Archives de Tag: Prieuré de Collinances

-R-La réforme du prieuré de Collinances (60890) Thury-en-Valois

DLIII . Ex Tabul Monasterii B.M. de Collinanciis.

Extrait des Registres du Parlement

Entre soeur Antoinette du Mas, religieuse de l’ordre de Fontevraud, Prieure du prieuré de Collinances dépendant de l’ordre de Fontevraud, demanderesse d’une part, et maître Pierre Greffier, soi-disant prieur commendataire du dit Prieuré Collinances défendeur … la réforme de l’Ordre de Fontevraud devra bien avoir lieu au prieuré.

Prononcé le vingt-deuxième jour de décembre l’an MDXIV (1514)

Michel Toussaint Chrétien du Plessis. Histoire de l’église de Meaux: avec des notes ou dissertations et les pièces …

http://books.google.fr/books?id=nyBUAAAAcAAJ&pg=PA272&lpg=PA272&dq=d%C3%A9partement+ain+%22ordre+de+fontevraud%22+prieur%C3%A9&source=bl&ots=l57x2IxOPr&sig=eqD1BiOBUp_XVlH9gVDcKLixj0A&hl=fr&sa=X&ei=VxBVU4ywHMinO9uDgZgC&ved=0CGUQ6AEwCQ#v=onepage&q=d%C3%A9partement%20ain%20%22ordre%20de%20fontevraud%22%20prieur%C3%A9&f=false

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 60

Marie-Jeanne Elizabeth de SIGNIER de ROGNY moniale au prieuré de Colinances (60890)

IX. Branche de Claude-Alexandre  de SIGNIER

Marie-Jeanne Elizabeth de SIGNIER de ROGNY

Née le 3 juillet 1725,  religieuse de l’ordre de Fontevrault, au prieuré de Collinances

Dictionnaire de la noblesse … de France  Par François Alexandre Aubert de la Chenaye Desbois  p. 546

Poster un commentaire

Classé dans Département 60

-C- DESSIN DONNANT UNE VUE DU PRIEURE DE COLLINANCES (60890) THURY-EN-VALOIS

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b6902238m

Poster un commentaire

Classé dans Département 60

Louis Pinelle,LES QUINZE FONTAINES VITALES (Traité spirituel).

« Le prieuré fontevriste de la Madeleine-les-Orléans   semble avoir  été , à notre époque,  un foyer privilégié de telles tendances ( Mystique  dite du néant d’amour : l’abîme de l’amour, l’abîme-Dieu dans lequel le mystique dit tomber). Ce monastère bénédictin  avait été  réformé par Marie de Bretagne, abbesse de Fontevrault.

Au début du XVI e  siècle, deux prieurés du diocèse de Meaux, Fontaine  (les Nones) et Collinances , étaient d’obédience   fontevriste . Et c’est pour  les religieuses réformées de Fontevrault que Louis Pinelle,  évêque  de Meaux, écrivit  les  quinze  fontaines  vitales

(Voir M. Veissière, « un précurseur  de Guillaume Briçonnet : Louis Pinelle , Evêque de Meaux » de 1511 à 1516. Avec l’édition de  de son traité spirituel « Les quinze  fontaines  vitales «  dans Bulletin de la Société d’Histoire et d’art du diocèse de Meaux, 18 éme année (Meaux , 1967) p. 7-62 ».

Société Française des Seiziémistes, Mélanges sur la littérature de la Renaissance à la mémoire de V.-L. Saulnier, Préface de P.-G. Castex, Genève, Droz, 1984. p.193

http://books.google.fr/books?id=ToUg5LK1I98C&pg=PA193&lpg=PA193&dq=briçonnet++religieuse+fontevrault&source=bl&ots=Q2D3mwCfG5&sig=YK085PnruR0mbYKpkRvYW9cfBpc&hl=fr&sa=X&ei=sIEAT4KuG8eX8QOTwem8AQ&ved=0CB8Q6AEwAA#v=onepage&q=briçonnet%20%20religieuse%20fontevrault&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- FRANCOIS BONTEMPS, Moine Fontevriste et… Soldat de l’Empereur (2)

Cette voie étroite qui part de la rue principale de Fenet pour rejoindre la Loire  » a tout une histoire … Le 4 août 1922, elle devient la  » rue du Général-Bontemps « , un enfant du quartier. La tradition locale veut que François y  soit né en effet, le 1er juin 1753 dans celle qui porte aujourd’hui le n° 11 de la rue Jean-Jaurès

Ancien élève du collège des Oratoriens, il s’engage dans une carrière militaire, puis, comprenant qu’il n’a aucun espoir d’atteindre un grade d’officier, il devient religieux à Saint-Jean de l’Habit à Fontevraud et confesseur des moniales de Collinances, dans le diocèse de Meaux. Il y est choyé par les religieuses et peut aller à la chasse.

Après la fermeture du prieuré, il associe ses deux passions en devenant aumônier militaire. Le militaire l’emporte : il poursuit une brillante carrière qui le conduit au grade de général de brigade.

http://saumur-jadis.pagesperso-orange.fr/rues_g-i/genebont.htm

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- FRANCOIS BONTEMPS CONFESSEUR DES FONTEVRISTES DE FONTAINES EN FRANCE … et Baron d’Empire.

François Bontemps (1er juin 1753 à Saumur, 29 octobre 1811, idem),  moine fontevriste puis  baron d’Abaumont, était un militaire français, devenu notamment général de brigade, puis baron d’Empire…

François Bontemps est né dans une famille d’artisans (ils fabriquent  des objets en cuivre et en bronze) de Saumur, dans une maison situé à l’actuelle 11, rue Jean Jaurès. Le jeune François est destiné par ses parents à la prêtrise et fera donc ses études au collège de l’Oratoire de Saumur, puis le séminaire d’Angers.

À 19 ans, en 1772, François Bontemps qui n’a pas la vocation pour devenir prêtre décide de s’engager dans l’armée, dans le régiment Roi-Infanterie-. En 1784, ayant atteint le grade maximal pour un roturier dans une armée d’Ancien Régime (Fourier-écrivain) depuis deux ans et voyant qu’il ne pouvait plus progresser, François Bontemps donne son congé le 4 mai et reprend les chemins de l’église.

En 1789 à la veille de la Révolution, il est confesseur des religieuses fontevristes à proximité de Meaux.

NDLRB. Sans doute le prieuré  de Colinances

François Bontemps qui accueille favorablement les idées de cette république naissante s’engage en 1792 comme aumônier dans le bataillon de volontaires de l’Eure. Une anecdote veut qu’un des officiers du bataillon lui ait crié en le voyant : À bas la calotte ! ce à quoi François répondit : Le prêtre vous pardonne, mais le citoyen demande raison. Il s’ensuit un duel remporté par François Bontemps, qui tue son adversaire.

http://fr.wikipedia.org/wiki/François_Bontemps_(militaire_français)

Général  de Brigade, il prend sa retraite en 1804, avec la dignité de commandeur dans la Légion d’Honneur, puis avec le titre de baron d’Abaumont.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-C- FONDATION DE PRIEURES FONTEVRISTES EN CHAMPAGNE

    Après l’installation de Robert d’Arbrissel à l’abbaye de Fontevraud au printemps 1101,( et non1201, comme indiquée au texte) le nouvel ordre fonde plusieurs prieurés en Anjou, en Poitou ainsi qu’en Aquitaine.

Il fallut attendre le second quart du XIIe siècle pour voir arriver les premiers religieux fontevristes en Champagne où ils fondèrent sept prieurés. Cette implantation dans le comté de Champagne, si modeste soit-elle, fut décidée par Thibaud II : après les fondations de Foicy, dans le diocèse de Troyes (avant 1134) et de Longueau près de Châtillon-sur-Marne (avant 1145), le comte fut à l’origine des prieurés de Collinances et de Charmes. Au début du XIIIe siècle, sa petite-fille Alix de Champagne, fille du comte de Blois Thibaud V, deviendra la 9 e abbesse de Fontevraud (1209-1218)

http://expedito.univ-paris1.fr/baudin/monasteres/fontevraud/fontevraud.htm

*L’image de Thibaud II ci-dessus peut être retrouvée  grâce au lien qui suit:

http://translate.google.fr/translate?hl=fr&sl=en&u=http://dictionary.reference.com/browse/Thibaud%2BII%2Bof%2BChampagne&ei=wIv7Tf6WPISxhAfarOGSAw&sa=X&oi=translate&ct=result&resnum=3&sqi=2&ved=0CDAQ7gEwAg&prev=/search%3Fq%3D%2522thibaud%2BII%2Bde%2Bchampagne%2522%26hl%3Dfr%26safe%3Doff%26client%3Dfirefox-a%26rls%3Dorg.mozilla:fr:official%26channel%3Dnp%26biw%3D1298%26bih%3D837%26prmd%3Divns

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized