Archives de Tag: 1664

L’Abbesse aux trois dispenses pontificales : Marie-Madeleine Gabrielle de Rochechouart de Mortemart

Jeanne Reillac. Madeleine-Gabrielle  de Rochechouart de Mortemart, abesse de Fontevraud. 

Lemouzi . N° 190 (2 éme trimestre 2009 ) P. 20 à 24

« Entrée en 1664 à l’Abbaye aux  bois ( couvent situé à paris , rue de Sèvres,  démoli en 1907. couvent de l’ordre  de Saint Bernard) , elle reçut le voile , à la vue de toute la Cour , de la main de deux reines Anne et Marie-Thérèse d’Autriche

Puis le 18 août 1670; le roi la nomma Abbesse de Fontevraud. Mais pour celà, elle eut  besoin de trois dispenses  du Pape :

  • La première pour passer d’un ordre à un autre
  • La deuxième parce qu’elle n’avait pas encore  cinq ans de profession
  • La troisième  parce qu’elle n’avait  que vingt-quatre ans .

Mais les dispenses furent accordées  par le pape quelques jours  avant Noël 1670.

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Abbesses de l'Ordre, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 75

-E- Prieuré de LENCLOÎTRE-EN-CHAUFOURNAIS. 37360 ROUZIERS DE TOURAINE.

L’Encloître–en-Chauffournois  (1103? 1108 ?) au diocèse de Tours. Att. au XVIIe siècle.  Canton de Neuillé-Pont-Pierre

En 1103 Léon de Langeais  fait don à Robert d’Arbrissel d’un domaine ( Calphornaicus)  entre Neuillé-Pont-Pierre et Beaumont-La-Ronce au N-O de Tours pour y établir  une nouvelle  maison . Le nom de la première prieure apparaît  en 1117. la nouvelle désignation  Claustrum, d’où la cloître, L’Encloître n’est fournie par les textes  qu’après 1270.

Le monastére était alors très peuplé  (80 moniales, trois frères lais et  seize serviteurs  en 1289) . Peuplé mais non riche, les religieuses devant aller mendier leur survivance.  A la  fin  de la guerre de cent ans, il ne subsistait plus qu’une religieuse et l’église était en ruine.

Le prieur Jean d’Arquené  entreprit le restauration complête  à partir de 1520 . Les travaux  ne furent achevés  qu’en 1631, en  particulier  grâce à la générosité du cardinal Charles de Bourbon. Louis XIII confirmera au monastère une rente  sur la recette générale de Tours octroyée par Henri III.

   En 1664, la prieure dirige  quatorze moniales et  sept sœurs  laies. Une innondation et un incendie ayant  cumulé leurs effets désastreux,  l’archevêque de Tours fit interdiction au prieuré d ‘accepter desormais des novices (1732). Sa suppression intervint le 22 octobre 1759.

Chartrier .

http://collections.geneanet.org/ouvrages/index.php?action=showdoc&livre_id=31052&page=297&book_type=livre&rech=texier&country=FRA&reg

Poster un commentaire

Classé dans Département 37