Archives de Catégorie: Département 76

-G- D’une comparaison de deux gisants de Richard Cœur de Lion ( Rouen et Fontevraud)

Histoire. Richard cœur de Lion, sa vie et son tombeau ( dernier article) par M. Alexandre Drouin

Revue de Rouen et de Normandie, Volume 7

1839 . Premier semestre. Rouen 1839. P. 242

http://books.google.fr/books?id=b0sYAAAAYAAJ&pg=PA242&lpg=PA242&dq=secher+fontevrault+vraiment&source=bl&ots=h5-VAibUAM&sig=l_g_Eano9-lmi6hGkegNNZCwBMQ&hl=fr&sa=X&ei=FKhMVPqnCYzAPN7bgbAJ&ved=0CDkQ6AEwBA#v=onepage&q=secher%20fontevrault%20vraiment&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 76

-R- Rouen (Episode dit de) . Vie de Robert d’Arbrissel.

Un texte anonyme du XIII siècle, rédigé en latin, raconte comment Robert d’Arbrissel, de passage à Rouen,  entra dans un mauvais lieu. Il y pêcha  et promit miséricorde  du Christ aux prostituées. Ces   dernières, touchées par ces paroles, tombèrent à ses pieds et se repentirent. Robert les mena ensuite de la cité au désert, du pêché à la  purification.

Poster un commentaire

Classé dans Département 76

17 mai 2014.CONFÉRENCE DE PHILIPPE CHARLIER À L’ABBAYE – LES SECRETS DU COEUR DE RICHARD

FONTEVRAUD-L’ABBAYE – Si le corps de Richard Cœur de Lion a reposé à l’Abbaye de Fontevraud, son cœur n’y a jamais été. Pratique courante à l’époque, l’organe royal a été conservé dans un reliquaire à Rouen. Philippe Charlier, qui a récemment identifié la tête d’Henri IV momifiée, présente son étude inédite sur les fragments du cœur de Richard.

Gisant de Richard Coeur de Lion © Anne-Sophie Ascher

Gisant de Richard Coeur de Lion © Anne-Sophie Ascher
 Les secrets du coeur de Richard
Richard 1er, roi d’Angleterre et duc de Normandie surnommé Richard Cœur de Lion est mort le 6 avril 1199 sur un champ de bataille dans le Limousin. Il est décédé des suites d’une blessure à l’épaule, provoquant sans doute une septicémie ou une gangrène. Ses viscères enterrées sur le champ de bataille, son corps fut rapatrié à Fontevraud tandis que son cœur fut embaumé et apporté à la cathédrale Notre-Dame-de-Rouen. Censé abriter l’âme, le cœur bénéficiait au Moyen-âge d’un traitement particulier.Conservé dans une boite scellée, le cœur de Richard fait un objet d’étude idéal pour comprendre les techniques d’embaumement de l’époque. Bien qu’aujourd’hui sous forme de sable, l’organe a livré de nombreuses informations à l’équipe conduite par Philippe Charlier, révélant notamment l’utilisation d’encens. Etait-ce pour se rapprocher du corps du Christ et éviter des années de purgatoire à ce roi courageux mais cruel ?A travers l’exemple de Richard Cœur de Lion et de « patients » comme Diane de Poitiers, Agnès Sorel ou Henri IV, Philippe Charlier reviendra sur les évolutions de l’anthropologie médico-légale qui par l’étude de corps momifiés, a permis de comprendre comment lutter contre l’altération du cadavre. Il témoignera de la richesse des techniques employées et des moyens qu’à l’époque ces « techniciens de la mort » utilisaient pour s’approcher de la fameuse odeur de sainteté.

Philippe Charlier

Philippe Charlier a été révélé au grand public notamment lors de ses travaux permettant l’identification de la tête momifiée d’Henri IV. Docteur en médecine (Lille 2), en sciences (Paris 5), et en lettres (EPHE IVe section), Philippe Charlier est également médecin légiste et archéo-anthropologue, auteur de nombreux livres et articles.

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 76, Département 87

-R-Richard Cœur de Lion entre mythe et réalité dans la cathédrale de Rouen (76000)

47Richard_Coeur_de_lion_Gisant_RouenUn personnage entre mythe et réalité

<——— Gisant de Richard Cœur de Lion dans la cathédrale de Rouen (Domaine public).

Qui était-il ? :

Le personnage :
Richard Cœur de Lion fut l’un des personnages les plus connus du Moyen Age. Récemment, le cinéma et la littérature en ont fait l’une des figures les plus emblématiques de cette période à travers des histoires romancées telles que Robin des Bois ou Ivanhoé. On garde à son propos l’image d’un roi guerrier, partant pour la croisade  et allant combattre vaillamment en Terre Sainte et en Europe. Mais la réalité du personnage et de son époque est mal connue ou souvent vue à travers des stéréotypes et des idées reçues. Comme toujours, la réalité était plus complexe et plus nuancée;

http://www.richardcoeurdelion.fr/mythe_realite.html

 

 

 

l

Poster un commentaire

Classé dans Département 76

Ave Maria Soir les soirs d’orage au prieuré de Clairuissel. Gaillefontaine (76870)

Une coutume inspirée de l’Angélus est rapportée par l’abbé Decorde, historien du pays de Bray, concernant les religieuses du prieuré de Clair-Ruissel,  de l’ordre de Fontevrault, à Gaillefontaine -76870- (Seine-Maritime). En cas d’orage, une soeur parcourait le couvent en agitant une clochette et répétant Et verbum caro factum est (Et le Verbe s’est fait chair). A quoi les autres religieuses répondaient par un Ave Maria (Histoire du canton de Forges, p. 173).

http://www.salve-regina.com/salve/Histoire_de_l’Angelus

Poster un commentaire

Classé dans Département 76

-C- Prieuré de Clairuissel.Commune de Gaillefontaine (76870)

Dépendant  du Diocèse de Rouen, ce prieuré fut  fondé au pays  de Bray par Hugues IV  de Gournay avant 1180 qui favorisa amplement Clairuisel par des biens  et revenus dont  certains en Angleterre.

Clairuisel essaima à Fumechon (60130)   et  connut une  grande  prospérité jusqu’à la  révolution. Son temporel s’accrut également  grâce  aux dons  des  seigneurs d’Angy et de Saint-Germain ( sur Aulne)

 

Plus  de détails grâce à : 

L’Ordre de Fontevraud et la Normandie au XIIe siècle                                                                                                                                                                                   J.-M. Bienvenu     Annales de Normandie      Année   1985    Volume   35    Numéro   35-1    pp. 3-15                                      http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/annor_0003-4134_1985_num_35_1_1656#

Poster un commentaire

Classé dans Département 76

« Booba de l’abbaye de fontevrault », un AMERICAN STAFFORDSHIRE TERRIER

2455649557_1Ci-contre : Booba de l’abbaye de fontevrault

Les anges de la marquise est un petit élevage d’american staffordshire terrier * situé à 18 km de Dieppe dans un cadre idéal pour les chiens. Avec du terrain pour qu’ils puissent s’amuser et en campagne pour leur tranquillité

http://lesangesdelamarquise.skyrock.com/photo.html?id_article=2455649557&id_article_media=-1

* Il allie la force du  Bulldog  et l’agilité du terrier. Résistant, tenace, il est indépendant et têtu. Il a besoin de se dépenser pour libérer son trop-plein d’énergie. Très réceptif au dressage, son courage proverbial, son agilité et son intelligence le prédisposent à de multiples activités. C’est un sportif qui démontre sa rapidité et sa souplesse en agilité, son endurance en cani-cross et sa précision en pistage. Il est extrêmement dynamique et plein de vitalité. Remarquable gardien des propriétés c’est aussi un bon chien de compagnie. Il peut être dominant avec ses congénères, une sociabilisation soignée est indispensable. Il doit être discipliné tout jeune, son éducation doit être ferme mais sans brutalité. Un dressage intelligent fera de lui un animal paisible et docile.

http://fr.wikipedia.org/wiki/American_Staffordshire_Terrier

Poster un commentaire

Classé dans Département 76

-B-Baudri de BOURGUEIL (1046-1130) auteur d’une VIE DE Robert d’ARRBRISSEL

Baudri naquit en 1046 à Meung-sur-Loire (45130). Il entra au monastère Saint-Pierre de Bourgueil (37140) dont il devint l’abbé. Très tôt il manifesta des dons particuliers pour les lettres et une réelle passion pour la poésie. … Il passa le plus clair de son temps en Angleterre et en Normandie : il aimait notamment séjourner dans le prieuré de Saint-Samson-sur-Risle qui dépendait de Dol et dans les autres abbayes de la Basse-Seine. Il mourut à Préaux  (76160) en 1130.

Comme son contemporain Hildebert de Lavardin (1055-1133), qui fut à la fois arche- vêque de Tours et un poète raffiné, Baudri est le représentant de la Renaissance du XIIsiècle qui renoua avec les grands auteurs profanes de la latinité classique. Baudri composa quelque 250 poèmes en vers latins qui s’inspirent de Virgile et d’Ovide. Le poème à Adèle, la comtesse de Blois (fille de Guillaume le Conquérant), est célèbre pour la description d’une tenture ornant la chambre de la princesse et en tous points semblable à la Tapisserie de Bayeux.

Baudri s’est également attaché à faire œuvre d’hagiographe et d’historien. Il se contente le plus souvent de réécrire dans un latin raffiné et élégant des ouvrages qui avaient été rédigés dans un langue fruste….  A la demande de la première abbesse de Fontevraud, Pétronille de  Chemillé,  il composa la vie du bienheureux Robert d’Arbrissel dont il fut l’un des amis.

http://www.norman-world.com/france/ensavoirplus/sources/BaudriBourgueil.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Département 45, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Département 76

-J- MOURIR COMME UNE RELIGIEUSE FONTEVRISTE. TEL FUT LE DERNIER VŒU – EXAUCE- DE JEANNE, FILLE DE LA REINE ALIENOR D’AQUITAINE A ROUEN EN JUILLET 1199.

« En mai 1199, Aliénor a été rejointe  à Niort par sa fille Jeanne née en 1165  de son mariage avec Henri II  . Cette infortunée , veuve de Guillaume II, roi de Sicile, enceinte  pour la seconde fois des œuvres  de son époux, le comte de Toulouse Raymond VI, se retrouve trahie  par les siens et abandonnée par son époux,

Exténuée. Recrue de fatigue, sa mère l’envoie se reposer à Fontevraud, Fontevraud où elle avait d’ailleurs été  elevée.

Puis les deux femmes  prennent  ensemble le chemin de la Normandie. A peine est-elle arrivée  à Rouen  que Jeanne  voit sa santé décliner.  Se sentant  sur le point de mourir, elle demande à revêtir la bure des religieuses fontevristes. Le 11 juillet,  la reine Aliénor  lui ferme les yeux… Jeanne avait trente-quatre ans »                                                                                                                                                                                                                 La dame de Fontevrault. Chapitre XX de l’ouvrage de Philippe Delorme. Histoire des reines de France . Aliénor d’Aquitaine 2001 p. 273.

Poster un commentaire

Classé dans Département 76, Département 79