Archives de Tag: Cuisines romanes de l’Abbaye royale

L’abbaye royale de Fontevraud , vu de haut. C’est beau.

 

Beaucoup de  « choses   »  sont à voir sur cette passionnante photo aérienne.

  • Repérez d’abord les deux clochetons de l’Abbatiale à gauche vers le haut de la photo
  • et les Cuisines romanes  au bout, à  droite, d’une diagonale lègérement  descendante.
  • Sur  les cuisines s’articulent le grand Refectoire
  • et  au bout d’un angle droit le Noviciat.
  • Ceux  qui connaissent les lieux repèreront aussi la grande Cour d’honneur en bas à gauche,
  • puis en allant  vers la droite le Palais abbatial
  • et l’orangerie
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Réverie éveillée ; l’abbatiale Sainte-Marie de Fontevraud; Les cuisines , une fenêtre de style gothique flamboyant du prieuré Saint Lazare.

Le voyage à Fontevraud  par Noon

Ce document est un brouillon d’un projet : les photos seront remplacés par des dessins (sanguine, pierre noire) et les textes seront calligraphiés, le tout étant présentés sur des « planches » ou grand support

http://fr.calameo.com/books/0000072976ba61bab37aa

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-V- Vue romantique des cuisines romanes de Fontevraud

LdF07-5d573

Les cuisines romanes de Fontevraud vues du jardin du Liban

http://www.carmel.asso.fr/Fontevraud.html

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- Les cuisines de l’Abbaye royale de Fontevraud sous la neige.

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

Q- Abbaye royale de Fontevraud; Voilà LE lieu où l’âme se ressource, retrouve une douce quiétude…

94349411

A gauche des légendaires cuisines, la façade classique de l’arriére du logis de l’Abbesse.

 

Voilà LE lieu où l’âme se ressource, retrouve une douce quiétude…

La magie opère sous le soleil, dans le bruissement du vent qui caresse la pierre, effleure les arbres encore nus.

Je hume le printemps qui me pénètre dans le cœur pendant que ta main, longtemps égarée, timidement cherche la mienne…

Devant nous, le champ du possible.

 

Mots en loire… Aventure ligérienne                                                                             http://motsenloire.canalblog.com/archives/2014/03/05/29370552.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-R- Pas de véritables ressemblances entre les cuisines du Château de Bannegon (18210) et celle del’Abbaye royale de Fontevraud.

A plusieurs reprises, j’ai pu lire des comparaisons entre la cheminée sarrasine du château de Bannegon, dans le Cher (18210), et celle de l’abbaye de Fontevraud, dans le Maine-et-Loire. Comme souvent, une visite sur place m’a confirmé que les auteurs se copiaient les uns sur les autres, sans chercher à vérifier la qualité de l’information qu’ils relayaient.

Le dispositif visible à Fontevraud, presque intact, est infiniment plus élaboré que ce qu’on peut découvrir dans le château berrichon. Il ne s’agit pas d’une cheminée unique, mais d’un système d’évacuation des fumées des cuisines monastiques reposant sur le principe de la cheminée sarrasine -un feu au milieu d’une pièce, une ouverture dans le toit- avec plusieurs puits d’évacuation disposés autour d’une pièce centrale flanquée de huit absidioles servant de foyers secondaires. Il semble même que ces absidioles n’étaient alimentées en bois que les jours où le tirage était favorable selon l’orientation des vents

…. A suivre grâce au lien ci-dessous-

http://berry.medieval.over-blog.com/pages/les-cuisines-de-l-abbaye-de-fontevraud-49-8896166.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 18, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-E- Un bandit repenti, Evrault .

D’aprés une légende recueillie  par le  chroniqueur Mathieu Paris (1200-1259) * , Evrault était un brigand qui aurait été  converti par Robert d’Arbrissel qu’il aurait au préalable  tenté , mais vainement, de dépouiller.

Au XIX e  siècle, étonnés  par la curieuse  cuisine romane de Fontevrault, certains  pensèrent y reconnaître le repaire du bandit, d’où  le nom de Tour d’Evrault  qui lui fut  donné. Il a été aussi dit que la tour  surplombant les cuisines  aurait pu permettre à ce  bandit  d’y allumer un fanal afin d’attirer à lui afin de les détrousser  les  voyageurs égarés dans la nuit.

http://books.google.fr/books?id=9YLf27Ka0NYC&pg=PA83&lpg=PA83&dq=bandit++évrault&source=bl&ots=2ZvcguuO-w&sig=rSJYp9ZMGhx-CxUQarDnJv0rkL4&hl=fr&sa=X&ei=-acpU5eMD7LJ0AWy0oGICw&ved=0CDYQ6AEwAg#v=onepage&q=bandit%20%20évrault&f=false

http://fr.wikipedia.org/wiki/Matthieu_Paris

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-K-Khristina Krüger. Ordres et Monastères. Editions H F Ulmann

Khristina  Krüger. Ordres et Monastères; Christianisme : 2 000 ans d’histoire et de  culture. Editions  H F  Ulmann . 2008 p. 274 à 277.

Facheusement placée dans un ensemble  consacré aux ordres féminins alors , qu’on le sait l’ordre de Fontevraud  était  double, surtout à ses débuts naturellement, les  quatre pages de ce trés gros livre  (36 cm X 26 cm . 432 pages) ont un double intérêt.

  • Le premier est de replacer le monachisme fontevriste dans un ensemble plus vaste auquel il appartient statutairement                                                                                                                                                Le second est de nous offrir une  illustration de grande  qualité.
  • Hors une carte de France dont on ne  voit pas l’intérêt  puisque Fontevraud  n’y figure pas
  • Les gisants  d’Isabelle d’Angleterre et de Richard Coeur de Lion
  • Le chevet de l’église abbatiale  Sainte Marie de Fontevraud
  • La nef et la voute à coupoles de l’église abbatiale  Sainte Marie de Fontevraud ( Photo pleine page)
  • La cuisine romane ( Photo pleine page)  . On retrouve  une  cuisine  conçue de façon similiaire dans le  couvent anglais de Glastonbury , comté de Somerset)
  • La hotte du foyer  central de la cuisine
  • Trois foyers sis dans les absidioles de la même cuisine
  • Une photo ( non légendée) de l’aile   abritant le réféctoire aboutant  sur la cuisine.

.

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-G- GRAND MOUTIER où Moûtier Sainte-Marie

L’ensemble  conventuel du Grand-Moûtier est  composé de l’église abbatiale, du cloître Sainte-Marie, du Réfectoire, de la salle Capitulaire, du dortoir, du noviciat, des cuisines.

Du XII e siècle, il ne reste plus que l’église abbatiale et la cuisine romane, tout le reste a été rebâti au XVI e siècle par les abbesses  de  la  famille de Bourbon puis remanié  à l’époque du Pénitencier .

Poster un commentaire

Classé dans Abbesses de l'Ordre, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-E- DES ECOLIERS EN L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD … Et ils en ont vu des choses!

Lundi matin, nous nous sommes rassemblés dans la cour d’honneur de l’abbaye et nous avons observé les bâtiments et les sculptures qui les décoraient. Nous n’étions pas encore à l’intérieur de l’abbaye, mais dans un endroit où les gens de l’extérieur avaient le droit d’entrer. Plusieurs sortes de bâtiment se succédaient. L’écurie et le fanerie servaient pour ranger les carrosses et abriter les chevaux de l’abbesse. L’hôtellerie recevait les gens de passage, et c’est là que nous dormions. Au fond, le palais de l’abbesse était décoré avec de belles sculptures. En face de l’entrée principale, un bâtiment assez récent avait servi de caserne pour les militaires qui gardaient l’abbaye quand celle-ci était une prison. La cour d’honneur était interdite aux moniales et aux moines qui n’avaient pas le droit de quitter le clos de l’abbaye.
Nous sommes ensuite entrés dans la clôture. Là, les gens de l’extérieur ne pouvaient pas entrer librement. Sur la droite, nous avons aperçu une curieuse construction : une sorte de grande tour avec plusieurs cheminées, et tout autour cinq ou six absidioles. A gauche : un grand toit avec le haut d’un clocher: c’est celui de la nef de l’église abbatiale. Nous pouvions voir aussi le mur de clôture : nous nous sentions un peu enfermés, mais c’était très calme.
En continuant sur la droite, on a pu distinguer l’orangerie qui servait à mettre les plantes qui craignent le froid à l’abri pendant l’hiver. C’est un grand bâtiment avec plusieurs arches au rez-de-chaussée. Les ouvertures sont larges pour laisser entrer la lumière.
En face, il y a un jardin bordé par un long bâtiment à deux étages avec de curieuses lucarnes sur le toit. C’est le réfectoire et de dortoir des moniales.
Après avoir traversé le jardin du Moyen Age, et en longeant le mur de clôture, nous sommes arrivés près d’un second monastère : St Lazare. Il était haut, long et très grand, avec de nombreuses fenêtres régulièrement espacées. Il semblait plus récent que le précédent. Un peu plus loin, nous nous sommes enfoncés dans un petit bois. Là, Halia nous a expliqué qui était le fondateur de l’abbaye et comment on avait pu la construire. De cet endroit, à travers les branches, on la voyait presque entièrement, et nous avions l’impression de nous retrouver comme les premiers occupants du site au Moyen Âge.
En continuant, nous sommes parvenus du côté est des bâtiments, en face des infirmeries St Benoît. C’est là que l’on soignait les personnes malades. En bas, sur le chemin, il y a longtemps, un ruisseau coulait. Mais il a débordé plusieurs fois, alors, on l’a canalisé et on l’a comblé. Après être descendus à travers le pré, nous nous sommes dirigés vers le chevet de l’église.
Sur le côté, nous avons trouvé un grand porche : il sert d’accès à la cour des infirmeries. Sur son fronton, on voit un blason avec des fleurs de lys et un bâton en diagonale. C’est le blason des Bourbons. Il montre que les abbesses étaient de sang royal. On y voit aussi une crosse : celle de l’abbesse. Plus au nord, on trouvait un troisième monastère de femmes. Mais il est en très mauvais état car il n’a pas été restauré et a servi de prison jusqu’en 1985. Aujourd’hui, il sert de remise aux entreprises qui travaillent à la restauration de l’abbaye. Plus à l’est, à l’extérieur de la clôture, il y avait un monastère d’hommes qui dépendait de l’abbaye. Mais il a été démoli pendant la Révolution.
Pour finir, nous nous sommes rendus dans une pièce où il y avait une maquette de l’abbaye. On y repéré les endroits où nous étions passés.Anthony et Thomas 

http://ecole.florian.chez-alice.fr/fontevr/abbaye1.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye