Archives quotidiennes : 17 mars 2020

Armoiries des ordres religieux hors l’ORF ( Ordre Royal de Fontevrault)

ORDRES RELIGIEUX par X. Barbier de Montault

Un texte téléchargé du site de la Bibliothèque Nationale de France

Extrait de l’Annuaire du Conseil Héraldique de France, 3ème année, 1890.
Texte de X. Barbier de Montault, prélat de la Maison de Sa Sainteté

Dans les ordres religieux, les dignitaires seuls prennent des armoiries et encore, parmi ceux qui sont restés mendiants, ne se servent-ils généralement que des armoiries de l’ordre; alors, sur le sceau où elles sont gravées, la dignité de celui qui les emploie se constate par le titre inscrit à la légende.

Autrement, l’écusson personnel ou de famille est toujours complété par celui de la religion à laquelle on appartient et à qui il est d’usage d’accorder la place la plus honorable, comme le chef, qui forme la partie supérieure de l’écu, ou le mi-parti, qui en occupe la droite. Dans le premier cas, on dit que l’écu est abaissé sous le chef de la religion.

La dignité est caractérisée par le plus ou moins de glands au chapeau, qui somme l’écu et qui est toujours noir; ainsi un gland de chaque côté pour les dignités ordinaires, deux rangs de houppes pour les supérieurs locaux et ceux qui leur sont assimilés, comme provinciaux, définiteurs, etc.; trois rangs de houppes pour les généraux.

L’ordre lui-même, pour les chanoines réguliers et les moines, ajoute au chapeau noir à trois rangs de houppes, la mitre à l’angle dextre et la crosse à l’angle senestre.

Parfois l’écu admet une couronne, un cimier, un support et même une devise.

Je vais essayer de donner la nomenclature exacte des armoiries des différents ordres religieux, d’après les divers monuments que j’ai eus sous les yeux, surtout à Rome et en Italie. Mais je dois prévenir d’avance que l’on semble ne tenir compte que des pièces de l’écu, sans prendre garde souvent aux couleurs qui doivent les distinguer, en sorte que, vu la multiplicité des variantes, il est souvent impossible de les blasonner correctement.

ANTONINS

Une aigle, éployée de sable, essorante, diadémée et couronnée d’or, chargée d’un écusson d’or attaché à un collier de gueules, au T d’azur. Le tau est l’attribut iconographique de Saint-Antoine abbé, et il est resté chez les Antonins le signe distinctif de leurs abbés, qui n’ont pas d’autre crosse.

AUGUSTINS

D’or, à un coeur enflammé de gueules, posé sur un livre, chargé obliquement d’une plume et d’une ceinture de sable. La plume et le livre font allusion au docteur, la ceinture à celle qu’il reçut des mains de la Sainte-Vierge et qu’il a imposée à ceux qui suivent sa règle, et le coeur, qui est son attribut ordinaire, rappelle un passage du livre des confessions.

BARNABITES

De gueules, à une croix haute, plantée sur une montagne à trois côteaux et accostée des lettres P A, le tout d’or. Les deux initiales, qui signifient Paulus apostolus, indiquent que l’ordre a l’apôtre Saint-Paul pour patron.

BASILIENS

Une colonne enflammée, par allusion à celle que l’on vit au-dessus de la tête de Saint-Basile.

BÉNÉDICTINS

D’azur, à une croix patriarcale d’or, posée sur une montagne de même et adossée à la devise PAX en fasce.

BÉNÉDICTINS DE LA CONGRÉGATION DE SAINT-MAUR

Le mot PAX dans une couronne d’épines, accompagné en pointe des trois clous de la Passion.

BÉNÉDICTINS DE LA CONGRÉGATION DE SAINT-VANNES

Le mot PAX, accompagné en chef de trois larmes (clous de la Passion ?) et en pointe d’un coeur, le tout dans une couronne d’épines.

CALVAIRIENNES

D’azur, à une Vierge, debout, ayant les mains jointes, d’or, appuyée contre une croix du Calvaire d’argent, le tout sur une terrasse de même.

CAMALDULES

D’azur, à deux colombes d’argent buvant dans un calice d’or, posé en pal et surmonté d’une comète de même. Saint-Romuald, leur fondateur, avait eu une vision qui lui avait montré ses religieux sous la forme de deux colombes buvant dans un calice.

CAPUCINS

comme les Franciscains.

CARMES

De sable, chapé d’argent, la pointe de sable terminée en croix pattée en chef, accompagnée de trois étoiles à huit rais posées deux en chef et une en pointe, de l’un en l’autre. Cimier: une couronne ducale de laquelle sort un dextrochère brandissant un glaive enflammé. Devise: Zelo zelatus sum pro Domino Deo exercituum (III Reg., XIX, 10). Tenant: la Sainte Vierge, ayant au bras l’Enfant Jésus qui donne un scapulaire.

CÉLESTINS

D’azur, à une croix de sable, enlacée d’un S d’argent et accostée de deux fleurs-de-lys d’or. La lettre S signifie la ville de Sulmone, où l’ordre prit naissance.

CHANOINES DU SAINT-SAUVEUR DE LATRAN

D’azur, au buste du Sauveur, la tête entourée d’un nimbe crucifere. Support: une aigle essorante vue de face.

CHARTREUX

D’argent, au monde d’azur cintré et croisé d’or. Devise: Stat crux dum volvitur orbis.

CISTERCIENS

D’argent, à trois bandes de gueules, à la bordure semée de France. Tenant: la Sainte-Vierge, étendant son manteau autour de l’écu.

CONVENTUELS

comme les Franciscains.

DOMINICAINS

D’argent, à la chape de sable, l’argent chargé d’un chien de même, tenant dans la gueule une torche enflammée, la patte senestre sur un globe d’azur et couché sur un livre de gueules, accompagné d’une palme de sinople et d’un lys au naturel passés en sautoir dans une couronne d’or, et une étoile d’or en chef.

EUDISTES

Un coeur contenant les images nimbées de Jésus et Marie; autour, deux branches de lis et de roses encadrant les mots VIVE JESUS ET MARIE.

FRANCISCAINS

De gueules (alias d’azur ou d’argent), à une croix haute d’or (alias de gueules ou de sable), embrassée à dextre d’un bras vêtu de la grande manche de la couleur de l’ordre par dessous, qui est le bras de Saint-François; à senestre, d’un bras nu au naturel, qui est de Jésus-Christ, les deux bras passés en sautoir de carnation et stigmatisés de gueules.

GÉNOVÉFAINS

D’or, à un coeur enflammé de gueules, percé de deux flèches de sable, ferrées d’argent, passées en sautoir.

HOSPITALIERS DE SAINT-JEAN DE DIEU

Une grenade entr’ouverte, surmontée d’une croix. Cette grenade rappelle que le fondateur cherchant sa voie, Dieu lui dit: Grenade sera ta croix. En effet, ce fut dans la ville de Grenade qu’il parvint à fonder son ordre après bien des épreuves.

JÉSUITES

D’azur, alias de gueules, à un nom de Jésus, IHS, la lettre centrale surmontée d’une croix haute et accompagnée en pointe des trois clous de la Passion, dans une auréole ovale, le tout d’or.

LAZARISTES

D’argent, à l’image de Notre-Seigneur Jésus-Christ de carnation, les bras tendus en bas, vêtu d’or et d’azur, la tête nue.

MERCÉDAIRES

Palé d’or et de gueules, au chef du second, chargé d’une croix pattée et alézée d’argent. Le palé forme les armes d’Aragon, où l’ordre prit naissance.

MINIMES

D’or, au mot CHARITAS, coupé en trois syllabes, dans une auréole rayonnante. Cette devise fut apportée du ciel par un ange à Saint-François de Paule.

MINISTRE DES INFIRMES

D’argent, à une croix haute et rayonnante de gueules, couronne ducale.

MISSIONNAIRES DU PRÉCIEUX SANG

Parti: au premier, au nom de Jésus, semblable à celui des Jésuites; au second, au nom de Marie, surmonté d’une couronne d’étoiles.

OLIVÉTAINS

D’azur, à une montagne à trois côteaux d’argent, à deux branches d’olivier de sinople, partant du milieu, et à la croix haute de gueules surmontant le tout.

ORATORIENS

D’azur, à ces deux mots écrits en lettres d’or: JESUS MARIA, l’un sur l’autre, et enfermés dans une couronne d’épines de sable.

PASSIONNISTES

De sable, à un coeur chargé de ces mots l’un sur l’autre: IESU XPI PASSIO, accompagnés en pointe des trois clous de la Passion et sommés d’une croix haute, le tout d’argent.

PRÉMONTRÉS

Deux crosses d’or passées en sautoir sur un semé de France, par concession de Saint-Louis.

SCOLOPIES

Dans une auréole le nom de Marie, surmonté d’une croix, dans la hampe de laquelle est enfilée une couronne et accompagnée en pointe du monogramme grec qui signifie mère de Dieu.

SERVITES DE MARIE

D’azur, à la lettre M dans laquelle s’enlace la lettre S, surmontées d’une couronne à fleurs de lys au naturel, le tout d’argent; alias, la hampe de M prolongée en un lis fleuri.

SULPICIENS

Les lettres M et A superposées (pour former Maria), les deux jambages de M pointés (pour faire les initiales de Jésus et Joseph).

THÉATINS

D’or, à une croix haute de sable, plantée sur une montagne à trois côteaux d’argent, couronne de marquis. Ces armes sont motivées par cette coïncidence que leur congrégation prit naissance le jour de l’Exaltation de la Croix.

TRINITAIRES

D’argent, à une croix pleine alézée d’azur et de gueules.

URSULINES

D’azur, à une tige de lys de jardin, fleurie de trois fleurs, le tout au naturel et mouvantes d’un buisson d’épines d’or. Devise: Sicut lilium inter spinas (Cant. cant., II, 2).

VISITANDINES

D’or, au coeur de gueules, percé de deux flèches d’or empennées d’argent, passées en sautoir au travers du coeur, chargé d’un nom de Jésus et de Marie d’or enfermé d’une couronne d’épines de sinople, les épines ensanglantées de gueules, une croix de sable fichée dans l’oreille du coeur.

Poster un commentaire

Classé dans Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble