Archives mensuelles : février 2013

-M- Monographie sur le prieuré de Boubon (87150-CUSSAC)

Sur cette chaîne de monts qui séparent le Limousin du Périgord, à quatre kilomètres environ du petit bourg de Cussac, sur le flanc septentrional de la montagne, à une altitude de plus de 400 mètres, on rencontre le village de Boubon et les ruines de l’antique monastère fondé par Robert d’Arbrissel.

Au Sud-Ouest, les hauteurs boisées d’Arvaux, encore plus élevées, sillonnées par la route de Saint-Mathieu à la Chapelle-Monbrandeix, dérobent l’horizon, et jettent leurs grandes ombres sur ces tristes lieux, bien avant la fin du jour. Du nord, arrive le terrible aquilon, qui répand son souffle glacial sur ces coteaux pendant huit mois de l’année. A l’Est, dans quelques prairies humides, coulent deux  maigres ruisseaux qui alimentent deux étangs : l’un, plus petit, setrouve dans le parc du monastère ; l’autre, plus grand, fait tourner le moulin que les religieuses nommaient le moulin de la Porte. Leurs eaux réunies et grossies en leur course vont remplir l’étang de Bouillarie, dans le tènement des Champs, qui fut vendu aux Chouly de Permangle, vers 1659, au prix de 30.000 livres, par Jeanne de La Mosnerie, épouse séparée de biens de Louis de Bermondet.

Boubon, monographie d’un monastère de Fontevrault

Auteur : A. LECLER et Et. RAYET

Département : Cantal (15)
Produit vendu par : Editions Lacour-Ollé

ISBN : 2-7504-1282-X Date d’édition : 1903
Format : 21 x 15 cm broché Nombre de pages : 174

Zones géographiques associées à cet article : France / Auvergne / Cantal

http://boutique.geneanet.org/catalog/product_info.php?products_id=75325

http://www.lecteurs.com/livre/boubon-monographie-dun-monastere-de-fontevrault-diocese-de-limoges-1106-a-1792/1903790

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 87

-V- Robert d’ARBRISSEL et Pétronille de CHEMILLE sur RADIO VATICAN?

Accueil > Eglise > Nouvelles

09/04/2008 18.47.06 365 jours avec les gens et les événements qui ont changé la face du monde.

NDLRB. Ce   texte , d’une grande originalité, a fait l’objet d’une traduction  automatique, d’où la présence d’un certain nombre d’ incertitudes.

 (04/09/2008 RV) 9 avril: Pétronille de Chemillé:  la femme qui dirigeait  une abbaye d’hommes ( NDLRB. Ce titre, à supposer  que la traduction automatique ne l’ait pas  deformé, est pas trop réducteur)

Cour de l’église est au repos. Au sommet de la jetée, deux moines se croisent une gourde d’eau, et contempler le paysage. Comment les choses ont changé cette vallée au cours des vingt dernières années, depuis qu’est née l’ Abbaye  de Fontevrod.
«Vous rappelez-vous comment c’était? Quand nous sommes arrivés, vers 1100, dans tout le pays, était  couvert par des buissons. »
« Comme tu y vas,   j’ai juste  mal au dos juste au moment où je pense que la façon dont nous travaillons pour purifier la terre des forêts de malédictions.  »
« Maintenant, vous voyez combien ont mis bâtiments, les bâtiments qui accueillent les hommes et les femmes dans le service de Dieu, au milieu d’une vallée, qui s’est transformée  en terre fertile, grâce à notre travail, mon frère Peter. »
« Oui, c’est génial! » Répond Pierre, heureux de l’apparence qui compte. – «J’aime vivre ici, dans le silence, la prière et le travail … pas de muscle qui rouille », ajoute en plaisantant.
« Une autre chose intéressante est la vie dans deux communautés, hommes et femmes. Bien que nos sœurs rregulltare vivent dans des maisons, prier ensemble. Prière Fontevrod devenu si symboliquement la prière de toute l’humanité, hommes et femmes, et si haut vers le ciel rapidement. C’est quelque chose d’inédit. Savez-vous que nous sommes le seul monastère en son genre en France? « .
« Tu as raison. C’est vraiment un miracle pour vivre ici. Nous devons remercier notre abbé Robert d’Abrissel. Juste une chose que je regrette, qu’il n’est plus jeune.  »
«Savez-vous qu’il est prêt à shtegtojë à travers la France, de parler sur les Français pour Dieu? Tout comme il l’a fait quand il était jeune, avant de passer à Fontevrod, quand il n’est pas vivre dans l’assemblée?
«Que dites-vous, une heure? Est-il fou? A son âge … Alors, qui va prendre la place? « .
« Peut-être, peut-être frère gulielmi, qui aide beaucoup. Ou Tanghi frère, qui les trouve tous les problèmes. Ou dire à John, qui est si bien renseigné? Certes, parmi nous. Ne manque pas d’hommes, ce qui peut conduire au monastère »Quelques jours plus tard, les nouvelles atteint coup de tonnerre: Robert a nommé à la tête du monastère … une femme … soeur Pétronille  de Chemillé. A cette époque, il  ne peut même pas être envisagé pour une femme de conduire un monastère masculin. Pour éviter les protestations, Robert a reçu l’approbation préalable par le pape. Bientôt, tout voir de leurs propres yeux que  le choix de Robert n’est pas mal. La capacité  de leadership  de Pétronille  est aussi grande que sa religion: prêche par l’exemple dans toutes les vues. Comme les moines ou des nonnes n’ai pas pu résister à tout ce qui concerne son autorité. Donc sa vie  excellente est un exemple de régularité  comme l’abbaye sera dirigée pendant plusieurs siècles par les femmes

http://storico.radiovaticana.va/alb/storico/2008-04/198250_365_dite_me_njerez_e_ngjarje_qe_ia_ndryshuan_faqen_botes.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Jeanne de France (1608-1670). 31 éme Abbesse de l’Ordre in Dictionnaire des femmes de l’Ancien Régime.

16371670 : Jeanne-Baptiste de Bourbon (16081670).

Le 12 mai 1624, elle prend l’habit de religieuse et le nom de Saint-Maur. Au mois de décembre de la même année, elle quitte Chelles pour l’abbaye de Fontevraud (diocèse de Poitiers), où elle est nommée coadjutrice. En 1637, elle y devient abbesse mais ne reçoit la bénédiction abbatiale que le 22 mai 1639. En tant que chef et générale, elle gouverne, en souveraine absolue, un ordre autocéphale et double (original et unique en France au XVIIe siècle) dont les femmes suivent la Règle de saint Benoît et les hommes celle de saint Augustin. De plus, elle tient son autorité de la papauté et de la monarchie.

La suite de cette passionnante  notice grâce à l’ouvrage  : Dictionnaire des femmes de l’Ancien Régime auquel conduit le lien ci-dessous : http://www.siefar.org/dictionnaire/fr/Jeanne_de_France_(1608-1670)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-A- ACTUALISATION de la page 5 de ce dictionnaire : les PRIEURES et autres IMPLANTATIONS FONTEVRISTES situés en France

Ajout  à cette page d’un paragraphe X. Le connétable Anglais Chandos (1320-1370) , bourreau de deux  prieurés  fontevristes

5- HISTOIRE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD, les prieurés et autres implantations fontevristes situés en France https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/les-prieures-de-lordre-de-fontevraud/

NDLRB. Vous y retrouverez aussi les armoiries en couleur  du Connétable:  « D’argent à une pile de gueules »

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 86

-N- LE 2 éme REGIMENT de DRAGONS de FONTEVRAUD se prépare pour recevoir la CERTIFICATION NRF

Les dragons de Fontevraud préparent leur certification à la NRF 2014.

Leader du bataillon NBC de la Nato Response Force (NRF) 2014, le 2e régiment de dragons se prépare à recevoir sa certification NRF (Force de Réaction rapide de l’OTAN) lors de l’exercice FORTEL à Mailly *(10230) mi-mars 2013.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Camp_de_Mailly

Un premier exercice d’une semaine avait déjà eu lieu fin janvier permettant d’évaluer le Poste de Commandement. Cette semaine, il s’agissait d’évaluer un escadron sur le terrain en le mettant face à des incidents nucléaires, biologiques ou chimiques. Cet exercice de 5 jours employa près d’un quart du régiment et une vingtaine de véhicules NBC.  La préparation s’est clôturée par la visite du général de Division Houdinet, commandant en second du Commandement des Forces Terrestes. Au terme de cet exercice, les dragons sont prêts à embarquer pour le rallye final : FORTEL, du 11 au 19 mars 2013.

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=14405

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

De quelques RELATIONS entre L’ABBAYE NOTRE-DAME DE SOISSONS (02200) et l’ORDRE DE FONTEVRAUD

Page 7.

L’Abbaye  Notre-Dame de Soissons  sut  se mettre  au niveau des plus  grands monastères de France   et  rivliser  de régularité et d’illustration avec les fameuseabbayes de Luxeuil, de jouarre, de Chelles, de Faremoutier et de Fontevraud

Page 77.

1510.  40 éme Abbesse : Catherine I du Hem. C’est  sous cette  abbesse  que  fut entreprise  la réforme du monastère  par le cardinal de  Bourbon qui  y envoya  dix religieuses de Fontevraud. On éloigna par surprise  , l’Abbesse d’abord au prieuré de Charme, et ensuite dans l’Abbaye  d’Ière ou elle  mourut.

Page 78.

1522.  41 éme Abbesse : Françoise Lejeune de  Manteaux. Religieuse du Charme, élue sur la  demande du  roi et  du consentement  de l’Abbesse de Fontevraud (NDLRB. 27 éme Abbesse Renée de Bourbon et du légat apostolique. Les anciennes religieuses de Fontevraud qui avaient été appelées  pour la  réforme  ayant refusé de la  reconnaître en qualité  d’abbesse, furent obligées  de sortir de l’Abbaye  (1536). 

Notre-Dame de Soissons, son histoire, ses églises, ses tombeaux, ses Abbbesses, ses reliques

Par Alexandre Eusèbe Poquet ; 1855.

http://books.google.fr/books?id=_anc_lI1tYMC&pg=PA78&dq=abbesses+fontevraud&hl=fr&sa=X&ei=SCMmUarWOKq-0QW2sICYAQ&ved=0CEwQ6AEwBQ#v=onepage&q=fontevraud&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Département 02

Prieuré de Belhomert-Guéhouville (28240)

Belhomert-Guéhouville est une commune française, située dans le département d’Eure-et-Loir et la région Centre. Appartenant au Thymerais, elle se situe à la frontière avec le Perche. Son histoire est intimement liée aux seigneurs de Châteauneuf-en-Thymerais. L’un d’eux Hughes Ier y fonda un monastère qui subsista jusqu’à la Révolution

1090: Hugues, seigneur de Châteauneuf-en-Thymerais, fonda un monastère-prieuré de filles, près de la Forêt de Senonches, au nord-est de La Loupe. L’église et ses bâtiments prirent le nom de Bellomer, en hommage à Saint Lomer, abbé de Corbion, qui vécut retiré en ces lieux, et furent consacrés par Geoffroy de Lèves en 1132. Le prieuré fut réuni à l’ordre de Fontevraud et régit sous la règle de saint Benoît, et la prieure était élu pour trois ans, sur confirmation de l’abbesse de Fontevraud. Mathilde, fille de Hugues, en fut la première. Le monastère fut détruit à la Révolution

1795 : profanation du tombeau d’Étienne d’Aligre, chancelier de France.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Belhomert-Guéhouville

28 Le Prieuré-Saint-Jean-l’Évangéliste-de-Belhomert. Cne de Belhomert-Guéhouville. Donations à Notre Dame de Fontevrault par Robert, prévost de Mortain, d’un emplacement pour construire les communs du couvent de Belhomert, 1170 (A.D. 28-H 5132) ; Prior de Bello Mari, 1320 (Pouillé de Sens, p. 140) ; Prior de Belhomari, Ordinis Fontis Ebraldi, fin XVe s. (Pouillé de Sens, p. 217) ; Marché de Jean de Paris, seigneur de Boissy en Mulcien, avec Jean Le Breton, maçon et tailleur de pierre, pour la reconstruction de l’église du Prieuré de Belhomert, 1505 (A.D. 28-H 5123) ; Accord entre les dames de Belhomert et Jean de Paris, escuyer, seigneur de Boissy en Mulcien, pour la reconstruction de leur esglise, 1514 (A.D. 28-H 5123) ; Arrêt du Conseil d’État qui ordonne la vente du quart de réserve des bois des religieuses de Belhomert pour les réparations de la maison convnentuelle et des fermes, 1724 (A.D. 28-B 3275) ; Le couvent filles de Belhomer, Ordre de Fontevrrault, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 30) ; Prieuré de filles de Belhomert, la prieure change tous les 3 ans, ordre de Fontevrault, collateur : l’abbesse de Fontevrault confirme l’élection, paroisse de Belhomert, 1738 (Pouillé de Chartres, p. 53) ; Arrêt du Conseil d’État autorisant les religieuses de Belhomert à abattre des baliveaux sur leur quart de réserve pour pourvoir aux réparations du monastère, 1773 (A.D. 28-B 3267) ; Le Prieuré de Belhomert, 1781-1782 (A.D. 28-B 3164) ; Inventaire des meubles et des biens du Prieuré de Belhomert, 1790-1791 (A.D. 28-H 5121). Prieuré fontevriste régulier de religieuses, dépendant de l’abbaye de Fontevraud, fondé en 1090 par Hugues 1er, seigneur de Châteauneuf (A.D. 28-H 109). Saint Laumer y aurait d’abord bâti un ermitage. Cartulaire : B.N.-Ms français 24133. Commune de Belhomert. A.D. 28-H 5120-5230.

http://www.denisjeanson.fr/site_toponymie/lettre_p/lieux_prieure/prieure18cje.html?string=fontevriste&submit=Recherche

Poster un commentaire

Classé dans Département 28

-D- LES DAMES DE FONTEVRAUD

☆2. RELIG. CATHOL. Notre-Dame, nom donné par les catholiques à la Sainte Vierge. La cathédrale Notre-Dame de Paris ou, ellipt., Notre-Dame de Paris. L’église Notre-Dame-des-Victoires. La fête de Notre-Dame-des-Sept-Douleurs ou, ellipt., Notre-Dame-des-Sept-Douleurs. • Anciennt. Religieuse de certains ordres ; chanoinesse. Les Dames de Fontevrault, de Poissy, de Remiremont. S’emploie encore dans certaines communautés. Les Dames du Sacré-Cœur.

http://www.cnrtl.fr/definition/academie9/dame

Poster un commentaire

Classé dans Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-B- Melle de Blois, fille de Louis XIV et de Madame de Montespan, prête ses traits à Saint-Jean-Baptiste

Melle de Blois, fille de Louis XIV et de Madame de Montespan,  et nièce de l’Abbesse  Marie-Madeleine- Gabrielle de Rochechouart de Mortemart  à  inspiré Mignard   pour un tableau de Saint-Jean-Baptiste

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-J- CHAPELLE SAINT JOSEPH de l’EGLISE SAINT MICHEL de FONTEVRAUD

Dans l’église paroissiale Saint-Michel à gauche du Maître-Autel s’élève la chapelle Saint-Joseph   fondée au XIII e siècle , époque  à laquelle  elle était  couverte d’une voûte en bois. Restaurée grâce à un don de 1 100 livres  du vicaire Boutault, elle  fut  bénite le 7 octobre 1742 par le  prieur  Saint-Jean de l’Habit , Louis Cherbonnel  puis elle  fut remaniée et  voûtée en tuffeau en 1876.

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye