Archives mensuelles : décembre 2011

-L- PRIEURE FONTEVRISTE DE LA CHAISE DIEU DU THEIL (27580)

Prieuré de La Chaise-Dieu (du Theil)  (27580) au diocèse d’Evreux

« Jusqu’au  XII e  siècle  le site se nommait le Désert. Il y existait un ermitage. L’édification d’une chapelle nommée Chaise-Dieu, commence à donner vie au site. Lorsque fut fondée une abbaye en 1132, la chapelle prit le nom de Vieille-Chaise-Dieu. Vers 1140 le nom de « Casa dei » est approuvé. Le prieuré de l’ordre de  Fontevrault investit l’ancienne abbaye qui devient Prieuré de Fontevrault de Chaise-Dieu, où vivaient des religieuses. Cette partie du village contient encore des architectures du XIIe siècle :                                                                                                                                                                          – La maison de la Prieure à l’intérieur du couvent                                                                                                   – la chapelle Saint-Jean destinée aux serviteurs des religieuses (cependant seule la façade en briques, grès et damier de silex du couvent se trouvent dans leur état d’origine)                                        – le lavoir  restauré avec des tabliers à mouliners adaptables selon la hauteur de l’eau                                                    – le four à pain  collectif   »                                                                                                                       http://fr.wikipedia.org/wiki/Chaise-Dieu-du-Theil

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- COMMENTAIRES DES LISEURS MIS EN LIGNE SUR LE BLOG https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/

Vous êtes certes déjà nombreux à lire les analyses que nous mettons en ligne  sur   ce  blog  mais  vous commencez à y laisser aussi des  commentaires  que nous  vous livrons  ci-dessous .                                      Merci de tenir  compte à leur lecture  que  commentaires et réponses  ont été  effectués en Anglais et  qu’il existe  donc des aléas de traduction … mais le  fond reste élogieux.

L’HISTOIRE DE L’ABBAYE DE FONTEVRAUD ET DE SES ABBESSES par Jean de l’Habit.

Reyes Tagupa a déclaré il ya 15 heures:

Quelqu’un essentiellement aider à faire sérieusement messages je dirais. C’est la première fois que j’ai fréquenté le site Web de votre page et donc loin? J’ai étonné par la recherche que vous faites pour créer ce publiera notamment incroyable. Travail fantastique!

Vous a déclaré il ya 12 heures:

Merci pour votre message. Je suis tombé amoureux de l’Ordre de Fontevrault et il n’est pas difficile pour moi d’écrire des articles à ce sujet (!); C’est plutôt un plaisir.

Répondre au SUJET »


-E-ESPACES Funéraires la DANS LE SIS déambulatoire, Les Chapelles RAYONNANTES HE LE TRANSEPT DE L’ABBATIALE SAINTE-MARIE-DE-FONTEVRAUD par Jean de l’Habit.

Kathy a dit Il ya 1 semaine:

Bonjour! Je voudrais juste donner un pouce énorme pour l’info que vous avez une grande ici sur ce post. Je serai de retour sur votre blog pour plus tôt. remèdes maison d’acné

Vous a déclaré il ya 6 jours:

J’ai lu votre post avec un grand plaisir. Il ya beaucoup de choses à dire sur l’Abbaye de Fontevraud. Mon étude de l’ordre de Fontevraud n’est pas fini, pas du tout.

Répondre au SUJET »


-D-L’Abbaye Royale de Fontevraud TROP DISCRET SUR « LA HAUTE ACTIVITE DU LIEU SPIRITUELLE ». par Jean de l’Habit.

Table de multiplication a déclaré il ya 1 semaine:

i like it

Vous a déclaré il ya 1 semaine:

Merci pour votre message de douceur.

Répondre au SUJET »


-R-RICHESSE DE PROVERBIALE l’Abbesse de Fontevraud par Jean de l’Habit.

jeux pour les enfants a déclaré il ya 3 mois:

Je tiens à vous remercier pour les efforts que vous avez fait la compilation de cet article. Vous avez été une inspiration pour moi.J’ai transmis cela à un de mes amis.

Vous a déclaré il ya 3 mois:

Merci pour vos félicitations. L’ordre monastique de Fontevraud est un sujet magnifique pour moi.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- DEUX RELIGIEUSES DU PRIEURE FONTEVRISTE DE LA CHAISE-DIEU.

« Pétronille et Odeline  de Chambray,  filles de Jean I er  et de Marguerite  du Fresne qui furent religieuses à la Chaise-Dieu, Ordre de Fontevraud. L’an 1283 , au mois d’avril, leur Père aumôna à ce monastère Huit livres de rente à prendre  sur la terre de  Chambray, du consentement de jean de la  Ferté-Fresnel, son cousin germain, aîné de la maison   et du Parage ».

http://books.google.fr/books?id=Bh8VAAAAQAAJ&pg=PA166&dq=%22P%C3%89tronille+%26+Odeline,+qui+furent+Religieuses+la+Chaise-Dieu,+Ordre+de+Fontevrault%22&hl=fr&sa=X&ei=xvr9TpOSO5Of8gPts-meAQ&ved=0CDsQ6AEwAA#v=snippet&q=p%C3%A9tronille%20et%20odeline&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-E- A l’ECOLE (5 éme) ON PARLE AUSSI DE FONTEVRAUD.

L’OCCIDENT MEDIEVAL (chapitres 2, 3, 4, 5)

CHAPITRE  4 . La place de l’Eglise

L’abbaye de Fontevraud est une abbaye royale ne dépendant d’aucun ordre (mais d’inspiration bénédictine), fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel, et située près de Saumur en Anjou (maintenant Maine-et-Loire), près du confluent de la Loire et de la Vienne. La grande particularité de l’abbaye a été d’accueillir à la fois des hommes et des femmes dans des couvents séparés et d’avoir dès sa fondation été dirigée exclusivement par des abbesses, selon la règle édictée par son fondateur. L’abbaye de Fontevraud, est un témoignage médiéval du style architectural du gothique angevin.

http://ddata.over-blog.com/xxxyyy/1/64/83/06/cinquieme/5HC4-2010-COURS-La-place-de-l-Eglise.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-S-PLUS DE SIX MILLE LISEURS POUR CE BLOG en un peu moins de sept mois.

Fondé le 1o mai 2011, c’est-à-dire il n’y a pas encore  sept mois , ce  blog  vient de passer  hier le cap des 6 000 liseurs, très exactement 6030 à l’heure où nous postons  ces lignes.                                                                                                                                                        Même  si l’on se dit qu’avec un sujet pareil , le  Dictionnaire  de l’ordre monastique de Fontevraud  le  valait  bien , comment ne pas  vous remercier  , tous, de  votre grande  fidélité ?

Maintenant , il ne  vous, il ne nous, reste plus  qu’à améliorer sa  notoriété en en  parlant  autour de  vous et   pour  cela  nous savons  que  nous pouvons  compter  sur  vous .  Alors à très  vite pour les 10 000 liseurs!

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-T- DES MANUSCRITS DE TITE-LIVE un temps conservé en l’Abbaye de Fontevraud .

« Malgré les recherches  des savants italiens des XV e  et XVI e tels  Pétrarque, Boccace, Poggio, Arétin, Manuzio,  l’œuvre de  destruction  des ouvrages de Tite-Live (-59, 17 ap. J.C. ) s’est  poursuivie … le poète Chapelain raconte  qu’un précepteur  du marquis de Rouville  lui avait dit qu’ayant eu occasion  d’envoyer à Saumur acheter des raquettes, il avait été surpris de la singulière apparence du parchemin  dont elles étaient faites, et , qu’en l’examinant de plus prés, il avait  cru y reconnaître  les titres des 8°,10° et 11° Décades de Tite-Live ; qu’il s’était alors adressé au marchand de raquettes, de  qui il avait appris  que l’apothicaire  de l’Abbaye de Fontevraud ayant  vu dans une  chambre de cette abbaye une  pile de  volumes en parchemin, en tête  desquels  il avait lu  qu’ils faisaient partie del’histoire de Tite-live, il les avait  demandé à l’abbesse, en l’assurant  que ces  volumes étaient inutiles , parce que l’ouvrage était imprimé.  L’apothicaire  les ayant obtenus, les avaient  vendus au marchand de raquettes qui en avait  fait une multitude   très grande de  battoirs, et  qu’il lui en restait encore  douze douzaines.                                                                                                                                                                       Tel est le récit de Chapelain ; on ne saurait  guère mettre en doute sa  véracité,  mais il est  fort probable qu’il aura été  mystifié. ».

Annales de philosophie chrétienne ; 5 éme année . Seconde édition 1845. Tome IX. 1834 p. 195.  http://books.google.fr/books?id=9WNJAAAAMAAJ&pg=PA195&lpg=PA195&dq=chapelain+%22tite-live%22+fontevraud&source=bl&ots=UMJJ4ZpldK&sig=RuIdG7_01ni_Qipvf_rqCMEmMVs&hl=fr&sa=X&ei=xfr6Toq_C4HzsgbTvNzUDw&ved=0CCMQ6AEwAQ#v=onepage&q=chapelain%20%22tite-live%22%20fontevraud&f=false

Le poète  Chapelain(1595-1674) dans une lettre à Colomiès, l’entretient aussi  de manuscrits donnés  par l’Abbaye de Fontevrault à l’apothicaire du couvent  et vendus par celui-ci  à un mercier de Saumur qui en couvrit des battoirs.

Biographie universelle ancienne et moderne ; TI-TZ ; Tome 46 eme . 1826 V° Tite-Live p. 142 http://books.google.fr/books?id=VrIFAAAAQAAJ&pg=PA142&lpg=PA142&dq=chapelain+%22tite-live%22+fontevraud&source=bl&ots=yLxx1fkbHP&sig=oF-rCDqS9l6mgf7QKGHNlUso98s&hl=fr&sa=X&ei=xfr6Toq_C4HzsgbTvNzUDw&ved=0CCkQ6AEwBA#v=onepage&q=chapelain%20%22tite-live%22%20fontevraud&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-P- PLAN TYPE D’UN MONASTERE dans lequel on peut majoritairement retrouver celui du Grand-Moûtier.

Plan type d’un monastère dans lequel il est possible de retrouver presque l’intégralité  du plan de l’abbaye royale de Fontevraud                                                                                                                                     Précisons cependant                                                                                                                                                     a) que le  chauffoir  ci-dessous en N°5  se  situe à Fontevraud  dans la  salle numérotée  en 11                   b)  que le réfectoire ( ci-dessous) en 6 est orienté perpendiculairement à sa représentation ci-dessous   et que  le  lavabo (N°9)  n’est plus  visible en l’abbaye royale de même  que le cellier (N° 12).                                                                                                                                                                                     c)  S’agissant des  convers (N°8), il y aurait  lieu de les rechercher plutôt dans les bâtiments de Saint-Jean de l’Habit.

1 – L’abbatiale
2 – Le cloître
3 – La sacristie
4 – La salle capitulaire
5 – Le chauffoir
6 – Le réfectoire
7 – La cuisine
8 – Le réfectoire des convers
9 – Le lavabo
10 – Le jubé
11 – La salle des moines & scriptorium
12 – Le cellier

Le dessin du plan est extrait du n°229 des Dossiers de l’archéologie                                  http://www.dossiers-archeologie.com/numero-229/citeaux-98-l-epopee-cistercienne/l-expansion-cistercienne-europe.4148.php#article_4148

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-T- LES TROIS TOMBEAUX DU ROI RICHARD COEUR-DE-LION; Fontevrault (49),Rouen(76),Châlus (87).

Richard blessé par un carreau d’arbalète  tiré par Pierre Basile   depuis le  haut des murailles du château de  Châlus (87)  le 25 mars 1199,  meurt le 6 avril. Il laisse une grande réputation de guerrier et un royaume hérité de son père encore intact.
« Que mon corps soit enterré à Fontevrault , mon cœur dans ma cathédrale de Rouen * (dans la crypte), quant à mes entrailles qu’elles restent à Châlus** « 

http://www.histoire-de-france-et-d-ailleurs.com/articles/personnalites/RichardCoeurdeLion.htm

* Tombeau dans la cathédrale de Rouen 

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Richard1Rouen.jpg

Le choeur de  la cathédrale de Rouen  long de 36 m, a des stalles sculptées en 1467, et dont les consoles sont décorées de sujets très curieux, pleins de naïveté et de verve. Il contenait aussi jadis les tombeaux de Richard Coeur de Lion, de son frère Henri, de leur oncle Guillaume, et du fameux duc de Bedford; mutilés par les calvinistes en 1562, ils disparurent quand on exhaussa le choeur en 1736. Des fouilles ont amené, en 1838, la découverte du coeur et d’une statue de Richard.

http://www.cosmovisions.com/monuRouenNotreDame.htm

* * Châlus où fut mortellement  blessé le roi Richard

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Chateau_Chalus_Chabrol.jpg

Son cœur, sa cervelle et ses yeux furent déposés dans la cathédrale de Rouen, capitale de la Normandie dont il était le duc. Selon certaines chroniques, ses entrailles attendirent l’heure de la vengeance en l’église du château de Châlus Chabrol; selon d’autres, elles étaient dans le « package » de Rouen.

Puis, dans le respect de ses dernières volontés, son corps dépecé, salé et enveloppé dans du cuir de boeuf,  fut inhumé auprès de son père dans l’église abbatiale de Fontevraud,

On ne retrouva jamais ses ossements extraits de sa sépulture profanée durant la Révolution, sépulture restaurée au 19ème siècle.

Tombes et sépultures dans les cimetières et autres lieux

crbst_826.html

3 Commentaires

Classé dans Uncategorized

-R- LE FILM LA RELIGIEUSE (d’aprés une oeuvre de Diderot, vers 1780) FUT INTERDIT DE TOURNAGE EN L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD.

– Comme le fit remarquer à l’époque François Mauriac dans Le Figaro, l’appel à censurer La Religieuse a été lancé avant même que quiconque ait vu le film. La hiérarchie de l’Église catholique romaine, alors en plein concile de Vatican II (destiné à moderniser l’Église), n’a pas cherché le scandale, mais des associations de parents d’élèves de l’enseignement privé et, surtout, de sœurs s’alarment dès 1965 : la présidente de l’Union des supérieures majeures écrit le 12 octobre 1965 au ministre de l’Information Alain Peyrefitte pour lui faire part de son inquiétude : « un film blasphématoire qui déshonore les religieuses ». Le ministre la réconforte sans ambiguïté : « Je partage entièrement les sentiments qui vous animent » et lui donne l’assurance qu’il utilisera tous ses pouvoirs pour empêcher le film de nuire à l’image des religieuses. Certains (dont Jacques Rivette) pensent que l’intervention d’Yvonne de Gaulle, épouse du général et président, et ancienne élève des dominicaines, a aussi été déterminante. Le tournage sera un peu gêné (refus d’autoriser le tournage à l’abbaye de Fontevraud, dépendant des Monuments historiques).

http://fr.wikipedia.org/wiki/Suzanne_Simonin,_la_Religieuse_de_Diderot

– Le  CNC  (Centre national du cinéma)  autorise le  tournage de la Religieuse ( film produit par Georges de Bauregard),  nous sommes en 1965, mais  un problème se pose : le  Lieu  de tournage.                                                                                                                                                      Jean Foyer ministre  de  la justice  et élu  de Maine et Loire  refuse  que  le tournage ait  lieu à l’abbaye  de  Fontevraud, craignant  une  réaction électoralement  catastrophique.                        C’est  le maire  socialiste  d’Avignon qui autorise finalement le tournage  à Villeneuve‐lès‐Avignon.

Pour trouver l’original de ce texte   faites sur google  l’interrogation suivante :                                  censure « l’affaire jacques rivette » fontevrault

– Transposition cinématographique de La Religieuse (1796) de Denis Diderot et d’une première adaptation théâtrale de Jean-Luc Godard (1963, Studio des Champs-Élysées, avec Anne Karina dans le rôle-titre), le film a été tourné à la Chartreuse d’Avignon, le réalisateur n’ayant pas obtenu l’autorisation de le faire à l’ancienne Abbaye royale de Fontevraud (prison désaffectée depuis 1963).                                                                                                                                     Le film de Jacques Rivette, jugé anticlérical, est provisoirement interdit par les pouvoirs publics, malgré l’avis favorable de la Commission de contrôle. Une vague de protestations s’ensuit dans tous les milieux intellectuels, notamment une lettre ouverte de Jean-Luc Godard à André Malraux, surnommé « Ministre de la Kultur ». Un an passe avant que le film obtienne finalement un visa d’exploitation et sorte dans les salles. Le 16 juillet 1967 (je l’ai vu pour la première fois en novembre 1967). L’Office catholique français du cinéma continue cependant de vivement déconseiller le film, jugé immoral.

http://terresdefemmes.blogs.com/mon_weblog/2006/04/1er_avril_1966_.html

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- FONCTIONNEMENT des CUISINES DE FONTEVRAUD.

L’extérieur de l’édifice reflète parfaitement sa structure interne. Les absidioles, séparées par des contreforts-colonnes, sont surmontées de hottes coniques. Les lanternons hérissant la couverture de la cuisine ont été remontés par l’Architecte  Lucien Magne à  partir des représentations de cuisines similaires ; de même les modillons ne datent que de cette campagne de restauration.  Le décor en écailles des toitures, en revanche, a été restitué à partir de témoins, encore en place.

Les avis restent toujours partagés quant au fonctionnement de cet édifice. Viollet-le-Duc, pour qui chaque absidiole constituait une cheminée, a proposé un parcours de la fumée. Celle qui ne s’échappait pas directement par les tuyaux des cheminées des absidioles était happée par les autres conduits, notamment le grand cône central qui « faisait échapper la buée qui pouvait se former dans la cuisine ».

M. Michel Melot*, conservateur général du patrimoine , qui s’appuie sur différents exemples, tant médiévaux que modernes, estime que ce bâtiment avait essentiel- lement vocation de   fumoir, à partir d’un foyer central, les absidioles servant à  disposer les viandes à fumer.

S’il est difficile de trancher entre les deux hypothèses, la fouille récente des cuisines romanes de l’abbatiale de Saint-Philibert  de Tournus (71700) permet une précieuse comparaison, malgré l’âge plus récent des vestiges mis au jour. En effet, les trois absides renfermaient une grande quantité de cendres témoignant de la présence de foyers ; rien de tel n’a été observé en partie centrale, qui apparaît dégagée.

Les deux fonctions ne sont par ailleurs pas incompatibles, sachant qu’il était indispensable de disposer d’une cuisine adaptée à l’ampleur de la communauté et que cet espace est le seul qui corresponde à cette nécessité.

http://www.editionsgaud.com/download/ex_fontevraud.pdf

* Dans sa thèse L’abbaye de Fontevrault de la réforme de 1458  à nos jours : étude archéologique .

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye