Archives d’Auteur: Jean de l'Habit.

À propos de Jean de l'Habit.

Si c'est un pseudonyme général à la connotation fortement fontevriste : "Jean de l'Habit" , du nom d'une des composantes monastiques de l'Ordre de Fontevraud (Abbaye et prieurés), qui figure dans ce profil, ce n'est pas par méfiance , c'est simplement parce que les analyses contenues dans ce blog ont été puisées à de trés nombreuses sources . Ce pseudonyme ne saurait, en tout cas, cacher l'intérêt que j'éprouve pour les études fontevristes, études assez injustement méconnues du moins comparées à celles consacrées à d'autres ordres monastiques. Si le professeur Jean-Marc Bienvenu , bien trop tôt rappelé auprès de Robert d'Arbrissel... , avait pu continuer son oeuvre, il en aurait été nécessairement différent. Ce blog doit donc être conçu comme un relais, comme un " attendant mieux" étant donné que le Comité d'histoire fontevriste, en charge lui , officiellement de l'histoire de l'Ordre, reprendra nécessairement un jour ses travaux . Etant précisé que l'histoire de cet Ordre est assez vaste pour que plusieurs structures en opérent l'étude, telle est la première pierre que ce blog entend poser.

A propos de la chapelle Notre-Dame de Pitié via https://gertrude.paysdelaloire.fr/

Historique

Associée à une liturgie processionnelle, la petite chapelle Notre-Dame-de-Pitié est construite en 1579 à l’écart du village par les officiers de l’abbaye qui rendaient ainsi grâce à la Vierge de les avoir protégés d’une épidémie qui menaçait d’autant plus le village qu’elle survenait juste après une période de famine. Il est vraisemblable que l’abbesse Éléonore de Bourbon ait participé au financement de la chapelle, car un acte émanant de l’abbaye ordonne à cette date l’achèvement des travaux de maçonnerie et la couverture de la chapelle.

Elle est placée sous le vocable de Notre-Dame-de-Pitié, dévotion dont la fête avait été instituée dans l’ordre de Fontevraud dès 1519 sous l’abbatiat de Renée de Bourbon.

Sous l’Ancien Régime, la chapelle est administrée par la fabrique de l’église paroissiale.

À la suite de la Révolution française, elle est acquise par les propriétaires de la maison voisine (actuellement 56, rue de l’Hermitage), qui possèdent alors plusieurs parcelles environnantes.

En 1822, le prêtre de Fontevraud demande au Bureau préfectoral d’administration communale l’octroi à sa commune d’une aide financière afin de racheter la chapelle pour le compte de la fabrique paroissiale. Les autorités préfectorales refusent en 1825, justifiant ce rejet par le fait que le fonds alloué aux églises et presbytères est exclusivement affecté aux constructions ou réparations de tels édifices, et non aux acquisitions.

Vers 1859, la propriété de la chapelle passe finalement à la Commune et dès 1860 les archives de la fabrique mentionnent que des messes y sont à nouveau célébrées.

Pour avoir été épargnés par l’invasion prussienne lors de la guerre de 1870-1871, les villageois la font restaurer en 1871-1872 : elle est prolongée d’une sacristie et le décor intérieur est repris. Ces travaux furent financés par des dons et sur les propres fonds de la fabrique paroissiale. Plusieurs inscriptions latines disséminées dans la chapelle évoquent les travaux de restauration et de décoration alors réalisés. L’une d’elles mentionne que cette restauration s’est faite sous le ministère de Charles Chevalier (curé de Saint-Michel de Fontevraud de 1864 à 1874) et que les peintures ont été réalisées par des prisonniers grâce au concours du directeur de la Maison centrale de détention, Pierre-Émile Olivier (directeur de 1871 à 1873).

Cette chapelle et son mobilier furent classés parmi les monuments historiques par arrêté du 8 septembre 1965, dans le contexte de la protection des bâtiments et sites en lien avec l’abbaye de Fontevraud, après la décision de fermeture de la prison.

La chapelle fait l’objet de nouvelles restaurations en 1974 (travaux de couverture et réfection du berceau lambrissé (plâtre et peinture), puis à nouveau en 1999-2000 (mise hors d’eau et reprise des murs).

À la suite de vols survenus en 2003, les éléments notables subsistants du décor intérieur ont été déposés et mis en sécurité hors de la chapelle.

https://gertrude.paysdelaloire.fr/dossier/chapelle-notre-dame-de-pitie-fontevraud-l-abbaye/01e29748-f35a-4bce-ad95-2681e2dc655b

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/fontevraud-labbaye-49590/journees-du-patrimoine-la-chapelle-notre-dame-de-pitie-ouverte-a-fontevraud-l-abbaye-732aedea-3286-11ed-bb77-9c6054fa3657

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Travaux 2012-2013 au bénéfice de l’Abbaye royale de Fontevraud

CPER. contrat de plan État-Région Pays de la Loire 2021-2027

État et région ont convenu depuis plusieurs CPER d’allier leurs efforts afin de restaurer ce patrimoine exceptionnel. Les urgences sanitaires et les usages au regard du projet de valorisation et d’animation sont les deux critères qui permettent e phaser les travaux. 

Au titre de l’actuel CPER, il a été convenu de poursuivre les travaux de restauration des bâtiments de la cour d’honneur (Palais de l’Abbesse) ainsi que de restaurer et d’aménager le Noviciat, qui hébergera un centre d’interprétation et des salles d’exposition, tout en permettant un accès inclusif aux PMR de tous les niveaux de l’abbaye. Des urgences sanitaires, telles que les peintures murales de la salle capitulaire, seront aussi traitées. 

Les travaux sont estimés à 14 000 000 € 

Source : https://www.culture.gouv.fr/Regions/Drac-Pays-de-la-Loire/Vos-actualites/Contrat-de-plan-Etat-Region-2021-2027-Pays-de-la-Loire-signature-du-volet-culture-et-patrimoine  


Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Le premier Bayle Géraud Sevestre nous livre un compte rendu de la Solennité de Saint Fiacre au Sacré-Coeur de Limoges le 4 septembre 2022.

De gauche à droite

Chers amis et confrères ,
Dimanche dernier c’était la solennité de St Fiacre au Sacré-Coeur à 10h30. Belle et priante Cérémonie . Suivie d’un verre de l’amitié fort sympathique pour un échange très convivial.


J’ai eu le grand plaisir de voir une belle délégation de St Loup puisque nous étions 11 confrères , un grand merci à eux , nous avons pu ainsi partager ce beau moment de prière et de (con)fraternité . Vous trouverez ci-dessous quelques photos . Que celles-ci Puissent encourager les « confrères hésitants » à répondre présent pour les prochaines . Bien présents mais devant partir rapidement ne figurent pas sur les photos Olivier COUPAT et Alain-Charles DIONNET.


Avec mes prières et mon amitié Géraud

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

La moutarde »fontevriste » de Lencloître de retour.

En mettant la main sur deux malles oubliées dans le grenier de son château de Saint-Bonnet à Sérigny, Alain Jomier ignorait qu’il allait réveiller quatre trésors, dont un pan du patrimoine culinaire du territoire, oublié depuis un siècle et demi: la moutarde de Lencloître. Aux côtés des cahiers de gestion de domaine agricole du château, des chroniques du greffier du juge de paix du canton, ainsi que des archives de la petite fille du général d’armée de Napoléon, Nicolas de Loverdo, un petit cahier manuscrit intitulé Mémoire sur nos moutardes (probablement écrit par cette dernière) est miraculeusement retrouvé. On y parle des moutardes de Bordeaux, Saint-Maixent, Issoudun, Poitiers, mais, surtout, de la moutarde de Lencloître, inventée derrière les hauts murs du couvent de la ville par les soeurs fontevristes, installées là depuis le 12 siècle.
À la fin du 13 siècle, une jeune soeur nommée Marcelle Aimée de James devient l’apothicaire du couvent. Ses connaissances botaniques lui permettent de préparer tisanes, onguents et potions à destination de sa congrégation. Elle va aussi perfectionner la recette de la moutarde du couvent et en faire une véritable « moutarde de santé bonne pour le corps et l’esprit ».

« Il n’y a pas d’équivalent »

Le 18 août 1792, après sept siècles de présence, les soeurs de Lencloître doivent quitter leur couvent et Aimée de James se voit contrainte de louer une chambre chez un marchand de la ville. Sans ressource, elle va troquer ses derniers mois de loyers contre les recettes de potions et préparations qu’elle détient. Sa recette de « moutarde de santé » en fait partie…
Le bailleur décide alors d’exploiter cette recette tout en la simplifiant. On passe ainsi de douze plantes aromatiques à six mais le goût et, surtout, le mode de fabrication demeure. « Il n’y a pas d’équivalent car, à la moutarde classique, on y ajoute un électuaire, sorte de sirop fait à partir de miel et autres plantes aromatiques », explique Alain Jomier.
Au milieu du 19 siècle, François Naudin, cordonnier, moutardier, chansonnier à ses heures et grand amateur de Béranger, reprend la fabrication de la moutarde de Lencloître. Il invente alors de multiples variantes aromatisées. Il sera le dernier moutardier de Lencloître. Ses recettes, miraculeusement retrouvées en 2019 dans les greniers du château de Saint-Bonnet, ont nécessité deux années de recherches et d’expérimentations pour retrouver les proportions, souvent absentes du manuscrit original. Le propriétaire du château a décidé de reprendre le flambeau en rééditant les sept recettes imaginées par François Naudin. Aujourd’hui parfaitement abouties, elles peuvent de nouveau retrouver les étals du commerce local. Comme jadis.

Dégustation-vente jusqu’au dimanche 24 avril: à Lencloître les samedi 16 et dimanche 17 avril et samedi 23 et dimanche 24 avril de 10h à 18h à la mairie (salle du 3 âge), à Sérigny les autres jours de la semaine de 10h à 18h à l’ancienne école publique de la Belle-Indienne. Mini-conférences de 30 minutes tous les jours à 14h sur le lieu de vente.

Contact: moutarde.de.lencloitre@ gmail.com

Cor.: Éric Mariault

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/serigny/la-moutarde-de-lencloitre-de-retour

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

Une religieuse du prieuré ex fontevriste de Martigné-Briand dote la moutarde de Lencloître inventée par la Fontevriste martyre Marcelle-Aimée de James d’un pot de son invention.

Publié le 16/04/2022 à 06:26 | Mis à jour le 16/04/2022 à 06:26

Sœur Claire Cachia réalise les prototypes du pot de moutarde en poterie.
Sœur Claire Cachia réalise les prototypes du pot de moutarde en poterie.
© Photo NR

En cherchant un atelier de potier dans la région pour y mettre sa moutarde, Alain Jomier, a découvert l’atelier Saint-André, dépendant du monastère des sœurs bénédictines de Saint-Bathilde à Martigné-Briand (Maine-et-Loire). « Il est situé au 1, place Robert-d’Arbrissel. C’est le nom du fondateur de l’Ordre fontevriste et du couvent de Lencloître… C’était un signe ! », sourit Alain Jomier, devenu le moutardier de Sérigny.
Il poursuit : « J’ai rencontré sœur Claire Cachia, une personne incroyable débordant d’énergie puisque, en plus de sa vie spirituelle, elle est aussi altiste, spécialiste de la musique baroque, mais aussi professeure de théologie et, bien sûr, potière. Elle a tout de suite manifesté de l’intérêt pour le projet. »
Quelques semaines après leur première rencontre, les premiers prototypes du pot de moutarde, réalisés avec les techniques de tournage et d’émaillage identiques à celles utilisées au 19e siècle, sont arrivés. « Début juin, la moutarde de Lencloître sera donc aussi disponible dans son pot original », affirme le propriétaire du château de Saint-Bonnet, dans la commune de Sérigny.

Dégustations-ventes. On peut déguster les recettes créées par François Naudin, le dernier moutardier de Lencloître au 19e siècle. De nouvelles recettes de moutarde douce (aux fleurs d’hibiscus et gingembre ou encore aux pointes d’orties) sont à goûter. Dates de dégustations-ventes : ce samedi et de dimanche salle du 3e âge à la mairie de Lencloître ; de ce lundi au vendredi 22 avril dans l’ancienne école publique de la Belle-Indienne à Sérigny ; samedi 23 et dimanche 24 avril salle du 3e âge à la mairie de Lencloître.

Voir aussi : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2022/08/06/la-recette-de-la-moutarde-de-lencloitre86140-temoignage-culinaire-post-mortem-dune-religieuse-fontevriste-du-lieu/

et encore :

-J- Marcelle-Aimée de James. Ascendance , Histoire et armoiries d’une martyre fontevriste https://wordpress.com/post/dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/8637

https://www.centre-presse.fr/article-844366-la-moutarde-oubliee-miraculeusement-retrouvee.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

Eglise du prieuré masculin fontevriste d’Esteil (63570)

Publié le 08/08/2022; Une église classée Monument historique le 23 septembre 1922. La vue ci-dessous est prise vers le fond de l’Eglise. Derrière le mur du fond se situe entre un quart et un tiers de l’édifice original qui sert actuellement de rangement agricole.

L’église, un bâtiment unique à soigner
https://www.lamontagne.fr/esteil-63570/actualites/leglise-un-batiment-unique-a-soigner_14169929/

Un bâtiment qui accueille de nombreux concerts et manifestations. © Droits réservés

Esteil. L’église un bâtiment unique à soigner. L’église Saint-Jean célébrera le vendredi 23 septembre prochain, le centième anniversaire de son classement au titre des monuments historiques ; ancienne église d’un prieuré de l’ordre de Fontevraud, fondée en 1131 et classée le 23 septembre 1922. 

Depuis un an, l’association multiplie les animations autour de l’église et du site, avec notamment un concert tous les mois. L’objectif final de l’association est de restaurer l’ensemble de l’édifice, qui fait 38 mètres de long. Ces concerts mettent aussi en valeur l’architecture générale du site et ainsi la sauvegarde du patrimoine local, un ancien prieuré de l’ordre des Dames de Fontevraud.

La célébration du classement au titre des monuments historiques permettra de faire connaître le travail de l’association et de la commune pour la conservation du patrimoine, mais donnera aussi au public l’occasion de découvrir le village et ce monument exceptionnel. Un bâtiment classé implique pour la commune un devoir d’entretien donc un besoin de financement.

Les vendredi 23, samedi 24 et dimanche 25 septembre prochains des animations seront donc au rendez-vous : un concert, un repas dans une salle rénovée par la municipalité, et un office religieux célébré par l’évêque du Puy-en-Velay (le détail complet des manifestations sera donné plus tard). Des rendez-vous à ne pas manquer.

Prochain rendez-vous

Vendredi 19 août à 11 heures, concert sérénade du Festival de La Chaise-Dieu, avec le trio à cordes composé d’Ida Derbesse (violon), Claire Pass-Lanneau (alto), Fiona Robson (violoncelle). Au programme : Beethoven et Schubert. En extérieur, jardin nord de la chapelle (si le temps le permet). 

Dimanche 21 août à 16 heures : Corneille et les Honnestes curieux. Une amitié, celle qui unit le comédien Jérôme Verghade et le claveciniste François Guerrier qui est à l’origine de ce concert théâtralisé ; quand le chant du clavecin répond à la musique des stances, quand les suites de danses rythment les alexandrins, quand un stand-up de mensonges se mue en battle baroque, la musique et la poésie du grand siècle depuis quatre cents ans n’ont jamais été aussi contemporaines.

Poster un commentaire

Classé dans Département 63

La recette de la moutarde de Lencloître(86140). Témoignage culinaire post mortem d’une religieuse fontevriste du lieu.

Alain Jomier, propriétaire du château de Saint-Bonnet, a annoncé lors de la soirée « De cours en jardins » en août qu’il avait trouvé dans les archives du château deux malles. Avec trois trésors : des documents uniques. Les premiers relatent l’invasion de l’Algérie par le général Nicolas de Loverdo, les deuxièmes, la vie quotidienne de la ferme du château de 1840 à 1942 et les troisièmes sont culinaires. En l’occurrence, un mémoire sur les moutardes locales a été retrouvé. Il y a la moutarde de Parthenay, la violette, celle au moût de raisin, la moutarde de Bordeaux, d’Issoudun et celle de Lencloître, conçue à la fin du 18e siècle derrière les murs du couvent par une jeune sœur nommée Aimée de James.(Article dela Nouvelle République du Centre-Ouest ?- du printemps 2022)

Document communiqué par ma cousine Marie

Un mois plus tard, profitant du vide-greniers du comité des fêtes, à La Belle-Indienne, Alain Jomier a expliqué lors de deux micro-conférences, les origines et l’histoire fabuleuse de cette moutarde. Après avoir remercié le maire et le conseil pour la mise à disposition de la cuisine de l’ancienne école, dimanche après-midi, devant une trentaine de personnes, il a relaté l’histoire. « Il y avait 8 recettes, dont 7 aromatisées. J’ai puisé des infos dans les livres de Gwénael Murphy, historien de Châtellerault, qui vit à Nouméa. Parmi ses écrits, La santé des religieuses de Lencloître

Marcelle-Aimée de James de Longueville entre au couvent Fontevriste de Lencloître a 19 ans. Ses connaissances botaniques et en herboristerie lui permettent de préparer des onguents et des remèdes. Elle soigne les sœurs de sa congrégation. Elle imagine une moutarde de santé “ bonne pour le corps et l’esprit ” vers 1787, composée de graines, d’herbes et d’épices locales. Quand elles partent du couvent en 1792, elle loue une chambre au Docteur Lafond de Saint-Genest et lui donne ses recettes pour payer son logis. Il a créé la moutarde de Lencloître. »
Il a terminé son intervention par une annonce: « On a travaillé sur les ingrédients et mis au point trois recettes, une normale et deux aromatisées, qui sortiront en fin d’année!»

https://www.lanouvellerepublique.fr/vienne/commune/serigny/la-moutarde-de-lencloitre-recette-oubliee

et aussi : https://www.centre-presse.fr/article-844366-la-moutarde-oubliee-miraculeusement-retrouvee.html

Se documenter sur la religieuse fontevriste Marcelle-Aimée de James , martyre de la révolution. (1754- Guillotinée pour sa Foi le 18 mars 1794)

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/tag/james-marcelle-aimee-de/

1 commentaire

Classé dans Département 86

A propos du prieuré fontevriste de Montazais (Savignè -86400)

 | PANORAMADEVOIR

Le prieuré de Montazais (86400) ( Savigné ) situé sur la D 36 à peu de distance à l’Est de Civray (86400) date des XII éme et XV éme siècles.

Voir : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2013/04/08/prieure-de-montazais-86400-savigne/

Ethttps://www.univ-poitiers.fr/les-cartulaires-du-prieure-fontevriste-de-montazais-xiie-et-xvie-siecles-edition-et-traduction/

Voir : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2013/04/08/prieure-de-montazais-86400-savigne/

Et. https://www.univ-poitiers.fr/les-cartulaires-du-prieure-fontevriste-de-montazais-xiie-et-xvie-siecles-edition-et-traduction/

et ;

THOMAS DESWARTE, GEORGES PON, LES CARTULAIRES DU PRIEURÉ …

https://journals.ub.uni-heidelberg.de › download

PDF

de BM Tock · 2021 — Le prieuré de Montazais, dépendant de l’abbaye de Fontevraud, fut fondé entre 1124 et 1127. Il abritait une communauté de moniales dirigée par une prieure, …

http://www.sao.asso.fr/Datas/image/CouvMontazais.pdf

https://cimetieresmellois.fr/CIVRAY%2086%20FAMILLE%20MOTHIRON.html

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Fontevraud. Léon Cligman, co-donateur* à l’origine du musée d’art moderne de l’Abbaye royale, est décédé.

16 mai 2022.

Des hommages

Christelle Morançais, présidente de la Région Pays de la Loire, a réagi : « Léon Cligman a mené sa vie en la tournant vers l’art, la culture et la passion de transmettre. À travers son extraordinaire donation, il a souhaité, avec son épouse, partager cet amour de la culture avec le grand public. L’œuvre de sa vie se perpétue au sein du musée d’Art moderne de Fontevraud. Au nom de la Région, je veux témoigner de ma profonde gratitude et de mon respect envers la famille Cligman. »

Bruno Retailleau, président du Centre culturel de l’Ouest : « Je salue la mémoire d’un grand capitaine d’industrie, d’un grand collectionneur et d’un grand mécène. Il avait l’amour de la France chevillé au corps et l’envie de partager avec le plus grand nombre ce qu’elle a de plus beau. Léon Cligman nous a fait un cadeau exceptionnel qui fait entrer l’abbaye royale de Fontevraud dans une nouvelle dimension à l’aube de son premier millénaire grâce à ce musée d’art moderne.

https://www.ouest-france.fr/pays-de-la-loire/fontevraud-leon-cligman-donateur-a-l-origine-du-musee-d-art-moderne-est-decede-b2262532-d516-11ec-bd06-4e730397c904

  • En compagnie de son épouse Martine Clingman

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

Une troisième cloche « Pétronille » fondue pour l’Abbaye de Fontevrault.

https://www.fontevraud.fr/event/a-toute-volee-six-nouvelles-cloches-pour-fontevraud/?utm_source=Newsletter+Fontevraud&utm_campaign=5a9132189e-EMAIL_CAMPAIGN_2022_04_19_02_39_COPY_04&utm_medium=email&utm_term=0_46fb85864e-5a9132189e-130501769

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized