Archives quotidiennes : 10 octobre 2011

-V- LE POINT DE VUE « nuancé » DE VOLTAIRE SUR LE FAIT QU’UNE FEMME, l’Abbesse de Fontevraud, , NOMME DES PRIEURS ET DES CURES

La reine Élisabeth d’Angleterre eut donc le titre de chef de la religion anglicane. Beaucoup d’auteurs, et principalement les Italiens, ont trouvé cette dignité ridicule dans une femme : mais ils pouvaient considérer que cette femme régnait ; qu’elle avait les droits attachés au trône par les lois du pays …. Une reine d’Angleterre qui nomme un archevêque de Cantorbéry, et qui lui prescrit des lois, n’est pas plus ridicule qu’une abbesse de Fontevrault qui nomme des prieurs et des curés, et qui leur donne sa bénédiction : en un mot chaque pays à ses usages.

Page:Voltaire – Œuvres complètes Garnier tome12.djvu/499

http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Voltaire_-_%C5%92uvres_compl%C3%A8tes_Garnier_tome12.djvu/499

Pour  une réfutation de l’analyse  ci-dessus                                                                                                https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2012/12/27/c-la-comparaison-faite-par-voltaire-a-propos-des-pouvoirs-de-la-reine-dangleterre-et-des-abbesses-de-fontevrault-etait-erronee/

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble