6- HISTOIRE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD, les prieurés situés hors de France (Angleterre,Espagne…).

Prieurés  fontevristes  en Angleterre

Biblio.      L’Ordre de Fontevraud en Angleterre au XIIe. Y a t’il une  civilisation  du monde Plantagenêt ?

Actes du colloque d’histoire médiévale. Fontevraud . 26-28 avril 1984.

NB. Les Anglais ont  chez eux un ordre analogue à celui de Fontevraud, c’est celui de Sempringham  mais dont le développement est resté centré  dans la région du Lincolnshire.

Le roi Henri I er Beauclerc  a donné un couvent à l’ordre de Fontevraud  à Londres. Le développement relatif  de l’ordre se serait produit à la fin du règne d’ Henri II Plantagenêt. Quatre prieurés  ont été fondés :Nuneaton, Westwood, Grovebury et Amesbury

Les problêmes ultérieurs datent de  de la conquête de la région  de Fontevraud par Phillipe-Auguste  en 1204. les Fontevristes ont  pu alors être considérés  comme personna non grata.

Amesbury                                                                                                                         Fondé en 1177 pour remplacer un monastère bénédictin,  ce    prieuré double fontevriste (diocèse de Salisbury,Wiltshire) se trouvait non loin de Stonehenge dans le comté de Wilts, à sept miles au nord de  Salisbury (Grande-Bretagne).

Dédié à la Sainte Vierge et à saint Magloire  dont il conservait des reliques,  il fut fondé  en expiation au Xe siècle par Ethelfride, veuve d’Edgar, roi d’Angleterre  (959-975), après qu’elle ait fait assassiner, son beau fils  le roi Edouard  le Martyr le 18 mars 978.

Le 22 mars 1177, l’abbaye étant tombée en décadence, le roi Henri II d’Angleterre en expulsa les premières occupantes  et y installa  l’abbesse et les trente religieuses (ou 24)  envoyées de Fontevrault par sa troisième abbesse, Audeburge de Haute-Bruyère.

Le roi dota  richement ce nouveau prieuré. Cette fondation était une celles  que  fit Henri II  pour expier  le meurtre de (saint) Thomas de  Cantorbéry. En 1199 et en 1200, Jean, roi d’Angleterre,  confirma et augmenta les privilèges et  les  richesses  du prieuré.

En 1200, les religieuses  avaient déjà fondé  une colonie à Nuneaton (Warwickshire)

Aliénor de Bretagne (1185-1241)    fille de  Geoffroy Plantagenêt et de Constance de Bretagne  nièce de Jean sans terre , héritière de la Bretagne et du comté de Richemond  ,  (Nord de  l’Angleterre). Ses droits la feront retenir prisonnière par Jean sans Terre  puis Henri II  Plantagenêt d’environ 1200 à sa mort.  « Son corps fut transporté à Ambresbury , où elle avait élu sa sépulture, dans le couvent des religieuses de Fontevraud  en souvenir de la patrie absente ».

     Bulletin  de   la Societe archeologique de Nantes et du département de la Loire-inférieure. Tome  IX. année 1869. p. 201

la 11 éme Abbesse de l’Ordre   Alix ou Adéle  de Bretagne  ( ???? / 1228/1244)                                                                                                                              fut  élevée levée à la cour d’Angleterre (Henri III 1207-1272) jusqu’à l’âge de vingt ans, elle prit  le  voile à Fontevraud, après avoir  , selon certaines sources, effectué son noviciat au prieuré  fontevriste d’Amesbury

la 13 éme Abbesse  de l ‘Ordre  Jeanne de Dreux   ( 1198 ou 1199 / 1265/1276) connut des  problêmes  sous son abbatiat avec les moines désireux d’indépendance, mais aussi avec les moniales qui lui reprochaient une trop grande rigidité.                                                                                                                                            Jeanne dut finalement, peut-être  sur les instance du roi Edouard Ier ‘1239-1304) ,  quitter  l’abbaye  pour se retirer  en 1274 (?)   dans le prieuré anglais d’Amesbury d’où elle  continua  à diriger l’ordre de Fontevraud.

    Une autre Aliènor de Bretagne  y sera religieuse, de 1281 à 1290.

Le prieuré devint un des couvents les plus aristocratiques de l’Angleterre. La dernière prieure fut Florence Borinewe  qui dut remettre le couvent au roi Henri VIII le 4 décembre 1540. Ce dernier accorda des pensions à la prieure et aux trente-trois religieuses. L’emplacement du prieuré, alors détruit , devint la proprièté  du comte d’Hertford , 1er duc de Somerset  connu plus tard sous le nom du  Lord  protecteur d’angleterre , frère de Jeanne Seymour, troisième épouse du roi Henri VII. Un château y  sera bâti.

Eaton ou Nuneaton   serait  la 2 ème implantation fontevriste en Grande Bretagne.

Implanté  sur la route de Londres à Liverpool . « Fille »  du prieuré  d’Amesbury    avant 1200. Fondateur Robert II , comte de Leicester dit Robert  le Bossu, et Gervas  Paynel son beau-fils  entre 1155 et 1159. Moniales fontevristes

————-

 » The Abbey or more correctly, the Priory of Nuneaton was founded in the mid 12th century (c. 1155-9) as a daughter house of the great Abbey of Fontevraud near Saumur in western France. The owner of the manor and founder of the Abbey was Robert le Bossu, Earl of Leicester.

The priory was originally a nunnery, hence the name Nun-eaton. Eaton meaning « Water Town » due to its propensity to flooding ».

http://www.stmarysnuneaton.org/history

—————–

Ce prieuré semble avoir été initialement fondé  à Kintbury dans le Bershire (?)

Les armoiries du prieuré  sont: : De  gueules à un quinte feuille d’argent, les feuilles chargées de… ??

Dissous en  1539.

http://www.stmarysnuneaton.org/history

Grovebury ( ou Groverbury ou encore Grave dans le texte  fondant un don aux moines de Fontevraud au XIII e siècle ou bien aussi Grove prieuré) . Prieuré parfois référencé avec l’intitulé Besfordshire

Les archives monastiques d’Angleterre donnent à ce prieuré de moines  mais non de moniales  fontevristes les noms de Grovebur, ou Leighton Buzzard  ou de La Grave.

La Grave,  ou La Grava ou bien encore Le Grove,  prieuré dans le  Bedfordshire, sur le territoire de la paroisse de  Leighton. Le domaine royal de Leighton fut  concédé à l’abbaye de Fontevrault  par le roi d’Angleterre Henri II Plantagenêt en 1164 et une cella dut y être construite peu après. Un prieur est mentionné  pour la première fois  en 1195/96.

Ce prieuré était en fait une ferme  avec une chapelle en bois St Jonh ( l’évangéliste)  construite  spécialement au milieu du XIIe puis reconstruite en pierres à la fin du siècle  ou au début du XIIIe. Une extension fut pratiquée au N/O. Un cimetière et un oratoire  avaient été autorisées par l’évêque de Lincoln  vers 1220.

William de Lyencourt, dont le nom apparaît en 1283, 1287 et 1297, était  procureur général de Fontevrault en Angleterre. Durant la guerre de cent ans, le prieuré fut  confisqué comme bien français  et le nombre de moines se réduisit à un ou deux.

En 1349, le  pape écrivit au roi Edouard III  pour lui demander de le restituer, semble t’il  en vain. Au début du XV e, il était de nouveau mentionné   parmi les prieurés étrangers de Fontevrault.  En 1438 , ses biens furent remis au collège d’Eaton  et ils passèrent  en 1481 au chapitre de Windsor , ce  qui est  considéré  comme sa date de dissolution.

Des  prieurs de Leighton de 1194 à 1240

Des prieurs de Grove de 1242 à 1297

Richard de Greneburgh, prieur de Grove en 1333.

Cinq prieurs sont  connus par leur nom : Vitalis, William, Nicolas 1258, 1263) ,Guillaume de Verney, Guillaume de Lyencourt ( référencé  plus haut sous le nom de William de Lyencourt).

Le Prieuré de La Grave ou Grovebury, dans l’histoire de Victoria du comté de Bedford: tome 1, 1904

Prieurés  fontevristes  en Espagne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s