Archives de Tag: Tombeau des rois d’Angleterre

– E- ESPACES FUNERAIRES SIS EN L’ABBAYE ROYALE DE FONTEVRAUD

Inhumations et  édifices religieux au Moyen Âge entre Loire et Seine.                                                       Actes publiés sous la direction d’Armelle ALDUC-LEBAGOUSSE                                                          CRHAM. Caen 2004

L’INHUMATION EN MILIEU MONASTIQUE : L’EXEMPLE DE L’ANJOU

Daniel PRIGENT  du Service archéologique départemental de Maine-et-Loire.

2.3. Nef

il est nécessaire de  distinguer les   différentes travées     et notamment les deux  dernières  constituant le  choeur des religieuses, isolé par une  clotûre des deux travées occidentales  avant 1504.  A l’intérieur de cet espace, une aire centrale  s’étendait entre    les rangs de stalles au Nord et au Sud et, vraisemblablement , à l’Ouest du trône de l’abbesse .
il est  significatif d’observer  qu’aucune inhumation  n’ a été pratiquée   dans les deux premières travées de la nef à l’époque médiévale; plusieurs tombes modernes ont, en revanche,  été mises à jour dans ce secteur.

Dans la troisième,travée, six sépultures ont été pratiquées  avant le remblaiement  de 1504. Elles étaient  disposées  sur une étroite  bande  placée dans l’axe dela nef; une seule tombe était  située en  dehors. Malgré le faible nombre d’inhumations, certaines fosses sont réutilisées.

A l’Ouest ,  un sarcophage en tuffeau présentait  divers graffiti sur les parois internes. Vers le  choeur litturgique,  la fosse suivante  a livré de haut en bas; une  bierre  vide,  un autre cercueil renfermant un squelette,  et  , sur le  fond, des os épars  témoignant d’un inhumation antérieure.                                                 …                                                                                                                                                                 La quatrième partie est en grande partie  occupée par le caveau  des dames abbesses creusé en 1639 par l’Abbesse Jeanne Baptiste de Bourbon.   Il subsiste néammoins  deux fosses recoupées et  surtout trois inhumations en coffrages ou sarcophages, proches de la pile Nord-Ouest de la croisée ( NDLRB. du transept?) , ainsi qu’un coffrage  placé  contre la face sud  de la même pile  qui peut être attribuée au comte Raymond VII de Toulouse . La determination de  de cette sépulture  a permis  grâce aux  sources documentaires   de localiser l’emplacement  des sépultures des Plantagenêts ( le  » tombeau des rois ») dans la quatrième  travée de la nef.  Il est interessant  de mettre en relation anvec les  les mentions relatives au lieu d’inhumation des Abesses. On sait ainsi qu’Audeburge des haute Bruyères ( RIP en 1180)   fut enterrée à côté du bénitier; le corps de l’abbesse Marie de Champagne  ( RIP en 1208)  » fut inhumé   dans le  corps des  religieuses  dessoubs le JUBE DOMNA . Adèle de Bretagne  ( RIP en 1244)     est  également  déposée  dans le choeur de même qu’ Isabeau d’Avoir ( RIP en 1284) , Marie de Montmorency ( RIP en 1457)   et Anne d’Orléans   ( RIP en 1491), Isabeau de Valois  ( RIP en 1349) reposait  devant la chaire de l’Abbesse et Adélaïde de Ventadour  ( RIP en 1375) prés de la chaire du prêcheur.

Format de fichier: PDF/Adobe Acrobat

Merci d ‘activer le lien ci-dessous  qui renvoit  aux pages  165 & 166.             http://books.google.fr/books?id=dJO9A97cBggC&pg=PA162&lpg=PA162&dq=%22L’examen+des+documents+relatifs+aux+tombeaux+de+Pierre+II%22&source=bl&ots=K0Rz5XLovJ&sig=_5d2awyDeWtHPARiUEGVSc2SdCs&hl=fr&sa=X&ei=uAjvTqDRF8OChQe_i_WjCA&ved=0CCQQ6AEwAQ#v=onepage&q=%22L’examen%20des%20documents%20relatifs%20aux%20tombeaux%20de%20Pierre%20II%22&f=false

Publicités

Poster un commentaire

Classé dans Département 49 (b) , Commune de Fontevraud-L’Abbaye excepté l' abbaye

-M- CHARLES VI DE FRANCE MENDIE AUPRES DE RICHARD II D’ANGLETERRE UNE AIDE FINANCIERE POUR L’ABBAYE DE FONTEVRAUD

   Les Souverains d’Angleterre de la maison d’Anjou-Plantagenet furent très-généreux envers l’abbaye de Fontevrault. Les nombreuses rentes qu’ils avaient constitues en sa faveur n’ont pas cependant toujours été rÈguliérement payees, car Blanche de Harcourt, vingt-deuxiéme  abbesse* , se vit obligée  d’user de la protection du roi Charles VI, son cousin-germain, pour en toucher les arrérages.

    Nous avons même retrouvé la lettre que ce monarque écrivit à ce sujet à  Richard II, son gendre :

A très hault et puissant prince R., par la grâce de Dieu roy d’Angleterre, nostre trés cher et trés amé filz, Charles, par ycelle mesme grâce, roy de France, salut et parfaicte dilection. Trés cher et trés amé filz. Blanche de Harcourt, abbesse de Fontevraux, vostre et nostre cousine nous a faict exposer comment vos prédécesseurs roys d’Angleterre, dont les corps gisent en l’èglise dudit lieu, donnèrent et aumosnerent l’augmentacion de la fondation des dictes Èglise et abbaye et pour le salut des âmes d’eulx et de leurs successeurs, cent marcs d’argent de rente annuele et perpetuelle, à les prendre et avoir par la manière que ensuyt ; c’est assavoir : LX marcs sur la ferme de vostre ville de Londres, quarante marcs sur  la ferme de la cité de Wicester, et cinquante solz d’esterllins  sur vostre eschiquer, dont plusieurs arrèrages sont deuz ; et pour tant, trés cher et très aimé  filz, que la dicte abbaye,  laquelle est de fondacion royale, a été  tellement opprimée par le faict et occasion des guerres, qu‘à prés ent vostre et nostre dicte cousine, et les religieuses d’icelle abbaye, ne peuvent bonnement avoir leurs nécessitez ne supporter les grans fraiz et charges qu ils ont à outenir et faire, à cause des maisons et édifices qui sont aussi, comme touz, deperit  el cheut (NDLRB : choit  c’est  à dire  tombe)  en ruyne ; par quoy le divin service, qui est faict et célébré dans la dicte église pour le salut des ames de vos dictz prédé cesseurs et autres, pouroit estre delaissié  ou diminué très  grandement.

Vous prions et requérons trés instamment, et de cuer , très cher et amé  filz, que pour amour et contemplacion de nous et des choses dessus touchées, vous vueillez vostre et nostre dicte cousine faire paier et contanter des dictz arrérages, et aussi la dicte rente, doresnavant. Et avecques ce, ordonner et faire que certaines Èèglises, prieurez et maisons assises en vostre royaume, desquelles et des religieuses, prieuses, prieurs et gouverneurs d’icelles, la visitacion, correction, punicion, institucion et destitucion lui appartient à cause de la dicte abbaye, elle puisse doresnavant visiter et faire visiter, y mettre, instituer, destituer, ester, punir et corriger, comme il appartiendra, les religieux et religieuses d’icelles, ainsi et par la manière que ces prèdécesseurs l’ont faict et accoutumé  de faire en temps passé, paravant les dictes guerres, et qu’elle le faict es aultres prieurez et lieux de sa religion estans en nostre  royaulme.

Et en ce, trés cher et très amè filz, vous ferez, se nous semble, vostre devoir, le bien et proufit de la dicte Èglise, et, nous, parlaicte plaisance. Et en vueillez tant faire, que nous  et elle vous en soions et doions estre tenuz, et que elle puist  appercevoir nos prières lui avoir valu envers vous.

Donné à Paris, le XXUI* de mars

cité in Alfred Jubien

     » L’abbesse Marie de Bretagne et la réforme de l’ordre de Fontevrault d’après des documents inédits » (1872)

http://www.archive.org/stream/labbessemariede00jubigoog/labbessemariede00jubigoog_djvu.txt

* Blanche de Harcourt, fille de Jean II, comte de Harcourt, et de Catherine de Bourbon, fût abbesse  de 1391 à 1431

Poster un commentaire

Classé dans Uncategorized