Archives de Tag: Hopital de la Sainte Famille

Madame de Montespan à Fontevraud-L’Abbaye : une histoire architecturale

Conférence prolongée par une visite (traversée du village via le Clos-Bourbon), par Florian Stadler, Conservateur du Patrimoine et chercheur au sein du Service régional de l’inventaire des Pays de la Loire. Samedi 30 juin 2018.à 15H.

Lors de ses visites pour aller voir sa sœur l’abbesse Marie-Madeleine Gabrielle de Rochechouart de Mortemart, Madame de Montespan conçut le projet d’établir une fondation caritative dans le bourg de Fontevraud. Cet hôpital de la Saint-Famille fut assez vite transféré à Oiron (Deux-Sèvres), mais des bâtiments en subsistent, comme d’autres traces du passage de la Montespan.

Cycle Athénaïs et Gabrielle de Fontevraud à Oiron

Nommée en 1670 par Louis XIV, Gabrielle de Rochechouart est l’une des abbesses les plus marquantes de l’Histoire de Fontevraud. À quelques kilomètres, dans le Château d’Oiron, une figure féminine majeure du XVIIe siècle a également laissé son empreinte : Athénaïs de Montespan. Le château d’Oiron (79100) *  et l’Abbaye Royale de Fontevraud vous proposent de découvrir l’histoire de ces deux soeurs lors de conférences et de visites thématiques qui se font écho.

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 79

-M- ELEMENTS DE L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD PROTEGES AU TITRE DES MONUMENTS HISTORIQUES

Communauté fondée au début du XII° par Robert d’Arbrissel, l’abbaye devient le chef d’un ordre important (80 prieurés en 1789) ; bénéficiant de la protection particulière des Plantagenet au XII°, puis de celle des Rois de France, qui lui apportent une opulence attestée par les constructions ininterrompues entre le XII° et le XVIII°. Elle est transformée en pénitencier entre 1804 et 1963. L’église, consacrée en 1119, constituée d’une nef unique couverte d’une file de quatre coupoles sur pendentifs, est caractéristique du « roman poitevin » pratiqué en Aquitaine, terre d’élection des Plantagenet.. L’abbaye conserve des bâtiments conventuels de styles très disparates, dont un cloître flamboyant, et, un peu à l’écart, l’exceptionnel bâtiment des cuisines, initialement composé de huit absidioles surmontées de pyramides de pierre. L’ensemble est depuis 1975 Centre Culturel de l’Ouest.

 Intitulés de protection                                                                                                                                                                                            1) Grand Moutier et dépendances : église du 12e, cloître du 16e, réfectoire du 15e, tour d’Evrault, entrée des anciens cloîtres du 16e, portails et cloîtres des 15e et 16e, salle capitulaire du 16e ; parties de l’ancienne Communauté Saint-Benoît : chapelle du 12e, bâtiments du Noviciat, petit cloître Saint-Benoît et constructions qui l’entourent de la fin 16e début 17e ; parties de l’ancienne Communauté Saint-Lazare : chapelle, petit cloître, bâtiments d’habitation transformés en infirmerie : classement par liste de 1840 et par arrêté du 12 nov 1909.                                                                                                                                                   2) Immeubles nus ou bâtis comprenant notamment le logis Bourbon et son parc, ainsi que l’Orangerie : classement 12 oct 1962.                                                                                                                                                                                                                                  3) Immeubles nus ou bâtis, sauf ceux déjà classés, de l’ancien parc Bourbon ; immeubles nus ou bâtis de l’ancienne secrétairerie ; galerie de l’ancien réseau hydraulique : classement du 28 août 1989.                                                                                 4) Immeubles nus ou bâtis de l’ancienne secrétainerie: inscription par arrêté du 28 août 1989                                                              5) Clos de l’ancien prieuré d’hommes de Saint-Jean de l’Habit (sols archéologiques, murs de clôture, fuie troglodyte) ; clos de Saint-Lazare (vignes au XVIIIs, sols et murs de clôture) ; l’ensemble des autres sols (certains bâtis dont l’ancien moulin à eau) inclus dans l’enceinte de 1762 ; les caves-carrières creusées sous le parc Bourbon ; les vestiges de l’ancien hospice de Mme de Montespan ; la fontaine de la Luzerne et le canal souterrain : Inscription du 6 3-1998.                                                                                      Les protections nouvelles (1998) concernent essentiellement l‘environnement archéologique de l’ancienne abbaye; elles visent à assurer une cohérence de gestion sur l’ensemble des terrains nus et bâtis inclus dans l’enceinte telle qu’elle est définie par les plans du XVIIIs (essentiellement celui qui est dit de 1762) :                                                                              1) le clos de l’ancien prieuré d’hommes Saint-Jean de l’Habit, détruit à la Révolution (vestiges non fouillés des bâtiments médiévaux, des circulations d’eaux; murs de clôture de 1636-48, fuie troglodyte …) .                                                                               2) le clos de l’ancienne communauté Saint-Lazare (vignoble au XVIIIs…)                                                                                                  3) en aval de l’abbaye, les canaux d’écoulement des eaux pluviales et usées, avec l’un des moulins à eau (« boucheries » au XVIIIs), des jardins, des bâtis d’officiers (le logis du sénéchal) ou de services…                                                                                       4) sous le parc Bourbon, une série de caves-carrières à usages privatifs parfois mal définis.                                                                 5) Hors enceinte de 1762, l’ancien « hôpital de la Sainte-Famille » fondé en 1687 par Mme de Montespan, soeur de l’abbesse Gabrielle de Rochechourt, mais transplanté à Oiron dès 1704 env. du logis principal subsiste un grand arc gravé; les deux ailes ( » écuries de Mesdames » au XVIIIs) ouvrant sur un espace intérieur rectangle de jardins avec puits central ont gardé leurs façades caractérisées par leurs baies rythmées, les chainages harpés, les lignes horizontales des nichoirs à pigeons.

http://www.culture.fr/sections/regions/pays_de_la_loire/organisme/ART4-3884

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized