Archives de Tag: Centre culturel de l’Ouest

Le CCO, machine à débretonniser, éreinté par la chambre régionale des compte

Le CCO, machine à débretonniser, éreinté par la chambre régionale des comptes

L’association Fontevraud – Centre culturel de l’Ouest (CCO) est un joyau de la régionalisation technocratique. Premier président des Pays de la Loire, le gaulliste Olivier Guichard était très conscient du caractère artificiel de cette région patchwork. Il s’était mis en tête de lui créer de toutes pièces une identité.

Mais il savait que ses campagnes de publicité n’y suffiraient pas. Sur le plan culturel, le principal obstacle à une unification ligérienne  était le caractère breton de la Loire-Atlantique. Dès son arrivée à la tête de la région, Olivier Guichard avait donc décidé de créer un pôle culturel prestigieux qui forcerait les élites intellectuelles de la région à regarder ensemble vers l’Est. Ce serait le Centre culturel de l’Ouest, installé à Fontevraud, non loin de Saumur. Quelques années plus tard, cette tentative serait renforcée par la création de la revue 303, une revue de prestige à laquelle les intellectuels de la région apprécient d’autant plus de collaborer qu’elle rémunère ses auteurs(1). (Pourquoi 303 ? Parce que 44+49+53+72+85, numéros des départements de la région : en guise d’identité, on n’a trouvé qu’un matricule.)

Le choix de Fontevraud était habile : ce site immense, ancienne abbaye royale des Plantagenêt devenue l’une des plus grandes prisons de France après la révolution, rénové à grand frais par l’État, jouissait d’un grand prestige religieux, architectural et régalien. Le CCO fut chargé de son animation culturelle sous forme d’expositions, concerts, colloques et autres résidences d’artistes.

« Dysfonctionnements majeurs »

Créé sous forme d’une association indépendante, le CCO est en réalité une émanation directe de la région des Pays de la Loire, qui lui a toujours assuré des moyens financiers abondants (on peut en juger d’après ses comptes publiés au Journal Officiel). Une fois la région conquise par les socialistes et présidée par Jacques Auxiette, de 2004 à 2015, le CCO a perdu son éclat mais conservé ses budgets. Suite au retour à droite de la région, le CCO est présidé par Bruno Retailleau depuis le 25 juin 2016.

La chambre régionale des comptes des Pays de la Loire a contrôlé les comptes du CCO pour les années 2012 à 2016. Publié le 4 juin, son rapport rompt avec le style policé habituel de l’institution. Il est extrêmement critique : « Sans se prononcer sur le projet et la programmation culturels, la chambre constate des dysfonctionnements majeurs dans cette association en matière de gouvernance et sur les plans financier et administratif. Le non-respect répété de ses statuts (par ailleurs obsolètes) fait courir à l’association un risque juridique immédiat et très significatif. »

Les dirigeants du CCO étaient très bien payés

Le CCO est financé à plus de 80 % par la Région ; ses revenus propres (billetterie, mécénat…) ne dépassent pas 3,5 % de ses recettes. Malgré cela, des centaines de milliers d’euros de dépenses ont été engagées et/ou payées dans des conditions irrégulières.

Les dirigeants du CCO ne s’oubliaient pas non plus : « en 2012 et 2013 [du temps des socialistes, donc], la somme des trois rémunérations brutes les plus importantes dépassait les 190 000 € annuels, alors même que le secrétariat général de l’association n’était pas compté dans les effectifs ». En 2014, le directeur du CCO, Xavier Kawa-Topor, n’a travaillé que 10 % de son temps pour le CCO tout en étant rémunéré à plein temps à hauteur de 85 255,76 euros (mis à la disposition d’une autre association, il travaillait en outre ponctuellement pour la commune de Saint-Jean-d’Angély « au tarif forfaitaire de 600 euros par jour »).

Théoriquement au service de l’ensemble des Pays de la Loire, le CCO visait avant tout à ligérianiser la partie bretonne de la région. Au point que la chambre régionale des comptes s’y est trompée, localisant l’association en Loire-Atlantique (ci-dessus) avant de rectifier (ci-dessous).

(1) Des éclairages intéressants sur le fonctionnement de 303 du temps où la région des Pays de la Loire était présidée par le socialiste Jacques Auxiette ont été livrés au public à l’occasion d’un procès engagé par son ancienne directrice, rémunérée 5.564,36 euros brut par mois en 2013.

E.F.

Crédit photo :[cc] Pierre Mairé, PixAile.com, Wikimedia Commons

[cc] Breizh-info.com, 2018, dépêches libres de copie et de diffusion sous réserve de mention et de lien vers la source

NDLRB . Retrouvez  grâce au lien ci-après le caractère hypertexte des liens ci-dessus.

https://www.breizh-info.com/2018/06/08/97231/cco-chambre-regionale-compteshttps://www.breizh-info.com/2018/06/08/97231/cco-chambre-regionale-comptes

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Colloque en l’Abbaye royale de Fontevraud les 25/26 Septembre 2015. Fontevraud et ses prieurés.

Melot-2_SL_produitevenement

Vue des peintures de la salle capitulaire du Grand-Moûtier de l’Abbaye royale de Fontevraud

TRES IMPORTANT :

le 5 septembre 2013, nous avions posté  sur  ce  blog les lignes suivantes:

« Nous renouvelons donc notre appel pour  que soit  fondé – à demeure- en l’abbaye, ou dans le  bourg, un des éléments  composant  le  Centre d’Etudes et de Recherches Fontevristes ( CERF).

Pour  ce  qui le  concerne, ce blog consacré  au Dictionnaire de l’ordre monastique de Fontevraud  se considère  comme une autre  des institutions  composant  ce CERF ».

                                                                                                           Jean de l’Habit.

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2013/09/05/a-labbaye-de-fontevraud-genere-le-classement-parmi-les-sites-du-maine-et-loire-de-174-cent-soixante-quatorze-hectares/ 

           Un peu plus de deux ans après cet appel, se tiendront en l’abbaye royale des journées d’études  qui ont toute leur place  dans les travaux  que  ce  CERF aurait  pu initier . Nous n’en tirons aucune  vanité, nous réjouissant  seulement  que nos travaux de médiatisation – conduits grâce à ce blog depuis le 14 mai 2011- joint  à ceux  d’une  réelle  qualité  scientifique  conduit par l’ APF  ( Association des Prieurés Fontevristes) sous la direction de M. F. Chombart de Lauwe aient  pu aboutit à de tels  résultats.

*   *   *

Label CERF  ( Centre d’Etudes et de Recherches Fontevristes)

Dans quelles conditions historiques naît l’ordre de Fontevraud ? Quelle importance ont ses prieurés ? Comment s’articule le réseau fontevriste ? Des travaux historiques et archéologiques récents permettent de porter un nouveau regard sur cet ordre qui, à partir de l’Anjou, essaima de la Grande-Bretagne à l’Espagne. L’Abbaye Royale de Fontevraud et le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (université de Poitiers-CNRS ) vous proposent deux jours exceptionnels de réflexion et d’échanges scientifiques pour prendre connaissance des dernières découvertes et hypothèses afin de comprendre la singularité de Fontevraud.

Ouvert au public / Sur inscription uniquement / Gratuit (exempté de droit d’entrée)

En parallèle du colloque, L’Abbaye Royale de Fontevraud propose un concert unique dans l’abbatiale associant la création d’une œuvre commandée au compositeur contemporain Philippe HERSANT et l’interprétation du Graduel de Fontevraud par l’ensemble vocal De Caelis.

FONTEVRAUD ET SES PRIEURÉS / L’ARBRE QUI MASQUE LA FORÊT
Dès le haut Moyen Âge, les maisons religieuses tissent entre elles toutes sortes de liens qui vont de l’amitié spirituelle à la dépendance juridique. Au 12e siècle, certains de ces réseaux se consolident en ordres. Au 13e siècle, les ordres mendiants renversent la logique : l’ordre prédomine tandis que les couvents ne constituent qu’une subdivision locale. Dans ce mouvement de resserrement des réseaux entamé au 12e siècle, Fontevraud apparaît comme une des créations les plus immédiatement centralisées.                                                                                                                                                                 Robert D’ARBRISSEL confie en effet à Pétronille DE CHEMILLÉ la direction de « l’Église de Fontevraud et tous les lieux dépendant de cette même Église ». Cette organisation se distingue par exemple de celle de Cîteaux, où le lien d’abbaye mère à abbaye fille laisse encore à chaque maison une part d’autonomie. Dès lors, Fontevraud masque ses prieurés, comme l’arbre cache la forêt. Il est temps de les mettre en lumière.
FONTEVRAUD / NAISSANCE – PRIEURÉS – RÉSEAU
Le colloque s’articule autour de trois sessions :
– La première s’attarde sur le contexte dans lequel naît Fontevraud. Elle aborde notamment les expériences antérieures et les acteurs incontournables de la politique monastique des 11 et 12ème siècles.
– La seconde présente une sélection de sites qui ont récemment fait l’objet de travaux historiques ou archéologiques.
– Enfin, la troisième propose d’analyser des réseaux contemporains de Fontevraud afin de mettre en perspective le phénomène fontevriste.
PROGRAMME / INTERVENANTS

Vendredi 25 septembre 2015

9h30 : accueil des participants

Session 1 : Fontevraud et ses sources

10h00 : Robert FAVREAU, Le Grand cartulaire de Fontevraud
10h30 : Elisabeth VERRY, Les riches archives de Fontevraud et de ses prieurés
11h00 : pause
11h30 : Patrick BOUVART, Les prieurés de Fontevraud
12h : Daniel PRIGENT, L’archéologie à Fontevraud : l’exemple du prieuré de Saint-Lazare.

Session 2 : Fontevraud et ses prieurés

14h30 : Stéphane AUGRY, Le Clos de la Madeleine à Fontevraud : étude préalable d’archéologie
15h00 : Philippe BLANCHARD, Les fouilles du prieuré de la Madeleine à Orléans
15h30 : Patrick BOUVART, Le prieuré de Montazais
16h00 : pause
16h30 : Sébastien SIREAU, Cinquante ans de recherches autour du prieuré de Moreaucourt
17h00 : Christophe CLOQUIER, Les possessions de l’eau du prieuré fontevriste de Moreaucourt (Somme) du XIIe au XVIIIe siècle
17h30 : Didier DELHOUME, Le site de Tusson (fouilles, restauration, devenir du site)

Samedi 26 septembre 2015

Session 3 : Le monde de Fontevraud

10h00 : Cécile TREFFORT, Avant Fontevraud : les réseaux monastiques en Poitou
11h00 : pause
11h30 : Claude ANDRAULT-SCHMITT, Fontevraud et l’architecture des ordres « au désert »
12h00 : Bénédicte FILLION-BRAGUET, La sculpture dans les prieurés de Villesalem et Lencloître.

13h30 : Nicholas VINCENT, Why did Fontevraud Prosper in the Plantagenet World?
14h30 : Alexis GRÉLOIS, La formation du réseau fontevriste : séparations et affiliations
15h00 : Charles GARCIA, Un prieuré fontevriste frustré dans l’Espagne du XIIe siècle : Gema del Vino
17h00 : visite de l’abbaye pour les conférenciers
18h00 : concert « Le livre d’Aliénor » dans l’église abbatiale par l’ensemble De Caelis – interprétation du « Graduel de Fontevraud » et d’une création de Philippe HERSANT
Avec :

Claude ANDRAULT-SCHMITT, professeure en histoire de l’art du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Stéphane AUGRY, archéologue à l’INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive)
Philippe BLANCHARD, archéologue à l’INRAP (Institut national de recherche en archéologie préventive)
Patrick BOUVART, archéologue à l’agence d’investigation archéologique HADES (membre associé au CESCM)
Christophe CLOQUIER, conservateur de la Bibliothèque centrale du Service de santé des armées (membre associé au LAMOP)
Didier DELHOUME, conservateur du patrimoine, DRAC Poitou-Charentes, Service régional de l’archéologie (CESCM)
Robert FAVREAU, professeur honoraire en histoire du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Bénédicte FILLION-BRAGUET, docteur en Histoire de l’art (membre associé au CESCM)
Charles GARCIA, maître de conférence habilité à diriger des recherche, Université de Poitiers (CESCM)
Alexis GRÉLOIS, maître de conférence en histoire du Moyen Âge à l’Université de Rouen
Daniel PRIGENT, directeur du Service archéologique départemental de Maine-et-Loire
Sébastien SIREAU, assistant de conservation du patrimoine de la Communauté de communes du Val de Nièvre
Cécile TREFFORT, professeure en histoire du Moyen Âge, Université de Poitiers (CESCM)
Elisabeth VERRY, directrice des Archives départementales de Maine-et-Loire à Angers
Nicholas VINCENT, professeur en histoire du Moyen Âge, University of East Anglia
Colloque organisé par le Centre d’études supérieures de civilisation médiévale (UMR 7302, Université de Poitiers – CNRS – Ministère de la culture et de la communication), en partenariat avec le Centre culturel de l’Ouest (Abbaye de Fontevraud)

http://www.fontevraud.fr/Planifier-sa-journee/Evenement/Colloque-Fontevraud-et-ses-prieures

1 commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble, Prieurés Fontevristes

-P- L’abbaye de Fontevraud convertie aux pêcheurs. Une exposition à l’automne 2005

L’abbaye de Fontevraud (rebaptisée centre culturel de l’Ouest) honore la Loire et cinq poissons de son eau douce. Rien de plus logique car les abbayes qui la bordent étaient naguère pourvues de pêcherie, viviers et autres étangs. C’est qu’il fallait nourrir les ventres saints durant les périodes de jeûne et de carême

Si l’on en juge par les recettes anciennes dénichées par Fontevraud, les moines n’étaient pas à plaindre. En 1392, Menagier donne une recette de «lamproie franche (c’est-à-dire fraîche) à la sauce chaude». Il faut d’abord la «rostir en broche bien délice» puis «affiner» la chose avec moult épices : «gingembre, cannelle, girofle, graine de paradis, nois mugaite» (noix de muscade) ; ajouter à cela «un pou de pain brullé trempé en sanc et en vinaigre», itou un peu de vin, enfin faire «bouillir une onde» le tout. Une onde, pas plus, la lamproie ne doit pas finir en charpie.

Montaigne, homme recommandable, faisait fête au poisson : «Je suis friand de poisson et fais mes jours gras des maigres et mes festes des jours de jeusnes.»

THIBAUDAT Jean-Pierre

La Loire, l’abbaye et les poissons abbaye de Fontevraud du  28 mai au 30 octobre 2005http://www.liberation.fr/culture/2005/09/13/l-abbaye-de-fontevraud-convertie-aux-pecheurs_532122

 

Voir aussi : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2015/09/27/la-loire-labbaye-et-les-poissons-catalogue-dexposition-abbaye-royale-de-fontevraud-fontevraud-2005/

Post renvoyant à : http://livresdanslapoche.over-blog.fr/article-la-loire-l-abbaye-et-les-poissons-catalogue-d-exposition-abbaye-royale-de-fontevraud-fontevraud-2005-45054404.html

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-Q- Question judicieuse / Réponses étranges. A qui appartient l’abbaye de Fontevraud ?

Bonjour, je voulais savoir à qui appartient actuellement l’abbaye royale de Fontevraud se situant dans le Maine et Loire ?

Nicolito  C’est la propriété de l’État depuis deux siècles, qui l’utilisa surtout comme prison!

Boudou  Aucune communauté religieuse n’étant susceptible de faire revivre l’abbaye, le Centre culturel de l’Ouest est fondé en 1975. Son but est « la défense, le développement, l’animation et la promotion de l’abbaye de Fontevraud ». Cette association organise des classes du patrimoine, des manifestations artistiques, des stages d’initiation aux métiers d’art, au chant, et accueille des congrès, principalement axés sur l’Angleterre, l’architecture et le chant choral.

louiscroixvbaton as Comme tout bâtiment dévoué au culte, dont la construction est antérieure en 1905, elle appartient à l’Etat. Néanmoins, l’abbaye de Fontevrault à un caractère particulier que beaucoup de lieux de cultes n’ont pas. Elle est le lieu du repos éternel de quelques souverains d’un Etat étranger et voisin. Ce pays à donc autant de droit à en avoir la posséssion conjointe que n’en n’a la France.

https://fr.answers.yahoo.com/question/index?qid=20111225130629AARoLag

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-C- Le Centre Culturel de l’Ouest gestionnaire de l’Abbaye royale de Fontevraud.

Le Centre culturel de l’ouest (CCO) , association de la loi de 1901, avec à sa tête le président du Conseil régional des Pays de Loire (Jacques Auxiette en 2014) s’est fixé dans l’Abbaye royale de  Fontevraud en 1975 afin d’animer l’ensemble  conventuel le plus grand de France , visité chaque année par en viron 140 000 personnes ( chiffre  susceptible d’évoluer). Les trois bûts  poursuivi  par l’association sont de :

  • sensibiliser  les  visiteurs   à l’architecture,
  • recevoir les chercheurs,
  • et enfin de faire  de Fontevraud, un centre musical.

Par la convention signé le 19 novembre 1991, l’Etat  confia  au CCO la gestion de l’abbaye  de Fontevraud. Ainsi le ministère de la Culture accorda  au Centre culturel de l’Ouest l’administration des bâtiments, la charge de l’accueil du public, l’animation de l’Abbaye. Quant à  l’équipement dont le coût s’élevait à trois  millions de francs par an, il est pris en charge par la région mais l’Etat assure toujours l’entretien, la restauration et la sécurité  de l’abbaye.

http://www.saumur-kiosque.com/infos_article.php?id_actu=2266

Vidéo publiée le 10 oct. 2013

Témoignage recueilli dans le cadre de l’Inventaire du patrimoine culturel de Fontevraud : Jacques Rigaud, ancien directeur de cabinet du ministre de la Culture sous Pompidou raconte comment est né le concept de Centre Culturel de Rencontres et en quoi Fontevraud présentait les qualités requises pour devenir l’un d’eux.

http://www.youtube.com/watch?v=SYUzsHHu_oA

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-D- Des difficultés de plaquer un projet coupé du réeel sur une abbaye royale

Nous serions  bien ingrats  si nous ne nous réjouissions pas  des évolutions annoncées  telles  que le lien  tout à fait  in fine en a rendu compte.

Pour autant, l’on nous permettra de faire remarquer  qu’avec un thême autant  coupé de la réalité des lieux  que l’est  celui intitulé  l« Abbaye de Fontevraud, jardin des cultures du monde« , il est  vraiment  difficile de  présenter et de promouvoir de nouveaux espaces  comme  l’est  celui de la chapelle Saint Benoît.

Sans doute serait-il préférable de  communiquer  sur le fait  que l’Abbaye royale de Fontevraud  est d’abord… une abbaye royale. On aurait ainsi l’impression que le programme de mise en valeur de l’ensemble abbatial « jardine » un peu moins si l’on  nous permet ce mauvais jeu de mots.

* * *  Rappel  * * *

L’abbaye de Fontevraud est le plus vaste ensemble conventuel d’Europe. Elle abrite le Centre culturel de l’Ouest (CCO) labellisé « centre culturel de rencontre » par le ministère de la culture et de la communication et dont le fonctionnement est soutenu par la Région.

Les travaux sur le bâtiment sont liés à la mise en œuvre du projet culturel « Abbaye de Fontevraud, jardin des cultures du monde« . Ils favoriseront la mise en valeur de l’abbaye, en permettant de prolonger le circuit de visite et en ouvrant de nouveaux espaces au public comme  la chapelle Saint-Benoît.

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2011/06/04/c-des-projets-pour-labbaye-royale-dans-contrat-de-projets-etat-region-pays-de-la-loire-2007-2013/

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-V- Les trois vies successives de l’Abbaye de Fontevraud

Sans conteste, le Saumurois a de quoi séduire le flâneur qui arpente le territoire. La ville médiévale de Saumur retient l’attention, l’abbaye de Fontevraud affiche sans complexe ses trois vies successives – monastère, prison, centre culturel – en attendant sa future vocation d’accueil touristique (construction en cours d’un hôtel 4 étoiles à l’intérieur du site).

Le 26 aôut 2013

http://www.lemagazine.info/?Pleins-feux-sur-l-Anjou

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-A- Aperçu (1) d’une exposition organisée lors des journées du patrimoine au prieuré de Boubon (CUSSAC. 87150)

L’image ci-dessous  ( une parmi beaucoup d’autres)  n’est pas très  nette mais elle témoigne  du moins  qu’il est possible  de  consacrer des expositions ( celle-ci en septembre 2011) à l’Ordre de Fontevraud  s’agissant  d’un de  ses prieurés . Il serait  donc parfaitement possible à l’Abbaye de Fontevraud  de  continuer à intensifier ses efforts au sein du Centre Culturel de l’Ouest  s’agissant  de l’histoire de l’Ordre en son entier en  y établissant  un centre de ressources. P1040102

1 commentaire

Classé dans Département 87, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-C- Il a existé un CENTRE DE RESSOURCES consacré à L’ORDRE FONTEVRISTE dans la COUR D’HONNEUR de l’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD.

Fontevraud  est devenu pour elle  une véritable passion de  vie. Joëlle Gautier-Ernoul en a plusieurs  mais Fontevraud  provoque imméditement  chez elle  le besoin  d’expliquer, de préciser  l’aventure ncroyable  de cet ordre monastique  qui a duré prés de sept siècles à Fontevraud même  et perdure en core sous une autre forme  maintenant, en France,  tout d’abord non loin de l’abbaye mère mais  aussi plus loin .

Elle travaille  au centre cultuel de l’Ouest  qui est accueilli dans  un des bâtiments de la  Cour d’honneur  de l’abbaye royale. Le Centre, que l’on désigne sous son sigle CCO a pour fonction la  gestion patrimoniale et  culturele du site. Il gère un centre de  ressources  consacré à l’ordre  fontevriste, comprenant un fonds bibliothécaire, documentaire et  iconographoique «  accessible aux chercheurs et aux étudiants , et  qui ne demanderait qu’à se dévelloper. Pour l’instant, dit-elle ;  il y a urgence  à remettre de l’ordre  dans ce  fonds ».

Elizabeth Poulain . Le vin est aussi affaires de femmes . Cheminements  p. 233

http://books.google.fr/books?id=SDcgj0_odFkC&pg=PA233&lpg=PA233&dq=documentation+%22centre+culturel+de+l’ouest%22+joelle&source=bl&ots=hI6A6OesHP&sig=HUYNnBS-1kin7_C0wHsaMfL3h_A&hl=fr&sa=X&ei=MPPVUOmPMfCV0QWomoDICw&ved=0CDMQ6AEwAA#v=onepage&q=documentation%20%22centre%20culturel%20de%20l’ouest%22%20joelle&f=false

NDLRB.  » Il a  existé  » disions nous en titre . Il nous  semble que ce centre n’existe plus au moins sous la forme décrite dans les lignes qui précédent. L’année 2013 devrait nous permettre d’en savoir – et d’en faire- un peu plus. Nous ne manquerons pas  de  vous tenir  au courant des résultats de nos actions.

Jean de l’Habit

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-G- Olivier GUICHARD (1992). LE COMITE D’HISTOIRE FONTEVRISTE (Présentation de la collection des études du Comité d’histoire)

 » Créé selon le voeu  du Conseil d’Administration  du Centre Culturel  de l’Ouest, au début de l’année 1991, afin  d’inciter aux recherches  sur l’histoire fontevriste  et d’assurer leur publication, le Comité s’est aussitôt  attelé  à de lourdes et longues tâches

Il a ainsi entrepris le  classement  méthodique , aux Archives départementales  de Maine-et-Loire, du  fond de  Fontevraud riche de plus  de mille registres et dossiers. Ce travail  qui permettra  la parution d’un état descriptif de ces archives facilitera leur dépuoillement  et la tâche des chercheurs.

Il a engagé , en collaboration avec les Archives de France, d’autres   travaux qui permettront  une publication des  sources complémentaires de l’histoire de l’ordre et  principalement des  prieurés et domaines  qui sont  conservés  aussi bien en Angleterre que dans les départements d’origine  des ces maisons de l’ordre.

le Comité  s’est également donné  pour mission de  valoriser le  centre de documentation existant à Fontevraud  depuis quelques années-ouvrages, manuscrits et imprimés, microfilms, microfiches, fichiers divers- en suscitant  intérêt d’étudiants  désirant effectuer   des travaux universitaires  liés à l’histoire fontevriste. de nombreux historiens  ainsi que des personnes qui y sont intéressées  à des titres divers y font fréquemment appel.

Enfin pour que les recherches  effectuées tant par ses membres que par d’autres  historiens puissent profiter à tous, le Comité d’Histoire fontevriste  procédera à la publication  régulière d’un bulletin  qui sera bien sur consacré à l’histoire fontevriste  mais abordera aussi des sujets annexes ayant des liens avec l’abbaye, qu’ils soient  de voisinage,  religieux, temporels … La période carcérale, peu connue, fera partie de la composition de ces bulletins.

Je suis heureux  de saluet ici  l’arrivéé dupremier numéro de cette revue  et remercie chaleureusement tous ceux  qui ont participer à sa rélisation et permis sa publication. Je me félicite  tout particulièrement de ce que ce numéro  ait pu être pubmié  grâce au soutien  des Amis de l’Abbaye de Fontevraud «  

Olivier Guichard,                                                                                                                                                                                                                                                          Président du Conseil  Régional des Pays de la Loire                                                                                                                                                                                              Président du Centre Culturel de l’Ouest                                                                                                                                                                                                                                                                                                                             Fontevraud . Histoire-Archéologie.                                                                                                                                                                                                                                        N°1 -1992- Comité d’Histoire  fontevriste p.3

——————-NDLRB—————–                                                                                                                                                                                                                         Hélas les choses ne se déroulèrent  pas exactement  comme l’aurait  souhaité le très respecté – et  très attaché à  l’abbaye de Fontevraud-  président Olivier Guichard .  Le Comité d’histoire fontevriste ne put  publier  que   cinq livraisons de son oeuvre pourtant  si utile.                                                                                                                                                                                                                      * N°1 -1992                                                                                                                                                                                                                                                                                         * N°2 -1994                                                                                                                                                                                                                                                                                            * N°3 -1996                                                                                                                                                                                                                                                                                                       * N°4 -1997                                                                                                                                                                                                                                                                                       * N°5 -1997-1998

La mort , le 3 mars 1997, de Jean-Marc  Bienvenu,  Professeur émérite des Universités, en fut assurément la cause.   Depuis cette tragique  date, les pierres ont assurément revécu et la splendeur première  de l’abbaye royale et d’un nombre  non négligeable des prieurés survivants est réapparue. Mais qu’est  ce qu’un corps sans âme et un ordre monastique  non seulement  sans moniales  ni moines mais aussi sans racines , sans histoire , sans connaissance ce  de ce qu’il a été ?

Les  choses restèrent tristement en l’état jusqu’au 10 mai 2011, jour où fut  fondé le dictionnaire de l ‘ordre monastique de Fontevraud et  son blog associé : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/

Un an a passé et le bilan de l’année 2001 dressé par nos hébergeurs  vint nous apporter des encouragements  que nous n’attendions pas : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2011/annual-report/  . En huit mois -et -demi , de l’Amérique à l’Asie en passant par l’Europe et l’Afrique,  l’intérêt porté à Robert d’Arbrisssel et à l’ordre qu’il fondât était devenu mondial…

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized