Archives de Tag: Bruno Retailleau

26 Octobre 2018. Antoine Godbert qui dirige le Centre Culturel de l’Ouest en passe d’être licencié

Crise à l’Abbaye de Fontevraud : la direction en passe d’être licenciée

L’assemblée générale du Centre Culturel de l’Ouest qui a eu lieu le vendredi 26 octobre dernier aura surpris l’auditoire. Le toujours président de l’Association, qui a un rôle majeur dans l’organisation de l’Abbaye et désormais sénateur, Bruno Retailleau, a annoncé devant la préfète de la Région, Nicole Klein, le lancement d’une procédure de licenciement et la mise à pied du directeur du CCO Antoine Godbert, ainsi que celle de son directeur des relations extérieures, Gregory Lahoute-Bessieres.

Une procédure de licenciement a été lancée à l’encontre d’Antoine Godbert qui dirige le Centre Culturel de l’Ouest. Il est aussi à la tête du GIE qui gère la centaine de salariés de l’animation culturelle, l’hôtellerie et les visites sans direction.

Le parcours d’Antoine Godbert

À l’issue de sa victoire lors des élections régionales, au mois de juin 2016, le nouveau président Bruno Retailleau souhaitait donner avec Antoine Godbert, une autre dimension à la « cité idéale » expérimentale voulue par son prédécesseur, Jacques Auxiette : « Je veux un projet original pour Fontevraud, avec un rayonnement mondial ». Énarque et ancien journaliste (au Nouvel Obs et au Quotidien de Paris, entre autres), Antoine Godbert est agrégé de géographie, enseignant-chercheur en géopolitique. Il avait notamment travaillé au Secrétariat général de la défense et de la sécurité nationale. Il s’est aussi spécialisé dans le conseil auprès de Christian Blanc, secrétaire d’État au Grand Paris, puis de Luc Chatel, au ministère de l’Éducation nationale, entre 2009 et 2012. Réputé peu présent à l’Abbaye de Fontevraud, l’assemblée générale a fait état de dysfonctionnement dans la gestion du personnel.

Sous le contrôle de l’agence régionale

Au mois de juin dernier, la Cour Régionale des Comptes avait sévèrement pointé du doigt la gestion de l’Abbaye de Fontevraud, de la précédente mandature à la Région. En cause, « le non-respect répété de ses statuts », « l’information administrative et financière du conseil d’administration déficiente », « le non-respect des grands principes de la commande publique » et d’autres problèmes venant remettre en cause la gestion du monument historique appartenant à l’État, mais géré par le conseil régional des Pays de la Loire. Depuis cette annonce, un audit a été commandité par l’Agence Régionale des Pays de la Loire qui a pris la direction exécutive de l’établissement. Il semblerait, donc, que la nouvelle direction n’ait pas fait mieux que la précédente, notamment sur les règles de la commande publique.

« Manque de transparence »

Reste désormais à trouver pour l’établissement une nouvelle direction qui regroupe plusieurs compétences pour l’établissement : gestion, d’histoire et de tourisme. Le nouveau directeur devra présenter à l’État et à la Région un projet en mars prochain. Ce dernier conditionne un soutien annuel de deux-millions d’euros à l’établissement. Tout de même. Dans le rapport du mois de juin 2018, la Cour Régionale des Comptes qualifiait son utilisation de « manque de transparence ».

Article du 29 octobre 2018 I Catégorie : Vie de la cité

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=46664

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Uncategorized

Le Musée d’art contemporain Martine et Léon Cligman a été porté hier , samedi 2 septembre 2017, sur les fonts baptismaux à l’abbaye de Fontevra

Le Musée d’art contemporain Martine et Léon Cligman a été porté hier sur les fonts baptismaux à l’abbaye de Fontevraud. Une belle occasion ratée à Tours.

Du haut de ses neuf siècles, l’abbaye de Fontevraud continue de décliner le « temps d’avant » avec le « temps d’avance » en lançant le futur musée d’art contemporain Martine et Léon Cligman. Un nom pas encore complètement arrêté, prévient Bruno Retailleau, le président de la région Pays de la Loire, très désireux de faire du lieu un site d’avant-garde.
Autant les choses ont été problématiques à Tours, autant elles semblent s’être parfaitement déroulées plus à l’ouest. Souriant, policé, Bruno Retailleau a même réussi l’exploit de faire participer Léon Cligman à une conférence de presse à Fontevraud.

Une ouverture prévue en 2019

Cette donation compte 1.200 œuvres, dont environ la moitié a été offerte à l’Etat. Une seconde donation a été faite à la Région, complétée par un chèque de 5 millions d’euros pour financer la muséographie dans le bâtiment de la Fannerie. Situé à gauche de la cour d’honneur, ce grand ensemble du XVIII esiècle, vaste, lumineux, restauré en 2002, accueillera ce futur musée. A l’adresse de la directrice des Musées de France, présente hier, Bruno Retailleau a répété qu’il aimerait que ce lieu dispose d’un label national.
Cette forte volonté politique se traduit aussi par le désir d’aller vite, pour une ouverture en 2019. La Région recrutera une équipe sous la houlette d’un conservateur afin de faire rayonner ce lieu habitué depuis Aliénor d’Aquitaine à la culture.
Cette collection compte des œuvres souvent de la moitié du XIX esiècle et de la première moitié du XX e, avec de grands noms : Toulouse Lautrec (autoportrait), Derain, Dufy, Delacroix, Delaunay, Dunoyer de Segonzac, Corot, Gris, Goerg, Grommaire, Rouault, et un ensemble exceptionnel de bronzes de Germaine Richier. A ces tableaux ou sculptures répondent des objets antiques, étrusques, sumériens, égyptiens, achetés lors de voyages.
Pareille donation a suscité l’intérêt de la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, que les époux Cligman ont rencontré en juin rue de Valois avec Bruno Retailleau.
Dans une vidéo projetée hier à Fontevraud, Françoise Nyssen rappelait que Pierre et Denise Lévy, les parents de Martine, avaient déjà fait une donation dans les années 1970 permettant au Musée d’art moderne de Troyes d’être l’un des plus riches de province
« Vous offrez un exemple, une ambition partagée pour la culture ».L’ancienne éditrice se dit sensible aux « mots du cœur », à la façon dont les époux Cligman racontent avoir acquis ces trésors. « Lorsqu’un tableau ne plaisait pas à Martine ou à moi, nous n’achetions pas », indique Léon Cligman, homme alerte de 97 ans à l’œil bleu, vif. Son secret ? « Ma femme. »

https://www.lanouvellerepublique.fr/actu/tapis-rouge-pour-la-donation-cligman-a-fontevraud

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Fontevraud : La collection des époux Martine et Léon Cligman à l’Abbaye, en 2019 

 

Les généreux donateurs Martine et Léon Cligman

 

La Fanerie – bâtiment couvert d’ardoises-(Abbaye royale de Fontevraud)

« C’est une journée historique », s’est exclamé Bruno Retailleau, président des Pays de la Loire, en préambule de la conférence de presse officialisant la donation de Martine et Léon Cligman à l’État et à la Région. Une journée également historique pour l’Abbaye de Fontevraud, puisqu’elle accueillera une bonne partie de la collection d’œuvres d’art des époux Cligman au sein la Fannerie, un bâtiment situé à gauche de l’entrée principale dans la cour d’honneur. Ce musée doit ouvrir ses portes en 2019.

« Une des plus belles collections » à découvrir en 2019…

Léon et Martine Cligman ont réuni pendant une quarantaine d’années une collection importante de peinture française des artistes figuratifs de l’entre-deux-guerres, de dessins, de sculptures, mais également d’objets extra-européens (Afrique, Océanie, Asie). Cette collection originale et de qualité est le reflet du goût pour la confrontation de formes et d’objets provenant de civilisations très différentes. Ils ont acquis leur collection sur le marché de l’art parisien à partir de la fin des années 1960 et jusqu’au début des années 1990, auprès des galeries et régulièrement en salle de ventes, et ont constitué leur collection dans la lignée de celle Pierre et Denise Lévy, dont Martine Cligman est la fille. Dans cette collection, la peinture de l’entre-deux-guerres est la plus représentée, avec plusieurs ensembles constitués autour d’artistes très appréciés de Marine et Léon Cligman : Bernard Buffet, André Derain, Charles Dufresne, Amédée de La Patellière, Maurice Marinot. L’intérêt des collectionneurs s’est dirigé vers l’École de Paris et les artistes de Montparnasse : Chaïm Soutine, Georges Kars, Othon Friesz, Jean Pougny, Henri de Waroquier, Marcel Gromaire et un rare ensemble de 14 sculptures de Germaine Richier. De grands représentants de l’art moderne y figurent également : Robert Delaunay, Kies Van Dongen, Jean Fautrier, ainsi que des peintres de la seconde période cubiste : Roger de La Fresnaye, Juan Gris, Pierre Tal-Coat. D’autres œuvres sont importantes eu égard à leur sujet (portrait de la marchande d’art Berthe Weill par Émilie Charmy, portrait de Frédéric Sartre, mari de « La Belle Angèle », l’aubergiste de Pont-Aven, par Charles Laval). En savoir plus sur la collection, en cliquant  ici : http://www.saumur-kiosque.com/images/articles/DP_17-09-01_Culture_Region-donation-Cligman-4-5.pdf

En savoir plus sur : http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=38412

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Régine Catin , Maire de Fontevraud : « Redonner du sens à l’histoire de l’abbaye ».

Le 14 décembre 2015. Maire de Fontevraud, Régine Catin (Les Républicains) entre à la Région au sein de la nouvelle majorité menée par Bruno Retailleau (elle était 10e sur la liste en Maine-et-Loire).

……

« En terme de développement culturel, Fontevraud peut encore davantage porter le territoire. Le Centre Culturel de l’Ouest (CCO) a un peu confondu les choses. Fontevraud-l’Abbaye doit retrouver ses vraies racines. Il faut faire travailler ensemble au quotidien : l’abbaye, le village et les habitants. Les Fontevristes ne se sont pas forcément retrouvés dans le CCO. Il faut faire en sorte qu’il n’y ait plus de rempart en ouvrant à des manifestations qui redonnent du sens à l’histoire de l’abbaye. Il faut un projet encore plus resplendissant. »

http://www.courrierdelouest.fr/actualite/saumur-regine-catin-lr-en-reaction-contre-les-extremes-14-12-2015-249081

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

De nouveaux projets pour une nouvelle majorité au bénéfice de l’Abbaye de Fontevrault

Le projet de l’Abbaye de Fontevraud dévoilé en mode teasing… !

Les 12 et 13 novembre derniers, l’Abbaye de Fontevraud ouvrait ses portes à l’occasion des 900 ans de la mort de Robert d’Arbrissel, fondateur du site. L’occasion saisie par Bruno Retailleau, Président de Région de lancer son teasing sur son projet pour le site…

image: http://www.saumur-kiosque.com/images/articles/thumbnails/Video-Retailleau-Fontevraud_300x0.jpg

« Fontevraud doit devenir la marque de l’excellence de la Région », c’est ce qu’a une nouvelle fois scandé le Président de Région à l’occasion de sa première apparition publique à l’Abbaye de Fontevraud, samedi 12 novembre dernier, en prélude au concert de musique sacrée de l’ensemble vocal Macadam, moment fort des festivités des 900 ans de la mort du fondateur de l’Abbaye, Robert d’Arbrissel. Et tout comme ses prédécesseurs, Bruno Retailleau veut « apporter sa griffe » au site. L’un des sujets phares de la campagne des régionales, son projet est encore dans le flou, le nouveau directeur missionné pour le mettre en place, Antoine Godbert, ou encore la vice-Présidente au tourisme, Laurence Garnier ) et même le Président lui-même n’en dévoilant que des brides à chacune de leurs interventions. A minima, il l’a dit « ce projet sera dans la continuité mais aussi dans l’évolution. » Et de rajouter : « Depuis Olivier Guichard (NDLR Président de Région de 1974 à 1998), tous les présidents ont porté une attention particulière à l’abbaye, par delà les étiquettes partisanes. Je m’emploierai à la prolonger. »

Double exigence patrimoniale et intellectuelle

Sans en savoir beaucoup plus, le président a stipulé que le projet aura une double exigence, patrimoniale et intellectuelle, mais voulant « s’adresser à un public le plus large possible » en donnant « des clés de lecture de cette architecture », en créant « un parcours interactif » ou encore en revenant « à des grandes expositions patrimoniales tirées de grands fonds et musées français et européens». Et enfin, une annonce : Au printemps prochain, un grand colloque autour d’un sujet éminemment d’actualité en cette année électorale : « Autour de la notion de cité idéale, est-ce notre démocratie moderne peut encore porter un idéal ? »

Résumé de son intervention 4’16

En savoir plus sur http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=33877#0bGJ4aRULh8Ip6th.99

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=33877

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Uncategorized

Nuages sur les résultats financiers de « Fontevraud Resort » *

*http://www.societe.com/societe/fontevraud-resort-793129362.html

Edito de Michel Choupauvert : un flop à 21.3 millions pour « Fontevraud Resort » ?

Ils l’aiment leur Abbaye, les présidents de la Région des Pays de la Loire ! C’est le baron du Gaullisme Olivier Guichard qui a commencé les investissements dans lieu. Puis, le socialiste Jacques Auxiette s’est attaché à l’héritage de son prédécesseur. Le nouveau président, le vendéen Bruno Retailleau, en avait même fait un scud durant sa campagne, critiquant vertement les choix d’investissement… Il ne devait pas être loin de la réalité. Les élus viennent de faire un chèque de 1.1 millions d’euros pour recapitaliser la société d’exploitation « Fontevraud Resort » pour que « l’expérience » hôtelière continue dans l’Abbaye (Lire l’article du kiosque de ce jour). Un flop cet Hôtel Restaurant ?

image: http://www.saumur-kiosque.com/images/articles/thumbnails/fd_300x0.jpg

Souvenez-vous, nous sommes en juin 2015… Le Républicain Bruno Retailleau attaque son concurrent, sur « la gestion et les investissements à Fontevraud. » Le président en place alors, Jacques Auxiette, répond : « Le coût des travaux pour l’ensemble hôtelier s’est élevé en réalité à 19,2 M€ y compris l’Ibar de la Chapelle ouvert au public, loin des 25 M€ annoncés par la droite qui englobent d’autres travaux. (…) L’hôtel a d’ores et déjà réalisé 65% de ses objectifs de 2015, bien au-dessus des 20 à 45% annoncés de façon erronée par l’opposition. » (relire l’article du Kiosque :http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=33827). Tout allait bien alors… Aujourd’hui aux affaires, Franck Louvrier, le Monsieur Tourisme de la Région livre les chiffres. Il ne parle plus de 25 millions de travaux mais de 16 millions pour les réfections intérieures. Et surtout, il précise les déficits : – 790 000 euros en 2014 ayant nécessité une 1ère recapitalisation, – 152 000 euros en 2015 et, surtout, – 248 000 euros en 2016. (Ah !, ce n’est pas en un mois et demi qu’ils vont rattraper le retard)…

24 à 36 mois pour arriver à l’équilibre

Dans un article du Kiosque de mars 2014, au moment de l’ouverture du nouvel espace hôtelier, le directeur général de l’Abbaye, David Martin, annonçait qu’il faudrait 24 à 36 mois pour arriver à l’équilibre (relire : http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=25373). Bon… Il reste quelques mois pour réussir. Dans un commentaire pour répondre aux détracteurs du Kiosque, qui, pour beaucoup considérait que la gestion devraient être déléguée, (relire  : hhttp://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=17863) David Martin valorisait la création de 50 emplois et expliquait l’impact positif en termes d’attractivité pour la région. Mais surtout, il donnait rendez-vous début 2015 : « Mais comme souvent, il conviendra d’en faire le bilan non pas à priori, mais après une année de fonctionnement. Rendez-vous donc début 2015 pour juger à l’épreuve des faits et non des préjugés, si ce projet est vraiment « indécent » ou au contraire pertinent, et produit des effets bénéfiques pour l’Abbaye Royale et le Saumurois ! » Des chiffres que le Kiosque a demandé plusieurs fois, mais qu’il n’a jamais obtenus. Maintenant, on les a.

Alors pourquoi ce flop ?

Restaurer le patrimoine par une activité économique, c’est plutôt une bonne idée. Hop… Des travaux pour les entreprises et de l’emploi pour des salariés… Les loyers payés par « Fontevraud Resort » équilibrant les investissements, ce serait même parfait. Un léger déficit, pour « retour de taxes », pourrait même être toléré. Cela va peut-être venir. Mais pourquoi les touristes ne viennent pas ? Peut-être du fait de la situation géographique ? Il y a 900 ans tout juste, Robert d’Arbrissel avait choisi l’endroit pour créer sa cité idéale au milieu de « nulle part », pour être tranquille. Humm, cela ne tient pas, il y a des voitures désormais et la région est attractive. Le prix ? Non, il y a des clients pour ça. Un petit tour sur tripadvisor permet de comprendre. Tous les commentateurs adorent l’Abbaye. Pour l’hôtel et le restaurant, ce n’est pas pareil, les avis sont en majorité positifs, mais un tiers sont négatifs et nombreux sont du genre « bien, mais… » La qualité du service et la distance (300 mètres) entre le parking et l’entrée sont souvent critiquées. Beaucoup aiment le côté minimaliste et d’autres, par contre, le détestent. Une chose est certaine, c’est que la « déco » ne fait pas l’unanimité.

Le parti pris qui fait peur et ne plait pas à tous.

Les initiateurs ont fait un choix, celui de s’inspirer de l’histoire du lieu. A l’ouverture, l’architecte et designer, de dimension internationale, Patrick Juin, déclarait : « Je n’avais jamais fait un projet aussi sobre. Nous travaillons sur l’hôtel Plaza Athénée à Paris. C’est plus pétillant, plus artistique, mais c’est le projet qui veut cela. Notre approche ici est contextuelle. » Bah oui, c’est réussi… Je me rappelle avoir dit à mon voisin de table la première fois que j’y suis allé : « Chut, fais pas de bruit, tu va réveiller les bonnes sœurs. Heureusement qu’ils ne sont pas inspirés de la période carcérale de l’histoire du lieu… » C’est comme ça, l’atmosphère est glaciale, même si certains apprécient « l’expérience » comme on se plait à le répéter chez les cadres de Fontevraud, ce n’est pas certain qu’un directeur d’entreprise ait envie d’emmener ses salariés y passer une soirée de séminaire. Ces derniers, fatigués après une journée de travail et énervés par le fait de passer quelques jours hors de leurs foyers, n’ont pas forcément envie de passer une soirée de séminaire entre esprit monacale et pureté du design… Cela ne bouge peut-être pas assez pour eux et le patron n’a pas envie de se faire engueuler…

Finalement, c’est peut-être le mot séminaire que les décideurs ont mal compris.

Attendons de voir comment les nouveaux arrivants interprètent le sujet…

Michel Choupauvert

PS. Pour les 21.3 millions énoncés, nous avons additionné le chiffre donné par Jacques Auxiette en juin 2015 et la recapitalisation récente.

Article du 12 novembre 2016 I Catégorie : Vie de la cité

En savoir plus sur http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=33861#hp8Rzt9rdb7kTicS.99

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=33861

1 commentaire

Classé dans Département 49 (e) . Se loger et se restaurer à l'Abbaye de Fontevraud

Régine Catin intégrera la SOPRAF, la société publique locale qui gère l’Abbaye de Fontevraud

Touron-Catin-Kiosk

Régine Catin, Maire de Fontevraud l’Abbaye

Régine Catin à la SOPRAF

Pas de surprise par contre du côté de Régine Catin : ayant été fléchée sur la liste de Bruno Retailleau au titre de maire de Fontevraud, c’est tout naturellement qu’elle intégrera la SOPRAF, la société publique locale qui gère l’Abbaye de Fontevraud et travaille au devenir du château de Saumur  Et quid de la présidence, actuellement toujours occupée par l’ancien Président Auxiette ? «Ce sera au nouveau conseil d’Administration de décider » Et pour le projet ? « Une chose est avérée : en novembre 2015, au titre du contrat de plan Etat Région, il a été validé les 14 millions d’€ de travaux, notamment en matière d’accessibilité. Il y aura continuité. Par ailleurs, l’Abbaye continuera d’aller chercher des fonds européens, notamment liés au développement durable et à l’insertion. Concernant le projet touristique, il sera dévoilé avant l’été, il y a des gens qui travaillent depuis des mois dessus ». Une seule chose dévoilée par Régine Catin : « Fontevraud vivra encore plus ancré dans le territoire. »

Et quid du devenir château de Saumur ?

Une étude a été confiée à la SOPRAF pour repenser le Château de Saumur : « Il faut qu’on décortique les choses et les remette à plat. Dès demain, avec Eric (NDLR Touron), nous rencontrons le Maire de Saumur. » explique Régine Catin. Eric Touron de compléter : « Il y plusieurs questions à se poser : par delà l’étude, est-ce qu’on passe à l’étape suivante et quelle étape ? Est-ce que l’agglo entre dans le tour de table ? Il faut savoir quelles synergies et quelles attributions et contributions ? Aujourd’hui, il faut approfondir, une étude reste une étude. »

L’abbaye et le cheval

Pour l’avenir du Saumurois, l’avis des deux élus est de concert : « Il y a de nombreux sujets stratégiques en Saumurois en lien avec nos commissions respectives. » Eric Touron de citer : « Outre l’Abbaye de Fontevraud, il y l’avenir de l’équitation à Saumur. Une étude avait fait l’objet d’une demande de subvention, mais rien n’avait été acté. Je peux d’ores et déjà vous confirmer il y aura bien une subvention

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=28796

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

L’abbaye royale de Fontevraud ( et son hôtel) dans la ligne de mire des débats pré-régionales.

Abbaye de Fontevraud : le sujet cible de la campagne des élections régionales
Les élections régionales qui auront lieu en décembre prochain commencent à attiser le débat et la confrontation droite-gauche. Si Terra Botanica était une cible pour l’opposition les dernières élections départementales en Maine et Loire, le parc du végétal a son pendant pour les régionales : L’Abbaye de Fontevraud, gérée par le conseil régional. Les candidats de droite reprochent les coûts qu’ils jugent exorbitants du site… Jacques Auxiette, actuel Président PS de la Région Pays de la Loire qui ne sera pas candidat à sa succession s’exaspère de cette « polémique politicienne » qu’il ne juge « pas à la hauteur du lieu ni des enjeux ».

«L’Abbaye Royale de Fontevraud fait en ce moment l’objet d’une grande attention de la part de nombreuses personnalités, et c’est heureux » se réjouit Jacques Auxiette, Président de la Région des Pays de la Loire. «Alors même qu’elle s’était peu exprimée sur le sujet ces 10 dernières années, l’opposition semble aujourd’hui très prompte à critiquer et diffuser des chiffres erronés ou tronqués, sans proposer quoi que ce soit, à l’instar de candidats à ma succession » s’étonne toutefois Jacques Auxiette.
Le Président de la Région tient donc à rappeler que la gestion actuelle du site de Fontevraud, pour la restauration du Monument historique, l’animation et l’hôtellerie, « est le fruit d’un héritage, celui d’Olivier Guichard (N.D.L.R surnommé « Baron du gaullisme», qui fut plusieurs fois ministre sous les présidences de De Gaulle, Pompidou et Giscard d’Estaing et, des années 1970 à 1990, président du Conseil régional des Pays de la Loire), que Bruno Retailleau, ancien Vice-Président à la Région en charge de la culture (N.D.L.R tête de liste de la droite en 2015), ne saurait ignorer». Et de continuer : «Cette gestion a toujours fait l’objet d’un consensus politique au sein du Conseil régional, comme en témoigne par exemple le fait que la gauche victorieuse aux élections régionales de 2004 avait laissé la présidence du site à Jean-Luc Harousseau, président sortant (N.D.L.R. UMP). »

Des faits et chiffres précis

Dans son communiqué, la région de rappeler : L’hôtel actuel, inauguré au printemps 2014, est exploité par une société commerciale ayant pour actionnaire unique la SEM Pays de la Loire. Non seulement, cette société ne profite d’aucun soutien financier de la Région mais elle verse chaque année au Conseil régional un loyer de 200 000 € HT, deux fois supérieur à celui versé par le précédent exploitant. Pour mémoire, la Région des Pays de la Loire présidée par Olivier Guichard, avait porté seule l’investissement du précédent hôtel et en avait confié la gestion à une société privée (France Patrimoine) qui aurait dû payer les 3 dernières années un loyer de 90 000 € HT (dont elle ne s’est pas acquitté). «La différence avec ce qui existait auparavant est que l’opérateur est en partie à capitaux publics (ne rémunère donc pas d’actionnaires) et paye un loyer significativement plus important, ce qui améliore grandement le retour sur investissement, tout en créant 40 emplois » précise Jacques Auxiette pour qui le montage économique choisi offre donc une plus grande efficience économique…
Et Jacques Auxiette de le dire clairement : « Les chiffres fournis par l’opposition de droite sont mensongers :
Le coût des travaux pour l’ensemble hôtelier se sont élevés en réalité à 19,2 M€ y compris l’Ibar de la Chapelle ouvert au public, loin des 25 M€ annoncés par la droite qui englobent d’autres travaux.
Le taux d’occupation de 30% pour 2014, est celui de l’année de lancement avec une ouverture en juin qui n’avait pas permis de bien lancer la saison juillet/août. Le taux d’occupation moyen dans le Saumurois a été de 44,7% pour ce type d’hôtellerie en 2014.
Pour les 5 premiers mois de 2015, le taux d’occupation est conforme à la moyenne constatée par la CCI pour le grand Saumurois. L’hôtel a d’ores et déjà réalisé 65% de ses objectifs de 2015, bien au-dessus des 20 à 45% annoncés de façon erronée par l’opposition

« Des chiffres tronqués »

« Ces critiques et chiffres tronqués ne deviennent pas réalité même s’ils sont répétés par l’opposition de droite déjà en campagne » s’indigne Jacques Auxiette pour qui «ces critiques systématiques sont d’autant plus déplacées que le portage par la collectivité régionale répond à une carence de l’initiative privée. Les investisseurs privés contactés exigeaient de disposer de l’ensemble de la gestion du site, et non pas uniquement de l’hôtel. La droite aurait-elle donc pour ambition de privatiser ce patrimoine public exceptionnel, classé au patrimoine mondial de l’UNESCO, ce qui signerait la fin de tout projet culturel et éducatif ? ce serait en tout cas la seule solution pour qu’un opérateur privé s’y intéresse…. » s’interroge le Président de Région.

Le Think Tank de Fontevraud : « Un laboratoire d’idées sur l’autorité, la légitimité et la citoyenneté »

Les candidats de droite s’en prennent également au Think Tank mis en place et dont le tout premier rendez-vous public se tenait le 5 juin dernier (relire notre article). Or, pour selon le communiqué, ce laboratoire d’idées, co-fondé par Jacques Auxiette et Michel Piron, député du Maine et Loire (N.D.L.R UDI), constitue une initiative transpartisane qui réunit nombre de contributeurs au sein d’un comité d’orientation et de groupes de travail ; venus d’horizons divers (universitaires, praticiens de l’action publique, de l’éducation, chefs d’entreprise…), ils ne sont pas rémunérés pour leur participation à ces travaux. «Je regrette que certains refusent de réfléchir au-delà de leurs limites partisanes », expliquait Jacques Auxiette à l’issue du colloque qui a réuni plus de 200 participants sur des thématiques d’intérêt général le 5 juin dernier. Ce Think tank a été installé pour formuler des propositions concrètes, permettre des expérimentations de terrain pour mieux décider et agir ensemble dans les domaines de l’action publique, l’éducation, l’entreprise et du développement économique. Ces propositions seront prochainement rendues publiques.
« Le Think tank fait partie du projet culturel de Fontevraud qui intègre l’organisation régulière de conférences et de débats : la Région participe au financement d’une partie de son activité au même titre que les autres activités du projet culturel de Fontevraud » précise Jacques Auxiette. Le Think tank bénéficie également de ressources issues de partenaires dans le cadre d’une démarche de mécénat, ainsi que des droits d’entrée acquittés par les participants au colloque.
« Ce lieu unique en France mérite mieux que ces polémiques politiciennes de début de campagne. La droite régionale devrait bien plutôt, à nos côtés, se féliciter de la vitalité de l’Abbaye de Fontevraud qui n’a, dans son histoire récente, jamais été aussi vivante… » a conclu Jacques Auxiette.

« Un projet original » de l’opposition régionale

L’opposition au Conseil Régional commence par les critiques. Reste, désormais, à connaître quel sera le contenu de ses propositions. Le 29 mai dernier, Bruno Retailleau avait déclaré : « Ce n’est pas à la Région de gérer une hôtellerie (…) J’ai un projet original pour Fontevraud, avec un rayonnement mondial. J’en parlerai en temps voulu. »

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=25373

Et la réaction des personnes mises en cause :

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2015/06/15/labbaye-royale-de-fontevraud-et-son-hotel-dans-la-ligne-de-mire-des-debats-pre-regionales-suite/

1 commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (e) . Se loger et se restaurer à l'Abbaye de Fontevraud