-C- Des lieux de culture des plantes alimentaires ou médicinales de l’Abbaye royale

Précisons que la culture des plantes médicinales ne suffisait pas à couvrir les besoins de la communauté, qui soignait ses propres moines, mais aussi une foule de nécessiteux. De plus, les plantes cultivées ont une moindre valeur thérapeutique que la cueillette des plantes in-situ (là où elles poussent naturellement) et qui se pratiquait régulièrement.

A ce sujet, il est intéressant d’entendre  Michel Cambornac  à propos de l’abbaye de Fontevraud, dont il a recomposé les jardins. L’horticulteur-historien s’étonne des disproportions entre la superficie des jardins et les centaines de moniales qui occupaient l’abbaye au plus fort de son activité et il suppose que nombre de plantes alimentaires ou médicinales étaient cultivées ou cueillies à l’extérieur du monastère, ce en quoi il doit avoir raison, et l’étude des domaines de l’abbaye nous le confirmera.

http://www.encyclopedie-universelle.com/abbaye%20-%20jardin%20des%20simples.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s