Archives mensuelles : avril 2016

Le vignoble tourangeau cher aux fontevristes en partie ravagé par le gel

Chinon, Bourgueil et Saint-Nicolas de Bourgueil ont été durement affectés par de fortes gelées dans la nuit de mardi à mercredi. Elles sont «paradoxalement dues à un effet du réchauffement climatique», soulignent les professionnels.

Une gelée historique a gravement endommagé les vignobles d’Indre-et-Loire et plus particulièrement les appellationsChinon, Bourgueil et Saint Nicolas de Bourgueil la nuit du mardi 26 avril au mercredi 27 avril. «Au moins la moitié de la récolte est perdue, se désole Guillaume Lapaque, directeur des associations viticoles d’Indre-et-Loire et de la Sarthe. C’est assez clairement une gelée historique, de l’ordre de celle de 1994, et peut-être de 1991».

Ces années-là, «presque la totalité de la récolte avait été perdue sur ces trois appellations», se souvient le responsable professionnel. Dans le détail, tout l’ouest de l’Indre-et-Loire a été touché par des gelées dites «noires» par opposition aux gelées «blanches» formées par le givre sur la végétation et synonymes de températures proches de zéro.

Dans le cas présent, les gelées ont atteint -3 à -4°C, avec des pointes à -6°, au pire moment du stade végétatif de la vigne. Elle est actuellement en plein débourrage, c’est-à-dire à la période d’ouverture des bourgeons, «un moment extrêmement critique», selon Guillaume Lapaque.

Réchauffement climatique

Contrairement à ce que l’on pourrait penser «cela est paradoxalement dû à un effet du réchauffement climatique: les hivers doux avancent la date du débourrage, tandis que les gelées tardives ont toujours lieu à la même époque», précise-t-il.

Économiquement, les pertes risquent d’être lourdes notamment pour le Chinon, la plus importante appellation avec 2.360 hectares. «Outre la perte de la moitié du chiffre d’affaires pour les exploitations, nous risquons de perdre des parts de marché qui seront très difficiles à regagner», anticipe-t-il. D’autant que cette perte intervient après plusieurs années de petites récoltes, et les vignerons n’ont plus de stock.

En revanche l’est de l’Indre-et-Loire ainsi que le vignoble de la vallée du Cher semblent avoir été épargnés. «La catastrophe a été évitée de justesse», souligne Michel Badier, de la chambre d’agriculture du Loir-et-Cher. «Je suis étonné du peu de dégâts constatés pour le moment», complète Bruno Denis, un viticulteur de l’appellation Touraine-Chenonceaux établi à Mareuil-sur-Cher dans le Loir-et-Cher.

http://www.lefigaro.fr/conjoncture/2016/04/27/20002-20160427ARTFIG00350-une-gelee-historique-affecte-des-vignobles-de-renom.php

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

Louis-Marie Grignion de Montfort rejeté au monastère de Fontevrault va passer la nuit au Domaine de Mestré

Louis-Marie Grignion de Montfort rejeté au monastère de Fontevrault (d’après un extrait de « Louis-Marie Grignon de Montfort », d’Agnès Richomme)
A cause de la jalousie de certains, Louis-Marie Grignon de Montfort est chassé du diocèse de Poitiers. Avec frère Mathurin, son fidèle disciple, il se rend en Bretagne, et, de passage à Fontevrault, il souhaite faire une halte dans un monastère où sa propre soeur est religieuse converse.
La soeur portière ne le reconnaît pas. Il demande simplement « la charité pour l’amour de Dieu« . Il ne veut pas dire son nom car, dit-il : « Mon nom importe peu; ce n’est pas pour moi, mais pour l’amour de Dieu, que je vous demande la charité« .
Agacée, la Supérieure le renvoie sans rien lui donner.
En récréation, les soeurs se racontent l’incident. A la description qu’on lui en fait, soeur Sylvie s’écrie : « Mais c’est mon frère ! »

NDLRB. Louis-Marie Grignon de Montfort aurait trouvé l’hospitalité , lui et  son âne dans  une des  granges dîmières de l’Abbaye royale  sise à peu de distance  au domaine de Mestré. http://www.domaine-de-mestre.com

mestre
Vite, on court après Louis-Marie et on lui fait des excuses, le priant de revenir au monastère. Mais il refuse tout net : « Madame l’Abbesse n’a pas voulu me faire la charité pour l’amour de Dieu; maintenant, elle me l’offre pour l’amour de moi. Je la remercie« .
Et il continue sa route sans vouloir rien entendre, faisant ainsi comprendre aux religieuses combien la vraie charité ne doit pas, comme le dit Saint Jacques, « faire de différence entre les personnes ».

http://chere-gospa.eklablog.com/fioretti-louis-marie-grignion-de-montfort-rejete-au-monastere-de-fonte-a92225375

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

Avril 1701. Louis-Marie Grignon de Montfort est à Fontevrault, invité à la prise d’habit de sa sœur Sylvie.

   1-3-2-Quelle sera la mission de Louis-Marie Grignion de Montfort?

Nous sommes en avril 1701. Louis-Marie est à Fontevrault, invité à la prise d’habit de sa sœur Sylvie. Là, il rencontre Mme de Montespan, l’ancienne maîtresse de Louis XIV, devenue plus sage. Elle s’intéressa au jeune prêtre et le mit en relation avec l’évêque de Poitiers. À Poitiers, Louis-Marie fut bientôt envoyé à l’hôpital pour y servir les pauvres. Le désordre était grand dans l’administration de l’hôpital, et Louis-Marie, qui essayait de faire quelques réformes, dut partir; mais, curieusement, quelques jours après, l’intendant-économe, malade, mourait; quant à la directrice, jeune et pleine de santé, elle mourut aussi, subitement.

http://voiemystique.free.fr/ecole_francaise_t3_06.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Cérémonial de l’Ordre de Fontevraud

1655580_573951952739590_7973777624367639351_o

Poster un commentaire

par | 11 avril 2016 · 10:14

Anniversaire. 6 avril 1191. Mort de Richard Coeur de Lion à Châlus (8723

http://fr.wikipedia.org/wiki/Mort_de_Richard_Cœur_de_Lion#/

http://www.richardcoeurdelion.fr/mythe_realite.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 87, Plantagenêts

Richard III Plantagenêt, toujours.

31 mars 2015.

Le récent  enterrement des  restes retrouvés de l’ancien roi  Richard III confirme la fascination qu’exerce ce personnage aussi captivant que controversé. L’historienne Aude Mairey, qui lui a  consacré  une excellente synthèse  , nous éclaire, le temps d’un interview, sur la vie et le mythe de celui qui fut le dernier roi de la famille Plantagenêt qui a régné plus de 300 ans sur le royaume d’Angleterre.

Richard III, l’homme et le mythe – interview d’Aude Mairey

 

1 commentaire

Classé dans Plantagenêts