Archives quotidiennes : 2 décembre 2011

-L- PRIEURE FONTEVRISTE DE LENCLOITRE (86140). Pour les religieuses expulsées de leur cloître; le supplice parfois, la dépression, la misère…le déracinement toujours..

9e enfant  née  du mariage   Jean de JAMES Jean, chevalier, seigneur de Longeville (Esse – Charente) et de Marie-Elisabeth de Volvire

Marcelle-Aimée, née à Saint-Vincent de La Rochefoucauld le 4 octobre 1754. Elle prit le voile pour être religieuse de choeur de la communauté de Lencloître, ordre de Fontevrault, le 18 février 1772, et fit profession le 27 avril 1773. Elle fut guillotinée à Paris le Ier mars 1793.                                                                                                      http://jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr/armor/fami/j/de_james.htm

L’évacuation du prieuré de La Cloistre                                                                                                                                       Dans sa lettre du 20 août 1792, Marcelle Aimée raconte que le district de Châtellerault vint prévenir avec égard les dames religieuses qu’elles devaient quitter le prieuré avant le 2 octobre. La loi ayant autorisé les religieuses et religieux à partir avec leurs effets personnel, ainsi qu’avec le mobilier de leur cellule, les conditions de déménagement et d’installation posèrent de nombreux problèmes, notamment aux religieuses ayant des parents éloignés et âgés, en période d’insécurité sur les routes. Les soeurs de La Cloistre étaient pour certaines originaires de Saintes, du Berry, ou d’Angoulême. D’autres avaient leurs parents émigrés et se retrouvaient seules et sans aide. Certaines n’avaient plus du tout de parents vivants. Certaines religieuses pouvaient cumuler plusieurs difficultés : éloignement, absence de parent, émigration. Le dernier handicap étant enfin l’âge. Sur 20 religieuses que comptait la communauté, onze d’entre elles étaient âgées de plus de 45 ans et, la plus jeune avait 33 ans. Selon le témoignage de Marcelle Aimée, certaines religieuses laissèrent leur mobilier en dépôt chez un homme de confiance, dans le bourg proche du prieuré. Les archives de l’évêché indiquent que des religieuses, n’ayant pu recevoir d’aide de leur parents, partirent en voiture s’installer à Poitiers. Quelques unes enfin sont mortes de dépression, Louise Raguit âgé de 34 ans à l’hôpital de Châtellerault, et Marie Radegonde Bourbeau âgée de 62 ans à Poitiers.

http://www.dejames.net/                                                                                                                                                               Selectionnez ensuite dans le  bandeau  de  titre  la  rubrique « Marcelle Aîmée » puis  la sous-rubrique nommée « l’engagement religieux »  . Le texte reproduit partiellement  ci-dessus y occupe le second paragraphe.


Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 86