Archives de Tag: François Rabelais

-R-Rabelais aurait pu changer le nom de Fontevrault en celui de Coingnaufond

Les éditions de  Lyon, et celle de 1626 (et celle de 1552), ont substitué au nom de Fonthevrault celui d’abbaye de Coingnaufond. Rabelais, si tant est que ce soit lui qui ait choisi l’abbaye de Fontevrault pour la scène de ce conte, ne savait peut-être pas que cela avait été autrefois un usage singulier dans l’ordre de Fontevrault, que les religieuses se confessassent d’abord à leur abbesse laquelle les, envoyait ensuite à un prêtre pour s’y confesser de nouveau, et en recevoir l’absolution.

http://www.nonagones.info/correlation-geometrique-geographique.php?ph1=F1075001.jpg&depl1=Partie+VII+-+Coh%E9rence+grand+nonagone&ph=F1074801.jpg&depl2=Chapitre+XLVIII+-+Premi%E8re+Etoile&destination=transf/1074801.htm

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud

-P- Le religieux fontevriste Gabriel de Puy-Herbault rompit des lances avec Rabelais

Rabelais extrait de la variété et de l’abondance de la nature des images qu’il réinvestit dans une figure composite, fruit du dévoiement de la fécondité naturelle. La corne d’abondance naturelle se mue en corne stérile, image de la mauvaise foi dévastatrice des idéologues. Les idéologues de tous bords sont attaqués : le réformé Calvin qui s’en était pris nommément à Rabelais dans son ouvrage Des Scandales (Genève, 1550), et le religieux de l’abbaye de Fontevraud, docteur à la faculté de Paris, Gabriel de Puy-Herbault qui avait fait, dans son Theotimus (1549), un portrait épouvantable de l’auteur de la geste pantagruélique. L’ecclésiastique y présentait un Rabelais « imitant le singe à la longue queue », souillant « son papier d’infamies », vomissant « un poison qui infecte peu à peu toutes les contrées » . Au portrait-charge traditionnel, Rabelais oppose sa créativité et son audace. Il répond à ces attaques par un extraordinaire renouvellement des procédés du bestiaire satirique.

N° 13.  Le tremblement de la figure analogique chez Rabelais. Entre la bête et l’homme

Louise Million

http://imagesrevues.revues.org/385

P. 169

http://books.google.fr/books?id=McI70lOFmW4C&pg=PA169&lpg=PA169&dq=%22Gabriel+de+Puy-Herbault%22+rabelais&source=bl&ots=BxPLVOB4hh&sig=B4ZyNmhqHLWbscxFRRMOEzsPwcw&hl=fr&sa=X&ei=b3yoU46OA4qw0QWm4YHIDg&ved=0CCwQ6AEwAg#v=onepage&q=%22Gabriel%20de%20Puy-Herbault%22%20rabelais&f=false

P. 248

http://books.google.fr/books?id=HEfi6P0OEUsC&pg=PA248&lpg=PA248&dq=%22Gabriel+de+Puy-Herbault%22+rabelais&source=bl&ots=_Knz-opAml&sig=JUJbVOT2XjbgaqPHdADylTYhjzs&hl=fr&sa=X&ei=b3yoU46OA4qw0QWm4YHIDg&ved=0CC8Q6AEwAw#v=onepage&q=%22Gabriel%20de%20Puy-Herbault%22%20rabelais&f=false

P. 203

http://books.google.fr/books?id=eOo4rUtXrWIC&pg=PA203&lpg=PA203&dq=%22Gabriel+de+Puy-Herbault%22+rabelais&source=bl&ots=da5gS8ph3x&sig=hPBC9N3RS0HhoirQVl6RrgfPHIA&hl=fr&sa=X&ei=b3yoU46OA4qw0QWm4YHIDg&ved=0CDwQ6AEwBg#v=onepage&q=%22Gabriel%20de%20Puy-Herbault%22%20rabelais&f=false

P. 27

http://books.google.fr/books?id=hJMqfzRrggoC&pg=PA27&lpg=PA27&dq=%22Gabriel+de+Puy-Herbault%22+rabelais&source=bl&ots=M0KjU9PA0X&sig=KRDQ2ZhHOr9RF5eq4NbsBFQtenk&hl=fr&sa=X&ei=b3yoU46OA4qw0QWm4YHIDg&ved=0CD8Q6AEwBw#v=onepage&q=%22Gabriel%20de%20Puy-Herbault%22%20rabelais&f=fals

P. 274

http://books.google.fr/books?id=PI4QcKRsEGgC&pg=PA274&lpg=PA274&dq=%22Gabriel+de+PuyHerbault%22+rabelais&source=bl&ots=N0t8jSrQE4&sig=Vv3rT9NugeVnjIXQFu_0gTrifY&hl=fr&sa=X&ei=UH6oU7OhJKnF0QW2rYGoDA&ved=0CB8Q6AEwADgK#v=onepage&q=%22Gabriel%20de%20Puy-Herbault%22%20rabelais&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-S- Charles de SAINTE-MARTHE, Poète né à Fontevraud en 1512.

Charles de Sainte Marthe est né à Fontevraud en 1512, mort en 1553 ou 1555. Il est le fils de Gaucher de Sainte-Marthe, sieur de Lerné (37500), au cours du procès duquel le père de  Rabelais  aurait pris la défense des communes environnantes. Le sieur de Lerné aurait inspiré le personnage de  Pichrochole à François Rabelais.

Charles fut d’abord professeur de théologie à l’Université de Poitiers (86000). Il fut ensuite maître des requêtes auprès de la reine Marguerite  de Navarre à Nérac (?) 47600.

Charles se fit connaître comme poète latin avec un livre de Poésies françoises. On lui confia le soin d’éditer Marot après la mort de ce dernier. Voir ci-dessous les vers qu’il écrivit à la mort de Marot.

Il fut un bruit, ô Marot, qu’étais mort,
Et ce faux bruit un menteur assura :
L’un d’un côté se plaignait de ta mort,
Faisant regret qui longuement dura ;
L’autre par vers piteux la déplora,
Jetant soupirs de dur gémissement.
Moi de grand deuil pleurant amèrement,
Duquel était ma triste âme saisie :
Las ! dis-je, mort est notre ami Clément,
Morte donc est française poésie.

http://jcraymond.free.fr/Celebrites/S/SainteMarthe/Charles1512.php

Poster un commentaire

Classé dans Département 37, Département 47, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye, Département 86