Archives de Catégorie: Département 86

-M-Madame de MONTESPAN, sœur de Marie -Madeleine , la 32 e abbesse de Fontevraud, naquit à LUSSAC-Les-CHÂTEAUX (86320) LE 5 OCTOBRE 1640 :

P1060690_2

Hôtel Montespan. 1 avenue du Ham-sous-Varsberg, 86320 Lussac-les-Châteaux.

—–

Acte de baptême détenu en mairie de Lussac -les -Chateaux :

“ Le vandredi cinquième jour d´octobre mil six cent quarante a este baptisee françoise de rochechouard fille de gabriel de rochechouard chevallyer des ordres du roi conseiller en les conseil d´estat et prince premier gentilhomme de la chambre de sa majeste seigneur marquis de morthemar et lussac le chasteau autres places et prince de tonaicharante et de dame dianne de grandsaigne et ont este les parrins et marraine nicollas rozet et françoise massoulard qui ne scavent signer“

P Tartaud‚ prêtre.

Le Marquis de Lussac eut 5 enfants:

  • – Louis-Victor‚ né à Tonnay-Charentes en 1636‚ devint Maréchal de France‚ duc de Vivonne.
  • – Gabrielle‚ l´ainée née à Tonnay-Charente en 1638‚ devint Marquise de Thianges
  • Françoise , née en 1640, future Marquise de Montespa
  • – Marie-Christine qui entra en religion au couvent des filles de Sainte-Marie de Chaillot
  • – Marie-Madelaine( NDLRB. ou Marie-Madeleine) (née à Paris en 1645) qui fut la célèbre abbesse de Fontevrault.

De 1653 à 1659‚ Françoise est pensionnaire à Saintes‚ au couvent de Sainte-Marie‚ sous le nom de Mademoiselle de Tonnay-Charente. Elle en sort à 18 ans et est choisie par la Reine Anne d´Autriche pour être demoiselle d´honneur à la maison de la “Nouvelle Dame“. Elle épouse le 28 janvier 1663‚ Henri-Louis de Pardaillan de Gondrin‚ Marquis de Montespan à qui elle donnera 3 enfants.

D’une grande beauté‚ “ blonde aux yeux bleus‚ un nez aquilin mais bien fait‚ la bouche petite et vermeille‚ de très belles dents‚ un corps de taille moyenne mais de proportions accomplies‚ un teint d´une merveilleuse blancheur “ ‚ elle est pourvue d’un esprit mordant qui la rend redoutable. Remarquée par le roi‚ elle devient sa maîtresse vers 1667‚ mais cette liaison n´est officielle qu´à partir de 1674‚ année où la marquise de Montespan se sépare de son mari qui affecte dés lors de paraître en deuil à la cour.

Elle donna à Louis XIV huit enfants qui‚ à l´exception de deux enfants morts en bas âge, furent tous légitimés:

  • – Louis Auguste‚ duc du Maine‚ qui devait épouser Marie Angélique de Bourbon-Condé
  • – Louis César‚ comte de Vexin‚ qui fut abbé de Saint-Denis
  • – Louis Alexandre‚ comte de Toulouse et futur gouverneur de Bretagne
  • – Louise Françoise‚ mademoiselle de Nantes‚ future épouse de Louis III de Bourbon‚ prince de Condé
  • – Louise Marie Anne‚ mademoiselle de Tours
  • – Françoise Marie‚ mademoiselle de Blois‚ future épouse de Philippe‚ duc d´Orléans, le Régent.

Comme le roi‚ elle avait le goût de la magnificence et des belles choses. Elle marqua de l´éclat de son esprit les plus brillantes années du règne de Louis XIV ( elle avait selon Saint-Simon et Voltaire “ l´esprit inimitable des Mortemart “). Elle introduisit à la cour nombre d´artistes et d´écrivains.

Détestée par la coterie de la Grande Mademoiselle et par Bossuet‚ elle perdit peu à peu la faveur royale‚ et fut supplantée par la duchesse de Fontanges puis par la marquise de Maintenon.

Très gravement compromise dans l’affaire des Poisons‚ accusée de s´être livrée à des pratiques magiques et d´avoir fait célébrer des messes noires‚ elle ne fut pas inquiétée‚ sur les instances expresses du roi‚ et resta même à la cour jusqu´en 1691‚ date à laquelle elle se retira dans un couvent.( NDLRB.  La réalité est plus compliquée . ce  dictionnaire  de l’ordre… en traite ici et là).

Françoise Athénaïs de Rochechouart meurt en prenant les eaux à Bourbon‚ au mois de mai 1707‚ “ d´une grande attaque de vapeur‚ belle comme le jour jusqu´au dernier moment “ ( Saint-Simon). Son corps fut enseveli à Poitiers‚ en l´église des Cordeliers‚ dans le tombeau des Mortemart.

http://pascal.lefalher.perso.neuf.fr/Lussac.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-F- Focus sur l’emplacement du Prieuré de Guesnes (86420)

Retrouvez  désormais avec précision l’emplacement  du  prieuré fontevriste de Guesnes sur la page 5 de ce  blog, page à laquelle  conduit  le lien ci-dessous

5- HISTOIRE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD, les  prieurés et autres implantations fontevristes situés en France         https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/les-prieures-de-lordre-de-fontevraud/

  •  POUR LOCALISER LE  PRIEURE  DE GUESNES : 
  • Merci d’activer le lien suivant:  http://www.viamichelin.fr/web/Cartes-plans .
  • Puis  taper  dans la case « Recherchez  votre  carte » :  86420 Guesnes, France.
  • Un drapeau blanc sur  fond azur vous donnera l’emplacement  recherché.

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

La commune de Lencloître (86140) adhère à l’APF (Association des Prieurés Fontevristes). Un exemple à suivre.

  • Association des prieurés fontevristes* : une thèse vient d’être publiée sur ce sujet par Patrick Bouvard qui a bien voulu déposer à la mairie la partie de son ouvrage consacrée à l’histoire de Lencloître et de ses deux couvents. Par ailleurs, une association des prieurés fontevristes – dont le siège est dans l’Indre – vient d’être créée. La commune de Lencloître décide d’y adhérer afin de pouvoir encore mieux mettre en valeur le patrimoine local.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Lencloître/n/Contenus/Articles/2013/07/05/1-5-million-d-euros-pour-restaurer-l-eglise-1537517

*APF.  

  • Prieuré de Longefont 36800 OULCHES
  • E-mail : fontevristes@gmail.com

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 36, Département 86

-P- Pieux souvenir d’une escapade en l’Abbaye royale de Fontevraud

D’abord, j’ai été profondément ému par la visite de cet immense ensemble royal restauré, sa majesté, sa beauté d’architecture dépouillée. La noblesse d’âme de Robert d’Arbrissel et des abbesses. J’ai enfin pu m’agenouiller devant les gisants de notre savante reine Aliénor et celui de notre courageux roi Richard. Touché par le joli visage rond de la Perle des abbesses dans la salle du chapitre, me sentir attristé sous le regard de la dernière abbesse.

Nous avons pu accéder aux fouilles sous le chœur, visiter les caves profondes et même entrer dans les tristes cachots qui m’ont fait un effet épouvantable.

La visite s’est poursuivie par le prieuré de l’Encloître, son église restaurée et son pigeonnier.

Pour rien au monde je n’aurai manqué ces visites et j’en suis heureux !

F.S. (86)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 86

-P- Le Concile de Poitiers pré-fonde – juridiquement- la nouvelle Communauté de Fontevraud

1101. Avril à mai, Le concile de Poitiers jette les bases définitives de la nouvelle communauté de Fontevrault fondée par Robert d’Arbrissel. Celle-ci sera  fondée peu de temps  après ce  concile , dans les premiers mois de 11101, avant Pâques  qui tombait cette année le 21 avril.

http://compilhistoire.pagesperso-orange.fr/PascalII.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 86, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-C- CESM. Centre d’Etudes Supérieures de Civilisation Médièvales de Poitiers. CARTULAIRE DU PRIEURE DE MONTAZAIS

Ateliers régionaux

Cartulaire de Montazais

Atelier consacré à l’édition critique du cartulaire du prieuré Notre-Dame et Saint-Jean l’Evangéliste de Montazais, prieuré fontevriste du diocèse de Poitiers qui a par ailleurs fait l’objet de fouilles récentes (Patrick bouvard, doctorant du CESCM).

Ce cartulaire du XVe siècle, conservé en original aux Archives départementales du Maine-et-Loire (Angers), bénéficie d’une copie réalisée par dom Fonteneau (Médiathèque de Poitiers, Coll. Fonteneau 18).

Constitué de 28 folios en parchemin, il rassemble la documentation médiévale de ce prieuré de l’abbaye de Fontevraud, fondé au début du douzième siècle (vers 1118).

L’équipe de travail, pluridisciplinaire, en cours de constitution, rassemblera Thomas Deswarte (resp.), Claude Andrault-Schmitt, Luc Bourgeois, Georges Pon, Cécile Treffort.

Dernière mise à jour : 7 mars 2012

http://cescm.labo.univ-poitiers.fr/spip.php?article197&lang=fr

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-S- Chapelle SAINT MANDE, Commune de Mouterre-Silly (86200), reste d’un prieuré fontevriste

Quatre lieux de culte
Une chapelle Notre-Dame a jadis existé à Silly, terre qui aurait appartenu à la famille de saint Maximin.
A environ 1 km de là, sur la hauteur, une église  Saint-Maximin  abritera le corps du saint. Une communauté de type monastique a dû exister auprès du tombeau, d’où le nom de « Mouterre », forme contractée du mot « monastère ».

Dans la vallée, en un site très ancien comme l’atteste la présence de sarcophages mérovingiens, la terre de Chasseignes a été donnée en 989 par le comte de Poitou à l’abbaye bénédictine de Bourgueil qu’il venait de fonder. L’église Notre-Dame de Chasseignes, inscrite à l’Inventaire supplémentaire des Monuments historiques en 1926, est un joli édifice roman. Au bout de sa nef à vaisseau unique, une travée carrée supporte le clocher, tandis que le sanctuaire montre une abside en hémicycle.
De la chapelle Saint-Mandé, située en plein champ, il ne reste plus que le chœur roman voûté en cul-de-four et recevant le jour de 5 fenêtres en plein cintre. C’est le reste d’un prieuré de la proche abbaye de Fontevraud.

http://www.diocese-poitiers.com.fr/patrimoine-culture-et-foi/presentation-des-eglises/eglises-de-la-vienne/626-leglise-saint-maximin-de-mouterre-silly

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-M- PRIEURE FONTEVRISTE DE MONTGAUGUIER, Commune de Maisonneuve (86170), un des douze prieurés fontevristes de la Vienne..

AVANT MAISONNEUVE – MONTGAUGUIER

La commune actuelle de Maisonneuve s’appelait autrefois Montgauguier. Le document le plus ancien qui cite ce dernier nom date de 1084, mais les hommes habitent alors notre région du Haut-Poitou depuis fort longtemps, ainsi que l’attestent les nombreuses découvertes faites dans les alentours.

……….

LES TROIS ORDRES RELIGIEUX QUI SE SONT SUCCEDE A MONTGAUGUIER
ORDRE DE FONTEVRAUD

L’abbaye de Fontevraud est fondée par un moine breton, Robert d’Arbrissel, en 1099. Né vers 1045, après
avoir étudié à Paris, il exerce à Rennes et Angers où il enseigne. Mais il est tenté par la vie ascétique et se retire dans la forêt de Craon, près de Laval, menant une vie de prières et s’imposant de dures privations. A cette époque où les gens simples sont naturellement attirés par le mysticisme, Robert d’Arbrissel, bon orateur, acquiert une grande renommée dans le petit peuple qui le vénère. De nombreuses personnes se joignent à lui et le voilà à la tête d’une communauté chrétienne importante. Il séduit le pape Urbain II, venu en France prêcher la croisade, qui le nomme prédicateur apostolique. Il part bientôt sur les routes et forme des adeptes qui le suivent partout. Cette cohorte errante devenant une cause de scandale, il faut envisager de séparer les hommes des femmes. D’autant que les évêques protestent, arguant de la mixité de la troupe, mais plus sûrement touchés par les vives critiques de Robert d’Arbrissel contre les injustices dans l’Eglise. Si bien que celui-ci se fixe à Fontevraud en 1099, sur un terrain dont il lui a été fait donation.

Peu à peu, pour surveiller la construction, puis l’installation du monastère, Robert délègue son autorité à une
femme, Hersande, de sang seigneurial, qui devient la première prieure, les hommes formant un ordre à part, et il repart sur les routes, en particulier en Anjou et Poitou. Il meurt en 1116. L’Ordre, en pleine expansion, est bientôt parfaitement structuré : il est dirigé par les moniales et la Grande Prieure qui a les moines sous son autorité.

Fontevraud obtient ensuite les faveurs des Plantagenêt qui vont régner sur l’Angleterre et devient, pour un
temps, leur nécropole, comme Saint-Denis est celle des rois de France. S’y trouvent les gisants d’Aliénor d’Aquitaine, de son mari Henri II, de leur fils Richard Coeur de Lion et de leur belle-fille, Isabelle d’Angoulême, épouse de Jean sans Terre. Plus tard, les prieures savent acquérir les bonnes grâces des rois de France et Fontevraud devient abbaye royale. Il faut dire que plus de la moitié des abbesses sont de sang royal.

A la Révolution, les moniales et les moines sont chassés. L’Abbaye devient bien natonal et Napoléon 1er y
établit ensuite une prison qui verra défiler près de 28 000 détenus. Elle est supprimée en 1963 et le dernier pensionnaire la quitte en 1985. Fontevraud est maintenant occupée, depuis 1975, par le « Centre Culturel de l’Ouest » chargé de promouvoir et animer ce monument prestigieux et d’y surveiller une importante restauration.

Un total de 149 prieurés se sont réclamés, au cours des siècles, de l’obédience de Fontevraud, cet ordre mixte
dirigé par des femmes, dont 139 en France, 6 en Espagne et 4 en Angleterre. Dans la Vienne, on en dénombre 12 prieurés fontevristes : Villesalem, Lencloître, Guesnes, La Puye, Forges commune de Chaunay, Montazay commune de Savigné, La Place commune de Savigné, Raslay, Renoué commune de Saint-Jean-de-Sauves, Saint-Mathurin commune de Loudun, La-Fontaine-d’Usson commune de Usson-du-Poitou et Montgauguier.

Les quatre premiers cités ont conservé des monuments remarquables : à Villesalem l‘église des soeurs, à Lencloître l’église paroissiale, à Guesnes la chapelle Saint-Jean, à La Puye les bâtiments du couvent.

ORDRE DES TEMPLIERS

ORDRE DES HOSPITALIERS DE SAINT-JEAN DE JERUSALEM

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 86, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-C- Prés de Ceaux -en-Loudun (86200): Ancienne ferme fontevriste et pavillon des garde-chasses des Abbesses

Le sentier de  l’étang d’Arbonneau (Ceaux en Loudun, à l’ouest de Loudun)

En 1697, Basché était qualifié « d’hôtel fort » ; il était « clos de murailles, fossés, eaux vives », et doté d’un pont-levis. Pour les plus courageux, un crochet par la petite route sur laquelle débouche le chemin, offrira une meilleure vue sur la façade principale du château.

A partir du hameau de La Judellière, après avoir franchi le modeste « pont d’Arbonneau » autrefois jeté sur les marais, et dont la maison en ruine portait le nom, un chemin vous ramène vers les bois.

Sur la droite, côté Assay, vous entrevoyez « La Pinalière », grosse ferme entourée de murs avec des tours carrées aux angles ;  deux sont encore debout, dont une visible depuis le chemin ; « La  Pinalière » était citée comme « chastel » en 1471. A  partir du gros peuplier « têtard » F , vous empruntez un chemin  forestier qui ramène à l’étang ; n’hésitez pas à vous y engager si le terrain n’est pas trop humide : la fin vous réserve une surprise !  Dans le cas contraire, vous retrouvez la route qui ramène au chemin de l’étang, à partir de « La Besnarderie ».

A  l’issue du chemin, vous laissez sur la droite le pré où s’élevait autrefois « La Briffaudière », ferme dépendante de Fontevraud, puis d’Artigny après la Révolution. Les bâtiments qui conservaient des ouvertures à meneaux et à accolades ont aujourd’hui complètement disparu.

Quelques mètres de sentier fléché permettent de rejoindre l’étang d’Arbonneau, créé de toutes pièces par un groupe d’habitants de Ceaux pendant l’hiver 1972-1973, en même temps que le chemin d’accès que vous empruntez pour le rejoindre.

Si vous avez envie de prolonger la promenade, vous pouvez à partir du peuplier « têtard », vous engager sur le chemin qui longe le bois, jusqu’à la Besnarderie. Le chemin longe, ici, côté Indre-et-Loire, l’ancienne paroisse de Grazay. Après avoir emprunté le chemin qui part dans le coude de la route, vous bifurquerez vers le pavillon carré de « La Garennerie », ancienne demeure des garde-chasse des abbesses de Fontevraud, puis vers les bois d’Artigny, en laissant sur votre droite un puits perdu au milieu des champs, seul vestige d’une ancienne borderie (petite métairie), « Le Chardon-Blanc », dont la pièce de terre conserve le nom.

http://www.tourisme-loudunais.com/mediatheque/documents/sentiers_pedestres/ccpl-6-ceaux-en-loudun-2010.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-P- Portrait d’Antoinette d’Orléans-Longueville, un temps fontevriste, et FONDATRICE des FILLES DU CALVAIRE.

images-1

Antoinette d’Orléans,(1572-1618). marquise de Belle-Isle, (NDLRB. Antoinette d’Orléans-Longueville , en religion Antoinette de Sainte Scholastique) en habit de Fille du Calvaire, ordre  qu’elle fonda le 25 octobre 1617 à Poitiers

https://www.altesses.eu/max.php?image=50d447b52b

Et aussi:                                                                                          http://books.google.fr/books?id=leiE5dN8tAAC&pg=PA160&lpg=PA160&dq=fontevrault+carri%C3%A8re&source=bl&ots=ktlIs8ny9e&sig=hU0-wVe_lQ_NArcrKJXV2_1o7lg&hl=fr&sa=X&ei=8EBuUZOFBamK0AWQ8IGYAQ&ved=0CD4Q6AEwAzgU#v=onepage&q=fontevrault%20carri%C3%A8re&f=false

 

2 Commentaires

Classé dans Département 86