Archives de Tag: 1793

L’histoire des Bénédictine de Sainte Bathilde, héritière des religieuses fontevristes – Implantation de Martigné Briand (49540) -.

L’histoire des Bénédictine de Sainte Bathilde,

http://www.benedictines-ste-bathilde.fr/-Le-monastere,46-

dimanche 24 juillet 2011

Le monastère des Bénédictines de Martigné-Briand (Maine & Loire) est caractérisé par une double racine.

Installée à Martigné-Briand (Maine & Loire) en 1961, la communauté s’est d’abord formée à Chemillé (49), de la fusion des dernières moniales de l’Ordre de Fontevraud avec la Congrégation des Bénédictines de Sainte Bathilde.

Le nom du monastère lui-même, Notre Dame de Compassion, est un discret rappel du lien avec Fontevraud, que notre histoire nous a légué.
Robert d’Arbrissel, mettant sa fondation sous la protection de Marie et Jean au pied de la Croix, entendait lui rappeler l’exigence de l’humilité et de la compassion.
Reprenant ce patronage, notre communauté désire être un lieu d’où rayonnent la compassion et la miséricorde pour le monde et pour chacun.

Nos deux racines

La communauté fait partie de la Congrégation des Bénédictines de Sainte Bathilde (appelées aussi Bénédictines de Vanves), petite congrégation née en 1921 et aujourd’hui présente sur trois continents.

Pour la présentation de notre Congrégation, voir La Congrégation  http://www.benedictines-ste-bathilde.fr/-La-Congregation-

Mais nous aimons nous souvenir d’une autre racine :

En 1793, l’Ordre de Fontevraud est dispersé par la Révolution.

Fondé en 1099 par Robert d’Arbrissel, il suivait la Règle de Saint Benoît, avec des Constitutions propres à Fontevraud.
En 1803, deux religieuses fontevristes, demeurées dans la région, ouvrent une école à Chemillé ; peu à peu d’autres soeurs les rejoignent et la vie conventuelle reprend en 1824.
En 1956, la fusion est reconnue par Rome. Affaiblie par les épreuves, notamment par les lois d’expulsion de 1903, la communauté décline et en 1953 l’évêque d’Angers, Mgr Chappoulie, demande à la jeune Congrégation de Vanves de venir lui apporter un regain de vitalité.

En 1961, la communauté se transfère à Villeneuve, à deux kms de Martigné-Briand, au lieu dit « la Barre » et au fil des années le monastère s’édifie à partir des dépendances du manoir d’origine : aménagements, constructions nouvelles… Les chantiers se poursuivent jusqu’à aujourd’hui.

http://www.benedictines-ste-bathilde.fr/L-histoire,32

Publicités

1 commentaire

Classé dans Uncategorized

-B- Aidez la Fondation du Patrimoine en Limousin à restaurer l’église du prieuré fontevriste de Blessac (23200). Appel de 2011.

Il s’agit  bien d’un prieuré fontevriste http://www.gendep23.org/zx2010/cantons/Aubusson/Blessac/pgecmne_23024.html                                  même si la plaquette de la Fondation du Patrimoine n’en dit  étrangement rien.

——

Fondation du Patrimoine en Limousin

EGLISE SAINT MARTIAL DE BLESSAC

23200 Blessac

Descriptif

Ce monastère, crée au XIIe siècle, acquit une importance considérable au Moyen – Age et resta, jusqu’à la fin de l’ancien régime, le couvent aristocratique de la province (NDLRB. Comme  tout  prieuré fontevriste classique ) , se consacrant à l’éducation des jeunes filles.

Blessac demeure un des rares établissements monastiques de la Creuse où ait subsisté un ensemble de construction permettant de retrouver l’aspect du couvent dans son agencement du XVIIIe siècle. Transformé en maison de détention pour les femmes sous la Terreur, le couvent fut vendu en 1793 et, depuis deux siècles, il s’est transformé en une demeure privée, élégante et raffinée. Les nombreux documents datant de la période allant du XVIIème à la Révolution française révèlent que l’église a subi de nombreuses transformations et a été la cause de querelles entre les religieuses et la population. (NDLRB. Mvoui  ?)

Nature des travaux

Actuellement, étant donné l’état de l’édifice et des peintures murales, la municipalité, attentive à la préservation de son patrimoine, a décidé d’engager des travaux de restauration et de mise en valeur de l’église qui se dérouleront en deux tranches. La réhabilitation du clocher passera d’abord par la consolidation de la structure et par la rénovation de la charpente en bois et de la toiture. Dans un deuxième temps, des travaux de restauration de l’intérieur seront effectués : maçonnerie, jointoiement, travaux d’éclairage et mise en valeur de l’édifice, travaux sur les vitraux et sur les peintures murales.

Pour mener à bien ce projet de sauvegarde et de restauration de l’église évalué à près de 130 108 € HT pour la première tranche et 223 296 € HT pour la deuxième. La commune va bénéficier pour la première tranche d’une subvention publique du Conseil Général de 23% et d’une subvention de 31% de l’Etat. Pour la deuxième tranche, le montant d’aides publiques n’ont pas était définis. Malgré les aides obtenus, la part à la charge de la Commune reste élevée.

http://www.fondation-patrimoine.org/fr/limousin-14/tous-les-projets-679/detail-eglise-saint-martial-de-blessac-12271

Voir aussi :

L’église de Blessac nécessite des travaux conséquents. Elle relève de la commune et d’une propriété privée. Du reste, la nef est scindée en deux parties par un mur en parpaings (à l’origine une grille en fer séparait les religieuses et les fidèles). Les deux étages supérieurs du clocher appartiennent à la commune, les deux étages inférieurs relèvent du château. Reconstruite en grande partie au XVIII e siècle,

http://www.lamontagne.fr/limousin/actualite/departement/creuse/aubusson/2011/11/21/blessac-pres-de-500-000-sont-necessaires-pour-restaurer-leglise-saint-martial-de-lancien-monastere_115151.html

P. 453  de l’ouvrage auquel conduit ce lien:                                                                           http://books.google.fr/books?id=4dm2m0CAmC0C&pg=PA453&lpg=PA453&dq=blessac+saint+martial&source=bl&ots=TSbXRZElkk&sig=CSWjnhEGn-19t0iaS0r92UDw39E&hl=fr&sa=X&ei=ImUoU_mrD8Kj0QX_kICYBQ&ved=0CFUQ6AEwBg#v=onepage&q=blessac%20saint%20martial&f=false

1 commentaire

Classé dans Département 23

-V- Prieuré de Vic-le-Comte (63270)

eh5jbiohat7dn3

Le couvent des dames de Fontevrault

Ce monastère fondé en 1645. appartenait à l’ordre de Fontevrault et rassemblait des religieuses à la fois contemplatives et enseignantes. Ces dernières accueillaient des jeunes filles de la bourgeoisie locale pour faire leur éducation. En 1793, le monastère est vendu comme bien national. Rénové en 1982, c’est actuellement la bibliothèque intercommunale et une salle municipale destinée aux expositions.

http://vic-le-comte.fr/fr/information/48867/le-patrimoine-remarquable

Poster un commentaire

Classé dans Département 63

-F- DESTINEE DES PREMIERES FONDATIONS FONTEVRISTES

Des trois premières fondations de l’Ordre de Fontevrault : Chemillé (diocèse d’Angers -49-), La Puye (diocèse de Poitiers) et Boulaur (diocèse d’Auch), les deuxièmes et troisièmes sont toujours occupées par des religieuses et moniales.

La Puye (86- Vienne), prieuré fontevriste de 1111 à 1793  est la maison mère de la congrégation des filles de la Croix qui a fondé l’école Saint André devenue l’Institution Saint André à Saumur.

http://www3.planalfa.es/fillesdelacroix/

Quant à l’Abbaye Sainte Marie de Boulaur (32-Gers), les dernières fontevristes l’ont quittée à la fin du XIX° siècle pour l’Espagne. Elle est, depuis la fin de la dernière guerre, à nouveau occupée par des moniales cisterciennes.

http://www.boulaur.org/abbaye-cistercienne-sainte-marie-de-boulaur/index.php?option=com_content&view=article&id=64&Itemid=18

Poster un commentaire

Classé dans * Espagne, Département 32, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 86