Archives de Tag: 1787

Prieuré fontevriste féminin à La Font d’Usson (86350 USSON DU POITOU).

Situé dans le village appelé aujourd’hui la Fond (NDLRB . Ou la Font d’Usson), le prieuré, dépendant

de l’abbaye de Fontevraud, est fondé au XIIe.

 

Dans cet ordre mixte, les religieux sont placés sous l’autorité de l’abbesseau sein de la maison mère,

ou de la prieure dans les prieurés.

 

À Usson, les religieuses étaient implantées à la Font, et les religieux au prieuré de l’Habit.

 

L’ancienne église, ( NDLRB . des religieuses) transformée en grange et étable ( NDLRB : en 1787) ,

conserve sa structure (  NDLRB .  et que l’on voit  probablement  dans la vidèo ci-dessous)  et rappelle

la vocation religieuse du site. La chapelle était d’assez grandes dimensions (30 m sur 10 m environ) avec

un chevet plat. La construction encore visible (baies, contreforts, décor sculpté) relève du XII e.

 

Sur le site de l’Habit, la chapelle des religieux, dédiée à saint Jean, a complètement disparu

Cette chapelle se situait dans le village de la Garcillière et était dédiée à sainte Marie-Madeleine.

On ne connaît rien de l’origine de cette chapelle. En 1728, un texte précise qu’elle a pour patron

et collateur l’abbé de Lesterps (16420). https://fr.wikipedia.org/wiki/Abbaye_de_Lesterps

 

 

Présentation de la  chapelle des religieuses à partir de 2’21 » à 3’22 », après la séquence  sur  le  village en maquetttes.

https://www.facebook.com/France3PoitouCharentes/videos/vb.178660852207557/999567703450197/?type=2&theater

 

Usson-du-Poitou au fil des siècles

Un prieuré fontevriste s’installe au cours du XIIe s. sur l’emplacement présumé du passage de saint Martin

http://www.cc-lussacois.fr/smpm/_uploadmairie/docs/PAH/laissez-vous-conter-usson-final

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-f- LES FILLES DE LOUIS XV FURENT CONFIEES  » A L’UNE DES PLUS PRESTIGIEUSES REUSSITES RELIGIEUSES FRANCAISES »

« En distinguant Fontevrault  parmi tant d’autres abbayes, Louis XV n’agissait pas à la légère. Il confiait ses filles  à l’une des plus prestigieuses réussites religieuses françaises.

Depuis un demi-millénaire ,en effet, Fontevrault  brillait en tête  des abbayes européennnes. Ses  constitutions montraient la place éminente  que devait tenir la femme  dans la société française. Comme tant d’autres, , elle pouvait assurer  aux princesses une formation à la fois  humaniste, amie dela vie intérieure  et du débat avec  soit-même.. La recherche  constante d’une perfection personnelle – si elle ne menait pas automatiquement à Dieu- formait assurément  les esprits  sur des principes reconnus  de tous ».

Marie-Magdeleine del Perugia.
Madame Louise de France (1737-1787) ; Fille de Louis XV, carmélite et vénérable.                                                                                                          Communication et Tradition . 1998 p. 21

1 commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-F- PRIEURE DE FOICY ou FOISSY.Commune de Saint Parres –aux-Tertres (10410).

Foicy  ou Foissy  (1102 )  au diocèse de Troyes. Attesté au XVIIe siècle.

(Département  Aube, Arr. et canton de Troyes. Commune de Saint Parres –aux-Tertres (10410).

Simple chapelle  bâtie dans la garenne  où était l’ermitage de Saint Parres, elle fut donnée en 1102 par Thibault II, comte de Champagne, à des religieuses  qui voulaient mener une vie retirée , en attendant  qu’il leur fasse construire un véritable monastère.En 1134, il y ajoutât   deux fours à Troyes et les maisons en dépendant.   En 1145, Etienne de Bar, évêque de  Metz confirmera  ces possessions  en y ajoutant une charretée de sel annuelle. La même année, le Pape Eugène III entérinera ces fondations. . Henri I er, comte de Champagne,  approuvera  à son tour en 1165 ; les donations  faites par son père et les complétera  par la cession d’une vigne,  de terres et de prés joignant la garenne primitive.

Les Papes prendront régulièrement la maison sous leur protection et l’exempteront du payement des dîmes ; les rois de France agiront de même  (1243 à 1676).

Du début du XII e jusqu’à la fin du XV e ; le prieuré de Foissy fut double  ( bâtiments  claustraux et  églises) , comme dans toutes les maisons de l’Ordre de Fontevrault.

En 1484, la réforme fut introduite à Foissy et les religieux finirent  par disparaître à l’exception d’un ou deux à titre de  confesseur des moniales. En 1542,  un incendie  consuma l’église, une partie du dortoir et la plupart  des titres de propriété. Un jubilé organisé à cette occasion suscita des aumônes grâce auxquelles les bâtiments purent être reconstruits dés 1544 et les trois autels  consacrés en 1548.

Le monastère était  situé en bordure de la Seine  et il possédait le cours de la rivière  jusqu’au Pont Saint Jacques . Mais placé en contrebas du fleuve,  il fut   souvent  exposé à de graves  innondations.

En 1660, la communauté  comptait  92 personnes , dont 40 religieuses de chœur, 10 converses, 2 confesseurs et 25 domestiques .

Le lundi de Pâques,  il y avait à  Foissy un pélérinage pour honorer  les reliques de sainte Radegonde  dont la 31 e Abbesse , Madame Jeanne-Baptiste de  Bourbon , avait fait don  en 1668.

Le prieuré restera  conventuel jusqu’à  la Révolution même s’il était fort peu riche.           ( revenu de 11 000 livres). Il comptait alors  une vingtaine de professes.                                  La dernière Prieure fut  Elizabeth Hatot (1787-1789)

♣Liste  des prieures in :

   Dictionnaire d’Histoire et de  géographie  ecclésiastique. Tome 17. 1971 p. 728

Poster un commentaire

Classé dans Département 10