Archives de Tag: Architecture fontevriste

Patrick Bouvart; Les prieurés de l’ordre de Fontevraud dans le diocèse de Poitiers, pourquoi ce corpus reste méconnu et incertain ?

La présentation du 24 janvier 2013 rendait compte des résultats d’une thèse, Les prieurés de l’ordre de Fontevraud fondés dans le diocèse de Poitiers au XIIe siècle. Conditions d’implantation, topographie monastique et évolution. Le diplôme a été obtenu en décembre 2012 à l’Université de Poitiers. Les recherches ont été réalisées sous la direction de Madame le Professeur Claude Andrault-Schmitt et de Monsieur Luc Bourgeois. L’exposé s’est focalisé sur les difficultés rencontrées lors de l’élaboration du corpus.

Les connaissances exploitées sont issues d’études documentaires et de plusieurs types d’opérations archéologiques : analyses de bâti, prospections géophysiques, sondages et fouilles programmées.communauté religieuse constituée d’hommes et de femmes à Fontevraud, aux confins du diocèse de Poitiers. A partir de 1106 et durant tout le XII esiècle, plusieurs prieurés lui sont affiliés. Fontevraud est ainsi placé à la têted’un « ordre nouveau ». L’originalité de cette congrégation bénédictine tient à des statuts visant à la subordination des communautés masculines à celles des femmes. A partir de 1115, l’ensemble des établissements est soumis à l’autorité d’une abbesse, Pétronille de Chemillé. Au sein du corpus, une distinction est effectuée entre les prieurés doubles et les prieurés simples. Les premiers sont normalement dotés de deux églises : celle des femmes dédiée à Sainte-Marie, celle des hommes, à Saint-Jean de l’Habit. Les prieurés simples n’ont qu’une église ou chapelle. Leur dédicace varie selon les lieux.

Les recherches sur les édifices de culte soulèvent la question de la place accordée aux moniales, aux religieuxaux laïcs et aux converses. Elles révèlent l’évolution chronologique des partis architecturaux des églises des moniales, laquelle concorde avec celle des autres édifices religieux du diocèse de Poitiers. Elles relativisent donc la notion d’ « architecture fontevriste ». Des relations entre différents chantiers sont néanmoins suggérées ; elles pourraient résulter de maîtrises d’ouvrage assurées par des frères de Fontevraud. En ce qui concerne les églises Saint-Jean, les vestiges sont insuffisants pour alimenter des comparaisons. Quelques observations conduisent cependant à relever un hiatus entre les prémices de l’implantation sur le site et la construction effective des prieurés masculins, fréquemment repoussée au dernier quart du XII e siècle. Ce décalage met en exergue les difficultés à appréhender des bâtiments véritablement primitifs, qui furent sans doute temporaires.

Quant aux bâtiments conventuels, ils n’auraient été nécessaires que pour les femmes. Il convient d’imaginer les hommes dans un simple logis, à l’instar de la formule des prieurés simples. L’organisation d’un cloître est partiellement connue grâce à la fouille du prieuré Sainte-Marie de Montazais (Civray 86400). Sur ce site inédit, dont la découverte est due au questionnement propre à la thèse, trois ailes enserrent un préau et des galeries.

L’identification des espaces reste toutefois délicate ; seuls une sacristie, une salle du chapitre et un réfectoire sont véritablement localisés.

Au final, la confrontation des données de terrain et des archives aboutit à la détermination d’une douzaine de prieurés doubles et neuf prieurés simples installés dans le diocèse de Poitiers. Le corpus est comparable à la liste confirmée par le pape Anastase IV, le 20 janvier 1154. L’acte possède la particularité de distinguer les prieurés doubles par la formule : locum + nom de lieu + cum appenditiis suis. Ainsi, selon cette source, l’ordre ne comprendrait alors qu’une soixantaine d’établissements conventuels, soit la moitié de l’estimation effectuée jusqu’à présent. L’autre moitié ne serait que des prieurés simples ou domaines.

http://terrae.univ-tlse2.fr/servlet/com.univ.collaboratif.utils.LectureFichiergw?ID_FICHIER=1317125375915

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-M- PORTAIL des MORTS de l’abbaye royale

Il  tenait une place importante dans l’architecture  fontevriste. Ainsi, dans toutes les églises  des soeurs , on retrouve un portail des morts remarquable par sa  qualité  d’exécution. A Fontevraud, situé  à l’ extrémité  opposée à l’autel,  du choeur  des religieuses dit  aussi choeur  des dames,  et ouvert  dans le mur nord  de l’abbatiale   il  ouvrait  sur un chemin donnant accés  au  cimetière situé en contre-bas  du Prieuré Saint-Jean de l ‘Habit  et en dessous, topographiquement parlant,  du choeur de l’abbatiale. Ce portail a pu aussi être  nommé  porte papale.

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-E- Escalier à vis (XVIII e) du PRIEURE SAINT LAZARE

fontescalierstlazare

Prieuré St Lazare, à Fontevraud. Escalier à vis XVIIIe : une véritable oeuvre d’art http://imagesdouvrages.free.fr/fontescalierstlazare.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-A- INFLUENCE DES LIEUX D’IMPLANTATION SUR L’ARCHITECTURE FONTEVRISTE

La comparaison des motifs architecturaux des principaux ordres réformés montre une ressemblance étonnante et un même essai de simplification des formes que chez les Grandmontains. Mais aucun des autres ordres des XIe, XIIe ou XIIIe siècles n’a réussi à concrétiser un plan-type identique avec la même vigueur que les Grandmontains. Les ordres monastiques qui se rapprochèrent le plus de Grandmont dans ce souci de simplification furent les ordres de Vallombreuse en Italie, Artige et Chalais en France. Les ordres de Fontevrault et de Tiron furent fortement influencés par leurs régions et renouvelèrent souvent leurs monastères en les transformant en de grandes installations monumentales. Les Camaldules en Italie et les Chartreux développèrent un type propre. Malgré certaines variations dans le plan au sol, le plan-type est reconnaissable, notamment dans la régularité des formes. S’agissait-il d’un développement parallèle des formes? Ou d’une influence directe de Grandmont? Quels ordres furent les modèles des autres ordres?

http://cmgagrandmont.canalblog.com/archives/2007/08/10/5860379.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-P- PROMENADES DE L’HISTOIRE en octobre 2012. VISITES CONFERENCES EN L’ABBAYE ROYALE.

NDLRB. Nous avons trop souvent regretté que les animations prenant place au sein de l’Abbaye  royale soient sans rapport – aucun- avec  que  ce  qui a fait  sa spécificité et sa grandeur  ainsi que   celle de l’Ordre issue  d’elle, à  savoir sa  vocation monastique, pour ne pas nous réjouir du thème des trois  visites-conférences ci-dessous .

Les visites conférences de l’automne

Venez cheminer dans Fontevraud et son histoire en compagnie d’un historien ou d’un archéologue, d’un historien de l’art ou d’un spécialiste de la restauration des monuments historiques en participant aux « Promenades de l’Histoire » de l’automne 2012 à l’Abbaye.

« La règle et l’architecture » avec Michel Melot

Samedi 13 octobre à 11h

L’architecture est l’art d’imaginer, de concevoir et de réaliser des édifices, parfois avec une pensée philosophique et/ou religieuse. Michel Melot, archiviste et historien d’art français, propose un décryptage du plan et de l’architecture de l’Abbaye en suivant la Règle de la Réforme de Fontevraud au XVIIe siècle.

« Plantes et jardins au Moyen âge » avec Michel Cambornac

Samedi 20 octobre à 11 h

Michel Cambornac, ethnobotanistes, vous emmène dans les jardins de Fontevraud pour se pencher sur les rapports des hommes avec le monde végétal, source d’aliments et de plantes médicinales. Il vous expliquera comment la reconstitution des jardins s’est faite d’après le Capitulaire de Villis (ou de Charlemagne), le Physica d’Hildegarde de Bingen et le plan du monastère de St Gall en Suisse.

« L’administration pénitentiaire depuis la Révolution française »
avec Jack Garçon et Jean-François Alonzo.

Samedi 27 octobre à 11 h

Cette promenade de l’histoire abordera l’évolution de l’administration pénitentiaire et de la justice pénale depuis la Révolution française. Elle se déroulera en deux temps : conférence en salle puis déambulation dans les espaces pénitentiaires encore visibles (cages à poules, cachots…).

Avantage Pass Fontevraud

Les 10 premiers inscrits bénéficient de la gratuité des promenades.

http://www.abbayedefontevraud.com/visite/visites-conference/les-promenades-de-l-histoire?utm_source=Promenades-histoire-automne-2012&utm_medium=email&utm_campaign=Promenades-histoire-automne-2012

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-A- ARCHITECTURE FONTEVRISTE

L’architecture d’un ordre monastique  est  à l’image de sa  règle. les institutions de Fontevraud  étaient largement inspirées de celles des Bénédictins. Aussi son architecture présente t’elle  de nombreuses similitudes avec l’art bénédictin, notamment  dans les plans  , les  constructions et  l’ornementation. Cependant  l’art fontevriste possède des caractéristiques propres.

Tous les  prieurés  fontevristes   devraient avoir  posséder deux  monastères, un  pour les religieuses et l’autre  pour les moines. Malheureusement aucune  fondation ne  semble  les avoir conservé.                                                                                      On retrouver  dans toute  l’architecture fontevriste un contraste entre l’opulence (nef  de Fontevraud, décor  sculpté de Villesalem…) et la  rigueur (Choeur de Fontevraud, nefs de Villesalem, de  Lencloître…).                                                                L’opulence est  sans  doute  une  conséquence des relations  qu’entretenait Fontevraud avec l’aristocratie et  du haut  rang  dont  étaient issus  ses abbesses. Quant à la rigueur, elle symbolise la spiritualité de l’Ordre. Remarquons  également  une multitude  de clochers contrairement  à l’ordre  cistercien où ils étaient interdits.                                                                                                                            L’architecture n’est pas  vraiment  spécifique comme  chez les  Cisterciens  ou les Grandmontains, elle est marquée  par  les provinces  géographiques de l’ordre. De plus, l’abbaye  de Fontevraud a  conservé  la seule  cuisine  romane  qui nous soit parvenue.                                                                                                                                         Fait rare,  les constructions se poursuivirent  jusqu’à l’époque classique . Avec la Renaissance , l’architecture monastique  se sécularise : elle est influencée  par l’architecture de cour. Fontevraud en est un exemple particulièrement intéressant  avec ses abbesses issues de la famille de Bourbon qui donnent naissance à une architecture dite  » bourbonnienne ».                                                                                          La salle capitulaire de l’Abbaye est ornée de peintures représentant  des abbesses de la famille de Bourbon. Le carrelage est orné du vol couronné des Bourbons. Fontevraud   connaît  une très  forte  spiritualité dans les premières  moitiés du XVI e et du XVIIe qui engendrent  encore  des  oeuvres  de spiritualité.                                                                                   Avec la contre-réforme, l’art baroque se propage ( décors  baroques  qui encadraient l’arc  triomphal de l’église abbatiale, cimetière des rois, autels et la reconstruction de Saint-Lazare)  grâce à des artistes itinérants spécialisés  dans la  sculpture en terre cuite. L’atelier  de Gervais de La Barre  était  l’un des plus réputés).  Il travailla  au Mans , à Poitiers, au Puy-Notre-Dame avant d’être sollicité  par l’abbesse Louise de Bourbon de Lavedan.    Au XVIII e siècle, l’esprit  séculier s’accentua . Conformément à la mode du temps, les galeries et les escaliers se multiplièrent  à l’abbaye de Fontevrault mais la révolution  allait  briser cet essor.

Et aussi:        http://www.abbayedefontevraud.com/v3/cite-a-larchitecture-plurielle/

Poster un commentaire

Classé dans Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-L- L’ORDRE DE FONTEVRAUD EN LIMOUSIN

Après avoir étudié les chapelles limousines restantes du XIe et XIIe s. de l’ordre de Fontevraud: Pontchaulet, Arfeuille, Bosroger et Fontfeyne, le Trucq, toutes sont à chevets plats éclairés, soit par une ou trois lancettes. Nous constatons que Fontevraud s’est bien inspiré de l’architecture limousine de son époque.

La raison est bien explicable. Fontevraud ne possédait pas de frères convers, c’est donc les artisans locaux qui avaient la charge de concevoir et d’édifier les bâtiments des prieurés. Nous pouvons voir qu’aux portes du Limousin, par exemple en Dordogne, le prieuré de Cubas est fort différent, et plus nous nous éloignons plus la différence s’accuse ; l’église de Lespinasse (Hte-Garonne) en est une preuve.

Nous ne sommes pas en présence d’un art spécifique comme pour les Cisterciens ou les Grandmontains, mais d’une belle diversité à la manière bénédictine. Les monuments sont marqués différemment selon leur province d’origine  »

Michel FOUGERAT

L’ordre de Fontevraud en Limousin

http://grandmont.pagespro-orange.fr/Fontevraud.htm

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized