Archives de Tag: Prieuré de Lencloître en Gironde

Souvenir gôuteux d’un prieuré fontevriste de la Vienne (86140).

img_2482

Poster un commentaire

par | 12 décembre 2016 · 6:42

-C- Chateaubriand fait l’éloge de L’ORDRE de FONTEVRAULT dans le GENIE DU CHRISTIANISME ( Notice du 8 février 2013 refondue le 28 janvier 2015)

 Fontevrault ( écrit de façon contemporaine : Fontevraud) fut une véritable colonie établie par Robert d’Arbrissel dans un pays désert, sur les confins de l’Anjou et de la Bretagne. Des familles entières cherchèrent un asile sous la direction de ces Bénédictins il s’y forma des monastères de veuves, de filles, de laïques, d’infirmes et de vieux soldats. Tous devinrent cultivateurs, à l’exemple des Pères, qui abattaient eux-mêmes les arbres, guidaient la charrue, semaient les grains et couronnaient cette partie de la France de ces belles moissons qu’elle n’avait point encore portées.

Les infirmeries Saint-Benoît de Fontevraud vues de la colline dominant le Prieuré saint Lazare

Le chevet de l’Abbatiale Sainte Marie de Fontevraud

  La colonie fut bientôt obligée de verser au dehors une partie de ses habitants et de céder à d’autres solitudes le superflu de ses mains laborieuses. Raoul de la Futaye, compagnon de Robert, s’établit dans la forêt du Nid-du-Merle , et Vital ( NDLRB . dit Vital de Savigny , autre bénédictin, dans les bois de Savigny – 50640). La forêt de l’Orges, dans le diocèse d’Angers, Chaufournois ( 37360. Rouziers de Touraine) , aujourd’hui Chantenois, en Touraine  ( NDLRB : Orthogrape actuelle, L’encloître en Chaufournais); Bellay, dans la même province ; la Puie, en Poitou (86260) ; l’Encloître (86140), dans la forêt de Gironde ( NDLRB : Orthogrape actuelle, Lencloître) ; Gaisne(86420), à quelques lieues de Loudun ; Luçon( NDLRB . Tusson ? 16390,) dans les bois du même nom ; la Lande, dans les landes de Garnache ; la Madeleine (NDLRB . Orléans -45000-) , sur la Loire ; Bourbon, (NDLRB. Orthographe actuelle,  Boubon- CUSSAC 87150) en Limousin ; Cadouin, en Périgord(24480) ( NDLRB. Ce prieuré a cessé asez  vite d’être  une ilmplantation fontevriste)  ; enfin Haute-Bruyère( Saint-Rémy-l’ Honoré (78690), près de Paris, furent autant de colonies de Fontevrault, et qui pour la plupart, d’incultes qu’elles étaient, se changèrent en opulentes campagnes.François-René de Chateaubriand
Extrait du Génie du christianisme (paru en 1802)http://savignyenveron.free.fr/Fontevraud.htm

Et aussi .

http://fr.wikisource.org/wiki/Génie_du_christianisme/Partie_4/Livre_6/Chapitre_VII

Poster un commentaire

Classé dans Abbaye royale de Fontevraud, Département 16, Département 24, Département 37, Département 45, Département 49 (a), Département 50, Département 78, Département 86, Département 87, Vie du Blog

-J- Marcelle-Aimée de James. Ascendance , Histoire et armoiries d’une martyre fontevristre

Religieuse fontevriste du Choeur du Prieuré de Lencloître-en-Gironde (86140) Marcelle Aimée de James était née le 5 octobre 1754 à Vitrac Saint-Vincent (16310) (Saint-Vincent de La Rochefoucauld en Charente).

lElle prit le voile e 18 février 1772, et fit profession le 27 avril 1773.

Elle était la fille de Jean de James de Longeville (Angoulème) chevalier de la l’ordre militaire de St Louis, brigadier des gardes du corps du Roi, porte étendard de la compagnie de Villeroy

Devant la fermeture de son couvent par la Révolution Marcelle-Aimée rentra dans sa famille à Vitrac. Qulques temps plus tard, accusée de correspondance contre-révolutionnaire, elles fut emmenée à Paris et emprisonnée à la Conciergerie. Condamnée à mort par le tribunal révolutionaire, elle fut guiillotinée le 18 mars 1794 place de la Révolution à quatre heures de relevé.

On imagina la religieuse au cimetière de la Madeleine à Paris. (actuel square Louis XVI, abritant la chapelle expiatoire).

La famille de Marcelle-Aimée de James Famille est d’origine noble, que l’on dit d’origine irlandaise, et qui serait venue se fixer en France sous le règne de Louis XI. Il existe cependant des personnes de ce nom en Poitou, dès 1350. Cette famille vécut d’abord en Bourbonnais, puis vint s’établir en Poitou, dans la partie qui forme actuellement le nord de la Charente.

james

D’or au dauphin de gueules, couché et pâmé
(M. de La Porte).
De gueules au dauphin d’or, couché
(Nouveau d’Hozier).

Origine des armoiries : jm.ouvrard.pagesperso-orange.fr/armor/fami/j/de_james.htm

 

 

Armoiries :

D’or au dauphin de gueules, couché et pâmé
(M. de La Porte).
De gueules au dauphin d’or, couché
(Nouveau d’Hozier).
Devise : « J’ayme qui m’ayme Gwénael Murphy

19 sept. 2010 – Le voile et la guillotine. Aimée de James, religieuse de Lencloître (1755-1794). », Revue d’Histoire du Pays Châtelleraudais n°3, 1er sem.2002 .

1 commentaire

Classé dans Département 16, Département 75, Département 86

-F- Foulques d’Arbrissel, frère de Robert

Foulques d’Arbrissel était le frère aîné de Robert . Il eut deux filles : Lunargande et Ermensende ainsi qu’un fils surnommé  « Petit  clerc » fait moine de Saint Nicolas d’Angers vers 1100.

Son nom  figure  dans les obituaires de Fontevrault et il est mentionné  comme témoin d’un don consenti au Prieuré de Lencloître (86).

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 86

-J- Où l’on voit à l’oeuvre le père Joseph.

 

A la mort d’Éléonore de Bourbon, en 1611, le père Joseph, poursuivant son dessein, résolut d’élever Antoinette d’Orléans au rang d’abbesse. On en écrivit, à la cour. Le roi et la reine-régente marie de Médicis déléguèrent Richelieu a l’effet de signifier à leur cousine l’ordre d’assumer la direction suprême de Fontevrault. Mais celle-ci, de son côté, avait pris ses précautions. Par un nouveau caprice, elle s’entêtait à quitter un couvent que son despotisme( NDLRB . ???)  avait troublé. Elle avait obtenu, dès 1609, du pape Paul V, l’autorisation de décliner la charge d’abbesse et de désigner elle-même le lieu de sa retraite. Le chapitre dut choisir une autre sœur, et l’élection, présidée par l’évêque de Luçon ( NDLRB. Armand du Plessis, futur cardianl de Richelieu), éleva Mme de Lavedan-Bourbon à la dignité abbatiale.

Quant à Mme d’Orléans, elle se retira à Lencloitre, prieuré de Fontevrault. Elle devait bientôt le quitter encore et fonder à Poitiers même, sous l’œil de l’évêque de Luçon et sous la direction persévérante du père Joseph, cet ordre des Filles du Calvaire qui restaura, en plein XVIIe siècle, les minutieuses prescriptions et l’austérité rebutante de la règle de saint Benoit.

 

Page 581 de l’ouvrage auquel conduit le lien suivant :http://fr.wikisource.org/wiki/Page:Revue_des_Deux_Mondes_-_1889_-_tome_94.djvu/585

 

 

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 86

-A- L’association des prieurés fontevristes (APF) est à la mode. Ne restez pas seul avec vos regrets et votre ( éventuelle) nostalgie. Rejoignez là.

Association des prieurés fontevristes : une thèse vient d’être publiée sur ce sujet par Patrick Bouvard qui a bien voulu déposer à la mairie de Lencloître ( ville née d’un prieuré fontevriste)  la partie de son ouvrage consacrée à l’histoire de Lencloître et de ses deux couvents  de moniales et  de moines.

Par ailleurs, une association des prieurés fontevristes* – dont le siège est dans l’Indre – vient d’être créée. La commune de Lencloître (86140) décide d’y adhérer afin de pouvoir encore mieux mettre en valeur le patrimoine local.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Lencloître/n/Contenus/Articles/2013/07/05/1-5-million-d-euros-pour-restaurer-l-eglise-1537517

ASSOCIATION des PRIEURES FONTEVRISTES (APF)

Association Loi 1901, déclarée à la sous-préfecture du Blanc

   Vous pouvez – vous aussi- adherer à l’APF  en envoyant un chêque d’un des montants  ci-dessous :

  • 10 € par adhérent,
  • 15  € pour un couple
  • 50 € pour une association ou une municipalité
  • 100 € pour les membres bienfaiteurs

     à l’ordre et à l’adresse de  l’Association des Prieurés Fontevristes

APF

F. Chombart de Lauwe *

Prieuré de LONGEFONT

36800 OULCHES

Ne tardez pas à adhèrer à cette association qui publie de plus un bulletin d’une grande qualité . l’AG  aura lieu dans deux mois  dans un endroit  symbolique  cher au coeur de toute  personne s’intéressant à l’ Ordre  monastique de Fontevraud

fontevristes@gmail.com)

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble, Prieurés Fontevristes

La commune de Lencloître (86140) adhère à l’APF (Association des Prieurés Fontevristes). Un exemple à suivre.

  • Association des prieurés fontevristes* : une thèse vient d’être publiée sur ce sujet par Patrick Bouvard qui a bien voulu déposer à la mairie la partie de son ouvrage consacrée à l’histoire de Lencloître et de ses deux couvents. Par ailleurs, une association des prieurés fontevristes – dont le siège est dans l’Indre – vient d’être créée. La commune de Lencloître décide d’y adhérer afin de pouvoir encore mieux mettre en valeur le patrimoine local.

http://www.lanouvellerepublique.fr/Vienne/Communes/Lencloître/n/Contenus/Articles/2013/07/05/1-5-million-d-euros-pour-restaurer-l-eglise-1537517

*APF.  

  • Prieuré de Longefont 36800 OULCHES
  • E-mail : fontevristes@gmail.com

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 36, Département 86

-P- Pieux souvenir d’une escapade en l’Abbaye royale de Fontevraud

D’abord, j’ai été profondément ému par la visite de cet immense ensemble royal restauré, sa majesté, sa beauté d’architecture dépouillée. La noblesse d’âme de Robert d’Arbrissel et des abbesses. J’ai enfin pu m’agenouiller devant les gisants de notre savante reine Aliénor et celui de notre courageux roi Richard. Touché par le joli visage rond de la Perle des abbesses dans la salle du chapitre, me sentir attristé sous le regard de la dernière abbesse.

Nous avons pu accéder aux fouilles sous le chœur, visiter les caves profondes et même entrer dans les tristes cachots qui m’ont fait un effet épouvantable.

La visite s’est poursuivie par le prieuré de l’Encloître, son église restaurée et son pigeonnier.

Pour rien au monde je n’aurai manqué ces visites et j’en suis heureux !

F.S. (86)

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 86

Déchèterie de LENCLOITRE à Doussay (86140)

Lencloître (86140) est le  siège  d’un prieuré de l’ordre de Fontevraud assez  bien , voire même trés  bien,  conservé.
Lieu dit La Russaudière                                                                                                                                                      Le gué de Fontevraud                                                                                                                                                       86140 Doussay                                                                                                                                                                   Mairie de Doussay  05 49 19 42 21

http://allo-dechetterie.com/decheterie_de_lencloitre-a3360

Poster un commentaire

Classé dans Département 86

-L- LE PRIEURE FONTEVRISTE de LENCLOÎTRE (86140) au XVII e siècle.

Le XVIIe siècle

Le couvent de Lencloître connait une période particulièrement brillante au XVIIe siècle, sous la direction réformatrice d’Antoinette d’Orléans (*) Ayant quitté Fontevrault pour Lencloître, et avant de fonder à Poitiers, la Congrégation des Filles du Calvaire, elle redresse à la fois la domination des abbesses qui s’exerçait trop fortement sur le couvent des hommes, et le fléchissement des qualités monastiques. Elle se voit confirmer par le Pape Paul V dans ses fonctions de coadjutrice, avec le Père Joseph du Temblay qui commence ses instructions et construit un noviciat. Les bâtiments sont remis en état et trente postulants hommes sont admis.

En 1612, les bourgeois de Lencloître lui demandent d’intercéder auprès du Roi Louis XIII pour que se tiennent dans la bourgade quatre foires annuelles. Elles seront fixées par l’édit royal au « premier lundi » de Carême, aux fêtes de la Saint Jean, de Saint Roch, Saint Simon et saint-Jude. En échange, les moniales percevront :

2 deniers sur chaque mouton ou agneau vendu                                                                 5 deniers sur chaque banc de boucher                                                                                        3 deniers sur « tous autres bestiaux qui se vendaient »

C’est seulement à partir de 1780, que la répartition annuelle des foires changera, passant de 4 à 9. C’est au XIXème siècle, qu’elles passeront à 12 et qu’elles se tiendront le premier Lundi de chaque mois.

Poster un commentaire

Classé dans Département 86