Archives de Tag: Prieure

-E- Epitaphe de PRIEURES du PRIEURE fontevriste de la CHAISE-DIEU du THEIL (27580)

bec_0373-6237_1881_num_42_1_T1_0256_0000

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/bec_0373-6237_1881_num_42_1_462345

Le lien ci-après  permet de voir  une  carte postale représentant l’hôtel du cheval noir dont il est  question dans la notice ci-dessus.  http://www.delcampe.fr/page/item/language,F,id_enchere,0069965939,var,27-BOURTH-Hotel-du-CHEVAL-NOIR.html

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 27

-C-Marguerite de DREUX ,Moniale fontevriste, Prieure du PRIEURE FONTEVRISTE DU CHARMES, Commune de Grisoles (02110)

Dynastie  Capétiens ; Maison royale de France ; Branche, Capétiens directs; Ligne ;Maison de Dreux ; Rameau, Comtes de Dreux

Religieuse à Fontevrault;  Prieure de Charmes où elle fait sa profession religieuse.

Père : Robert de France  » le Grand « , comte de Dreux; comte du Perche; comte de Braine-sur-Vesle; seigneur de Torcy, de Brie-Comte-Robert, de Chilly et de Longjumeau; seigneur de Fère-en-Tardenois, de Pontarcy, de Nesle, de Longueville, de Quincy-en-Tardenois, de Savigny et de Baudement

Mère : Agnès de Baudement, dame de Braine, de Fère-en-Tardenois, de Nesle, de Pontarcy, de Longueville, de Quincy et de Baudement

Source ( s ) et Remarque ( s ): Gaston Sirjean  » Encyclopédie généalogique des maisons souveraines : les Dreux p.244 « 

 

http://dynastie.capetienne.free.fr/05Gaston_Sirjean/12Les_Dreux/Generations/02eme_generation/02012_01001.html

Poster un commentaire

Classé dans Département 02, Uncategorized

-B- Paul Blanchemain; LA PRIEURE DE FONTEVRAULT, légende.

Paul  Blanchemain ( 1878). LA  PRIEURE  DE FONTEVRAULT. (Légende)

                         I

En vain, quant flamboient les cierges,

Amantes du  Dieu Jésus,,

Vous cachez vos fronts de vierges,

Ils ont un attrait de plus !

 

En vain, dans l’ombre, se voile

L’étincelle de vos yeux,,

Le rêveur poursuit l’étoile

Qui s’éclipse au fond des  cieux .

 

Satan même par ses feintes,

Si j’en crois un vieil auteur,

Peut à la beauté des saintes

Donner l’éclat séducteur.

                          II

Comme se  plait la  colombe

Dans l’obscurité des bois,

Sous le  voile, cette tombe,

Vivait Agnés autrefois.

 

Jamais dans sa créature,

L’ouvrier d’Eternité

Ne réalisa plus pure

L’image de sa  beauté.

 

Une tige délicate

Qui s’incline mollement,

Fleur du Ciel qu’on  acclimate,

Voilà son portrait  charmant !

 

Tout semblait en elle un rêve..

Elle avait , dons merveilleux,,

Au cœur  la divine sève,
la flamme celeste aux  yeux.

 

N eut  dit que , par méprise,

Dieu sur la terre  avait mis

Cette vierge,… Il l’a reprise ,

Et Jésus  est son promis !

 

La femme aime la parure ;

La sainte la rêve au Ciel ;

Agnés a vêtu la  bure

Du grand Robert d’Arbrissel .

                                                                     A suivre

http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k5558698v/f5.image

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-R- REGLE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD (Des disciplines ,de l’Office et de la puissance de la Prieure)

CHAPITRE XXV. – Des Disciplines.

« Les Vendredys en tout temps après Matines, s’il n’est feste double, et toutes les vigiles des grands doubles, si ce n’estoit un Dimanche ou une feste double, comme aussi les Lundys et Mercredys durant l’Advent et le  Caresme, et tous les jours depuis le Dimanche des Rameaux jusques à Pasques, donnez-vous la discipline l’une à  l’autre, et que ce soit la Prieure qui la donne et la reçoive, en exercice d’humilité. »

CHAPITRE XXVI. – De l’Office de la Prieure.

    « Qu’elle n’entreprenne de rien ordonner, enseigner ou commander qui ne soit conforme au commandement de  Nostre Seigneur » ; qu’elle montre à toutes l’exemple ; qu’elle ne préfère pas celle qui est noble à celle qui ne l’est  pas ; « qu’elle aye une mesme charité pour toutes et les tienne selon leur mérite sous mesme discipline » ; « qu’elle  reprenne de parole une ou deux fois les plus honnestes et dociles esprits, mais qu’elle chastie de verges ou  d’autres punitions corporelles les meschantes, opiniastres, superbes et désobéissantes, dès l’instant mesme  qu’elles commenceront à mal faire, sçachant bien qu’il est escrit : le fol ne se corrige pas par de simples paroles,  et derechef chastie ton enfant de verges, et tu délivreras son âme de la mort (proverbe 23…) ; qu’elle ne se plaigne du peu de bien, parce que rien ne manque à ceux qui craignent Dieu. (Ps. 34…) ». 

CHAPITRE XXVII. – Comment il faut establir la Prieure.

    « Vous vous pourvoyez d’une nouvelle Prieure par vostre élection de trois ans en trois ans… Qu’elle soit  chaste, sobre, miséricordieuse, et que sa miséricorde surpasse tousjours le jugement, qu’elle haysse les vices,  aime ses Sœurs, se comporte prudemment en la correction… Qu’elle ait tousjours sa fragilité pour suspecte ». Si  trois jours se sont écoulés depuis l’élection, sans observation faite par l’Abbesse, « que celle qui est eslüe soit  tenue pour confirmée d’authorité Apostolique ». Elle ne pourra être élue plus de deux fois de suite.

CHAPITRE XXVIII. – De la puissance de la Prieure. 

La puissance de la Prieure cesse en la présence de l’Abbesse et du Visiteur. Les Sœurs et les Frères doivent  obéissance à la Prieure, et ne peuvent rien faire sans son consentement. La Prieure a le sceau de son office ; elle nomme la Prieure du Cloître.

P. 65  du Pdf  au quel conduit le lien  suivant :

http://montaiguvendee.fr/cms/uploads/pdf/39%20communes/Montaigu/Fontevristes%20de%20Montaigu%20GM.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-H- « PRIEURé », « MONASTERE » ET « HABIT » dans L’ORDRE DE FONTEVRAULT

Dans l’ordre de Fontevraut le mot « L’habit »  était employé par opposition à monastère. L’Habit était le bâtiment où logeaient les religieux,

  « Dans la chambre où j’ avoy logé quelqu’autrefois,

Ce fut en la maison que l’Habit  on appelle »,

tandis que le  monastère était l’édifice principal où résidaient les religieuses.

On lit dans le Dictionnaire de Trévoux (édit. de 1071, T.. IV, p. 198, col. 2) : « Dans l’ordre de Fontevrault, on nomme la demeure des religieux de l’ordre, qui servent de chapelains et de confesseurs aux dames auxquelles ils sont .soumis, l’Habit ». L’Habit était d’ordinaire sous le patronage de S. Jean l’évangéliste.

http://www.archive.org/stream/revuedelagenais05daggoog/revuedelagenais05daggoog_djvu.txt

Il conviendrait alors  d’employer  le terme Prieuré  pour désigner l’ensemble formé  par les demeures jumelles des moniales et des moines Fontevristes.

 

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-T- PRIEURE FONTEVRISTE DE TOUVOIS (44650)

NDLRB.  L’article suivant est le 100 ème mis en ligne sur ce blog,

Blog  qui a déjà accueilli  808 lecteurs depuis le 11 juin 2011

Merci de  votre intérêt

——–

Paroisse de Touvois, au Val-de-Morière.(44650) Département de Loire-Atlantique . Région des pays de Loire

Province  fontevriste  de Bretagne

STATISTIQUE DES COMMUNAUTÉS RELIGIEUSES, ETABLIES DANS LE DIOCESE DE NANTES (1790)

– Page 170-

— Fondé par le duc Conan de bretagne (22 août 1175), à l’Ermitage de Haute-Courbe, dans la forêt de Nantes, ce prieuré de filles s’appela d’abord Bademoreria, en mémoire  d’un certain Bademorc, ancien propriétaire du terrain, sur lequel le petit couvent et la chapelle furent construits. Aux XVI e et XVII e siècles, ce nom a subi une transformation assez difficile à expliquer : la Bademorière est devenue le Fal-de-Morière. Les Sires de Betz ont enrichi le monastère par des donations.

Full text of « Bulletin de la Société archéologique et historique de Nantes et de Loire-Atlantique »

http://www.archive.org/stream/bulletinsocietea20soci/bulletinsocietea20soci_djvu.txt

Autre source :

En 1150, (NDLRB. Plus haut, il était parlé du 22 août 1175 pour cette  fondation)  un prieuré de femmes est fondé sous le nom de « Bademorière » ou « Bademoreria » par l’abbaye de Fontevrault en Anjou…. Le couvent a disparu depuis la Révolution.

http://fr.wikipedia.org/wiki/Touvois

NDLRB. Il semble que ce soit  ce prieuré de Bademorière ( NDLRB. ou val de Morière)  qui soit  connu sous le nom de prieuré de Touvois (44650).

Revenus.

. Bâtiments estimés environ 600 rt , une futaie de 3 journaux (NDLRB. travail d’un ouvrier pendant un jour.) servant  de promenade  aux religieuses, 4 métairies, 1  moulin et  des prés et terres labourables ; droit de dîmes, terciage  et rentes, 1.400 *.

— Page 171 –

Charges. 8 services de fondations, l’aumône 2 fois par semaine 500 *; redevances aux Capucins de Machecoul, 20 *; honoraires du Père confesseur, 150 tt ; entretien et gages de 2 domestiques.

Eglise : 31 chasubles, 7 dalmatiques, et les vases sacrés  nécessaires au culte, en argent; 5 cloches dont 3 à l’église.

La maison comprend un dortoir de 18 cellules,  et un autre de 16, abandonné, et  toutes les pièces servant à la  communauté, qui se compose de religieuses  professes, de novices  et de pensionnaires; pour ces dernières il y a 13 chambres  meublées.

Il n’y a pas de bibliothèque.

Personnel.

Mères professes :

Antoinette Bouyer, prieure; N. de Mello de la Millière,

Sous-prieure : Anne-Marie du Tressay,

Discrète; Éléonore de  Rorthais, discrète; Marie-Prudence  de l’Arduseau, discrète;Céleste de Biré,

Dépositaire; Gabrielle-Marie de la Barbelays, dépositaire; Thérèse Letenneur/ Cellérière; Marie  Guilloteau / Boursière; Anne Métairie, Infirmière; Perrine Fleury /  Marie Ellis; Louise Bain; Elisabeth Leroux; Céleste Girard; Anne Robert de Boisfossé.

Sœurs converses

Avenie  Tanneur et Marie Macé.

Aumônier  : P. -Sébastien Jaulin, de l’Ordre de Fontevrault.

Confesseur  : P.-M. Boutin, de l’Ordre de Fontevrault.

http://www.archive.org/stream/bulletinsocietea20soci/bulletinsocietea20soci_djvu.txt

Poster un commentaire

Classé dans Département 44