Archives quotidiennes : 30 janvier 2012

-F-LE PRIEURE DE FONTAINES EN PERIGORD, d’une ruine (1445) à l’autre (1792).

Peut-être s’agit-il de la commune  de Champagne-et-Fontaine (24230)

Ainsi, nous savons que vers 1445 — un témoin de 1477 dit : il y a environ trente ans — 1e prieuré lut saccagé par les Anglais, les titres brûlés, les domaines en dépendant pillés et détenus par des voisins plus ou moins éloignés. Les Anglais les vendirent-ils ? Cela parait peu probable, puisque on voit figurer des clercs, des religieux, parmi les nouveaux détenteurs; peut-être, les moniales dispersées, ceux-ci furent-ils autorisés à recueillir les dépouilles de Fontaines, car sans cela ils n’eussent pas osé passer outre à la bulle d’excommunication*.

* Un synode tenu en 1433 avait excommunié ceux qui achetaient des Anglais les effets qu’ils avaient pillés dans les églises)

Ce qui est certain, c’est que Fontevrault fit revivre ce petit monastère, et telles les abeilles dans une ruche pillée, les religieuses recommencèrent à assembler quelques domaines, à se constituer des rentes et à réorganiser la vie monacale selon la règle de leur ordre. Ces résurrections sont de tous les temps! Les anciens titres disparus, il se forma de nouvelles archives — le trésor, comme on disait alors — mais pour la seconde fois, en 1792, elles durent sans doute, en exécution des décrets sur les titres féodaux, les livrer aux flammes. Et alors ce fut la fin du Prieuré.

(…)

X. de MONTEIL.

Source : Bulletin SHAP, tome LXI (1934) pp. 117-131 (extrait).

http://www.guyenne.fr/archivesperigord/shap/T61_1934/Prieure_Fontaines.htm

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized