Archives de Tag: Etienne de Muret

Etude synthétique d’un ordre antérieur à celui de Fontevraud fondé en 1101: l’ordre de Grandmond fondé vers 1076

63e1d8_8583980c6b5a4dc09e81141331ed2050.jpg_srz_p_298_274_75_22_0.50_1.20_0

Si il ne reste plus rien de la grande abbaye de Grandmont dans les monts d’Ambazac, à proximité de Limoges, la naissance de cet ordre unique en Limousin nous laisse de nombreux témoignages.

L’Ordre de Grandmont s’inscrit dans le renouveau du monachisme aux XIe et XIIe siècles. Une élite spirituelle rejetait à cette époque la vie monastique installée dans le confort matériel et recherchait la solitude pour la prière et la contemplation, à l’exemple des ermites des premiers temps de la chrétienté, en créant une communauté charismatique dans les bois au nom de l’Évangile. Contrairement aux Chartreux qui vivaient un érémitisme solitaire, ils conçurent un érémitisme communautaire, repas pris en commun et dortoir commun aux frères et aux convers.

A la mort d’ Etienne de Muret  le 8 février 1124, ses disciples furent chassés du Bois de Muret par les bénédictins d’Ambazac, qui avait donné la jouissance du lieu sa vie durant à St Étienne, mais non à sa communauté. La communauté dut s’installer à 16 km plus au Nord sur un plateau granitique situé au lieu-dit Grandmont, paroisse de St Sylvestre. C’est à Grandmont que l’Ordre fut fondé, d’où son nom. Grâce aux libéralités du roi d’Angleterre, Henri II Plantagenêt, alors maître du Limousin par son mariage avec Aliénor d’Aquitaine, la communauté de Grandmont fit construire un prieuré dont l’église fut consacrée en 1166.


La règle de l’Ordre de Grandmont a été rédigée vers 1140-1150 par Étienne de Liciac, le 4ème prieur, en suivant les enseignements d’Étienne de Muret rapportés par Hugues de Lacerta, son disciple préféré. Cette règle comprend 65 articles et se base sur l’ÉVANGILE.

….

63e1d8_a69cf9ed5e6748c5af799d4fca93cd7e.jpg_srz_p_366_301_75_22_0.50_1.20_0.00_jpg_srzDénombrement des maisons et des effectifs de clercs. À la fin du XIIIème siècle l’ordre de Grandmont était organisé dans le royaume en 9 provinces ou nations:

– province de France: 15 maisons ou « Celles » avec 87 clercs

– province de Bourgogne: 18 maisons avec 105 clercs

– province de Normandie: 15 maisons avec 92 clercs

– province d’Anjou: 16 maisons + 2 léproseries avec 100 clercs

– province de Poitou: 20 maisons avec 99 clercs

– province de Saintonge: 16 maisons avec 98 clercs

– province de Gascogne: 16 maisons avec 92 clercs

– province de Provence: 13 maisons avec 66 clercs

– province d’Auvergne: 15 maisons avec 68 clercs + chef d’ordre à Grandmont avec 40 clercs.

En outre on comptait 2 maisons en Navarre avec 11 clercs et 3 maisons en Angleterre avec 24 clercs, soit un total de 149 maisons de Grandmont, avec 882 clercs.

http://www.limousin-medieval.com/#!grandmont/c1oyy

et aussi :

http://www.detours-en-limousin.com/Grandmont-et-son-abbaye

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 87

-G- L’Ordre de Grandmont (87240-SAINT SYLVESTRE )

Centre de la culture du Limousin médiéval

Les rois d’Angleterre (Henri I puis Henri II) aidèrent l’abbaye de Grandmont, notamment pour la réalisation des bâtiments. Richard Cœur de Lion fit entièrement reconstruire le monastère . Etienne de Lissac recueillit vers 1154 les préceptes de Saint Etienne transmis oralement, pour former la Règle. Le Pape Clément III canonisa Saint Etienne de Muret à Grandmont, en 1189. L’Ordre des Grandmontains se développa dans toute la France. Il comptait 60 maisons en 1170 et 149 petits monastères en 1317 quand le pape Jean XXII érigea le prieuré de Grandmont en abbaye mais réduisit le nombre de maisons à 39.

Dévasté à plusieurs reprises (guerre de Cent Ans, luttes religieuses du XVIème), le monastère menaçait ruine en 1732 quand l’abbé de la Guérinière entreprit de le rebâtir. L’église, qui suivait l’ordonnancement de celle de Sainte Geneviève de Paris, était une des plus belles de ce style. Lesbâtiments, achevés en 1768, avaient une grande analogie avec le Palais Episcopal de Limoges.
L’ordre fut dissous en 1772. En 1789, des matériaux de choix furent prélevés. Les restes de l’abbaye furent achetés pour servir à la construction de la prison de Limoges. Les habitants furent autorisés à prélever des pierres pour édifier une petite chapelle, inaugurée en 1825 et dédiée à Saint-Jean-Baptiste.

https://www.facebook.com/photo.php?fbid=10152110654507602&set=np.5100854.100006714854078&type=1&theater&notif_t=notify_me

Poster un commentaire

Classé dans Département 87

-G- L’ODRE DE GRANDMONT (87240 SAINT-SYLVESTRE) PROTEGE PAR LES PLANTAGENETS mais détruit à la suite des travaux de la Commission des Réguliers.

« L’Ordre de Grandmont  fut fondé  en 1076 par l’ermite Etienne  (dit de Muret) dans les monts d’Ambazac, et dissous en 1772. Trés important,  l’Ordre reçut la protection des  rois d’Angleterre  Henri, Ier, Henri II et Richard Coeur de Lion. Les matériaux qui composaient   l’Abbaye principale  ont été notamment utilisés  pour la construction de la prison de Limoges et de l’actuelle  chapelle  édifiée  en 1825 à Grandmont »

Le Populaire 24 août 2012 p. 8. Sur le beau chemin des  Moînes.

Poster un commentaire

Classé dans Département 87

(H) HENRI II Plantagenêt , bienfaiteur de l’ordre monastique de GRANDMONT, Commune de Saint-Sylvestre (87240).

Une première ébauche de la règle de Grandmont rédigé par le quatrième Prieur Etienne de Liciac vers 1150-1160 (reprenant les exemples et les enseignements du fondateur) est acceptée par le pape en 1156. Le pape Alexandre III « confirme » la règle vers 1171. En 1188, le pape Clément III approuve ce texte, une des dernières fois où une nouvelle règle est acceptée.

Étienne (de Muret) est canonisé en 1189.

Cette évolution a pour arrière-fond l’intérêt d’Henri II Plantagenêt pour Grandmont. Il s’en sert de base pour contrôler le Limousin et ses vassaux. Il participe lui-même avec ses fils à la construction des bâtiments, à l’essor de l’ordre en Aquitaine, Poitou, Anjou, Normandie, Angleterre. Aux nouvelles implantations Plantagenêt répondent les fondations du roi de France.

Les nouvelles fondations reçoivent des rentes ou des dîmes, un domaine.

http://sassag.com/histoire-grandmont.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 87