Archives de Tag: Régle de l’Ordre

-A- Table des matières du Bulletin de l’Association des prieurés Fontevristes (APF) N° 3 de décembre 2014 –

  • Par  décision  de l’AG  de l’APF  tenue au prieuré d’ Orsans (18170. Maisonnais) le  vendredi  16mai  2014 ,
  • il a  été  décidé que toute adhésion donnant  droit à un exemplaire de  chaque  bulletin,
  • toute  commande supplémentaire de  bulletin  par un adhérent  ou un non adhérent  sera  facturée 5 € plus 2 € de frais d’envoi (par exemplaire)
  • Chêque à mettre à l’ordre de l’ « APF » et à poster à l’adresse suivante :  APF Prieuré de LONGEFONT 36800 OULCHES
  • APF3117
Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 36, Département 45, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 87, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble, Prieurés Fontevristes

-A- Table des matières du Bulletin de l’Association des prieurés Fontevristes (APF) N° 2 de février 2014

  • Par  décision  de l’AG  de l’APF  tenue au prieuré d’ Orsans (18170. Maisonnais) le  vendredi  16 mai  2014 ,
  • il a  été  décidé que toute adhésion donnant  droit à un exemplaire de  chaque  bulletin,
  • toute  commande supplémentaire de  bulletin  par un adhérent  ou un non adhérent  sera  facturée 5 € plus 2 € de frais d’envoi (par exemplaire)
  • Chêque à mettre à l’ordre de l’ « APF » et à poster à l’adresse suivante :  APF Prieuré de LONGEFONT 36800 OULCHES

APF2118

Poster un commentaire

Classé dans Association des Prieurés Fontevristes (APF), Département 24, Département 36, Département 47, Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Département 85, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble, Prieurés Fontevristes

-S- Les trois statuts de l’ordre de Fontevraud

Capitula regularia magistri Roberti : de Fontevraud au Paraclet

Dalarun, Jacques     Comptes-rendus des séances de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres      Année   2003    Volume   147    Numéro   4    pp. 1601-1636

NDLRB.  L’analyse  consacrée ax  statuts de Fontevrault prend  fin vers la page  1616.

Il existe trois versions repertoriées des statuts del ’ordre. Les deux  versions latines  éditées par Michel Cosnier en 1641  et par Honorat Nicquet en 1642 ne correspondent pas  à la rédaction primitive pas plus  que la  version en moyen français éditée  en 1985.

http://www.persee.fr/web/revues/home/prescript/article/crai_0065-0536_2003_num_147_4_22673

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (a) , Abbaye royale de Fontevraud, Ordre monastique de Fontevraud en son ensemble

(R) -REGULA ORDINIS FONTIS-EBRALDI. LA REGLE DE L’ORDRE DE FONT EVRAULD

Décrêt de Messieurs les délégués  du Saint Siège Apostolique  pour l’extension et publication de la Régle.

… Aprés avoir adjouté et retranché( comme il nous a semblé juste et raisonnable) avons dressé un volume d statuts  l’an mille  quatre cens  septante & Quatre au Monastère de la Magdeleine  lez Orléans , dépendant de  ladite abbaye, lequel  était  pour lors  tout seul disposé  à la reforme à la manière  qui nous a été récrite  par le Sainct  Siège apostolique… Or côme ainsi fait  que depuis 4 ans  & mesme depuis  deux ans en ça, le Monastères  se sont accrus, dans lesquels  les personnes se sont  volontairement  sous mises  à l’observance desdits statuts, & Qu’il y espérance  qu’ à  l’advenir il s ‘augmenteront , à chacun desquels  il semble être  convenable de les  appliquer , comme ils ont été  appliquez  pour ledit lieu de la Magdelaine…

http://books.google.fr/books?id=pKhY-Prgj9UC&pg=PA167&lpg=PA167&dq=%22jube+domna%22&source=bl&ots=yW-tMjTMVq&sig=hq7FPw1oL-4ObqPxugUOXW2QcWU&hl=fr&sa=X&ei=WjwxUPuFAsKr0QW4rYHoDA&ved=0CDgQ6AEwAQ#v=onepage&q=%22jube%20domna%22&f=false

Poster un commentaire

Classé dans Département 45, Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

R- APPROCHES DE LA REGLE DE l’ORDRE DE FONTEVRAUD (suite)

CHAPITRE XXXII. – De l’Office de la Dépositaire. 

« C’est du devoir de la Dépositaire de tenir compte, écrire et faire la recepte de tout l’or, l’argent, toiles et draps donnez à vostre Couvent, acheptez, ou qui autrement luy appartiennent, en quelque manière que ce soit, lesquelles choses doivent estre mises au dépost. » La Prieure donne les quittances de ce qui aura été reçu. « La Dépositaire ne fera aucunes mises en détail, mais délivrera en gros à la Boursière l’argent nécessaire pour la despense ordinaire du Couvent, et distribuera les autres choses à la Cellérière, Chambrière et Infirmière, autant que la Prieure aura jugé leur estre utile pour leurs offices » ; elle en retirera un récépissé.

CHAPITRE XXXIII. – De l’Office de la Boursière. 

Elle reçoit de la Dépositaire l’argent nécessaire pour les dépenses de la Communauté, et remet à la Cellérière de quoi payer les frais de chaque jour, tout en en tenant un compte exact.

CHAPITRE XXXV. – De l’Office de la Chambrière. 

Elle procure aux Sœurs ce dont elles ont besoin pour leurs ouvrages manuels « selon la disposition de la Prieure ». « Elle a aussi en sa charge les nappes, linceulx, couvrechefs, vestemens tant vieux que neufs, et toutes autres choses qui sont nécessaires aux Sœurs, Frères et hostes, pour les lits et l’usage des tables… » .

CHAPITRE XXXVI. – De l’Office de la Sacristaine.

« …Il y aura parmi vous une Sacristaine fort soigneuse de garder les ornements, vaisseaux sacrez et reliques, et de les tenir nettement, laquelle sera encore députée pour sonner Matines à minuit. Elle ne tardera de sonner Primes après les six heures du matin, et Complies après les six heures du soir. On compassera les autres heures selon les temps, de façon que celles de la réfection, du silence et de l’œuvre manuel soient dùement observées. On luy donnera un ayde pour éveiller les Sœurs, laquelle servira par semaine à nétoyer l’Église, le Cloître et le Chapitre, en quoy elles s’exerceront souvent toutes deux. Des deux différentes clefs du Tour de l’Eglise, comme aussi des deux de la grande Grille, la Sacristaine en aura l’une, et la Mère l’autre, pour qu’elle ne puisse les ouvrir si premièrement la Mère ne les a ouvertes. Mais la Mère toute seule pourra ouvrir les autres, ou bien la Sacristaine aussi seule avec le commandement et la licence de la Mère. Et, en les ouvrant, elle aura soin d’accompagner tousjours la Sœur qui se confesse, ou prend conseil, ou d’en laisser une autre à sa place ; …et pour ne perdre le temps en accompagnant les Sœurs, qu’elle lise, prie, ou fasse quelque ouvrage manuel. C’est à elle aussi de pourvoir à ce qui est nécessaire pour recevoir les disciplines. »

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-R- APPROCHES DE LA REGLE DE l’ORDRE DE FONTEVRAUD (suite)

CHAPITRE XXIX. – Des Sœurs Discrètes.

La Prieure du Cloître, commise à cette charge par la Prieure, la supplée en ce qu’elle lui confie, et prend rang après elle. Les discrètes, élues par la Communauté, sont au nombre de six : la Cellérière, la Dépositaire, la Boursière, la Portière, plus deux autres Sœurs.

CHAPITRE XXX. – Des Offices de la Portière et Tourière.

La Tourière a les clefs du Tour et du parloir ; « elle doit avoir une chambre proche du Tour… et incontinent  que quelqu’un aura sonné, ou aura dit en appelant Ave Maria, elle répondra avec toute douceur Dominus tecum.                                                                                                                                                  « Il est de la charge de la Portière d’avoir une clef de toutes les serrures et issues du Cloistre ou autres officines pour aller aux jardins, et la Prieure en aura l’autre avec laquelle premièrement on les ouvrira au matin, et puis on les fermera le soir ; mais aux autres heures les portes desdites issues pourront estre ouvertes par la seule clef de la Portière qui portera tousjours toutes ses clefs avec soy, mais la Prieure remettra les siennes dans un coffre, excepté celles de la porte et du guichet qu’elle doit toujours avoir prestes sur elle… Depuis Pasques jusques au 1er jour de septembre, la Portière ouvrira les portes à double serrure en présence de la Prieure, ou autre qu’elle aura députée, avec ses clefs et celles de Prieure, à cinq heures du matin, et les fermera à huit du soir. En autre temps elle les ouvrira le matin à sept heures, et fermera le soir à cinq, excepté, si besoin est, les portes du Tour et du Parloir. »

CHAPITRE XXXI. – De l’Office de la Cellérière. 

« …Qu’elle soit sage, posée en ses mœurs, n’excède pas en son manger, ne soit hautaine, turbulente, injurieuse, tardive ny prodigue… Elle aura soin de tout ce qui est nécessaire au Dortoir pour le repos des Sœurs, et au Réfectoir pour le manger et le boire… Elle ne doit rien refuser à l’Infirmerie pour la nécessité des malades, et aura soin que les restes soient distribuez aux pauvres… Qu’elle retienne vers soy et conserve, comme si c’estoit chose saincte, tous les vaisseaux, meubles et ustensiles… Qu’elle donne par déclaration à la Prieure et à la Dépositaire, les bleds, vins, et tout ce qu’elle aura receu de la Dépositaire pour l’usage des Sœurs, et mette en escrit tout ce qui aura esté dépensé de la provision pour qu’elle puisse rendre compte de tout. L’Infirmière fera le mesme de tout ce qu’elle recevra pour le besoin des malades. »

2 Commentaires

Classé dans Uncategorized

-R- REGLE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD … La Prieure ( art.XXVI à XXVIII)

CHAPITRE XXVI. – De l’Office de la Prieure. 

« Qu’elle n’entreprenne de rien ordonner, enseigner ou commander qui ne soit conforme au commandement de Nostre Seigneur » ; qu’elle montre à toutes l’exemple ; qu’elle ne préfère pas celle qui est noble à celle qui ne l’est pas ; « qu’elle aye une mesme charité pour toutes et les tienne selon leur mérite sous mesme discipline » ; « qu’ellereprenne de parole une ou deux fois les plus honnestes et dociles esprits, mais qu’elle chastie de verges oud’autres punitions corporelles les meschantes, opiniastres, superbes et désobéissantes, dès l’instant mesmequ’elles commenceront à mal faire, sçachant bien qu’il est escrit : le fol ne se corrige pas par de simples paroles,et derechef chastie ton enfant de verges, et tu délivreras son âme de la mort (proverbe 23…) ; qu’elle ne se plaigne du peu de bien, parce que rien ne manque à ceux qui craignent Dieu. (Ps. 34…) ».

CHAPITRE XXVII. – Comment il faut establir la Prieure. 

« Vous vous pourvoyez d’une nouvelle Prieure par vostre élection de trois ans en trois ans… Qu’elle soit chaste, sobre, miséricordieuse, et que sa miséricorde surpasse tousjours le jugement, qu’elle haysse les vices,aime ses Sœurs, se comporte prudemment en la correction… Qu’elle ait tousjours sa fragilité pour suspecte ». Sitrois jours se sont écoulés depuis l’élection, sans observation faite par l’Abbesse, « que celle qui est eslüe soit tenue pour confirmée d’authorité Apostolique ». Elle ne pourra être élue plus de deux fois de suite.

CHAPITRE XXVIII. – De la puissance de la Prieure. 

La puissance de la Prieure cesse en la présence de l’Abbesse et du Visiteur. Les Sœurs et les Frères doivent obéissance à la Prieure, et ne peuvent rien faire sans son consentement. La Prieure a le sceau de son office ; elle nomme la Prieure du Cloître.

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-R- REGLE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD (Des disciplines ,de l’Office et de la puissance de la Prieure)

CHAPITRE XXV. – Des Disciplines.

« Les Vendredys en tout temps après Matines, s’il n’est feste double, et toutes les vigiles des grands doubles, si ce n’estoit un Dimanche ou une feste double, comme aussi les Lundys et Mercredys durant l’Advent et le  Caresme, et tous les jours depuis le Dimanche des Rameaux jusques à Pasques, donnez-vous la discipline l’une à  l’autre, et que ce soit la Prieure qui la donne et la reçoive, en exercice d’humilité. »

CHAPITRE XXVI. – De l’Office de la Prieure.

    « Qu’elle n’entreprenne de rien ordonner, enseigner ou commander qui ne soit conforme au commandement de  Nostre Seigneur » ; qu’elle montre à toutes l’exemple ; qu’elle ne préfère pas celle qui est noble à celle qui ne l’est  pas ; « qu’elle aye une mesme charité pour toutes et les tienne selon leur mérite sous mesme discipline » ; « qu’elle  reprenne de parole une ou deux fois les plus honnestes et dociles esprits, mais qu’elle chastie de verges ou  d’autres punitions corporelles les meschantes, opiniastres, superbes et désobéissantes, dès l’instant mesme  qu’elles commenceront à mal faire, sçachant bien qu’il est escrit : le fol ne se corrige pas par de simples paroles,  et derechef chastie ton enfant de verges, et tu délivreras son âme de la mort (proverbe 23…) ; qu’elle ne se plaigne du peu de bien, parce que rien ne manque à ceux qui craignent Dieu. (Ps. 34…) ». 

CHAPITRE XXVII. – Comment il faut establir la Prieure.

    « Vous vous pourvoyez d’une nouvelle Prieure par vostre élection de trois ans en trois ans… Qu’elle soit  chaste, sobre, miséricordieuse, et que sa miséricorde surpasse tousjours le jugement, qu’elle haysse les vices,  aime ses Sœurs, se comporte prudemment en la correction… Qu’elle ait tousjours sa fragilité pour suspecte ». Si  trois jours se sont écoulés depuis l’élection, sans observation faite par l’Abbesse, « que celle qui est eslüe soit  tenue pour confirmée d’authorité Apostolique ». Elle ne pourra être élue plus de deux fois de suite.

CHAPITRE XXVIII. – De la puissance de la Prieure. 

La puissance de la Prieure cesse en la présence de l’Abbesse et du Visiteur. Les Sœurs et les Frères doivent  obéissance à la Prieure, et ne peuvent rien faire sans son consentement. La Prieure a le sceau de son office ; elle nomme la Prieure du Cloître.

P. 65  du Pdf  au quel conduit le lien  suivant :

http://montaiguvendee.fr/cms/uploads/pdf/39%20communes/Montaigu/Fontevristes%20de%20Montaigu%20GM.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-R- REGLE DE L’ORDRE DE FONTEVRAUD (Office, communion, confession)

CHAPITRE XVIII. – De l’Office Divin.

« Quand vous ferez de la férié en l’Advent et Caresme, vous direz devant Matines les quinze Pseaumes accoustumez, et les sept Pseaumes avec la Litanie après Matines. Et en Caresme vous direz après chaque heureun Psalme estant de genoux et les coudes en terre. En autre temps, excepté le temps Paschal, vous direz quinze Pseaumes tous les Vendredis et jours de jeûsnes ordonnez de l’Eglise, n’estoit que ce fut une feste de douze leçons ou dans quelques octaves ; vous réciterez tous les jours l’office des morts avec un nocturne et trois leçons, excepté les vigiles et jours de grands doubles, les vigiles des petits doubles, les samedis et octaves de Pasques, Pentecoste et de la Nativité de Nostre Seigneur. On dira une fois la sepmaine l’office de tous les SS., à scavoir Vespres et Laudes. L’Office de la Bien-heureuse Vierge sera tous-jours récité au Chœur, excepté les grands doubles et quelque peu d’autres jours qui sont marquez en vostre Bref. Et comme on doit faire es Vigiles, Dimanches et aux jours privez ; et avec quelle solennité on dit Matines ; semblablement, comme on fait les Vigiles et comme es solennitez et festes des Saincts on dit les Alleluya ; et de quelle manière il faut faire le jour et la nuict le service divin; combien de Psalmes il faut chanter en chacune des heures et en quel ordre ; et en quels Dimanches il faut commencer chaque histoire, comme aussi des cérémonies que vous devez observer, tout

cela est escrit au nouveau Bref, lequel a esté fait par nostre authorité, ou pour mieux dire par celle du Saint Siège, paraphé de nos seings manuels, lequel Bref ou ordinaire on lira aux Samedis et vigiles des festes dans le

Chapitre, à scavoir : à la fin du Chapitre si c’est un jour où on le tienne, ou après Grâces, ou après Nones. Mais es Sœurs layes, pour tout Office, soient tenues d’entendre tous les jours la Messe, n’estoit que la Mère Prieure leur eust enjoint une autre obédience. Elles pourront aussi dire les heures de la Bien-heureuse Vierge, et les

Vigiles des Morts, ou, si elles ne sçavent point les dites heures, elles diront : pour Matines, quatre Pater noster et Ave Maria ; pour la Messe, le Confiteor, le Credo in Deum, Credo in Spiritum, et cinq fois le Pater et Ave

Maria ; pour Vespres, cinq ; pour Complies, cinq ; à Prime, Tierce, Sexte et None, au Bénédicité et Grâces, pour chacune de ces heures, un Pater et Ave, et ce en quelque lieu qu’elles soient, et au temps qui leur sera plus

commode. Mais quand elles se prépareront à se coucher, qu’elles recommandent à Dieu toutes les âmes des Chrestiens, notamment la leur, celle de leur Mère Abbesse, des Sœurs et Frères de leur Ordre, de leurs parens vivans, comme aussi tous les fidèles trespassez, et disent trois foisle Pater noster et Ave Maria. Et seront tenues de dire pour l’Office de l’Obit de chaque Sœur ou Frère de cet Ordre, ce que la Prieure leur déclarera. »

CHAPITRE XXII. – Des jours et heures de la Confession.

Les Sœurs devaient se confesser les mercredi et samedi, et la vigile de toutes les fêtes où elles devaient communier. « Qu’aucune ne présume se confesser sans la permission de la Prieure, que l’on doit demander par la Sacristaine… »

CHAPITRE XXIII. – De la Communion.

« Vous recevrez le corps de Nostre Seigneur Jésus-Christ tous les Dimanches de l’Advent et du Caresme, et aux autres temps deux ou trois fois le mois, comme aussi aux festes solemnelles, et vous célébrerez le Mandatum le jour de devant la première Communion de chaque mois… »

P.64 & 65  du Pdf  au quel conduit le lien  suivant :

http://montaiguvendee.fr/cms/uploads/pdf/39%20communes/Montaigu/Fontevristes%20de%20Montaigu%20GM.pdf

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized

-D- LES DORTOIRS (Bas-dortoir, Grand-dortoir, Haut-dortoir)

L’escalier Renaissance et les trois dortoirs.
Un bel escalier monumental du XVIe siècle,d’une seule  volée,  couvert d’une voûte en berceau à caissons sculptés, escalier  qui appartient à la campagne de restauration menée par les abbesses-princesses de Bourbon/ Renée de Bourbon ( 1491-1534), Louise de Bourbon ( 1534-1575), Eléonore de Bourbon ( 1575-1611) entre 1504 et 1610/commande  l’accès aux dortoirs.

Chacun des trois dortoirs  qui suit  possédait un lustre en son milieu, conformément à la Règle de l’Ordre. La Règle imposait également l’alternance d’une cellule d’une jeune religieuse avec celles de plus anciennes.
….
– Bas-dortoir, en entresol, qui débouche sur le palier inférieur de l’escalier Renaissance,

……

– Grand dortoir, aménagé à l’est, selon la disposition monastique habituelle

….

–  Haut-dortoir, au dessus du reféctoire,  et sa superbe voûte en carène de bateau renversé.

Les 230 cellules, réparties sur les trois niveaux, sont meublées d’un lit composé de deux matelas, de rideaux, d’une table et d’une commode, ainsi que de deux chaises.

http://vivre-au-moyen-age.over-blog.com/article-22327402.html

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized