-O- ORIGINALITES DE LA CENTRALE DE FONTEVRAULT DANS LE SYSTEME PENITENTIAIRE.

3. Les prisons du XIXe siècle

L’œuvre de Napoléon Bonaparte

21

Si le Directoire s’occupa, avec le relais des municipalités et des départements, des maisons d’arrêt, l’œuvre de Napoléon Bonaparte fut considérable au point de vue de l’organisation administrative et de la mise en place de ces structures nouvelles qui allaient finir par s’appeler maisons centrales.

22

Centrales, ces prisons le furent à plus d’un titre : parce que dépendant de l’administration centrale du ministère de l’intérieur ; parce que financées non pas, à l’instar des maisons d’arrêt, par les conseils généraux mais par l’État central ; parce que placées au centre d’une circonscription (à l’origine militaire).

23

Si les premières maisons centrales furent établies en pays conquis (Gand et Vilvoorde) ou aux confins de régions militairement stratégiques (Embrun et l’Italie, Fontevrault et les pays chouans), leur implantation obéit bientôt à des considérations plus pénitentiaires : il s’agit alors d’ouvrir sur tout le territoire national des établissements dispersés de manière à rayonner sur trois, quatre, cinq départements – une toile d’araignée pénitentiaire, telle celle qui, sous l’Ancien Régime, avait été constituée avec les dépôts de mendicité.

39

… Dès 1832, le comte d’Argout, ministre en charge des prisons, signait une intéressante circulaire où il était asséné sans ambages : « Une prison ne sera jamais une maison d’éducation ». Était préconisé l’éparpillement des enfants délinquants, à l’instar de ceux de l’Assistance Publique, au sein de familles d’accueil . Par cette brèche s’engouffrèrent un certain nombre de « nouveaux philanthropes », des religieux dans un premier temps, qui fondèrent les premières colonies pénitentiaires agricoles. Le phénomène se laïcisa quelque peu avec la fameuse colonie de Mettray *, puis se transporta au secteur public quand des maisons centrales (Clairvaux, Fontevrault, Gaillon et Loos) ouvrirent une annexe réservée aux mineurs et appelée à devenir une colonie pénitentiaire publique.

44

Expérimentations : on donnera les principales. En premier lieu, l’aventure des « prisons ouvertes » corses. …. Deuxièmement, fut développée – et officialisée – la pratique des chantiers extérieurs : les principaux étaient implantés près des deux plus grandes maisons centrales, ferme de Mestré à Fontevrault et travaux forestiers et construction de la ligne ferroviaire du nord-est près de Clairvaux                                                               ….

82

 Le 1er juillet 1963, la maison centrale de Fontevrault est fermée .

Christian Carlier                                                                                                     Histoire des prisons et de l’administration pénitentiaire française de l’Ancien Régime à nos jours

http://criminocorpus.revues.org/246

RAPPEL.  Les premiers colons, au nombre de huit et issus de la centrale pénitentiaire de Fontevraud, arrivent à Mettray le 22 janvier 1840. Au fronton du portail d’entrée, ils découvrent cette maxime : « Mieux vaut prévenir que réprimer »

http://fr.wikipedia.org/wiki/Colonie_pénitentiaire_de_Mettray

Publicités

1 commentaire

Classé dans Département 37, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Uncategorized

Une réponse à “-O- ORIGINALITES DE LA CENTRALE DE FONTEVRAULT DANS LE SYSTEME PENITENTIAIRE.

  1. Antoine FONT

    Comme je vous l’ai expliqué au cours de votre visite, la centrale de Fontevraud fermera en 1985. C’est le décret qui date de 1963.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s