96- RECUEIL D’HISTOIRES INSOLITES AFFERENTES A L’ORDRE DE FONTEVRAUD, A SON ABBAYE , A SES PRIEURES


I. Les DESSOUS D’UNE  ABBAYE… ou  promenons-nous  dans les caves abbatiales

II.  « LA PRIEURE DE FONTEVRAULT »… Ou comment une none se défigura par amour …de Dieu!

III. LE PRIEURE FONTEVRISTE  ANGLAIS D’AMESBURY A QUI L’ ON CONFIA DEUX FOIS LA MISSION D’EXPIER DES CRIMES

IV.COMMENT LE FUTUR ROI DE FRANCE, FRANçOIS I ER,  ECHAPPA A LA MORT  EN L’ABBAYE ROYALE  DE FONTEVRAUD EN 1507.

V. DEUX RELIGIEUSES  FONTEVRISTES EN LICE LORS D’UN CAMPAGNE ELECTORALE POUR   LE  SIEGE D’ABBESSE DE L’ABBAYE SAINTE -CROIX DE POITIERS

VI. LE  COEUR DE FRANçOIS  I er  INITIALEMENT  INHUME DANS UN PRIEURE  FONTEVRISTE

VII. ET  SI VOUS JOUIEZ « A CHAT PERCHE » DANS L’ABBAYE DE FONTEVRAUD

VIII . CINQ PUZZLES EN LIGNE POUR RECONSTRUIRE UNE ABBAYE « MISE EN PIECES » PAR LA FUREUR DES ANS

IX. POUR PROMOUVOIR UNE ABBAYE ROYALE, TOUS LES MOYENS SONT-ILS BONS ?  

X. Des  CHIENS  D’UNE DE RACE  ROYALE,  les  STAFFORDSHIRE   enfin  presque   puisque ce sont  des  Américan   Staffordshire Terrier qui portent le nom  de l’abbaye de Fontevrault

XI. MAHAUT FUTURE PRIEURE FONDATRICE DU PRIEURE FONTEVRISTE DU SAUVEMENT (Commune de Mantry- 39230) EN PROIE A LA TENTATION.

XII. POUR GRIGNON DE MONTFORT , QUI ETAIT DE PASSAGE INCOGNITO,  LE PORTAIL D’ACCES A L’ABBAYE ROYALE  NE S’OUVRIT PAS.

– – – – –

I. LES  DESSOUS D’UNE  ABBAYE… ou  promenons-nous  dans les caves  abbatiales

        « L‘abbaye d’en dessous « , tel est le nom, assez  phantasmatique, parfois donné à l’Abbaye de Fontevraud , une abbaye en creux en quelque sorte .

Le lien ci-dessous  vous permettra de jouer les spéléologues  monastiques en  explorant   – comme si vous y étiez-  l’abbaye d’en dessous.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Fichier:Fontevraud_sous-sol.JPG

En d’autres termes , l’expression « L’abbaye d’en dessous »est donnée aux centaines de mêtres , aux kilomêtres dit même la guide dans la vidéo référencée ci-dessous , de conduites permettant l’alimentation en eau de l’Abbaye et aux galeries souterraines et égouts assurant l’assainissement ( évacuation des eaux de pluies provenant des innombrables toitures et des matières des latrines,  élément   important des eaux usées comme on le dit en langage contemporain) .

http://www.youtube.com/watch?v=glc7m7Y9SWc&feature=fvw

II.  « LA PRIEURE DE FONTEVRAULT »… Ou comment une none se défigura par amour …de Dieu !

Paul Blanchemain ( 1878)   LA  PRIEURE  DE FONTEVRAULT  (Légende)

I

En vain, quant flamboient les cierges,

Amantes du  Dieu Jésus,,

Vous cachez vos fronts de vierges,

Ils ont un attrait de plus !

—-

En vain, dans l’ombre, se voile

L’étincelle de vos yeux,,

Le rêveur poursuit l’étoile

Qui s’éclipse au fond des  cieux .

—-

Satan même par ses feintes,

Si j’en crois un vieil auteur,

Peut à la beauté des saintes

Donner l’éclat séducteur.

II

Comme  se  plait la colombe

Dans l’obscurité des bois,

Sous le  voile, cette tombe,

Vivait Agnés autrefois.

—–

Jamais dans sa créature,

L’ouvrier d’Eternité

Ne réalisa plus pure

L’image de sa  beauté.

—–

Une tige délicate

Qui s’incline mollement,

Fleur du Ciel qu’on  acclimate,

Voilà son portrait  charmant !

—–

Tout semblait en elle un rêve.

Elle avait , dons merveilleux,,

Au cœur  la divine sève,

la flamme céleste aux  yeux.

—–

N ‘eut  dit que , par méprise,

Dieu sur la terre  avait mis

Cette vierge,… Il l’a reprise ,

Et Jésus  est son promis !

—–

La femme aime la parure ;

La sainte la rêve au Ciel ;

Agnés a vêtu la  bure

Du grand Robert d’Arbrissel .

III

A Fontevrault, sous les chênes,

Ce chef d’un ordre nouveau,

Loin des tourments humaines ,

Cachait  son double troupeau.

——–

Là, point d’enceinte fermée ;

pour ces foules  sous le  froc,

L’Eglise ; c’est la ramée !

La cellule, c’est le roc .

————-

Or, un jour, forçant la bête

Un prince avec ses chasseurs

A surpris dans la retraite

Les pénitents et leurs sœurs.

——–——

C’est l’heure de la prière

Dans les bois, prés des rochers,

Il se révolte, âme altière,

De voir tant de fronts penchés,

———-–

Quand soudain au pied d’un chêne

Des druides respecté,

Sœur Agnès, fille de reine,

Apparaît dans sa beauté,

————

Il oublie et son escorte,

Et le gibier disparu,

Et son coursier qui l’emport

Prés de Robert* accouru.

* NDLRB. Robert d’Arbrissel

———-

Fascination étrange,

Qui vient enchanter ses yeux,

Il ne voit plus que cet ange

Enfui sous les bois ombreux,

————-

De sa téméraire extase,

C’est le saint qui l’éveilla ;

« Prince , quel penser  t’écrase ? »

Le prince balbutia :

————–

« Du Seigneur c’est le domaine !

Eloigne ton destrier »

Le  Prince était  sous la chaîne

De l’infernal conseiller .

————-

Il s’éloigne, mais son rêve

Le suit ; au premier détour,

Comme d’un rameau la sève

De son cœur jaillit l’amour.

—————

« Je ne pense qu’à la belle,

Dit-il à son écuyer.

Va me chercher la rebelle

Dont l’œil sut m’émerveiller »

——————

A ce projet trop docile,

Quoiqu’il sentit sa noirceur,

L’écuyer part vers l’asile

Où Dieu  protège la  sœur.

——————-

– Quoi! C’est là votre message ?

Oui, pour vos yeux tous ses biens,

Ses trésors, son apanage… »

La sœur lui répond : « Je viens ! »

—————

La pudeur est un fruit rare,

Pensait l’autre triomphant »

Homme  d’un siècle barbare,

Qu’espérais tu d’une enfant ?

———-

Sur l’heure, avec une lame

Agnès se perce les yeux

Et, leur  ravissant la flamme,

Se les arrache tous deux ;

—————

Puis  dans un plateau de terre

Jetant les globes meurtris,

A l’écuyer qu’elle atterre

Elle dit : « Ai-je compris ?

—————

« Va les porter à ton maître…

Privés d’un éclat fatal

Ils pourront ainsi peut-être

Inspirer  l’horreur du mal ! »

IV

Le prince s’impatiente….

Mais son front vient de changer,

Il recule d’épouvante

En face du messager :

—————

Quoi ! d’un seul  vœu téméraire

C’est l’œuvre !… j’ai pour  vainqueur

Une enfant !… » L’homme de guerre

Rugit jusqu’au fond du cœur.

—————

Robert  vient. Dieu l’illumine :

«Ces yeux  t ’ont donc su plier ! »

dit-il. Le Prince s’incline ;

« Plus  bas ! plus bas !… meurtrier ! »

V

Depuis , dans le monastère,

Comme un spectre on voit errer

Un moine  baisant la terre

Et n’osant plus espérer.

—————

Les siècles et les années

Ont passé. Le moine est mort,

Mais quand  les fleurs sont fanées

Sur la terre où tout s’endort,

—————

Son fantôme au cimetière

Promène son deuil  secret,

cherche dans l’ombre une pierre,

Pleure, prie et  disparaît.

—————

Les femmes à la veillée

Disent avec tremblement :

Quand la terre révéillée

entendra le jugement,

—————

Une  vierge aveugle et  belle

Sous la main du roi des cieux,

Va recouvrer l’étincelle

Ravissante  de  ses yeux.

—————

Et, sensible à la souffrance,

Doit  par  son premier regard

Ressusciter l’espérance

Au cœur d’un triste  vieillard.

—————

C’est Agnés, c’est la prieure

Du couvent de Fontevrault,

L’ombre du moine qui pleure,

C’est  le prince, son bourreau ! »

                                                 Paul Blanchemain.

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5558698v/f5.image

 ——

 III. LE PRIEURE FONTEVRISTE  ANGLAIS D’AMESBURY A QUI L’ ON CONFIA DEUX FOIS LA MISSION D’EXPIER DES   CRIMES

Ancienne abbaye de religieuses bénédictines  dans le comté de Wilts, à sept miles au nord de  Salisbury (Grande-Bretagne). Dédié à la Sainte Vierge et à saint Magloire  dont il conservait des reliques,  il fut fondé  en expiation au Xe siècle par Ethelfride, veuve d’Edgar, roi d’Angleterre  (959-975), après qu’elle ait fait assassiner, son beau fils  le roi Edouard  le Martyr le 18 mars 978.

Le 22 mars 1177, l’abbaye étant tombée en décadence, le roi Henri II d’Angleterre en expulsa les premières occupantes  et y installa  l’abbesse et les trente religieuses  envoyées de Fontevrault par sa troisième abbesse, Audeburge de Haute-Bruyère.

Le roi dota  richement ce nouveau prieuré. Cette fondation était une celles  que  fit Henri II  pour expier  le meurtre de (saint) Thomas de  Cantorbéry. En 1199 et en 1200, Jean, roi d’Angleterre,  confirma et augmenta les privilèges et  les  richesses  du prieuré  .

IV. COMMENT LE FUTUR ROI DE FRANCE , FRANçOIS I ER,   ECHAPPA A LA MORT EN L’ABBAYE ROYALE DE   FONTEVRAUD EN 1507

 La scène se passe  en l’an 1507, François , comte d’Angoulême, qui deviendra roi de France en 1515, vient en l’abbaye  royale  rendre  visite à sa tante, Renée de Bourbon,  27 éme Abbbesse de l’Ordre de Fontevraud ( (1468-1534).

Le  bourg de fontevraud est en ébulition  suite à la récente  décision de l’abbesse de rétablir la clôture et c’est alors qu’une pierre lancée à la volée  par dessus le mur  de  l’abbaye  vient  toucher au front le  jeune Prince  alors âgé seulement de 13 ans et le blesse gravement.

Même si le prince n’est pas alors le roi potentiel de la France, l’émotion , on le  comprend, est très  vive dans l’enclos abbatial  et l’on remet le sort du jeune homme  entre les mains  de Gaucher de Sainte-Marthe, seigneur de Lerné en Touraine et médecin personnel de l’Abbesse et François sera sauvé.

On ne sait  si ces  bons soins  expliqueront  la décision d’inhumer le coeur et les entrailles de François, devenu  roi,  dans le prieuré fontevriste de  Hautes-Bruyère  après sa mort survenu à Rambouillet en 1547.

V. DEUX RELIGIEUSES  FONTEVRISTES EN LICE LORS  D’UNE    CAMPAGNE ELECTORALE POUR  LE  SIEGE  D’ABBESSE  DE   L’ABBAYE SAINTE -CROIX  DE   POITIERS

   Marguerite de Vivonne, religieuse de Fontevraud recueille 9 voix lors de  l’élection de l’abbesse de Sainte-Croix de Poitiers en septembre 1491, abbesse  qui devait  succéder à la défunte Anne d’Orléans, abbesse commendataire  de sainte Croix et , par ailleurs , 26 eme Abbesse de l’Ordre de Fontevrault  (1464-149)- de 1477 à 1491.

Les  partisans de Marguerite de Vivonne  ne  virent pas d’un bon œil l’élection de Jeanne de Couhé, seconde  dignitaire de l’Abbaye . Une  autre opposition vient  d’une seconde religieuse de Fontevrault , Isabelle de Bourbon, ayant obtenu le 27 novembre 1491 des bulles pontificales lui attribuant la charge d’Abbesse de Sainte-Croix.

Finalement  ce ne  fut  que le 29 juillet 1492 et  après de nombreuses péripéties retrouvables  grâce au lien suivant, que Jeanne de Couhé  fut  officiellement  reconnue  abbesse  de Sainte -Croix  de Poitiers

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/rhef_0300-9505_1979_num_65_174_1635

VI.  LE  COEUR DE FRANçOIS  I er  INITIALEMENT   INHUME  DANS UN PRIEURE  FONTEVRISTE

Pour l’heure, le Tombeau du coeur (et des entrailles) de François Ier,  oeuvre  sculptée en marbre de  Pierre  Bontemps terminée  vers 1555-1556  , est abrité  dans la nécropole  royale  de Saint-Denis (93).

220px-Basilica_di_saint_Denis_urna_di_francesco_I

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2011/06/05/f-le-coeur-de-francois-i-er-initialement-confie-au-prieure-fontevriste-de-haute-bruyere-78/

Mais il n’en a pas toujours été ainsi…

Après la mort de François Ier, le 31 mars 1547, au château de Rambouillet (78120-Yvelines) , son coeur et ses entrailles furent déposés à l’abbaye des Hautes-Bruyères, proche de la ville.  Elles  devaient y rester  jusqu’à la mise à sac du prieuré pendant la Révolution française.

VII. ET  SI VOUS JOUIEZ « A CHAT PERCHE » DANS  L’ABBAYE DE FONTEVRAUD                                                                    

Visiter et découvrir l’Abbaye de Fontevraud en se glissant dans la peau d’un chat … Encore une nouvelle expérience ! Elle est proposée dans le nouveau carnet de visite créé par Christian Volckman, réalisateur,  et Raphael Thierry, plasticien. A découvrir pendant la Cité idéale® .

Déjà accueillis en résidence en 2010, C et R, les auteurs de l’exposition « The Flow Food » présentée tout l’été dernier sur la Passerelle, se sont laissés guider par la légende qui raconte que la dernière abbesse de Fontevraud, Julie d’Antin, s’est enfuie par un souterrain en 1792 emportant sous son bras un panier d’où sortaient des miaulements… Personnage énigmatique et facétieux, leur chat emprunte, en toute liberté et parfois impertinence, des chemins inédits pour l’humaine condition : à chaque page, le carnet indique la position du chat et ce qu’il peut voir depuis son emplacement, comme par exemple le faîte d’un toit d’ardoise.

Plus de détails  en activant le lien suivant :

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2011/06/21/c-suivez-le-chat-dans-l%E2%80%99abbaye-%E2%80%A6-avec-c-et-r-christian-volckman-realisateur-et-raphael-thierry-plasticien/

VIII . CINQ PUZZLES EN LIGNE POUR RECONSTRUIRE UNE ABBAYE « MISE EN PIECES » PAR LA FUREUR DES ANS

arton1255-046f5

Ci-dessus l’un des  modèles mis  en pièces ( au nombre de cent) par le puzzle  et que vous devrez  reconstituer

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1255&decoupe_recherche=fontevraud

L’abbaye de Fontevraud située dans le Maine-et-Loire, fut fondée en 1101 par Robert d’Arbrissel.Elle a eu pour particularité d’accueillir des hommes et des femmes dans des couvents séparés. A la mort de son fondateur elle sera dirigée uniquement par des abesses. Sous Napoléon 1er, les religieux ayant été chassés par la Révolution, elle sera transformée en prison. Ce n’est seulement qu’en 1963 que la maison d’arrêt cessera de fonctionner et que cette magnifique abbaye sera restaurée pour devenir un centre culturel de rencontre.

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1256&decoupe_recherche=fontevraud

* Abbaye de Fontevraud 1 Chevet de l’Abbatiale sainte Marie

Puzzle de 100 piéces basé sur une photo de l’abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1252&decoupe_recherche=fontevraud

* Abbaye de Fontevraud 2Cuisine  romane et aile du réfectoire

Puzzle de 100 pièces basé sur une photo de l’abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1253&decoupe_recherche=fontevraud

* Abbaye de Fontevraud 3Entrée du quartier des infirmeries Saint-Benoît

Puzzle de 100 pièces basé sur une photo de l’abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1254&decoupe_recherche=fontevraud

* Abbaye de Fontevraud 4Cour intérieure de l’infirmerie Saint-Benoît.

Puzzle basé sur une photo de l’abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire

http://www.histoire-en-ligne.com/spip.php?article1255&decoupe_recherche=fontevraud

* Abbaye de Fontevraud 5 Aile nord -Ouest du cloître du Grand-Moûtier

Puzzle basé sur une photo de l’abbaye de Fontevraud dans le Maine-et-Loire

IX.  POUR PROMOUVOIR UNE  ABBAYE   ROYALE, tous  les moyens sont-ils  bons ?

Les responsables de l’ancienne abbaye de Fontevraud, dans la vallée de la Loire, ont fait appel à deux jeunes étudiants, Francis Cutter et Vincent Nguyen, pour mettre en valeur le monument. Ils ont ainsi réalisé ce court-métrage intitulé ‘Bienvenue à Fontevraud’, avec hip-hop et images animées. Une belle réussite.

Rappelons que la breakdance (ou break dance, break, b-boying) est un terme utilisé pour désigner un style de danse développé à New York dans les années 1970 caractérisé par son aspect acrobatique et ses figures au sol (Wikipédia)… Il n’ y a  donc  là rien qui corresponde  vraiment au génie français  qui a doté notre pays  de l’abbaye royale de Fontevraud.

Peut  -être  permettra- t’on au Dictionnaire de l’Ordre monastique de Fontevraud  de rappeler qu’une « ancienne abaye » reste néammoins une abbaye ancienne …  et  que toutes les animations pour la faire  connaître ne sont pas  forcément  bonnes à prendre, même  si elles ne sont pas  exagérèment longues (2’25 »)

http://video.excite.fr/labbaye-de-fontevraud-en-breakdance-V16144.html                                     

X. Des  CHIENS  D’UNE  RACE ROYALE … enfin  presque   puisque ce sont  des  Américan      Staffordshire Terrier qui portent le nom  de l’abbaye de Fontevrault

Retrouvez  quatre photos d’ « Umbrage de L’Abbaye de Fontevrault », femelle  de la race American Staffordshire Terrier née le 15/08/2003 sur le site suivant :

http://www.chiens-de-france.com/site_eleveur/index.php?rub=chiens&page=fiche&ID_ELEVEUR=16027&ID_SITE=17664&ID_CHIEN=347612&TABLE=t_chien_03

NB. IL existe ( au moins) deux autres  chiens de la même race :

Tanka de l’Abbaye de Fontevrault

Wakyt  de l’Abbaye de Fontevrault

Et encore

 Booba: https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2013/07/14/booba-de-labbaye-de-fontevrault-un-american-staffordshire-terrier/

XI. Mahaut,  future prieure  fondatrice  du prieuré Fontevriste de Sauvement  . Commune de Mantry -39230- en proie à la tentation.

Bien plus tard dans les premières années du XIII e siècle, Jean de Chalon, l’antique  occupait le formidable  Château fort  d’Arlay. Un jour, sa fille la ravissante  Mahaz  , qu’on appelait aussi Mahaut, était allé   chasser dans la forêt. Elle s ‘y était perdue ; Cherchant  vainement  son chemin, elle arriva au crépuscule dans une clairière. Son  cheval s’embourbait  dans le terrain marécageux  et  donnait des signes de frayeur. Une  source proche coulait en silence. C’était la fontaine maudite, la fontaine Ebron. Mahaut  distinguait à peine  les restes du monastère  que la vertu défaillante des moines qui l’occupaient  primitivement  avait  condamné à la ruine . ans la brume du soir qui montait, elle sentait passer des ombres.Elle fut  bientôt  entourée d’une ronde d’animaux fantastiques, dont les yeux luisaient  comme des escarboucles. Mahaut était la digne fille  de Chalon l’antique. Dague au poing, elle se mit  en  posture de défense. Elle avait  grand peine à maintenir  sa monture, et  que pouvait-elle faire  contre  ces phantasmes ? Elle reconnaissait le lieu maudit, qu ‘avait  souillé la luxure des moines  et  que hantait  une armée de démons. Ils s’approchaient, et, quand son cheval se cabrait, elle ressentait des frôlements répugnants. Mahaut implora alors le  Seigneur ; Elle fit vœu d’ériger un monastère  dans ce lieu même  et  de  consacrer sa vie à Dieu si elle était  sauvée. S’armant du signe de la croix, elle vit s’enfuir  la horde  démoniaque, son cheval se  calma, sortit du marécage  et elle retrouva  son chemin.

Jean de Chalon fit  construire  un monastère  au lieu même où sa fille  en avait  fait le vœu. Il le  confia  à un ordre relativement récent, celui de Fontevrault.

….

En souvenir  de son origine, l’abbaye  fut appelée  du Sauvement  , et Mahaut en fut la première Prieure. Hélas la  contrée n’avait pas été purgée des serviteurs du malin.  Bientôt les foules qui venaient en pèlerinage à la fontaine Ebron furent nombreuses, car les eaux avaient la réputation de   guérir la fièvre, à condition de les boire  sur les  lieux mêmes.  Rapidement, on y but aussi du vin. On y dansait jusqu’à une heure avancée de la nuit. On s’y battait même…Très  vite, on vit revenir les bêtes monstrueuses, les démons se multiplièrent.Les moines furent tentés, ils succombèrent, entraînant les moniales  dans leur  chute. Les méchantes gens prétendirent  que la jolie Mahaut  n’est pas sortie de ce monde  aussi pure qu’elle y était entrée. Ce ne sont là que des calomnies : … à moins de taxer de mensonges  jusqu’aux témoignages  tracés sur le marbre, nous devons accepter  pour garant  de son innocence  baptismale  la qualité que lui donne l’inscription de son tombeau, épitaphe rédigée  sur l’ordre de son frère  cadet Jean de Chalon..

   « Ci git Mahoz virge, por  cui  ceste maison  fut fundée … »

Désiré MONNIER par Robert Fonville p. 127     http://books.google.fr/books?id=H2tcbF7M_BAC&pg=PA126&lpg=PA126&dq=Un+jour,+sa+fille+la+ravissante++Mahaz&source=bl&ots=3bz1w0VOFj&sig=7-2xdKJF8GMJ1MbKRFhRlgfeUac&hl=fr&sa=X&ei=RWiXUqPHCOjE0QXOtIDwBg&ved=0CDEQ6AEwAA#v=onepage&q=Un%20jour%2C%20sa%20fille%20la%20ravissante%20%20Mahaz&f=false

XII. POUR GRIGNON DE MONTFORT , QUI ETAIT DE PASSAGE INCOGNITO,  LE PORTAIL D’ACCES A L’ABBAYE ROYALE  NE S’OUVRIT PAS.  

Louis-Marie Grignon de Montfort  (1673-1716) s’arrête à trois reprises à l’Abbaye Royale de Fontevraud:
– en 1700, en allant de Paris à Nantes, Montfort s’arrête pour saluer sa sœur Sylvie, ou Sybille  , alors postulante.

NB. Une autre soeur de Grignon de Montfort  vécut à Fontevraud : Françoise Marguerite. http://www.freresdestgabriel.cef.fr/montfort/poitiers/sejour1.htm

– en 1701 il y passe à deux reprises. En avril il rencontre Madame de Montespan qui aura une influence décisive pour orienter Montfort vers la ville de Poitiers.

– en 1706 : il revient de Rome. Il se présente à l’abbaye sans se faire connaître, mais la porte ne s’ouvre pas.

http://www.freresdestgabriel.cef.fr/montfort/saumur/saumur.htm

« Je demande la charité pour l’amour de de Dieu », avait-il (Grignion de Montfort) dit à Madame l’Abesse de Fontevraud, lui donnant pour toute réponse à ses questions : « Madame, à quoi bon me demander mon nom ? Ce n’est pas pour moi, mais pour l’amour de Dieu que je vous demande la charité », mais elle le renvoya.

Montfort, qui passait pour visiter sa sœur Sybille, fit cette réflexion à la portière : « Si Madame me connaissait, elle ne me refuserait pas la charité. » Ceci fut rapporté au couvent et sa sœur le reconnut. Quoiqu’il fut rappelé, Montfort se contenta de répondre, malgré les excuses et les supplications : « Madame l’Abbesse n’a pas voulu me faire la charité pour l’amour de Dieu ; maintenant elle me l’offre pour l’amour de moi ; je la remercie. »

J. B. Blain, Abrégé de la vie de Louis-Marie Grignion de Montfort, Rome, 1973, p. 140-141.

http://dominique-le-tourneau.hautetfort.com/tag/Fontevraud
et aussi:

http://chere-gospa.over-blog.com/article-3070040.html

Missionnaire apostolique ? Poitiers, Fontevrault, Saumur

http://montfort-jp2.com/fr_FR/300ans.html

missionnaire apostolique ? Poitiers, Fontevrault, Saumur

Autre  version :

Louis-Marie Grignion de Montfort rejeté au monastère de Fontevrault (d’après un extrait de « Louis-Marie Grignon de Montfort », d’Agnès Richomme)
A cause de la jalousie de certains, Louis-Marie Grignon de Montfort est chassé du diocèse de Poitiers. Avec frère Mathurin, son fidèle disciple, il se rend en Bretagne, et, de passage à Fontevrault, il souhaite faire une halte dans un monastère où sa propre soeur est religieuse converse.
La soeur portière ne le reconnaît pas. Il demande simplement « la charité pour l’amour de Dieu« . Il ne veut pas dire son nom car, ditt-il : « Mon nom importe peu; ce n’est pas pour moi, mais pour l’amour de Dieu, que je vous demande la charité« .
Agacée, la Supérieure le renvoie sans rien lui donner.
En récréation, les soeurs se racontent l’incident. A la description qu’on lui en fait, soeur Sylvie s’écrie : « Mais c’est mon frère ! »
Vite, on court après Louis-Marie et on lui fait des excuses, le priant de revenir au monastère. Mais il refuse tout net : « Madame l’Abbesse n’a pas voulu me faire la charité pour l’amour de Dieu; maintenant, elle me l’offre pour l’amour de moi. Je la remercie« .
Et il continue sa route sans vouloir rien entendre, faisant ainsi comprendre aux religieuses combien la vraie charité ne doit pas, comme le dit Saint Jacques, « faire de différence entre les personnes ».

http://chere-gospa.eklablog.com/fioretti-louis-marie-grignion-de-montfort-rejete-au-monastere-de-fonte-a92225375



Publicités

3 réponses à “96- RECUEIL D’HISTOIRES INSOLITES AFFERENTES A L’ORDRE DE FONTEVRAUD, A SON ABBAYE , A SES PRIEURES

  1. Hello you have a nice weblog over here! Thanks for posting this interesting information for us! If you keep up this good work I’ll visit your website again. Thanks!

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s