De la non confiscation générale des bibliothêques monastiques fontevristes à la révolution.

Résumé : En 1789, la Révolution française balaie et disperse les collections ecclésiastiques des monastères et des couvents du royaume. Une partie seulement de ces collections échappera aux destructions et aux ventes et constituera le fonds des bibliothèques municipales, dons de la République à ses citoyens. La bibliothèque féminine est restée cependant éloignée de ce phénomène paradoxal de patrimonialisation-destruction des collections. Dénigrée pour sa petitesse et sa médiocrité, elle est demeurée en marge de l’histoire.

L’enquête nationale sur les bibliothèques religieuses, réalisée en 1790 à la demande du Comité ecclésiastique et conservée dans les Archives nationales, permet de remédier en partie à cette lacune, en dressant un tableau des possessions féminines à la Révolution. Si elle révèle, il est vrai, le poids des traditions, elle prouve également l’existence de collections bien présentes, inscrites dans une logique de pratique qui est celle de la femme en religion.

https://www.enssib.fr/bibliotheque-numerique/documents/65216-les-bibliotheques-des-couvents-de-femmes-a-la-revolution-d-apres-l-enquete-nationale-de-1790-1791-entre-tradition-et-influences.pdf


 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s