Archives quotidiennes : 9 décembre 2012

S- SAMEDI 8 DECEMBRE 2012. 47 liseurs dont I Hindou de plus, ce qui en porte le nombre total à 4.

Pays Vues
France DrapeauFrance 42
Fédération de Russie DrapeauFédération de Russie 1
Drapeau de l'AlgérieAlgérie 1
Drapeau de l'IndeInde 1
Drapeau de l'AllemagneAllemagne 1
Drapeau du CanadaCanada 1
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized, Vie du Blog

-O- Robert d’ARBRISSEL, un des artisans de la SUPPRESSION du recours aux ORDALIES dans la RECHERCHE DE LA PREUVE

« Le renoncement aux ordalies* » in Robert d’Arbrissel et la vie religieuse dans l’Ouest de la France . Brépols 2004 p. 173 à 197                                                                                                                                                                                                      Auteurs :Dominique Barthélemy

Résumé

Robert d’Arbrissel est réputé avoir interdit aux Fontevristes le recours aux ordalies et aux duels judiciaires pour la défense de leurs propriétés. Or semblable recours était spécialement fréquent dans l’Anjou du xie siècle; les notices de procès impliquant des abbayes comme Marmoutier, Saint-Florent de Saumur, Saint-Aubin d’Angers et Le Ronceray constituent même un des plus beaux dossiers que l’on possède dans tout l’Occident médiéval sur ces deux types d’épreuves judiciaires.

On propose donc ici, tout d’abord, une analyse des récits de duels et d’ordalies — deux épreuves qui étaient souvent proposées dans les procès, mais que l’on décommandait dans la plupart des cas en préférant conclure des pactes à l’amiable. Dès le xie siècle, des ecclésiastiques exprimaient une certaine réticence à l’encontre du duel. Leur préférence allait nettement à l’ordalie, plus volontiers reconnue comme «jugement de Dieu». On en recherche les raisons.

À l’aube du XIIe siècle, en revanche, les duels et les ordalies sont réprouvées ensemble par une nouvelle génération qui, à l’instar de l’évêque Yves de Chartres, y voit des recours illégitimes au surnaturel, des «tentations de Dieu». Robert d’Arbrissel en est un bon exemple. En privant ses disciples de ces recours, les met-il vraiment en difficulté? Il ne le semble pas, car le pape et les évêques prennent alors en main la cause des monastères et les font bénéficier, devant la justice ecclésiastique, de procédures nouvelles. Le témoignage romano-canonique paraît, à tout prendre, plus avantageux pour eux que les duels, qu’un pacte interrompait, et même que les «jugements de Dieu» par l’ordalie, dont le déchiffrement par les hommes demeurait souvent problématique.

http://brepols.metapress.com/content/g04n25341v7qp362/

Il faut également noter qu’entre 1120 et 1140 les ordalies ont disparu  des archives angevines  convernant les procès qui  impliquent  monastères . Ceci tient d’abord au fait que les autorités ecclésiastiques  les ont interdites  comme le montre la lettre du pape Innocent II (NDLRB. 1132)  aux moines  de Fontevraud

P. 250 de l’étude de Jacques Krynen. France, l’Etat de Justice (XIII-XX e siècle)                                                                              I. L’idéologie de la magistrature ancienne                                                                                                                                                          Paris Gallimard 2009. 326 pages

http://fr.calameo.com/read/001660476546fda8932bb

* Ordalies ou Jugement de Dieu, sorte d’épreuves auxquelles on avait recours notamment pendant le Moyen âge pour s’assurer de l’innocence ou de la culpabilité d’un accusé, et qui tiraient leur nom de ce qu’elles supposaient une intervention divine en faveur du bon droit. Le mot ordalie vient du saxon ordal, urtheil, jugement. Il s’agissait d’une sorte de divination rétroactive, où les puissance du monde-autre étaient invoquées pour élucider non le futur, mais des événements passés                                                                                                        http://www.cosmovisions.com/$Ordalie.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud