Archives de Tag: Prieuré d’Amesbury

-W- LORSQUE L’ENCYCLOPEDIE WIKIPEDIA S’INTERROGE A HAUTE VOIX SUR LE CONTENU DE CERTAINS DE SES APPORTS.

Marie de Blois, ou de Champagne

La liste donne en n° 7 : « 1207-1208 : Marie de Champagne (ou de Bourgogne). Fille de Thibaud le Grand et de Mathilde de Bohème. » Je n’en trouve pas trace ailleurs. La plus ressemblante que je trouve, mais je la trouve sur plein de sites est une Marie de Blois ou Marie de Champagne (1128-1190), duchesse de Bourgogne, fille de Thibaut IV de Blois, dit le Grand, et de Mathilde de Carinthie. Veuve en 1162 d’Eudes II de Bourgogne. Abbesse de Fontevraud en 1174. S’agit-il de la même ? Si oui, laquelle a les bonnes dates ? Et si la deuxième a les bonnes dates, et si elle a réellement été quatrième abbesse de Fontevraud, que faire des trois abbesses qui occupent déjà le terrain ? Et qui donc a créé le prieuré d’Ambresburg( NDLRB. Amesbury, plutôt?) , en 1177 ? Audeburge ou Marie ? Les sites ont fort bien pu se copier l’un l’autre, et je n’ai malheureusement trouvé aucune source « papier ». Je crois qu’on devrait sourcer l’article, surtout le début, car les listes d’abbesses du xiie siècle sont parfois fantaisistes

La liste d’abbesses exposée dans l’abbaye (voir photo illustrant l’article) donne bien Marie de Champagne [de Bourgogne] (1207-1208), puis sa fille Alix (1208-1209). Mais ces dates ne correspondent pas à celles d’articles de Wikipédia : dans l’article Thibault IV de Blois  Thibaut le Grand a bien une fille prénommée Marie, mais qui meurt vers 1190 (et il a une autre fille, Marguerite — pas de dates —, « religieuse à Fontevraud » ; dans l’article  Eudes II de Bourgogne, Alix meurt en 1192.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Discussion:Liste_des_abbesses_de_Fontevraud

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-L-Maurice LEBLANC, dans les aventures d’ARSENE LUPIN -L’aiguille creuse-, a t’il failli parler du prieuré fontevriste d’AMESBURY?

Certes , dans les lignes qui suivent, pas plus qu’ailleurs dans le roman,  il n’est question d’un prieuré appartenant à l’ordre de Fontevraud. Pour autant, cette description qui correspond  si bien , malheureusement, à la réalité subsistante d’un certain nombre de prieurés fontevristes m’ a paru si émouvante que j’ai tenu à vous en faire profiter.

« Doucement elle se leva. Sa fenêtre était entrouverte,elle en écarta les battants. La clarté de la lune reposait sur un calme paysage de pelouses et de bosquets où les ruines éparses de l’ancienne abbaye se découpaient en silhouettes tragiques, colonnes tronquées, ogives  incomplètes, ébauches de portiques et lambeaux d’arcs-boutants. Un peu d’air flottait à la surface des choses,glissant à travers les rameaux nus et immobiles des arbres, mais agitant les petites feuilles naissantes des massifs »

Maurice Leblanc.                                                                                                                   Les aventures d’Arsène Lupin                                                                               « L’Aiguille creuse « .                                                                                                       Chapître I.  » Le coup de feu » http://www.scribd.com/doc/7449615/Maurice-Leblanc-Laiguille-creuse

j’ai d’autant moins regretté ma décision que  quelques pages plus loin, j’ai  lu les lignes  suivantes :                                                                                                   Le vieux château apparut.  Jadis demeure abbatiale des prieurs d’Ambrumésy, mutilé par la Révolution, restauré par le comte de Gesvres auquel il appartient depuis vingt ans…

Ambrumesy alors que l’Ordrede Fontevraud  compte un prieuré anglais nommé Amesbury, prieuré dont le lien suivant rend compte : https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/les-prieures-espagnols-et-anglais-de-lordre-de-fontevraud/

S’agit-il d’une simple coïncidence  où d’un mystère supplémentaire lié à l’Aiguille creuse?  Il s’est  dit dans la presse du pays de Caux que l’inspecteur Ganimard  serait sur une piste.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-A-Maisons de moniales bénédictines Abbaye, plus tard PRIEURE FONT. D’AMESBURY(Angleterre)

Importante notice en anglais (Il existe des possibilités de traduction)  sur ce prestigieux » Fontevraud » d’Angleterre.

Notice extraite de British History on line.                                                                                                                                                                                                           R.B. Pugh, Elizabeth Crittall (editors)                                                                                                                                                                                                             A History of the County of Wiltshire: Volume 3  p. 24 2à 259.

http://www.british-history.ac.uk/report.aspx?compid=36534

2 Commentaires

Classé dans * Angleterre

-A- AMESBURY. Le prieuré anglais où une Abbesse de l’ordre , Jeanne de Dreux, connut un exil intérieur.

Retrouvez cette anecdote  qui se passe au prieuré  d’Amesbury (Angleterre), grâce à la notice ci-dessous , fortement refondue, que vous pourrez obtenir par le biais  du  lien ci-aprés.

LES PRIEURÉS DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD SITUÉS HORS DE FRANCE (Angleterre,Espagne…).   https://dictionnaireordremonastiquedefontevraud.wordpress.com/les-prieures-espagnols-et-anglais-de-lordre-de-fontevraud/

NDLRB. L’abbesse en question  et la 13 e Abbesse de l’Ordre  de Fontevraud : Jeanne de Dreux   ( 1198 ou 1199 / 1265/1276)

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-A- PRIEURE FONTEVRISTE D’AMESBURY ou d’AMBRESBURY (Angleterre).

Amesbury ou Ambresbury, coquet bourg du Wiltshire, d’un millier d’habitants, dans la fertile vallée de l’Avon supérieur. Cette localité, de hante antiquité, tirerait son nom d’Aurelius Ambrosius, roi des Bretons au vie siècle; d’après le D’ Guest, Ainesbury devrait être identifié avec le grand monastère fondé par les Gallois au début de l’ère chrétienne.                                                                                                                                                 Vers 980 un couvent de Bénédictines y fut créé par la reine Elfrida, en expiation du meurtre de sou beau-fils Edouard au château de Corfe.                                                                   En 1117. Ilenri Il expulsa les religieuses qui n’observaient plus guère la règle de leur ordre et fit don du couvent au monastère de Fontevrault, qui envoya à Amesbury une prieure et vingt-quatre nonnes. La nouvelle fondation, comblée par la faveur des souverains, crut rapidement eu splendeur et devint la retraite  privilégiée des dames de noble lignage ou  des princesses de sang royal.                                                    Elénore de Bretagne, fille de Geoffroy Plantagenet, y prit le viole et y fut enterrée; De Même  Marie, fille d’Edouard I (1285); Eléonore, épouse d’Henri III, y mourut en 1292. La dernière Abbesse (NDLRB:  Lire Prieure) fut Florence Bormewe.                             Fermé sous Henri VIII, lors de la  Réformation, ce couvent devint la propriété du duc d’Hertford , eonnu plus tard sous le nom du protecteur Somnerset, frère de Jeanne Seymour, troisième épouse d’Henri VIII. personnage historique, qui pendant  la jeunesse de ce souverain accapara toute l’autorité, puis tomba en disgrâce et fut décapité en 1552.

Texte extrait de l’ouvrage : Les rois angevins à Fontevrault .

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-A- ALIENOR DE BRETAGNE (1185-1241), prisonnière pendant 40 ans, INHUMEE DANS LE PRIEURE FONTEVRISTE d’AMESBURY

Aliénor de Bretagne (1185-1241)    fille de  Geoffroy Plantagenêt et de Constance de Bretagne , nièce de Jean sans terre , héritière de la Bretagne et du comté de Richemond  ,  (Nord de  l’Angleterre).  Ses droits la feront retenir prisonnière par Jean sans Terre  puis Henri II  Plantagenêt d’environ 1200 à sa mort à Bristol.                                                                                                    « Son corps fut transporté à Ambresbury , où elle avait élu sa sépulture, dans le couvent des religieuses de Fontevraud  en souvenir de la patrie absente ».

     Bulletin  de   la Societe archéologique de Nantes et du département de la Loire-inférieure. Tome  IX. année 1869. p. 201

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-H- PRIEURES FONTEVRISTES DISSOUS PAR HENRI VIII D’ANGLETERRE

Liste des prieurés  Fontevristes dissous par Henri VIII d’Angleterre

Les établissements monastiques, dont les implantations fontevristes naturellement ,  furent  dissoutes par le roi  Henri VIII d’Angleterre  lors de la suppression des Monastères intervenues  entre 1538 et 1541.

Westwood dissous en 1537

Eaton dissous en  1539

Amesbury dissous en 1540

Henri VIII , passé à l’anglicanisme, ayant donc décidé de dissoudre les Ordres monastiques de son royaume, des agents furent dépechés pour récuperer le plomb  des toitures des édifices monastiques  afin de pourvoir  aux besoins de   la guerre  et fournir les  nouvelles demeures royales.

—–

L’on sait que  les Plantagenêts furent les  premiers protecteurs royaux  de l’Abbaye de Fontevraud en Anjou et  que la  coexistence des terres angevines et anglaises (1154-1399) soumises  à leur  autorité  facilita  naturellement  l’implantation  des prieurés fontevristes au delà de la Manche.

Henri VIII (Tudor)  n’était pas  sans  lien avec les Plantagenêts,  même  si son Père Henri VII  Tudor  fit périr en 1499  le comte Edouard de Warwick  (1475-1499) , dernier descendant mâle de la maison Plantagenêt , ligne aînée , permettant ainsi à la maison Tudor d’accéder au trône.

A dire  vrai la lignée  directe des Plantagenêts avait pris fin beaucoup plus tôt  en 1399 avec Richard II (1377-1399) renversé et remplacé par un cousin germain, Henri Bolingbroke, duc de Lancastre, (les Lancastre  étant des  cadets des Plantagenêts)  devenu  Henri IV  d’Angleterre (1367-1413).

Henri Tudor   ayant battu le roi Richard III  à la bataille de  Bosworth  , devint roi d’Angleterre sous le nom d’Henri VII Tudor . Henri Tudor, par sa mère, une Plantagenêt,  descendait du roi Edouard III  ; et en outre il se maria en 1486 avec la fille aînée du roi Edouard IV, Elizabeth Plantagenêt  (1466-1503).

——-Plantagenêt——

Henri II (1154-1189) & conjointement  Henry le Jeune (1170-1183)

Richard Coeur-de-Lion-Jean sans terre-Henri III; Edouard I er -Edouard II, Edouard III.

Richard II (1377-1399)

——-Lancastre———

Henri IV (1399-1413)

Henri V (1413-1422

Henri VI (1422-1461)

——-York———

Edouard IV (1461-1470)

——Lancastre——-

Henri VI (1470-1471)

——-York———

Edouard IV (1471-1483)

Edouard V (1483)

Richard III (1483-1485)

——-Tudor——

Henri VII (1485-1509)

Henri VIII (1509-1547)

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

A- AUDEBURGE DE HAUTE-BRUYERES, 3 ème abbesse de l’Ordre (1155- 1 er Juillet 1180)

Originaire du Maine  voisin . Née en 1140, Elle entre au monastère à 15 ans  et en gravit tous les degrés : célérière, prieure du cloître,  maîtresse des novices, Grande-prieure , puis Abbesse ; A ce titre, elle organise les funérailles du roi d’Angleterre : Henri II.

C’est à sa demande, que l’église Saint -Michel  de Fontevrault fut construite vers 1170.

L’Abbesse  Audeburge fonde  en 1177, le prieuré d’Ambresburg (Amesbury), près de  Stonehenge  (Grande-Bretagne).

Ecrit d’Audeburge

Conservé dans un manuscrit des Cisterciennes du monastère de Sainte-Marie de la Miséricorde, le texte intitulé De felici obitu Angeluciæ virginis sancti monialis Fontis Ebraldi a été traduit en français dans l’Histoire de l’Ordre de Fontevrault (p. 63-64).
Histoire de l’Ordre de Fontevrault (1100-1908) par les religieuses de Sainte-Marie de Fontevrault de Boulaur (Gers) exilées à Vera de Navarra (Espagne), t. 2 : Les trente-six abbesses qui ont gouverné l’Ordre de Fontevrault (1115-1792), Auch, Imprimerie de L. Cocharaux, 1913, p. 63-64.

BNF : notice n° FRBNF34053381

Tolbiac – Rez-de-jardin – magasin

8- LD74- 11 (2) support imprimé

http://aix1.uottawa.ca/~margirou/Repertoire-MoyenAge/A_auteur.htm

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-E- PRIEURE FONTEVRISTE d’EATON EN GRANDE-BRETAGNE

Prieuré  fontevriste  d’Eaton en Grande-Bretagne

Biblio.

L’Ordre de Fontevraud en Angleterre au XIIe. Y a t’il une  civilisation  du monde Plantagenêt ?

Actes du colloque d’histoire médiévale. Fontevraud . 26-28 avril 1984.

in Cahiers de civilisation médiévale, 1986, t. XXIX, fasc. 113-114, p. 3-206 ([18/05/2008)

NB. Les Anglais ont  chez eux un ordre analogue à celui de Fontevraud, c’est celui de Sempringham  mais dont le développement est resté centré  dans la région du Lincolnshire.

Le roi Henri I er Beauclerc  a donné un couvent à l’ordre de Fontevraud  à Londres. Le développement relatif  de l’ordre se serait produit à la fin du règne d’ Henri II Plantagenêt. Quatre prieurés  ont été fondés :Nuneaton, Westwood, Grovebury et Amesbury

Les problêmes ultérieurs datent de  de la conquête de la région  de Fontevraud par Phillipe-Auguste  en 1204. les Fontevristes ont  pu alors être considérés  comme personna non grata.

Eaton  serait  la 2 ème implantation fontevriste en GB.

Implanté  sur la route de Londres à Liverpool .Fondateur Robert II , comte de Leicester dit Robert  le Bossu, et Gervas  Paynel son beau-fils  entre 1155 et 1159. Moniales fontevristes .

Ce prieuré semble avoir été initialement fondé  à Kintbury dans le Bershire

Les armoiries du prieuré : de  gueules à un quinte feuille d’argent, les feuilles chargées de… ??

Dissous en  1539.

http://www.stmarysnuneaton.org/history

 

Poster un commentaire

Classé dans * Angleterre