Archives d’Auteur: Charte de Fontevrault

À propos de Charte de Fontevrault

Royaliste depuis mon entrée en Faculté de Droit et des Sciences économiques, ce qui est d'ailleurs assez tardif, j'ai découvert ma voie dans le royalisme providentialisme, c'est-à-dire le royalisme de de ceux qui s'en remettent à Dieu du point de savoir qui doit être Son Lieutenant en terre de France. La Charte de Fontevrault assure ce combat quotidien dans lequel elle est loin d'être seule, grâce à Dieu. http://www.sylmpedia.fr/index.php/Charte_de_Fontevrault http://www.sylmpedia.fr/index.php/Alain_Texier http://www.sylmpedia.fr/index.php/Providentialisme

Le 2e régiment de dragons de Fontevraud au défilé du 14 Juillet à Paris

Pour la deuxième fois consécutive, le régiment du 2ème Dragons basé à Fontevraud défilera sur les Champs Elysées le 14 Juillet.

Le 2RD lors d’une répétition sur les Champs Elysées

Cette année, 109 défilants descendront à pied sur les Champs-Elysées. Toute la semaine, l’unité s’est entrainée à Versailles Satory. Jeudi 12 avait lieu la répétition générale en présence des autorités, dont le Gouverneur Militaire de Paris et le Général Goupil. Cette année, le thème du défilé est la « fraternité d’armes ». Le 2e RD trouve parfaitement sa place dans ce thème puisque sa vocation est de venir en appui des forces des unités de l’armée de terres et des autres armées comme des services de secours civil. Il est le spécialiste des engagements en milieux contaminés par toutes sortes de toxiques industriels ou de guerre. Il est engagé sur l’ensemble des théâtres d’opérations notamment pour des missions de désinfection, de protection de la force et d’analyse de produits. Il était à la tête du détachement interarmées de lutte contre EBOLA en 2014. Il participe à la protection du territoire national dans l’opération Sentinelle et a été engagé à Saint-Martin après le passage d’IRMA.

Article du 13 juillet 2018 I Catégorie : Vie de la cité

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=44232

Et aussi :

https://www.recrutement.terre.defense.gouv.fr/regiments/2e-regiment-de-dragons

https://fr.wikipedia.org/wiki/2e_r%C3%A9giment_de_dragons

https://www.defense.gouv.fr/terre/thematiques-terre/14-juillet-2017/defile-motorise/2e-regiment-de-dragons/2e-rd/14-juillet-2017

 

Publicités

2 Commentaires

Classé dans Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye

Madame de Montespan à Fontevraud-L’Abbaye : une histoire architecturale

Conférence prolongée par une visite (traversée du village via le Clos-Bourbon), par Florian Stadler, Conservateur du Patrimoine et chercheur au sein du Service régional de l’inventaire des Pays de la Loire. Samedi 30 juin 2018.à 15H.

Lors de ses visites pour aller voir sa sœur l’abbesse Marie-Madeleine Gabrielle de Rochechouart de Mortemart, Madame de Montespan conçut le projet d’établir une fondation caritative dans le bourg de Fontevraud. Cet hôpital de la Saint-Famille fut assez vite transféré à Oiron (Deux-Sèvres), mais des bâtiments en subsistent, comme d’autres traces du passage de la Montespan.

Cycle Athénaïs et Gabrielle de Fontevraud à Oiron

Nommée en 1670 par Louis XIV, Gabrielle de Rochechouart est l’une des abbesses les plus marquantes de l’Histoire de Fontevraud. À quelques kilomètres, dans le Château d’Oiron, une figure féminine majeure du XVIIe siècle a également laissé son empreinte : Athénaïs de Montespan. Le château d’Oiron (79100) *  et l’Abbaye Royale de Fontevraud vous proposent de découvrir l’histoire de ces deux soeurs lors de conférences et de visites thématiques qui se font écho.

Poster un commentaire

Classé dans Département 79

Mesdames, filles de Louis XV et de Marie Leszczynska font de la musique en l’Abbaye royale de Fontevraud

Page FB   https://www.facebook.com/groups/195086984204929/permalink/281345865579040/                                                                                                                    Bernard Muscat19 août 2016.

Mesdames de France musiciennes

par Plume d’histoire | Classé dans : Fêtes, arts et création, Têtes couronnées au quotidien, XVII et XVIIIème siècles | 6

La musique participe presque obligatoirement à l’éducation d’une princesse, au même titre que la danse ou le chant. Dans le cas de Mesdames, filles de Louis XV et Marie Leszczynska, la musique va prendre une place particulière.

Pour au moins quatre des six filles du couple qui atteindront l’âge adulte, Henriette, Adélaïde, Victoire et Sophie, la musique devient un véritable « dérivatif au néant de leur existence », une activité qui justifie la vie tristement vaine et monotone de ces princesses.

La passion des filles de France

Mesdames sont plongées dès leur plus tendre enfance dans cet univers artistique. Si Louis XV n’est guère sensible qu’aux sonneries de chasse et aux marches militaires, leur mère Marie Leszczynska est une grande amatrice de musique.

Elle initie ses filles et son fils, tient à les voir jouer d’un instrument. Nul besoin d’insister, les fillettes sont conquises. Si elles prennent vite en horreur la danse, elles marquent tout de suite une prédilection pour la musique, « la passion des filles de France ».

Lorsque Mesdames Victoire, Louise et Sophie sont envoyées à Fontevrault par le cardinal de Fleury pour des raisons d’économie, leurs parents s’assurent qu’elles puissent poursuivre leur formation musicale. Louis XV, bien au fait de l’intérêt manifesté par ses filles en la matière, leur envoie un clavecin : on installe l’instrument dans une pièce spécialement réservée.

Au retour des trois exilées en 1750, la fratrie est au complet.

Mesdames de France. Un groupe particulier

Cette appellation de « Mesdames » resta dans l’histoire en raison des circonstances généalogiques, politiques et stratégiques particulières qui firent rester à la cour de France sept des huit filles que Louis XV avait eu de Marie Leszczynska, et encore l’aînée – bien que mariée – mourut à la cour pendant un séjour prolongé auprès de sa famille, à savoir :

Un destin particulier

Pour faire l’économie de leur entretien à la cour et certainement aussi pour ne pas laisser trop d’influence à la reine qu’une large descendance à ses côtés aurait pu conforter, les quatre dernières de ces princesses furent élevées loin de la cour, dans l’abbaye de Fontevraudde 1738 à 1750, où elles passèrent leurs jeunes années avant de revenir à Versailles. Madame Sixième, baptisée plus tard Félicité, ne reverra pas Versailles et Madame Louise reviendra très marquée par la vie monacale qu’elle retrouvera plus tard au Carmel de Saint-Denis(1770).

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mesdames

Poster un commentaire

Classé dans Abbaye royale de Fontevraud

Le CCO, machine à débretonniser, éreinté par la chambre régionale des compte

Le CCO, machine à débretonniser, éreinté par la chambre régionale des comptes

L’association Fontevraud – Centre culturel de l’Ouest (CCO) est un joyau de la régionalisation technocratique. Premier président des Pays de la Loire, le gaulliste Olivier Guichard était très conscient du caractère artificiel de cette région patchwork. Il s’était mis en tête de lui créer de toutes pièces une identité.

Mais il savait que ses campagnes de publicité n’y suffiraient pas. Sur le plan culturel, le principal obstacle à une unification ligérienne  était le caractère breton de la Loire-Atlantique. Dès son arrivée à la tête de la région, Olivier Guichard avait donc décidé de créer un pôle culturel prestigieux qui forcerait les élites intellectuelles de la région à regarder ensemble vers l’Est. Ce serait le Centre culturel de l’Ouest, installé à Fontevraud, non loin de Saumur. Quelques années plus tard, cette tentative serait renforcée par la création de la revue 303, une revue de prestige à laquelle les intellectuels de la région apprécient d’autant plus de collaborer qu’elle rémunère ses auteurs(1). (Pourquoi 303 ? Parce que 44+49+53+72+85, numéros des départements de la région : en guise d’identité, on n’a trouvé qu’un matricule.)

Le choix de Fontevraud était habile : ce site immense, ancienne abbaye royale des Plantagenêt devenue l’une des plus grandes prisons de France après la révolution, rénové à grand frais par l’État, jouissait d’un grand prestige religieux, architectural et régalien. Le CCO fut chargé de son animation culturelle sous forme d’expositions, concerts, colloques et autres résidences d’artistes.

« Dysfonctionnements majeurs »

Créé sous forme d’une association indépendante, le CCO est en réalité une émanation directe de la région des Pays de la Loire, qui lui a toujours assuré des moyens financiers abondants (on peut en juger d’après ses comptes publiés au Journal Officiel). Une fois la région conquise par les socialistes et présidée par Jacques Auxiette, de 2004 à 2015, le CCO a perdu son éclat mais conservé ses budgets. Suite au retour à droite de la région, le CCO est présidé par Bruno Retailleau depuis le 25 juin 2016.

La chambre régionale des comptes des Pays de la Loire a contrôlé les comptes du CCO pour les années 2012 à 2016. Publié le 4 juin, son rapport rompt avec le style policé habituel de l’institution. Il est extrêmement critique : « Sans se prononcer sur le projet et la programmation culturels, la chambre constate des dysfonctionnements majeurs dans cette association en matière de gouvernance et sur les plans financier et administratif. Le non-respect répété de ses statuts (par ailleurs obsolètes) fait courir à l’association un risque juridique immédiat et très significatif. »

Les dirigeants du CCO étaient très bien payés

Le CCO est financé à plus de 80 % par la Région ; ses revenus propres (billetterie, mécénat…) ne dépassent pas 3,5 % de ses recettes. Malgré cela, des centaines de milliers d’euros de dépenses ont été engagées et/ou payées dans des conditions irrégulières.

Les dirigeants du CCO ne s’oubliaient pas non plus : « en 2012 et 2013 [du temps des socialistes, donc], la somme des trois rémunérations brutes les plus importantes dépassait les 190 000 € annuels, alors même que le secrétariat général de l’association n’était pas compté dans les effectifs ». En 2014, le directeur du CCO, Xavier Kawa-Topor, n’a travaillé que 10 % de son temps pour le CCO tout en étant rémunéré à plein temps à hauteur de 85 255,76 euros (mis à la disposition d’une autre association, il travaillait en outre ponctuellement pour la commune de Saint-Jean-d’Angély « au tarif forfaitaire de 600 euros par jour »).

Théoriquement au service de l’ensemble des Pays de la Loire, le CCO visait avant tout à ligérianiser la partie bretonne de la région. Au point que la chambre régionale des comptes s’y est trompée, localisant l’association en Loire-Atlantique (ci-dessus) avant de rectifier (ci-dessous).

(1) Des éclairages intéressants sur le fonctionnement de 303 du temps où la région des Pays de la Loire était présidée par le socialiste Jacques Auxiette ont été livrés au public à l’occasion d’un procès engagé par son ancienne directrice, rémunérée 5.564,36 euros brut par mois en 2013.

E.F.

Crédit photo :[cc] Pierre Mairé, PixAile.com, Wikimedia Commons

[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source

NDLRB . Retrouvez  grâce au lien ci-après le caractère hypertexte des liens ci-dessus.

https://www.breizh-info.com/2018/06/08/97231/cco-chambre-regionale-compteshttps://www.breizh-info.com/2018/06/08/97231/cco-chambre-regionale-comptes

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Mécénat à l’abbaye royale de Fontevraud . 28 mai 2018 . Il reste huit jours pour financer les nouveaux locaux d’exposition.

21 mai.

EN ROUTE VERS LE TROISIÈME PALIER !

MERCI À TOUS ! Grâce à vous, nous avons atteint notre second objectif. Ne nous arrêtons pas là, en route vers le troisième palier qui nous permettra d’acquérir le mobilier scénographique. Il vous reste encore 2 semaines pour inscrire votre nom dans l’histoire de Fontevraud.

[AVANCEMENT DES TRAVAUX] Les travaux ont commencé ! L’éclairage muséographique vient d’être installé et le parquet posé.

La vie du projet

28 mai.

J-6 : IL NE VOUS RESTE PLUS QU’UNE SEMAINE POUR INSCRIRE VOTRE NOM DANS L’HISTOIRE DE FONTEVRAUD !

Grâce au soutien de 108 mécènes, nous avons collecté 34 630 €. MERCI À TOUS !

Ne nous arrêtons pas là, en route vers le 3ème palier qui nous permettra d’acquérir le mobilier scénographique.

Il ne vous reste plus qu’une semaine pour rejoindre la communauté des mécènes de l’Abbaye et inscrire votre nom dans l’histoire de Fontevraud.

https://www.commeon.com/fr/projet/abbaye-fontevraud

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye

L’ex prieuré fontevriste de la Puye (86260) maison mère des Filles de la Croix sous le feu des projecteurs.

Pour mettre en avant sa commune nichée au cœur de trois sites d’exception, l’association podienne organise un événement les 28 et 29 avril prochains.

Il était une fois, dans un petit village du Poitou profond, un amoureux des vieilles pierres. L’histoire pourrait commencer comme un conte tant il y est question de racines, de mémoire, de beauté et de mystère. L’homme, c’est Francis Picard, Podien depuis une dizaine d’années. De nature curieuse, il a fureté sur sa commune de La Puye pour y dénicher des trésors : pierre dressée des Fadets, moulin, abbaye de l’Étoile, église romane de Cenan et, bien sûr, le prieuré fontevriste qui accueille la congrégation des Filles de la Croix.
“ Créer une nouvelle entité pour relier ces sites ”Avec une dizaine de passionnés, il crée l’association Sortir des ornières de l’histoire, qui organise un premier événement à l’occasion des Journées du Patrimoine, puis les 28 et 29 avril autour d’un concert et du premier Salon du livre historique, pour mettre en lumière le patrimoine naturel et architectural exceptionnel situé dans un triangle historique posé entre les sculptures pariétales du Roc aux Sorciers (-15.000 ans), la forteresse d’Angles-sur-l’Anglin, la cité médiévale de Chauvigny et les fresques classées au patrimoine mondial de l’abbaye de Saint-Savin.
« Nous sommes au cœur de ce triangle d’or dessiné par trois sites exceptionnels. Le prieuré du XIIe siècle de La Puye y tient son rang. Il se trouvait sur le chemin de saint Martin, évêque de Tours, entre Berry, Poitou et Touraine du sud. Aujourd’hui, La Puye est tiraillée entre Montmorillonnais, Châtelleraudais et Grand Poitiers. D’ailleurs, Jean-Pierre Raffarin lui-même nous a dit un jour : “ A force d’être tiraillée ainsi, La Puye va finir par devenir capitale ! ” Nous voulons donc créer une nouvelle entité pour relier ces sites d’exception : c’est le triangle d’or. »
Et pour donner tout l’éclat nécessaire à cet or, le samedi 28 avril, un récital couvrant un large répertoire de chants traditionnels (basques, espagnols, napolitains…) ou sacrés, airs d’opéra (Verdi, Offenbach…) et musiques de film, sera au programme avec le Chœur d’hommes du Haut-Poitou, 53 hommes réunis autour d’une chef de chœur professionnelle, en prélude à la commémoration des 200 ans d’installation des Filles de la Croix à La Puye, fruit de la rencontre de deux femmes : Marie Pichot, dernière novice fontevriste présente à La Puye au début du XIXe siècle et Catherine Fournet. Deux femmes oubliées qui ont fait découvrir le site fontevriste à sainte Jeanne Élisabeth Bichier des Ages, qui y a installé les sœurs.
Le premier Salon du livre historique se tiendra le lendemain, dans la salle des fêtes de La Puye.
> Concert : du Chœur d’hommes du Haut-Poitou, samedi 28 avril, 20 h, à la grande chapelle. Rens. et rés. au 06.72.74.05.05 ou : contact@ sortirdesornieresdelhistoire.fr > Salon du livre historique :dimanche 29 avril, salle des fêtes de La Puye.

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

Fontevraud. jeudi 19 avril 2018. Une Journée Défense et Citoyenneté pour 90 jeunes Saumurois au 2e Régiment de Dragons N.R.B.C.

Dragon du 2e régiment durant les guerres napoléoniennes https://fr.wikipedia.org/wiki/2e_régiment_de_dragons

Afin de faire découvrir le 2e Régiment de Dragons de Fontevraud, créé en 1556 et qui est le plus ancien régiment de la cavalerie française, le colonel Guillaume Leroy, commandant le 2e RD, et le capitaine Ana de Lima, chef de Centre du Service National d’Angers (CSN), organisent une Journée Défense et Citoyenneté (JDC) exceptionnelle le jeudi 19 avril 2018. 90 jeunes « appelés » du Saumurois auront donc le privilège de vivre au rythme de ce régiment unique, très spécialisé.

Régiment spécialisé de la force opérationnelle terrestre, le 2e Régiment de Dragons (RD) est l’unique unité de l’armée de Terre capable de lutter contre la menace Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique (NRBC). Ses missions dans le domaine de spécialité NRBC sont :
– Appuyer les forces armées sur les théâtres d’opérations contre les menaces et risques NRBC,
– Participer à la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive,
– Contribuer à la protection des populations civiles, y compris sur le théâtre national

 

Régiment spécialisé de la force opérationnelle terrestre, le 2e Régiment de Dragons (RD) est l’unique unité de l’armée de Terre capable de lutter contre la menace Nucléaire, Radiologique, Biologique et Chimique (NRBC). Ses missions dans le domaine de spécialité NRBC sont :
– Appuyer les forces armées sur les théâtres d’opérations contre les menaces et risques NRBC,
– Participer à la lutte contre la prolifération des armes de destruction massive,
– Contribuer à la protection des populations civiles, y compris sur le théâtre national.

En savoir plus sur http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=42371#JdVQhsG1SA7kscdC.99

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

Le Prétorien N° 46 . Les chevauchées du prince noir.

L’on connait les ravages  causés par le prince noir dans le réseau des prieurés fontevristes . Ce n° du Prétorien permet une mise en perspective plus ample.

https://www.lelivrechezvous.fr/nos-revues/pretorien/pretorien-n-46.htmprince noirl

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Ouvrage sur le monachisme médiéval.

Poster un commentaire

par | 13 mars 2018 · 4:00

Des ponts sur la Loire .

Poster un commentaire

par | 9 février 2018 · 6:06