Archives quotidiennes : 14 octobre 2012

-A-ALIENOR D’AQUITAINE maudite par son fils JEAN SANS TERRE et AÏEULE » MYTHOLOGIQUE » des LUSIGNAN.

C’est dans une de ces maisons « qui s’élevaient comme de grands navires au-dessus de la haine et du mal  à l’abbaye

de Fontevrault, en Touraine, que s’écoulèrent ses derniers jours, parmi les douces âmes qui venaient, dans cet asile,

(( rêver du ciel )) sous la robe blanche à « coule » noire. Elle y mourut en mars 1204.

Comme si pour son châtiment, il ne devait pas lui être permis de goûter une paix complète, elle avait pu, de sa retraite,

voir commencer « ce grand écroulement de sa famille que ses passions avait préparé .

On dit aussi que le 15 juin 1215,  au moment 0ù, forcé de signer la Grande Charte qui consacrait sa déchéance,  Jean s’écria dans

un accès de rage et de désespoir : « Maudite soit la misérable et impudique mère qui m’a engendré ». »

Autant que dans l’étrange réputation que l’histoire lui a faite, ses fautes trouveraient, dans les blasphèmes d’un mau-

vais fils, leur plus grande expiation.

Aliénor fut enterrée à Fontevrault. On y voit encore aujourd’hui dans l’église sa statue jadis peinte et dorée qui la repré-

sente dans un costume luxueux. C’est bien l’image de la reine brillante qui devait passer à la postérité. Le missel qu’elle

tient dans sa main rappelle seul l’humilité et le renoncement de ses dernières années.

Le Moyen âge, frappé par l’étrange destinée des Plantagenets, faisait remonter leur généalogie à la fée Mélusine, serpent

la nuit, femme le jour. « La véritable Mélusine, dit Michelet, mêlée de natures contradictoires, mère et fille d’une génération

diabolique, c’est Aliénor. » Des légendes du Poitou attribuent à la fée Mélusine la construction d’un grand nombre de châ-

teaux, d’églises et d’abbayes. Or, c’est de l’époque d’Aliénor que datent beaucoup de ces monuments où l’art roman à son

déclin jette un dernier éclat et oii l’art gothique vient déjà traduire « un besoin plus aigu de spiritualité ». N’est-ce pas,

peut-être, le souvenir de leur duchesse qui s’est un peu identifié, dans l’esprit des Poitevins, avec celui de la fabuleuse mère des Lusignan .

http://www.archive.org/stream/revuedespyrn26toul/revuedespyrn26toul_djvu.txt

Publicités

1 commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye