Archives de Tag: 1109

Prieuré Fontevriste de Guesnes (86420) à 39 km de l’Abbaye royale de Fontevraud.

ORIGINE DU NOM

C’est d’un ou plusieurs GUÉS sur la Briande que GUESNES tire son nom.
Ce lieu isolé s’identifie avec le couvent (ruines). C’est en 1106, date de la 1ère charte connue, que GAINA est mentionné.
Pour la géographie, GUESNES c’est d’abord une clairière et un Gué.
La Fondation de Guesnes a été faite par Foulque Comte d’Anjou (selon un ouvrage de polémique religieuse du 17ème siècle).

LE COUVENT DE GUESNES

Quiconque visite le bourg de Guesnes, dans le nord de la Vienne, ne peut qu’être frappé par le contraste entre la ruine présente des monuments et la vie florissante et même raffinée dont ils furent le cadre il y a encore deux siècles.
Comment s’est produite cette éclosion puis cette émouvante décrépitude ? C’est ce que cet article, le premier jamais consacré à ce prieuré fontevriste du sud Loudunais, voudrait essayer de faire partager.

La plus ancienne charte dit « Moi Foulque Comte d’Anjou, pour le salut de mon âme et de celles de mes parents, avec le consentement de mes fils Geoffroy et Foulque, tous les prés que je possède à Guesnes, je les donne et concède à Dieu, à la Bienheureuse Marie et aux moniales de Fontevraud sous la protection du seigneur Robert d’Arbrissel.
Les témoins de cette donation sont Hugues de Rigard, Gautier de Poccïaco. Passé sous Philippe roi de France, Guillaume duc d’Aquitaine et Pierre évêque de Poitiers ».

Dès 1106 Les traits essentiels de Guesnes sont dessinés : des prés, pour une exploitation tournée vers l’élevage et des moulins le long de la rivière, la dévotion à La Vierge, la générosité de la noblesse du voisinage.

Les donations affluent. En 1109 ce sont les terres de Renault Crassus. Vers 1110-1115 Grimaud, seigneur de Monts, est pris de remords car on l’accuse de s’être emparé de l’écluse d’un moulin des religieuses.
Pour se laver de toute mauvaise intention, en accord avec ses frères Pépin, Renault, Béranger et Geoffroy, il donne au couvent toutes les terres labourables, les prés et les marais qu’il possède sur les deux rives de la Brïande.
Foulque le Jeune, fils du premier donateur, ajoute en 1109 et 1117 les prés qu’il tenait à cens des moines de Charroux ; Guesnes constitue désormais un ensemble autonome, comme La Puye et Lencloître.
Pour les protéger des convoitises, Robert d’Arbrïssel en 1109 place très judicieusement ces possessions sous la protection de Pierre II évêque de Poitiers, à charge de payer chaque année douze deniers de cens.
Le patrimoine médiéval va encore s’accroître des donations de Raoul de Saint-Jean, Étienne de Messemé et Parcien son fils, « pour La rémission de ses péchés, de ceux de ses ancêtres comme de ceux de ses descendants ».
Nous ne connaissons pas les noms des premières prieurés de Guesnes car c’est l’abbesse de Fontevraud, Hersende avant 1130, qui est seule juridiquement habilitée à recevoir les donations.

Le domaine médiéval, sans être très étendu, devait couvrir la majeure partie de la section B du cadastre de Guesnes, sur les deux rives de la Briande, où Le fonctionnement de quatre moulins apportait un appréciable complément de revenu.
De l’architecture de ce temps ne subsistent que le chœur  et le mur sud de l’église romane, car la guerre de Cent Ans allait être fatale aux bâtiments du prieuré, et aussi à ses occupantes.

Des noms célèbres se trouvent parmi les simples religieuses : Madeleine de Razilly en 1560, Claude de Chouppes portière en 1593, Françoise de Marconnay dépositaire en 1603, Françoise de Lezay en 1620, Louise de Jousserand prieure du cloître.
La sœur de meilleure naissance est probablement en 1672 Catherine de Galard de Béarn, petite-cousine d’Henri IV, fille de Jacques de Béarn, gouverneur militaire de Saintonge et d’Angoumois en 1636.
Elle profite sans vergogne de ses relations familiales pour engager des procès, et elle les gagne.
Les effectifs :  16 en 1690, 14 en 1751, 9 en 1787 reflètent bien l’évolution générale du temps. Les sœurs, issues de haute noblesse au 16ème  et au 17ème  siècles, se recrutent au 18ème  dans la moyenne noblesse loudunaise et dans la bourgeoisie des offices qui voit ici une promotion pour ses filles.
Le père de La sœur Bernier est procureur fiscal à Loudun en 1749 ; le père d’Augustine Naudin est avocat à Loudun en 1689, celui de Marie Viau notaire à Monts en 1750.

D’après la tradition locale, c’est seulement en 1922, par l’entremise de Maître Aymard, notaire et frère du Maire de Loudun, que le cloître gothique de 1485, le portail et les chapiteaux de l’église Notre-Dame furent démontés, et les pierres numérotées furent vendues à un collectionneur américain.
Le carrelage et une cheminée Louis XIII de la salle surmontant le chauffoir furent ensuite vendus. La ruine du couvent était consommée.

EGLISE

Église « Chapelle Saint Jean de L’Habit » :  ancienne église du Prieuré fontevriste. Portail ouvert en 1671.
Choeur dont L’hémicycle est décoré (appareillage de pierres en losanges et imbrications),  chapelle latérale construite par Anne d’Orléans, sœur de Louis XII, Abbesse de Fontevraud en 1478, ainsi qu’en témoigne la clé de voûte à ses armes.
Le retable du XVIIème  siècle est en bois doré, crucifix en bois datant du XVIIème siècle.

http://loudun.discuforum.info/t772-GUESNES-HISTOIRE.htm

Et pour une  vue d’ensemble du prieuré : https://prieuresfontevristes.wordpress.com/france/86-2/prieure-de-guesnes/

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-S- Salomon ( Vénérable), fondateur de l’Abbaye de Nyoiseau (49500)

Salomon appartenait  à une famille noble et puissante. Devenue disciple de Robert d’Arbrisel, il embrassa la  vie  érémitique. Il fondat plusieurs  monastères féminins éphémères avant  d’instituer en  en 1109  l’Abbaye de Nyoiseau* (49500) (Ordre de Saint Augustin)  située prés de Segré  (49500)   à moins de 30  KM au S-E de La Roé (53350).

On construisit  deux  églises  contigues, la première pour les religieuses fut  dédiée à N. D. de Pièté,  la seconde à usage des ermites clers et laïcs fut  consacrée, elle, à Saint  Serené

*  http://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Nyoiseau

      « Selon la volonté du bienheureux Salomon, la direction du monastère mixte est aussitôt confiée à une femme venue de Fontevraud. Jusqu’en 1792, 38 abbesses, souvent d’origine noble, se succèdent à la tête de l’abbaye royale de Nyoiseau : la première s’appelle Eremburge, la dernière est madame de Scépeaux.

A la fin du 12e siècle, les frères déjà rares, disparaissent complètement du couvent des bords de l’Oudon , un affluent de la Mayenne, qui s’est doté néanmoins d’une douzaine de prieurés en Anjou et jusque dans le diocèse de Rennes ».

http://www.nyoiseau.fr/module-pagesetter-viewpub-tid-2-pid-6.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye, Département 53

-H- HERSENDE DE CHAMPAGNE, la première Grande Prieure, assez méconnue, de l’Ordre de Fontevraud (1103/1104 à 1109).

Fille et  sœur des seigneurs  de Champagne, terroir angevin au sud-Est de Montreuil-Bellay (Maine-et-Loire), veuve en secondes noces du seigneur de Montsoreau. Elle s’est vraisembablement agrégée  au monastère de Fontevrault naissant  au  tout début de celui-ci (1101)  en lui faisant don  d’essarts dans la forêt environnante de Born et de  bien sis à  Courléon , au nord de la Loire, donations  compétées par  des dons  de son frère Hubert,  de son fils  Etienne  et de son beau-fils  Gautier.

Particuliérement  chère au fondateur de l’ordre Robert d’Arbrissel et  d’une  efficacité que l’on qualifierait aujourd’hui de managériale, sachant multiplier adhésions et donations, et siégeant même à Poitiers en compagnie de Robert et Pétronille, à un  important  synode diocésain proclamant la protection assurée  à la jeune communauté par l’Evêque  Pierre II, elle aurait sans doute été  nommée première  Abbesse de l’ordre –en lieu et place de Pétronille de Chemilllé-  si elle n’avait pas quitté cette terre  en 1109 .

Les cendres d’Hersende de Montsoreau première Grande Prieure furent déposées dans  une chapelle dédiée à Ste Catherine d’Alexandrie sise au  milieu du cimetière primitif des religieux de l’abbaye, à proximité de l’église paroissiale que l’abbesse Alix de Bourbon  avait fait élever en 1225.

NDLRB.  Alix  a été  la 8 éme Abbesse de l’Ordre. Elle  aurait  » rêgné » de 1208 à 1209 http://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_des_abbesses_de_Fontevraud                                                                                                                     Comment alors aurait-elle pu faire élever une chapelle  en 1225 ?

                                                Jean  de  l’Habit

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud