Archives de Tag: 1637

-R- Le Prieuré de Brioude (43100) ; un temps support d’une réactivation temporaire de l’Ordre de Fontevraud.

Ce prieuré  fondé  en 1637 sous l’Abbesse Jeanne-Baptiste de Bourbon qui y installa la première prieure, Françoise de Fréta, fut  favorisé  par les seigneurs  voisins et  la papauté.

Au cours de la Révolution,  en 1792 , les religieuses furent  contraintes de  quitter leur  monastère. puis en 1827, Mesdames Thouset, anciennes moniales aidées par Mgr de Bonald, réussirent  à rétablir un prieuré  fontevriste à Brioude. Un indult de la Sacrée  Congrégation leur  rendit en 1839 l’usage  des anciens  privilèges de leur Institut.

Le 5 septembre 1849, les supérieures des trois prieurés  fontevristes existant ( Marie Girault pour Chemillé, Marie Carcanaigue  pour Boulaur,  Virginie Faure pour Brioude) se réunirent à Brioude afin d’unifier l’observance.

Aprés 1905 et la séparation de l’Eglise et de l’Etat,  deux professes de Brioude gagnèrent Chemillé (49120) puis à la fermeture de ce dernier prieuré, les moniales s’établirent en 1956 à la Barre, commune  de Martigné-Briand (49540) auprès des Bénédictines missionnaires  de Vanves. Il n’y eut plus alors de religieuses fontevristes.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 43, Département 49 (c) hors commune de Fontevraud-L'Abbaye

-B- Le PRIEURE fontevriste de BRIOUDE (43100) aurait été dissous en 1904.

Prieuré Saint-Joseph. Brioude, Haute-Loire

Monastère de femmes, prieuré de l’Ordre de Fontevraud. – Fondé en 1637. Dissous en 1904

http://data.bnf.fr/11939955/prieures_–_france/

 

Cottineau. – Histoire abrégée du prieuré fontevriste de Brioude, 2012

http://data.bnf.fr/16625847/prieure_saint-joseph_brioude__haute-loire/

http://catalogue.bnf.fr/servlet/RechercheEquation;jsessionid=761A3DE40425D9CB8AFA3D38BA4AA117?TexteCollection=HGARSTUVWXYZ1DIECBMJNQLOKP&TexteTypeDoc=DESNFPIBTMCJOV&Equation=IDP%3Dcb42732536f&host=catalogue

 

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 43

-B- LA 31 éme ABBESSE de l’Ordre, Jeanne-Baptiste de BOURBON, une BATARDE LEGITIMEE.

Jeanne-Baptiste de Bourbon (1608-1670).
* Fille illégitime d’Henri IV et de Charlotte des Essarts, comtesse de Romorantin  et donc soeur naturelle de Louis XIII                                                                                                                                                       Légitimée de France en 1608
31 éme abbesse de l’Ordre de Fontevrault (1637-1670)
 
* Sa soeur Marie Henriette (1609-1629) , devint abbesse de  Chelles (77500) 
LES ENFANTS D’HENRI IV                                                                                                     http://wronecki.pagesperso-orange.fr/mariehelene/enfants.htm

1 commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-L- Dom Jean LARDIER, PREMIER ARCHIVISTE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD

En 1637, la 31 eme abbesse de l’ordre  tout juste arrivée sur le trône abbatial  Jeanne-Baptiste de Bourbon n’a qu’un désir : mettre l’histoire au service du prestige de l’abbaye qui sort alors grandie d’une réforme entreprise près de deux siècles plus tôt, et obtenir ainsi la canonisation du fondateur, Robert d’Arbrissel.

Elle confie cette tâche à l’un des anciens prieurs du monastère Saint-Jean de l’Habit, Dom Jean Lardier, né à Châteaugontier le 25 novembre 1601 et reçu profès de l’ordre de Fontevraud le 17 août 1622. Jeanne-Baptiste de Bourbon le nomme prieur, en 1640, de Saint-Jean de l’Habit et visiteur en 1643 (fonction qu’il accomplit jusqu’au moment de son décès, lors d’une visite en Poitou, en 1660)

Celui-ci se vouera  tout entier à l’étude de son Ordre et rédigea dans les trente dernières années de sa vie soixante douze volumes dont il nous livre lui-même la liste. Si la plupart furent dispersés avant même la Révolution, demeure aujourd’hui conservé le célèbre « Inventaire des titres », en sept grand volumes manuscrits, rédigés de 1646 à 1658.

Le « Trésor » est alors intact dans les locaux réservés au chartrier, à l’angle du logis de l’abbesse, dans le cloître du grand-Moûtier, non loin  de la Chapelle Saint Benoît. Une partie seulement des pièces décrites nous  sont aujourd’hui parvenues. Ainsi l’œuvre monumentale de Dom Lardier reste-t-elle l’intermédiaire privilégié de la recherche et le récit plus vivant de la vie de l’Ordre

http://www.archives49.fr/histoire-de-lanjou/pages-choisies/le-tresor-de-labbaye-de-fontevraud/

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble