de Lencloître, où les religieuses sont, elles, favorables à la réforme. Sous l’impulsion de cette femme résolue et avec l’aide du père Joseph, capucin, la communauté de Lencloître s’accroît rapidement pour donner naissance à Poitiers en 1617 à un nouvel ordre monastique : la  Congrégation des  filles du calvaire dite aussi : « les Calvairiennes ».

http://benedictinesmontdesoliviers.org/Madame-Antoinette-d-Orleans.html

2 Commentaires

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Département 86

-B-PRIEURE FONTEVRISTE DE BLESSAC (Creuse)

Blessac (1113) (23200) au diocèse de Limoges. Att. au XVIIe siècle.

«Blessac demeure un des rares établissements monastiques de la Creuse où ait subsisté un ensemble de construction permettant de retrouver l’aspect du couvent dans son agencement du XVIIIe siècle », explique l’architecte aubussonnais Patrick Trapon. Il a en charge la restauration de l’église Saint-Martial, bâtie au XVIIIe siècle sur l’emplacement d’un édifice du XIIe siècle. »

Origine de la photo :http://fr.wikipedia.org/wiki/Blessac

L’église, le château, l’étang et le verger, constituent un ensemble à l’harmonie séduisante, au coeur du bourg de Blessac. L’ancien monastère, devenu château privé, a été magnifiquement rénové.

robert.guinot@centrefrance.com

http://www.lamontagne.fr/editions_locales/creuse/eglise_de_blessac_un_chantier_qui_approche_les_500_000@CARGNjFdJSsGFB0DAh8-.html

 Extrait de la notice de l’abbé Lecler (1902) :

Cure de l’ancien archiprêtré d’Aubusson, dont le patron était Saint-Martial. C’était la prieure de Blessac et son couvent qui y nommaient les titulaires.

L’église actuelle est une partie de celle de l’ancien prieuré, dans laquelle se faisait l’office paroissial à  l’autel de Saint-Martial.

Les tombeaux des vicomtes d’Aubusson et ceux des barons de La Borne étaient dans une chapelle de ce couvent, qui a été démolie pour y faire le chœur des religieuses (JOULIETTON, II, 133).

Blessac avait un prieuré de filles de l’ordre de Fontevraud, sa tête était l’Assomption de la sainte Vierge. La prieure était élective et triennale. Ramnulphe Ill° du nom, vicomte d’Aubusson donna, en 1049, la terre de Blessac à sa fille qui y était supérieure d’une maison de l’ordre de saint Benoît. Au commencement du XII° siècle, Raymond IV° du nom, vicomte d’Aubusson, remplaça ces religieuses par des moines de Saint-Augustin. Mais sa mère, alors prieure de Tusson, vint le voir et obtint de lui et des moines, que la communauté de Blessac accepta les modifications apportées par le bienheureux Robert à la règle de Saint-Augustin et se donnât à Fontevraud. Il prit lui-même l’habit de Fontevraud en 1120.

Cette communauté d’hommes fut ensuite supprimée, et les religieuses fontevristes s’y sont consacrés jusqu’au moment de la Révolution à l’instruction et à l’éducation des jeunes filles.

Il reste encore quelques bâtiments du prieuré; ils datent des XVI° et XVII° siècles nie à celle de Blessac.

http://www.gendep23.org/zx2010/cantons/Aubusson/Blessac/pgecmne_23024.html

1 commentaire

Classé dans Département 23