Archives de Tag: Prosper Mérimée

-T-1804-1814. LA TRANSFORMATION DE L’ABBAYE ROYALE EN PRISON. L’une des plus dures prisons de France…

La vie monastique prend fin à la Révolution. Récupérée par l’Etat français après la période révolutionnaire, l’Abbaye est reconvertie en prison centrale par un décret napoléonien du 18 octobre 1804. Elle est ainsi sauvée d’une disparition certaine.

La cité pénitentiaire de Fontevraud, prévue pour 1 000 détenus, nécessite de vastes transformations pour pouvoir les accueillir. Elles sont conduites avec le souci de maintenir « les formes et l’ordonnance primitive, ainsi que la similitude dans le genre de construction et l’assemblage des matériaux ».

Une caserne (actuel bâtiment d’accueil) est aménagée dans la cour du dehors ; tous les bâtiments monastiques sont transformés en dortoirs, ateliers et espaces communs ; de nouveaux bâtiments sont construits (à l’emplacement actuel des jardins et au chevet de l’abbatiale par exemple) pour augmenter les surfaces d’occupation des lieux.

Travail et réclusion

Les premiers prisonniers, hommes, femmes et enfants, arrivent en 1814 ( Ouverture, le 3 août). La centrale de Fontevraud en a accueilli jusqu’à 2000, et elle est réputée la « plus dure de France après Clairvaux ». Les détenus y travaillent dans des ateliers de serrurerie, de tissanderie, de rempaillage de chaises, de taille de boutons de nacre…

Pour les prévenus de droit commun, comme pour les prisonniers politiques, les conditions de vie y sont particulièrement rudes, avec une mortalité d’un prisonnier sur sept. Au 20e siècle, Fontevraud a notamment accueilli entre ses murs des résistants, dont certains ont été fusillés.

La vie des prisonniers fait un écho sombre à la celle des moniales, ritualisée, rythmée par le travail, cernée par le silence et la réclusion. Ils ont laissé sur les murs gravures et graffitis pour exprimer leur désespoir, leur solitude, leur colère…

La vie pénitentiaire est aussi émaillée de tentatives d’évasion célèbres dont la presse a gardé la mémoire et qui ont fait une grande partie de la réputation de la prison de Fontevraud.

Début de la restauration

Paradoxalement, pendant ces années sombres, le site se restaure et se visite partiellement. Classée sur la première liste des monuments historiques par Prosper Mérimée en 1840, l’Abbaye de Fontevraud voit débuter dès la fin du 19e siècle de vastes campagnes de restauration, dont celle de l’église abbatiale sous la conduite de l’architecte Lucien Magne.

Le 1 er juillet 1963, la prison ferme ses portes et la restauration prend une ampleur jusqu’alors unique en Europe. L’ouverture totale au public a lieu en 1985  après que le dernier  détenu ait  quitté les lieux en septembre.

http://www.abbayedefontevraud.com/histoire/cite-penitentiaire/transformation-de-labbaye-en-prison

 

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans * Commémoration fontevriste, Département 49 (d) Abbaye-Bagne de Fontevraud-L’Abbaye

-R- CAMPAGNES DE RESTAURATION DE l’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD.

1840-1860 :  Le service des monuments historiques sollicité par Prosper Mérimée  et  certains archéologues  commença les restaurations du Grand Moûtier  classé en 1840 ( Pierres de base de l’abside et des croisillons).                                                                                                                                                                      1860-1900 : D’importants  travaux  furent entrepris afin de restaurer le grand  cloître, la Salle  capitulaire, puis le Réfectoire .                                                                                                                                                                 1900-1910 : L’architecte Lucien Magne (1849-1916)  http://elec.enc.sorbonne.fr/architectes/344                                                                             reçut la direction des chantiers. Il s’occupa principalement  de la cuisine à laquelle il ajouta malencontreusement des clochetons et de l’église abbatiale  dans laquelle il supprima des planchers, dégagea des baies, refit  les coupoles  et certaines sculptures.                                                                                            1911-1962 : Le quartier Saint- Benoît fut classé monument historique en 1909 et remis en état en 1913. On dalla la nef de cette chapelle en 1930. Puis en 1936 on couvrit l’aile Ouest du cloître du Grand Moûtier et on reconstruisit la lucarne du trottoir. En 1941 on restaura  également  le pigon  du croisillon sud.                                                                     1963-1974 : La  prison (maison centrale)  ayant été supprimée, de très  gros travaux  furent  engagés afin d’éliminer les aménagements  de l’époque pénitentiaire.                                                                                                1975-1983. Le centre  culturel de l’Ouest dont le siège fut fixé à l’abbaye en 1975 entreprit une nouvelle campagne de restauration  dont le coùt s’éleva à 14 553 00 Francs.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized