Archives de Tag: 1739

Léonard de Lafond plaide contre le Prieuré de Longefont (36800 OULCHES) en 1739

Titre Mémoire pour Léonard de Lafond, marchand au bourg et paroisse de Saint-Nazaire, dans le comté nantais,… contre les dames prieure et religieuses du prieuré de Notre-Dame de Longefond, membre dépendant de l’abbaye de Fontevrault…
Auteur Léonard de Lafond
Rédacteur Daminois
Éditeur imp. de veuve Delormel, 1739

http://books.google.fr/books/about/M%C3%A9moire_pour_L%C3%A9onard_de_Lafond_marchan.html?id=BqRNQwAACAAJ&redir_esc=y

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 36

-A-Fontevraud, une femme et la fin d’un monde. Histoire de la DERNIERE ABBESSE DE FONTEVRAUD

9782842312190Résumé

L’histoire de Julie Sophie Gillette de Pardaillan d’Antin, entrée à l’âge de 2 ans à l’abbaye royale de Fontevraud. Mais la Révolution l’amène à s’enfuir, déguisée en paysanne, elle qui n’avait quitté l’abbaye qu’une seule fois à 14 ans.
Quatrième de couverture

Entrée à l’âge de deux ans à l’abbaye de Fontevraud, Julie Sophie Gillette de Pardaillan d’Antin est l’arrière-petite-fille de madame de Montespan, dont la sœur, Gabrielle de Rochechouart, était abbesse sous Louis XIV. Quant ses parents la confient à sa tante, Louise Françoise de Rochechouart, alors abbesse du lieu, Fontevraud est une abbaye prestigieuse et une exception remarquable dans le monde monastique. Abbaye royale, c’est le roi qui en désigne l’abbesse, souvent de sang royal, toujours de très haute lignée. Par une deuxième originalité, Fontevraud relève directement du pape, échappant totalement à l’autorité de l’Eglise de France. Enfin, spécificité exhorbitante, l’Ordre fontevriste est un ordre mixte où les hommes sont soumis au pouvoir des femmes.

Gillette d’Antin, que tout semble vouer à la vie monacale, quitte pourtant l’abbaye en 1739, à quartoze ans, pour assister, à la cour de Versailles, au mariage de la fille aînée de Louis XV. Confrontée au monde, qui la heurte, elle choisit alors d’assumer son avenir de moniale, et de goûter, dans la clôture, l’extrême liberté d’un destin qu’elle revendique.

Le prix de son engagement sera lourd. Trente-sixième abbesse de Fontevraud, elle en sera aussi la dernière. La Révolution, comme un ouragan, vient détruire un ordre sept fois séculaire. Chassée de l’abbaye en 1792, madame d’Antin s’enfuit, déguisée en paysanne. Elle se fond alors dans l’anonymat de la clandestinité, laissant planer sur ses dernières années, sur la date et les circonstances de sa mort, beaucoup de doutes et un peu de mystère.

http://www.laprocure.com/fontevraud-femme-fin-monde-monique-demagny/9782842312190.html

Poster un commentaire

Classé dans Abbesses de l'Ordre, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble