Archives quotidiennes : 18 décembre 2011

-B- Prieuré fontevriste de BELLOMER (28240. Belhomert-Guéhouville)

Bellomer ( avant 1090)  (28240. Belhomert-Guéhouville)

ou 1190 selon http://books.google.fr/books?id=qeEDAAAAYAAJ&pg=PA429&lpg=PA429&dq=bellomer&source=bl&ots=VVUmcgtyMT&sig=lxJx7on1OflS65vLoyTRkI9H2Xg&hl=fr&sa=X&ei=M-7tToTrCYbc8gOsnNmECg&ved=0CDEQ6AEwAg#v=onepage&q=bellomer&f=false

Commune de Belhomert-Guehouville. Canton de La Loupe. Arrondissement  de Nogent-Le-Rotrou.  au diocèse de Chartres. Attesté au XVIIe siècle

Le lieu doit son nom à  Saint Laumer  ou Laumner , moîne  combattant, ( d’où Bellum Launomarii ) ou Lomer , abbé de Corbion,  qui, au VI e siècle se retira dans une cellule  qui deviendra la siège du prieuré dans les bois voisins de la forêt de Senonches , à 4 KM (une lieue)  au N-E  de la forêt  La Loupe .

Prieuré Notre-Dame  ou Saint Jean. Fondation a par Hugues I er, seigneur de Châteauneuf en Thimerais. Son gendre, Gervais, continua l’œuvre entreprise  la dotant richement (1119). En 1132, Geoffroy II dit, de Lèves, Evêque de Chartres, consacra l’église sous le vocable  de Saint Jean. le nouvel établissement  fut uni comme prieuré à l’ordre de Fontevraud.

Le prieuré monastére  était à la nomination de madame  l’Abbbesse de Fontevraud. En 1738, le prieuré  produisait encore  7500 livres de revenu (Source: Pouillé de Chartres) . En 1698, il abritait encore 36 professes, ce qui devait être  à peu prés le nombre de religieuses à la révolution.

L’an 1516, fut commencè  le cloistre,  l’infirmerie et le logement de la Prieure . De tout cela, comme de l’église  et de sa tour, il ne reste plus rien, sauf peut-être  quelques restes dans une prporiété  particulière.

En 1635, Etienne d’Alligre ,Garde des sceaux  puis chancelier de France, mort à l’âge de 75 ans, fut inhumé dans l’église des religieuses. Il portait :  burelé d’or et d’azur de dix pièces ; au chef d’azur chargé de trois soleils d’or                                                                                                                       Parmi ses enfants :                                                                                                                                                N, religieuse au prieuré de Bellomer                                                                                                                              Marguerite, Prieure de Bellomer

En 1793, la municipalité laissa profaner  le tombeau du chancelier de France , Etienne d’Aligre . Ses cendres furent jetées au vent.

La Prieure était élue pour trois ans.  La première fut  Mathilde,  fille  du fondateur Hugues I er Seigneur de  Châteauneuf-en-Thymerais et de Mabille de Montgomméry, soeur  de Robert II de belhomer (?) ou de Bêllème surnommé le  diable.

Le prieur-Curé de  Saint Jean de Belhomer  était l’aumônier  confesseur des fontevristes  et des deux vicaires en étaient les chapelains

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized