« Littérature, histoire, imaginaires coloniaux » du 13 au 15 juin 2019

Rencontres MEET du 13 au 15 juin à Fontevraud : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux »

Chaque année, l’Abbaye royale de Fontevraud a le plaisir d’accueillir les rencontres de la MEET, Maison des Écrivains Étrangers et Traducteurs. Les prochaines rencontres qui se dérouleront du 13 au 15 juin auront pour thème : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux ». En PDF à télécharger, la présentations des auteurs présents.

Dès les prémices des conquêtes coloniales, au début du XVIIIe siècle, se construit un imaginaire autour des terres vierges qui entretient le rêve de contrées mirifiques. Cette « politique du merveilleux » fut l’un des fondements du colonialisme étendu à tous les continents, répandant les aspirations exotiques occidentales et justifiant la politique d’occupation.

La propagande coloniale, soutenue par la presse, la littérature, toutes sortes d’images, le théâtre, les expositions, puis la photographie, le cinéma, les actualités filmées, la télévision, s’est élaborée en même temps que les conquêtes et a représenté une large et intense campagne médiatique. Cette fantasmagorie s’est enfouie au plus profond des consciences, les blanches comme les autres. Et l’imagerie coloniale habite encore nos imaginaires.
Or, nous assistons depuis une vingtaine d’années à un double phénomène qui travaille profondément ces imaginaires coloniaux : un regain d’intérêt critique pour les littératures et les imageries coloniales anciennes, et un foisonnement des écritures actuelles dans et sur les champs coloniaux et postcoloniaux, quels qu’ils soient.

Que se forge-t-il à travers ces imaginaires coloniaux ? Comment en rendre compte en historien ou en écrivain ? Comment en jouer et les déjouer ? Peut-on les ignorer, les contourner ou les combattre ? Voici autant de questions que nous posent ces fantasmes.
Ces questions sur les imaginaires coloniaux, les Rencontres de Fontevraud voudraient cette année les poser et tenter d’y répondre, en réunissant dans l’abbaye royale, pour trois journées, les témoins et les acteurs d’un rapproché à multiples facettes : historiens, littéraires, écrivains, qui toutes et tous ont à faire avec elles, et qui toutes et tous désormais dialoguent, se lisent, apprennent les uns des autres, ce dont les écritures, tant dans le champ des sciences sociales, de la critique littéraire que dans le paysage foisonnant des romans, récits, fictions, poésies contemporains, témoignent abondamment.

Sous la forme conviviale propre au lieu, tables-rondes, dialogues, ateliers, lectures, conférences, se succèderont et s’entrecroiseront afin de faire surgir par l’écoute et le débat quelques-unes des interrogations sur les imaginaires coloniaux hier et aujourd’hui, qui nous occupent. Puisque qu’ils font partie de notre histoire, faisons en sorte qu’ils construisent notre conscience critique actuelle.

Le programme

Jeudi 13 juin
– 15h. Présentation (Antoine de Baecque/Patrick Deville) : « Littérature, histoire, imaginaires coloniaux »
– 15h30-16h45. : Romain Bertrand, l’histoire à parts égales
– 16h45. Lecture
– 17h30-18h45. Conférence de Bénédicte Savoy, les œuvres du patrimoine africain, l’imaginaire colonial et la question de leur restitution
– 20h45 : Projection de Vénus Noire, d’Abdellatif Kechiche (2h45, 2010), suivie d’une discussion animée par Antoine de Baecque

Vendredi 14 juin
– 9h30. Lecture
– 9h45-11h. Dialogue Patrick Deville et Antoine de Baecque : la littérature, l’histoire et les imaginaires coloniaux
– 11h15. Lecture
– 11h30-13h. Table-ronde, animée par Yann Nicol (Veronic Algeri, Linda Lê, Pierre Singaravelou, Jennifer Yee) : « Les écritures contemporaines des mondes coloniaux »
– 15h. Lecture
– 15h15-16h45. Table-ronde , animée par Antoine de Baecque (Michaël Ferrier, Daniel Maximin, Philippe Papin, Christelle Taraud) : « Qu’est-ce que l’imaginaire colonial ? »
– 17h. Lecture
– 17h15-18h45 : Table-ronde , animée par Yann Nicol (Veronic Algeri, Négar Djavadi, Suzanne Dracius, Jennifer Yee) : « L’imprégnation des imaginaires coloniaux »
– 21h : Présentation de l’exposition Le Modèle noir, de Géricault à Matisse (Musée d’Orsay, jusqu’au 21 juillet), suivie d’une discussion animée par Pap N’Diaye, conseiller scientifique.

Samedi 15 juin
– 9h30. Lecture
– 9h45-10h45. Dialogue : Michaël Ferrier, voyages métissés de différents passés
Pause
– 11h. Lecture
– 11h15-12h45. Table-ronde animée par Yann Nicol (Hemley Boum, Pap N’Diaye, Daniel Maximin, Thomas B. Reverdy) : « Construire une conscience critique des imaginaires coloniaux »

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=50113

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s