Archives de Tag: Cour d’honneur

L’abbaye royale de Fontevraud , vu de haut. C’est beau.

 

Beaucoup de  « choses   »  sont à voir sur cette passionnante photo aérienne.

  • Repérez d’abord les deux clochetons de l’Abbatiale à gauche vers le haut de la photo
  • et les Cuisines romanes  au bout, à  droite, d’une diagonale lègérement  descendante.
  • Sur  les cuisines s’articulent le grand Refectoire
  • et  au bout d’un angle droit le Noviciat.
  • Ceux  qui connaissent les lieux repèreront aussi la grande Cour d’honneur en bas à gauche,
  • puis en allant  vers la droite le Palais abbatial
  • et l’orangerie
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-C- Il a existé un CENTRE DE RESSOURCES consacré à L’ORDRE FONTEVRISTE dans la COUR D’HONNEUR de l’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD.

Fontevraud  est devenu pour elle  une véritable passion de  vie. Joëlle Gautier-Ernoul en a plusieurs  mais Fontevraud  provoque imméditement  chez elle  le besoin  d’expliquer, de préciser  l’aventure ncroyable  de cet ordre monastique  qui a duré prés de sept siècles à Fontevraud même  et perdure en core sous une autre forme  maintenant, en France,  tout d’abord non loin de l’abbaye mère mais  aussi plus loin .

Elle travaille  au centre cultuel de l’Ouest  qui est accueilli dans  un des bâtiments de la  Cour d’honneur  de l’abbaye royale. Le Centre, que l’on désigne sous son sigle CCO a pour fonction la  gestion patrimoniale et  culturele du site. Il gère un centre de  ressources  consacré à l’ordre  fontevriste, comprenant un fonds bibliothécaire, documentaire et  iconographoique «  accessible aux chercheurs et aux étudiants , et  qui ne demanderait qu’à se dévelloper. Pour l’instant, dit-elle ;  il y a urgence  à remettre de l’ordre  dans ce  fonds ».

Elizabeth Poulain . Le vin est aussi affaires de femmes . Cheminements  p. 233

http://books.google.fr/books?id=SDcgj0_odFkC&pg=PA233&lpg=PA233&dq=documentation+%22centre+culturel+de+l’ouest%22+joelle&source=bl&ots=hI6A6OesHP&sig=HUYNnBS-1kin7_C0wHsaMfL3h_A&hl=fr&sa=X&ei=MPPVUOmPMfCV0QWomoDICw&ved=0CDMQ6AEwAA#v=onepage&q=documentation%20%22centre%20culturel%20de%20l’ouest%22%20joelle&f=false

NDLRB.  » Il a  existé  » disions nous en titre . Il nous  semble que ce centre n’existe plus au moins sous la forme décrite dans les lignes qui précédent. L’année 2013 devrait nous permettre d’en savoir – et d’en faire- un peu plus. Nous ne manquerons pas  de  vous tenir  au courant des résultats de nos actions.

Jean de l’Habit

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

-F- Fin décembre 2012. GRANDS TRAVAUX EN L’ABBAYE DE FONTEVRAUD

Les bâtiments  que  vous voyez sont au premier plan la chapelle Saint Lazare et au fond  le  bâtiment abritant les cellules monastiques .

Grands travaux à l’Abbaye de Fontevraud

La Région vient de lancer un programme d’envergure, dans le cadre des grands travaux de l’Abbaye de Fontevraud, ce monument exceptionnel dont elle accompagne le développement et l’animation.

article_fontevraud

La Région, au titre de son autorisation d’occupation temporaire d’une durée de 30 ans, finance à 100 % de grands projets au sein de l’Abbaye de Fontevraud (21 millions d’euros d’investissement). “Le site s’est lancé dans une démarche ambitieuse, explique Xavier Kawa-Topor, le directeur de l’abbaye. Nous voulons favoriser un usage du site au-delà-même de sa programmation culturelle en développant la mixité des activités. A l’origine, au XIIe siècle, Fontevraud est fondé sur un projet de cité idéale ajoutant la mixité sociale à la mixité hommes-femmes (moines et moniales). Elle est ensuite devenue une cité carcérale. Aujourd’hui, nous voulons faire de ce site de 13 hectares, un espace dédié à la culture, mais aussi un lieu de vie”.

Séjours de vacances ou de travail

L’abbaye souhaite ainsi favoriser les séjours de vacances comme de travail (séminaires). D’où l’importance de bénéficier d’une infrastructure hôtelière de qualité. De grands travaux ont été lancés dans l’ancien hôtel Saint-Lazare qui avait besoin d’une remise aux normes.Nous sommes allés plus loin que la simple rénovation, poursuit Xavier Kawa-Topor. L’hôtel deviendra une destination en lui-même pour une nuit, un week-end ou un séjour plus long. Nous avons fait appel à un grand designer contemporain, Patrick Jouin, qui collabore avec l’architecte en chef des Monuments historiques”. Le chantier devrait s’achever courant 2013.

Autre projet d’envergure, la création d’une chaufferie à bois semi-enterrée dans un lieu qui était jusque-là libre de toute construction. “Là encore, nous avons voulu nous inscrire dans la société contemporaine, note Xavier Kawa-Topor, alors que le Grenelle de l’environnement avait exclu le patrimoine de certaines obligations”. La chaufferie sera mise en service à la fin de l’année 2012. La Région et l’Abbaye de Fontevraud ont encore des projets en commun, en particulier l’aménagement des abords de la cour d’honneur.

http://www.newsculture.paysdelaloire.fr/index.php?id=6317&tx_ttnews%5Btt_news%5D=33831&cHash=330db2982feb3995ef41a4bb2b8b9287

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-E- DES ECOLIERS EN L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD … Et ils en ont vu des choses!

Lundi matin, nous nous sommes rassemblés dans la cour d’honneur de l’abbaye et nous avons observé les bâtiments et les sculptures qui les décoraient. Nous n’étions pas encore à l’intérieur de l’abbaye, mais dans un endroit où les gens de l’extérieur avaient le droit d’entrer. Plusieurs sortes de bâtiment se succédaient. L’écurie et le fanerie servaient pour ranger les carrosses et abriter les chevaux de l’abbesse. L’hôtellerie recevait les gens de passage, et c’est là que nous dormions. Au fond, le palais de l’abbesse était décoré avec de belles sculptures. En face de l’entrée principale, un bâtiment assez récent avait servi de caserne pour les militaires qui gardaient l’abbaye quand celle-ci était une prison. La cour d’honneur était interdite aux moniales et aux moines qui n’avaient pas le droit de quitter le clos de l’abbaye.
Nous sommes ensuite entrés dans la clôture. Là, les gens de l’extérieur ne pouvaient pas entrer librement. Sur la droite, nous avons aperçu une curieuse construction : une sorte de grande tour avec plusieurs cheminées, et tout autour cinq ou six absidioles. A gauche : un grand toit avec le haut d’un clocher: c’est celui de la nef de l’église abbatiale. Nous pouvions voir aussi le mur de clôture : nous nous sentions un peu enfermés, mais c’était très calme.
En continuant sur la droite, on a pu distinguer l’orangerie qui servait à mettre les plantes qui craignent le froid à l’abri pendant l’hiver. C’est un grand bâtiment avec plusieurs arches au rez-de-chaussée. Les ouvertures sont larges pour laisser entrer la lumière.
En face, il y a un jardin bordé par un long bâtiment à deux étages avec de curieuses lucarnes sur le toit. C’est le réfectoire et de dortoir des moniales.
Après avoir traversé le jardin du Moyen Age, et en longeant le mur de clôture, nous sommes arrivés près d’un second monastère : St Lazare. Il était haut, long et très grand, avec de nombreuses fenêtres régulièrement espacées. Il semblait plus récent que le précédent. Un peu plus loin, nous nous sommes enfoncés dans un petit bois. Là, Halia nous a expliqué qui était le fondateur de l’abbaye et comment on avait pu la construire. De cet endroit, à travers les branches, on la voyait presque entièrement, et nous avions l’impression de nous retrouver comme les premiers occupants du site au Moyen Âge.
En continuant, nous sommes parvenus du côté est des bâtiments, en face des infirmeries St Benoît. C’est là que l’on soignait les personnes malades. En bas, sur le chemin, il y a longtemps, un ruisseau coulait. Mais il a débordé plusieurs fois, alors, on l’a canalisé et on l’a comblé. Après être descendus à travers le pré, nous nous sommes dirigés vers le chevet de l’église.
Sur le côté, nous avons trouvé un grand porche : il sert d’accès à la cour des infirmeries. Sur son fronton, on voit un blason avec des fleurs de lys et un bâton en diagonale. C’est le blason des Bourbons. Il montre que les abbesses étaient de sang royal. On y voit aussi une crosse : celle de l’abbesse. Plus au nord, on trouvait un troisième monastère de femmes. Mais il est en très mauvais état car il n’a pas été restauré et a servi de prison jusqu’en 1985. Aujourd’hui, il sert de remise aux entreprises qui travaillent à la restauration de l’abbaye. Plus à l’est, à l’extérieur de la clôture, il y avait un monastère d’hommes qui dépendait de l’abbaye. Mais il a été démoli pendant la Révolution.
Pour finir, nous nous sommes rendus dans une pièce où il y avait une maquette de l’abbaye. On y repéré les endroits où nous étions passés.Anthony et Thomas 

http://ecole.florian.chez-alice.fr/fontevr/abbaye1.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-V- PLAN et couleur signalétique DES « VILLAGES » COMPOSANT l’ABBAYE ROYALE

    Sur cette  miniature du plan de l’Abbaye  royale, vous retrouverez  les  couleurs de la  signalétique indentifiant les différents  « villages » composant l’Abbaye  royale et l’implantation de  chacun d »entre  eux .
http://www.e-voyageur.com/tourisme/france/pays-de-la-loire/abbaye-de-fontevraud/abbaye-de-fontevraud-monastere.htm

De gauche à droite et  de haut en bas :  

 – Un peu isolé, le ¨Prieuré Sainte Marie-Madeleine »       – Le Grand Moûtier, son abbatiale Sainte-Marie  et  son Cloître, notamment..                                                       – En haut, à droite, le Prieuré Saint-Lazare                                                                                                                       – Juste en dessous, les jardins de  l’Abbesse    qui se terminent   par l’orangerie   qui occupait une des  côtés du triangle ébauché                                                                                                                                                      – la  cour  d’honneur  où l’on  distingue , là aussi , de gauche à droite , la Fanerie ( grandes écuries, le porche d’entrée, des bâtiments administratifs remontant à l’époque pénitentiaire,)  et le logis de l’Abbesse  – Un peu à l’extérieur  de l’enceinte (  mais non de la  clôture monastique initiale), en jaune : Le » Logis Bourbon » où résidèrent quatre des  filles de Louis XV.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized