Archives quotidiennes : 13 octobre 2012

-P-PLAQUE DE CHEMINEE DU PRIEURE DE BOUBON. Commune de CUSSAC (87150)

Retrouvez la photo de  cette plaque*  grâce aux indications suivantes 

LES PRIEURÉS DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD et autres implantations fontevristes SITUÉS EN France

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/les-prieures-de-lordre-de-fontevraud/

VIII. Les prieurés fontevristes tour à tour

Prieuré de Boubon  (1113) , commune de Cussac (87150) , au diocèse de Limoges

*La plaque de cheminée est une plaque de fonte apposée contre le mur du fond de l’âtre d’une cheminée pour éviter que la chaleur du feu ne se perde dans le mur et pour la renvoyer vers le local.   Cette plaque porte différents noms selon les régions : elle est en particulier appelée taque dans le nord-est et l’est du domaine d’oïl  (en Belgique par exemple, ou en Lorraine). On trouve aussi le mot ancien contrecœur (ou plaque de contrecœur)  et également plaque à feu.http://fr.wikipedia.org/wiki/Plaque_de_cheminée

Publicités

1 commentaire

Classé dans Département 87

-F- LA PLACE DES FONTEVRISTES DANS LE MONDE DES MONIALES ET DES MOINES

ABBAYE

L’abbaye est un monastère gouverné par un abbé (lat. abbas, syriaque abba = père), peuplé de moines ou de chanoines réguliers. (Les abbayes de moniales sont gouvernées par une abbesse.) Parmi les premiers, les trois familles essentielles sont actuellement celles des bénédictins, des cisterciens et des chartreux – bien que ceux-ci n’aient ni abbaye ni abbé stricto sensu – auxquelles s’ajoutaient jadis celles des grandmontains et des fontevristes. Parmi les seconds dominent numériquement les chanoines de Saint-Augustin et ceux de Prémontré.
….

Dès le XIe siècle cependant, l’observance bénédictine réglementée par Benoît, abbé d’Aniane, à l’époque carolingienne, ne satisfaisait plus certains, épris de perfection évangélique, qui trouvaient les monastères existants trop près du monde, trop préoccupés du temporel, offrant une vie pieuse, mais trop douce. D’où l’apparition de mouvements monastiques caractérisés par la recherche de la solitude, de la pauvreté, de la mortification, tels Grandmont, la Chartreuse, Cîteaux, Fontevrault.

Fontevrault fut fondée en 1101 par l’ermite prédicateur Robert d’Arbrissel, pour les disciples, femmes et hommes, que l’ardeur de sa parole arrachait au siècle, et comprit bientôt le Grand Moûtier qui aurait compté trois cents moniales, la Madeleine pour les filles repenties, Saint-Benoît pour les infirmes, Saint-Lazare pour les lépreux, enfin Saint-Jean-l’Habit pour les hommes. La règle était celle de saint Benoît, l’accent était mis sur l’abstinence et le silence perpétuels. La grande originalité en était que l’autorité dans l’abbaye mère appartenait à l’abbesse, tenant la place de la Vierge Marie, et dans les maisons dépendantes à la prieure. Favorisé par les rois angevins, l’ordre s’étendit dans leurs possessions, en France et en Angleterre ; il atteignit son apogée au milieu du XIIIe siècle.

http://www.detambel.com/f/index.php?sp=liv&livre_id=8719

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye