Archives quotidiennes : 4 février 2012

P- UNE RELIGIEUSE FONTEVRISTE DU PRIEURE DE HAUTES-BRUYERES (78690) guérie « miraculeusement » grâce au Diacre Paris.

  • NDLRB. L’orthographe originale , y compris l’emploi de majuscules, a été  conservée dans les textes qui suivent.Certificat du Père Jahan, Religieux de l’Ordre de FontevraudJe Soussigné  Religieux de Fontevraud, Confesseur de la Communauté de la Chaise-Dieu , Prieuré du même Ordre, certifie à tous  qu’il appartiendra , avoir vu  la Sœur Le Moine, Religieuse de Hautebruyère, dans un voyage que j’ai fait  dans cette Maison au mois d’avril dernier , tellement incommodée d’une cuisse, qu’elle ne pouvait marcher  sans un secours étranger , ni se soutenir sans l’aide d’une canne. Je fus si touché du facheux état  où je la  trouvai réduite, qu’attendu le mauvais succès de tous les remêdes qu’elle avait  faits,  j’évrivis au Révérend Pere Visiteur  de sa Province, résidant alors à Fontevraud, pour lui attester  la réalité de  sa maladie & lui obtenir Obedience  afin d’aller chercher  en sa famille les secours que  sa Maison  ne pouvait facilement   lui procurer.Sa conscience  tendre & délicate resista d ‘abord à cette démarche nécessaire : mais comme elle avait en moi une entière confiance, ayant eu la conduite de son âme  pendant trois ans  que j’ai demeuré  dans cette Maison  en qualité de  second Confesseur, je l’y determinai de l’avis des Médecins & Chirurgiens  dudit lieu , & de celui de  Monsieur Vergne, Docteur en la Faculté de Paris , qui y était venu pour soulager une autre Religieuse malade. Résidante  en cette ville de Paris, elle m’a fait part  plusieurs fois  des consultations de Médecins qu’elle  voyait, qui ne lui laissaient  aucune espérance de  guérison. C’est  ce qui la determina à aller la solliciter  sur le Tombeau  de Monsieur FRANCOIS DE PARIS *  , où elle m’a assuré l’avoir obtenue  vers la fin du mois de septembre dernier.J’ai été le premier  à qui elle  elle a fait part de cette merveille ; & à peine rentrée en sa Communauté, elle me manda  pour aller reconnaître les effets de la Toute-puissance de Dieu. J’en fus témoin  le 23 octobre dernier que je me transportai de nouveau en cette dite , où je la vis le même jour marchant avec facilité, agilité, légereté ; elle me dit  dans le même temps , qu’elle ne devait qu’à Dieu, & et à l’intercession de Monsieur de Pâris, le recouvrement  de sa  santé despérée ; & elle me protesta, qu’elle ne l’avait  demandée au Seigneur que pour manifester en  sa persone la sainteteté de ce fidèle  Serviteur, & la canonicité de la Cause  qu’il a soutenue jusqu’à la mort.C’est en foi de toutes  ces connaissances pariticulières que j’ai eues, & dela  maladie &  de l’inutilité de ses remèdes & desa guérison miraculeuse , que j’ai délivré  le présent certificat   pour servir  toutefois  & quand  besoin sera.Fait  à la Chaise-Dieu le 17 novembre 1731.

    Signé  F.C. Jahan.

    http://fr.wikipedia.org/wiki/Fran%C3%A7ois_de_P%C3%A2ris

Publicités

1 commentaire

Classé dans Département 78