-B-BENEDICTION DE MADAME DE MORTEMART* ; Abbesse de Frontevaux** faite aux Filles Dieu ( Prieuré fontevriste de Paris) en 1671

Bénédiction de Madame de  Mortemart ; Abbbesse de Frontevaux faite aux Filles Dieu en 1671 .

Le 8 de février, Madame de Frontevaux fut bénite par l’Archevêsque  de Rouen  nommé à l’ archevesque de Paris

La cérémonie étnt  escrite dans le  Cérémonial  ecclésiastique on se contentrera de marquer  quelques particularités touchant les personnes qui y assistèrent.

La reine voulant  voir la cérémonie, on fit pendre pour elle  un dais de velours violet à  fleurs delys d’or au dedans du chœur des religieuses où l’on  dressa une estrade sur laquelle on mit un prie-Dieu couvert de velour  violet de mseme parure que le dais . Sur cette estrade, on plaça le fauteuil de la  reine et  huit  sièges pliants ou se mirent Monsieur, les petites filles du Roi et les Princesses du sang ;

Monsieur seul   devait  avoir un siége pliant   mais cette action  étant  une cérémonie paericulière les Petites filles du roi et les prrincesses pouvaient aviur des sièges pliants  comme elles en ont au sermon  car ce haut dais  qui est la marque de   cérémonie n’avait été fait que pour marquer  d’avantage la place de la Reine,  afin que la Reine  vit mieux du chœur des Religieuses  où elle est la bénédiction qui  qui se faisait dans l’église.

On demanda au Sieur Sainctot si l’abbesse et l’archevesque de Rouen  devaient avoir un dais.  Il crut  qu’on ne devait leur en donner ni à l’un ni à l’autre parcequ’on suit en cela  l’usage des lieux où on se trouve et qu’à Paris,  les archevesques  n’ont jamais de dais  quand ils officient.

Les Archevêquerie les évêques assisterent aussi à la  cérémonie et ils prétendirent avoir des sièges à dossier . Il s’adressérent à Monsieur  qui les renvoya au Sieur Sainctot. . Le Sieur Sainctot leur dit que puisqu’aux pompes funèbres de l’archevêque de Paris ils n’avaient que des bancs à plus forte raison en présence de la reine,  ils ne pouvaient  pas espérer d’obtenir des sièges à dos.  Le cardinal de Bouillon se mit proche le prie-Dieu  de de la reine pour limiter la contestation que les évêques auraient formés sur la prétention qu’il a  d’avoir un siège séparé d’eux

Cérémonies du règne de Louis XIV, recueil formé, au moins en partie, d’après le Journal de Mr de SAINCTOT. (1666-1671 et 1682-1691) –1601

Manuscrit . P. 201.

* Marie-Magdeleine-Gabrielle de Mortemart de, abbesse de Fontevrault

http://gallica.bnf.fr/Search?ArianeWireIndex=index&p=1&lang=FR&q=fontevrault

** Lire Fontevrault ou avec l’orthographe actuelle  » Fontevraud »

 

 

 

 

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 75

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s