Archives de Tag: Commune d’Oulches (36800)

Le président François Chombart de Lauwe et son épouse Agnès lauréats du prix 2017 de l’Académie du Berry,

NDLRB.  les  bonnes nouvelles ne sont jamais trop tardives.

———–

Présentation de François et Agnès Chombart de Lauwe

lors de la remise du prix 2017 de l’Académie du Berry,

le 7 octobre 2017, à Vierzon,

par Catherine Réault-Crosnier, présidente du prix de l’Académie du Berry

 

Capture d’écran 2017-12-05 à 06.59.07

M. Alain Bilot                     Mme Catherine Réault-Crosnier        M. et Mme Chombart de Lauwe

Président de l’Académie du Berry              Présidente du Prix                             Lauréats du Prix

 

— — —

Agnès et François Chombart de Lauwe, propriétaires de Notre-Dame de Longefont, à Oulches (36800), situé entre Saint-Gaultier et Le Blanc, choisirent de remettre en valeur ce patrimoine historique et culturel, début d’une formidable aventure.

Au fil de l’histoire, au début du XIIe siècle, de nombreuses églises romanes furent construites. L’église de l’Abbatia Longi Fontis (abbaye de la Grande-Fontaine), prieuré féminin, fut fondée puis érigée dans les années 1110 par Isambert, seigneur de Cors, qui le donna à Robert d’Arbrissel, fondateur du puissant ordre de Fontevrault.

Le prieuré date du XIIIe. En 1638, l’église accueille les prières ferventes des religieuses durant près de sept cents ans.

En 1792, les révolutionnaires fermèrent les portes du prieuré. Des offices furent parfois célébrés mais très vite, par manque d’entretien, sous l’effet de la pluie, du gel, de l’emprise végétale, les traces de dégradation de Notre-Dame de Longefont devinrent de plus en plus importantes : voûte effondrée, église comblée de terre et de gravats jusqu’au sommet des colonnes extérieures, portes murées. Il restait peu d’éléments de l’ensemble grandiose, l’empreinte des bâtiments, des pans de murs enlacés de végétation.

En 2005, l’effondrement de la partie haute de deux portes romanes sera le déclic d’un changement de vie pour François Chombart de Lauwe, centralien, ancien dirigeant d’entreprise. Il se reconvertit alors en bâtisseur, pour aller voir plus loin, derrière les murs encore debout. En 2006, il commença à creuser, quittant le monde moderne pour la pioche et la truelle, vers une reconstruction pierre par pierre pendant huit ans.

En 2007, Agnès et François Chombart de Lauwe décidèrent de relever le défi de la rénovation complète de ce site.

Dès les premiers coups de pioche, l’imprévisible, l’inattendu arriva. François Chombart de Lauwe et son équipe, découvrirent dix-neuf chapiteaux, véritable merveille, les incitant à continuer leur travail avec une entreprise spécialisée pour déterrer sous 600 m3 de terre. Ainsi rejaillirent au jour, quarante chapiteaux dont certains polychromes, sculptés de serpents, dragons, monstres et autres créatures hybrides. Tous avaient été démontés et enterrés lors de l’effondrement de la voûte. Une fois déblayée la terre emplissant l’église, ils eurent la surprise d’admirer la beauté de l’intérieur de l’église, des fresques. Ils découvrent aussi trente-six colonnes dont certaines marquées de la croix de consécration dans le chœur et l’abside. Ainsi, peu à peu, avec patience et constance, ils firent renaître un ensemble inouï, incroyable, riche et bien conservé contrairement à la partie extérieure.

À chaque temps, ses découvertes telle celle de l’autel maçonné, et sa table déposée par quelqu’un, le long du mur. Agnès Chombart de Lauwe se rappela alors les paroles de son beau-père qui voulait que soit trouvé le trésor de Longefont et avait dit de creuser là car cela sonnait creux.

Nous ne pouvons qu’admirer la permanence du travail minutieux de M. et Mme Chombart de Lauwe pendant huit ans. Ils procédèrent méthodiquement pour retrouver l’ordonnance de leurs découvertes. Agnès Chombart de Lauwe reconnaît que le réagencement des chapiteaux tient presque du miracle, même si des points d’ancrage mathématiques et architecturaux les ont guidé. Leur remise en valeur du prieuré de Longefort et la restitution de l’église romane du prieuré.

Les vitraux de l’église furent réalisés par le maître verrier Pierre Le Cacheux, qui a répondu aux souhaits des propriétaires des lieux, qui désiraient de la couleur et des thèmes forts dans leur message : la Samaritaine au puits, le miracle de la tempête apaisée, le baptême du Christ et comme un fil conducteur, l’eau et le bleu car, comme Agnès Chombart de Lauwe le souligne, « L’eau, c’est la vie ».

Sur le plan concret, François et Agnès Chambart de Lauwe participèrent activement et financièrement à 70 %, les autres aides proviennent de la Direction régionale des affaires culturelles (Drac) et du conseil général (10 %).

Grâce à eux, le site a retrouvé son aspect originel, symbole de pureté et d’élégance, lors de sa construction au XIIe siècle. Le manoir prieural du XIIIe est maintenant leur lieu de vie et l’église du prieuré, celui du ressourcement quotidien.

Leur dévouement dans la durée au service d’un patrimoine de grande valeur architectural et historique et culturel, méritait d’être distingué. Leur travail fut couronné en 2016 par la remise du Grand Trophée de la plus belle restauration 2016 (par Propriétés Le Figaro, Le Figaro Magazine et la Fondation pour les Monuments Historiques, en partenariat avec La Demeure Historique), prix récompensant un projet exceptionnel de restauration d’un site bénéficiant alors d’une protection au titre des Monuments historiques.

L’Académie du Berry souhaite, elle aussi, honorer leur démarche exceptionnelle, leur dévouement à cette réhabilitation et leur force de résurrection de ce lieu, c’est pourquoi le prix 2017 de l’Académie du Berry est décerné à M. et Mme François et Agnès Chombart de Lauwe.

Catherine Réault-Crosnier

 

Bibliographie :

– Marie-France de Peyronnet, « Le grand trophée de la plus belle restauration 2016 décerné au prieuré Notre-Dame de Longefont », La Gazette Berrichonne n° 225, octobre-décembre 2016, page 3.

http://www.academie-du-berry.com/256_p_50329/presentation-de-m-et-mme-chombart-de-lauwe.html

http://www.academie-du-berry.com/256_p_50329/presentation-de-m-et-mme-chombart-de-lauwe.html

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF)

le Prieuré de Longefont (36800-OULCHES) magnifiquement restauré par ses propriétaires heureusement mis à l’honneur

Les châpiteaux de la priorale retrouvés dans les décombres de l’ancien choeur

Fondation pour les Monuments Historiques (http://fondationmh.fr)

📖 La belle histoire « Une église sous 600m3 de terre »

Pendant 170 ans, les ruines de l’église du Prieuré de Longefont, fondé dans les années 1110, sont restées enfouies. Rendue inaccessible depuis l’effondrement de sa voûte en 1830, cette église a révélé à nouveau ses merveilles en 2006. En effet, son propriétaire, François Chombart de Lauwe, décide alors d’aller creuser dans les décombres. En déblayant à la pioche et à la truelle, il découvre alors plusieurs dizaines de chapiteaux sculptés de décors romans pesant chacun près de 200 kilos. Il fait alors appel à une entreprise spécialisée qui extrait les 600m3 de terre sous lesquels est enfouie l’église écroulée. Sur les 45 chapiteaux finalement déterrés, on trouve notamment serpents, dragons, monstres et autres créatures hybrides.

A cette découverte font suite huit années de travaux pour mettre en valeur cet ensemble architectural superbe, au terme d’un gigantesque travail de restitution récompensé en 2016 par Le Grand Trophée de la plus belle restauration décerné par notre Fondation en partenariat avec Propriétés Le Figaro, Le Figaro et La Demeure Historique.

© Eric Sander – Eglise du prieuré Notre-Dame de Longefont (Indre)

Poster un commentaire

Classé dans Département 36

L’église du prieuré de Longefont (36800. Oulches) sauvée… La renaissance d’une église, plus belle restauration de l’année

L’église de Longefont sauvée… La renaissance d’une église, plus belle restauration de l’année

quasi disparue  pendant 170 ans, l’église du prieuré de Longefont , proprièté du président de l’APF ( Association des Prieurés Fontevristes),  revit depuis 2015 grâce à l’obstination de ses propriétaires. Ils ont été récompensés par le Grand Trophée de la plus belle restauration, décerné par Propriétés Le Figaro, Le Figaro Magazine, la Fondation pour les Monuments Historiques, en partenariat avec La Demeure Historique.

Consultez le  bel article  ci-dessous indiqué  , article enrichi de 12 belles photos.

http://lafautearousseau.hautetfort.com/apps/search?s=longefont&search-submit-box-search-2025=OK

Voir aussi :

https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/2016/09/22/lassociation-des-prieures-fontevristes-apf-a-le-bonheur-et-lhonneur-de-vous-communiquer-que-la-restauration-du-prieure-de-longefont-a-retenu-lattentions-des-specialistes/

Poster un commentaire

Classé dans Département 36

Agnès Chombart de Lauwe. 15 mars 2016. Conférence sur la résurrection du prieuré de Longefont.

La résurrection du prieuré de Longefont

Châteauroux

Archives départementales de l’Indre.  1 rue Jeanne d’Arc

Mardi 15 Mars 2016, 18h30

Conférence d’Agnès Chombart de Lauwe :  » La résurrection du prieuré de Longefont, une restauration fontevriste exemplaire. »

Demeure privée, située sur les bords de la Creuse entre Saint-Gaultier et le Blanc, près d’Oulches, « Abbatia Longi Fontis » ou l’Abbaye de la Grande Fontaine est un prieuré de l’Ordre de Fontevrault qui sommeillait depuis 170 ans.

Les propriétaires ont restauré peu à peu le logis de la Prieure, celui du Confesseur, puis l’église, dotée d’une belle richesse architecturale, et que les ans avaient réduite à l’état de ruine. Quarante-cinq chapiteaux romans dormaient à l’intérieur et quarante-huit colonnes attendaient patiemment de se voir coiffées à nouveau.

La restauration de l’église aura duré sept ans, permettant de mettre en valeur un ensemble architectural superbe qui embellit la vallée de la Creuse. Cette réalisation apporte un monument nouveau au riche patrimoine architectural, discret, qui fait le charme de l’Indre.

https://36sorties.fr/fr/la-résurrection-du-prieuré-de-longefont-0

Poster un commentaire

Classé dans Département 36

La commune de Lencloître (86140) adhère à l’APF (Association des Prieurés Fontevristes). Un exemple à suivre.

  • Association des prieurés fontevristes* : une thèse vient d’être publiée sur ce sujet par Patrick Bouvard qui a bien voulu déposer à la mairie la partie de son ouvrage consacrée à l’histoire de Lencloître et de ses deux couvents. Par ailleurs, une association des prieurés fontevristes – dont le siège est dans l’Indre – vient d’être créée. La commune de Lencloître décide d’y adhérer afin de pouvoir encore mieux mettre en valeur le patrimoine local.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Lencloître/n/Contenus/Articles/2013/07/05/1-5-million-d-euros-pour-restaurer-l-eglise-1537517

*APF.  

  • Prieuré de Longefont 36800 OULCHES
  • E-mail : fontevristes@gmail.com

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 36, Département 86